La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Billet n°6 : Le Festival Off d’Avignon, une "usine à gaz" ?  13/06/2011

Billet n°6 : Le Festival Off d’Avignon, une "usine à gaz" ?
En 2011, avec les 1126 spectacles présentés cette année, on est bien loin de Vilar à la création du Festival qui n’en présentait qu’un seul. Le Festival d’Avignon est-il devenu une "usine à gaz" du spectacle vivant ? En tout cas, difficile de faire un choix au milieu des 970 compagnies attendues, 1126 spectacles et près de 70 événements tous genres confondus dans 116 lieux différents…

Le Off d’Avignon va une nouvelle fois offrir au public ce que ses organisateurs estiment être "le plus grand théâtre du Monde" entre le 8 et le 31 juillet. Greg Germain, le Président de l’association Avignon Festival & Compagnies a présenté l’édition 2011 en rappelant que "le OFF n’est pas ce que certains souhaiteraient qu’il soit : un rassemblement d’indigents, d’amateurs sans talents, n’ayant rien à faire dans le spectacle vivant et vampirisés par des buveurs de sang qui louent des taudis qu’ils appellent théâtres à des prix exorbitants".

Attention, chères compagnies, à ne pas vendre tous les bijoux de grand-mère… Parce que Avignon coûte cher, très cher, même… Quoiqu’on en dise, c’est un fait avéré. Je suis d'ailleurs à la fois triste et hallucinée quand j'entends le témoignage de Richard Bohringer à ce sujet (dans la rubrique RDV du jour).

Pour Greg Germain encore, le off permet aux compagnies de "diffuser leur spectacle, de jouer dans la durée, de rencontrer des publics, de rencontrer la presse et enfin de croiser leurs regards avec d’autres imaginaires nationaux mais aussi et de plus en plus Européens et internationaux".

Soit ! Faut-il encore que la presse sache où aller ! Comment débusquer les petites compagnies qui n’ont pas les moyens de s’annoncer parce qu’elles ont dépensé tout leur argent dans la salle, le logement, etc. ?

"Le festival est le reflet grandeur nature de la réalité de la vie artistique des territoires." Nous dirions plutôt que ce festival est le reflet de notre société… À vous d’en tirer les conclusions que vous voulez !

La Revue du Spectacle y sera. Pas de doute. En revanche, nous dégainerons s’il le faut et n’hésiterons pas à nous rendre là où la presse va peu.

Le programme sera disponible sur le site du Festival à partir du 15 juin, à l'adresse suivante :
http://www.avignonleoff.com

Coluche, l’enfant de Montrouge, 25 ans déjà…  11/06/2011

Coluche, l’enfant de Montrouge, 25 ans déjà…
De son enfance modeste à Montrouge à son triomphe… La Ville de Montrouge rend un nouvel hommage à Coluche le 14 juin prochain en présence de Véronique Colucci et leurs fils, Romain et Marius Colucci, à l’occasion du 25e anniversaire de sa disparition, le 19 juin 1986.

C'est donc ce mardi, à 19 h 30 sur la Place de la Libération, que le Maire de Montrouge, Jean-Loup Metton, et Véronique Colucci dévoileront une sculpture de bronze représentant la célèbre salopette de Coluche, mais vide bien sûr, intitulée "À Coluche". La statue est réalisée par le montrougien Guillaume Werle. Celle-ci est la copie "augmentée" du trophée qu'avait créé le sculpteur à l'occasion du "Prix Coluche" organisé en 1996 par Montrouge. À l'époque, cette grande soirée, prémices des "Stands up" d’aujourd’hui, permettait à de jeunes artistes inconnus d'interpréter leurs sketchs sur la scène de la salle des fêtes pour tenter de remporter la Salopette d’or. Depuis, plusieurs de ces artistes sont devenus des vedettes comme Noëlle Perna (Mado la Niçoise) ou Denis Maréchal.

Le concept de la sculpture À Coluche est de "créer pour ne pas l’oublier". Représenter Coluche, mais aussi représenter sa disparition… D’où l’idée de sa salopette vide, laissant place à l’imaginaire et au souvenir. Clin d’œil à la sculpture de Rodin À Balzac qui le représente par sa robe de chambre, À Coluche est un Coluche en mouvement et insiste sur sa présence toujours très vivante dans les esprits des Français. Après le trophée des Salopettes d’or, c’est donc naturellement que la Ville de Montrouge a commandé au sculpteur cette statue de bronze de 1 m 57 et de 120 kg. Installée sur la symbolique Place de la Libération, elle fera face au Théâtre de Montrouge.

Un hommage placé sous le signe de l’amitié en présence de sa femme, de ses enfants, mais également de ses amis des Restos du Cœur et des Enfoirés…

Gil Chauveau et
La Rédaction

Prix SACD "Nouveaux Talents du Rire" dans le cadre du festival "L'Humour en Capitales"  10/06/2011

Prix SACD "Nouveaux Talents du Rire" dans le cadre du festival "L'Humour en Capitales"
Dans le cadre de ses actions en faveur de l’humour et des nouveaux talents, la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques soutient fidèlement depuis sa création le festival "L’Humour en capitales". La communauté des auteurs représentée par Joëlle Goron et Charles Nemes, auteurs, administrateurs délégués à l’humour pour la SACD , souhaite particulièrement encourager les "jeunes talents ", et mettre ainsi en lumière de nouvelles écritures, vives, légères et parfois acides.

Le lauréat est… Alexandre Barbe
À l’occasion de la finale "Nouveaux Talents du Rire" animée par Laurent Ruquier le 8 juin dernier au Théâtre Dejazet, 8 jeunes humoristes se sont produits devant des auteurs et des professionnels. Ils étaient 400 au départ, 17 à mi-course, et seulement 8 à l’arrivée pour obtenir le Prix SACD "Nouveaux Talents du Rire" qui a été décerné cette année à Alexandre Barbe et remis par Charles Nemes, scénariste-réalisateur.

Qui est Alexandre Barbe ?
Ancien élève de l’école du Théâtre National de Chaillot, Alexandre Barbe a exercé son jeu sur des pièces du répertoire classique et contemporain, mais son rêve d’enfant, d’ancien élève de l’école d’Annie Fratellini : devenir clown, se réalise aujourd’hui avec l’écriture comique. Dans son écriture, on retrouve dans ces effets de rupture, la recherche d’un juste équilibre entre un langage riche et celui plus rapide et direct du langage propre au "stand-up". Admirateur de François Rollin, d’Albert Dupontel et du travail d’écriture de l’humoriste américain Andy Kaufman, Alexandre Barbe développe un comique de l’absurde en créant ce personnage d’humoriste décalé, prétentieux, inadapté à l’humour, méchant, un brin naïf et touchant qu’il adapte à chaque fois aux situations de la scène et fait interagir avec le public.
Il se produira le samedi 18 juin à 20 h 30 au Pranzo Gymnase (38 bd Bonne Nouvelle, Paris 10e, métro Bonne Nouvelle).

Les précédents lauréats du prix SACD : Fabrice Abraham (2007), Skalp (2008), Constance (2009) et Chris (2010).

La SACD soutient l’humour
La SACD a créé par ailleurs, le Fonds Humour, unique en son genre, afin de valoriser les auteurs de l’humour et l’écriture si particulière du one-man-show. Onze spectacles ont ainsi été aidés en 2010 pour soutenir des auteurs qui commencent leur carrière et ceux, plus reconnus, représentant la création actuelle.
Pour en savoir plus sur l'action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, vous pouvez consulter la rubrique Soutiens/Appels à projet sur le site de la SACD et le site de l’association "La culture avec la copie privée".

Photo : Alexandre Barbe et Charles Nemes © SACD.
La Rédaction

Affaire à suivre... de très près !  10/06/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, confie une mission d’étude sur le financement du spectacle vivant à trois personnalités, dont l’objet sera d’accompagner le développement du secteur pour mieux assurer le soutien aux compagnies et aux ensembles indépendants, de conforter les marges artistiques des institutions et de diffuser plus largement les créations.

Jean-Louis Martinelli, directeur du théâtre de Nanterre-Amandiers, centre dramatique national, Adrien-Hervé Metzger, conseiller-maître à la Cour des Comptes et Bernard Murat, directeur du théâtre Edouard VII expertiseront le développement de nouvelles ressources pour le spectacle vivant pour compléter les crédits budgétaires que l’État consacre à ce secteur.

Après une analyse des besoins, ils proposeront des scénarii d’évolutions possibles et étudieront les modalités de perception et de répartition des nouvelles sources de financement qu’ils auront identifiées.

Les conclusions de cette mission et les propositions qui en découleront devront être remises au Ministre en octobre 2011.

Une étude... à moins d'un an des élections présidentielles... voilà qui n'est pas commun ! Quand on connaît la situation dramatique où se trouve aujourd'hui le spectacle vivant (lieux à l'agonie ou en simple survie, suppression de festivals, etc.) due en partie à la diminution budgétaire du Ministère concerné engendrant des subventions qui se réduisent chaque année comme une peau de chagrin, on va attendre avec une impatience non contenue les conclusions de cette mission et les propositions "électorales" qui suivront ! Une affaire véritablement à suivre... Gil Chauveau

Lire les autres brèves.
La Rédaction

C'est le printemps, la SACD fête les auteurs  08/06/2011

C'est le printemps, la SACD fête les auteurs
Comme chaque année, le Conseil d’admi-nistration de la SACD fête tous les auteurs. Confirmés et nouveaux talents, toutes les disciplines et répertoires de la SACD sont célébrés : théâtre, mise en scène, cinéma, danse, animation, télévision, musique, multimédia, arts du cirque, arts de la rue, radio, humour/one man show.

Deux prix exceptionnels ont été remis à l’occasion de cette grande fête qui avait lieu dans le magnifique jardin de l'Hôtel Émile Blémont, siège de la SACD : le Grand Prix qui récompense un auteur pour l’ensemble de sa carrière ; et le prix européen célébrant un auteur européen, qui souligne ainsi la dimension internationale de la SACD. Les 24 prix ont été remis lors de la soirée du 6 juin, dans une ambiance très chaleureuse, par les 28 membres du Conseil d’administration présidé par Laurent Heynemann.

Palmarès des Prix SACD 2011
Grand Prix (ex-aequo) : Alain Cavalier et Jean-Michel Ribes.

Prix Cinéma : Philippe Le Guay.
Prix Nouveau Talent Cinéma : Anne Le Ny.

Prix Européen : Alan Bennett représenté par Jean-Marie Besset.

Prix Suzanne Bianchetti : Anaïs Demoustier.
Récompense une jeune comédienne de théâtre débutant une carrière cinématographique prometteuse.

Prix Télévision : Emmanuelle Bercot.
Prix Nouveau Talent Télévision : Anne Villacèque et Sophie Fillières.

Prix Animation : Alain Gagnol et Jean-Loup Felicioli.
Prix Nouveau Talent Animation : Natalys Raut-Sieuzac.

Prix Création Interactive : Anthony Roux (Société Ankama).

Prix Radio : Karin Serres.
Prix Nouveau Talent Radio : France Jolly.

Prix Théâtre : Didier Bezace.
Prix Nouveau Talent Théâtre : Matthieu Delaporte et Alexandre de La Patellière.
Prix de la Mise en Scène : Jean-Luc Revol.

Prix Humour/One Man Show : Nicolas Canteloup entouré de ses co-auteurs.
Prix Nouveau Talent Humour/One Man Show : Virginie Hocq.

Prix Arts du Cirque : Bonaventure Gacon.
Prix Arts de la Rue : Jacques Livchine et Hervée Gervais de Lafond.

Prix Chorégraphie : Xavier Le Roy.
Prix Nouveau Talent Chorégraphie : Jonah Bokaer.

Prix Musique : Michaël Levinas.
Prix Nouveau Talent Musique : Oscar Strasnoy.

Médailles Beaumarchais : Guillaume Cerruti, Laurence de Magalhaes, Françoise et Peter Kirkpatrick, Masako Okada, Claude-Eric Poiroux.
Honorent les personnalités qui ont œuvré pour les auteurs et pour la création.

Retrouvez les biographies et le reportage photo sur le site SACD et sur l’application SACD/smartphone.
Photo : Virginie Hocq, jeune artiste comique belge qui remporte un énorme succès au Petit Montparnasse à Paris © SACD.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Billet n°5 : Critique or not Critique... That is the question !  07/06/2011

"Point de critique. La critique est également nuisible à l'art et à l'esprit public. Elle n'aurait de sens qu'à condition d'être remise à sa place d'humble servante de l'art : elle devrait frayer la voie à la pensée nouvelle. Elle ne le peut point. Pour être apte à ce combat, il faudrait qu'elle eût la vue claire de l'idéal nouveau, et la foi dans cet idéal. Or, ce ne peut être le fait que d'un artiste créateur qui porte déjà cet idéal en soi. Et en vérité, la seule critique digne qu'on la lise, a été, de loin en loin, l'expression de génies en jugeant d'autres, comme Wagner, Schiller ou Goethe."

Romain Rolland, extrait de La Revue d'art dramatique, 1899.

"La profession de critique est certainement l'une des plus anciennes : de tout temps, il y eut des gens incapables d'agir ou de créer, qui se donnèrent pour tâche, et le plus sérieusement du monde, de juger les actions et les œuvres des autres.

Les autres - c'est-à-dire les auteurs - n'ont jamais aimé les critiques. Le grand reproche qu'ils leur font souvent, c'est d'être leurs frères stériles : mais cette réponse n'est pas convenante.
Tout d'abord, il est possible qu'un impuissant écrive un très bon livre sur la sexualité ou qu'un cul-de-jatte soit un grand expert de course à pied. [...]
C'est pourquoi, je refuse de poser au critique la question ad hominem. je ne veux pas demander : "Pouvez-vous en faire autant" pour avoir le droit de dire que l'auteur aurait pu faire mieux."

Extrait de La Critique des Critiques, Marcel Pagnol, Najel, 1949

Je me demande bien ce que diraient ces auteurs en voyant l'état de la critique aujourd'hui... sur Internet...! Pauvres artistes ou pauvres de nous ? That is the question !

Lire les autres brèves.

Fonds SACD Théâtre 2011, les lauréats de la 7e édition  07/06/2011

Les membres du jury 2011 © SACD.
La commission 2011 du Fonds SACD Théâtre - aide à la création et à la diffusion - réunie le 30 mai dernier pour sa septième édition, a choisi 13 projets de création dramatique qui bénéficieront de ce soutien (théâtre public et théâtre privé).
Composée de Christine Reverho, auteur ; Pierre Beyfette, directeur de la structure de diffusion Scène et public ; Marguerite Gourgue, directrice du Théâtre de La Bruyère ; Marie-Pia Bureau, directrice du Grand R, Scène Nationale de la Roche sur Yon ; Frédéric Maragnani, metteur en scène ; Marie-Armelle Deguy, actrice ; Anne de Amezaga, directrice de la compagnie Louis Brouillard, la commission était présidée par Georges Werler, président de la commission théâtre de la SACD qui ne prenait pas part au vote.

13 projets sur 41 ont été soutenus dont 2 reprises et 3 projets à destination du jeune public.
Chacun recevra 15 000 euros :
"À l'ouest", texte et mise en scène de Nathalie Fillion, production askUs, création le 13 janvier 2012 au Théâtre des Célestins (Lyon).
"Les Arpenteurs", texte et mise en scène de Stéphane Olry, production La Revue Eclair , création le 16 novembre 2011 au Théâtre de l’Aquarium (Paris).
"Ciel ouvert à Gettysburg", texte de Frédéric Vossier, mise en scène de Jean-François AUGUSTE, production Cie For happy people & Co, création au printemps 2012 à Théâtre Ouvert (Paris).
"Deux pas vers les étoiles", texte de Jean-Rock Gaudreault, mise en scène Jérôme Wacquiez, production Cie des Lucioles, reprise le 5 août 2011 dans le cadre du Festival Rêves de Mômes (Niederbronn les Bains).
"Devenir le ciel", texte de Laurent Contamin, mise en scène de Claire Fretel, production Collectif Mona, création le 23 novembre 2011 au Théâtre des 2 Rives (Charenton le Pont).
"J'ai 20 ans, qu'est-ce qui m'attend", texte de François Begaudeau, Joy Sorman, Maylis de Kerangal, Aurélie Filipetti et Arnaud Cathrine, mise en scène de Cécile Backes, production Cie les Piétons de la Place des Fêtes, création dans le courant du premier semestre 2012 à Théâtre Ouvert (Paris).
"La légende de Bornéo (ou les orangs-outans savent parler, mais ne le disent pas pour ne pas avoir à travailler)", texte et mise en scène de Simon Bakouche, Mélanie Bestel, Claire Dumas et Nadir Legrand, production L’Avantage du Doute, création en janvier 2012 au Théâtre de la Bastille (Paris).
"Le petit chaperon en sweet rouge", texte et mise en scène de D' De Kabal, production R.I.P.O.S.T.E, création le 29 novembre 2011 au Théâtre des Quartiers d’Ivry-Antoine Vitez (Ivry-sur-Seine).
"Le socle des vertiges", texte et mise en scène de Dieudonné Niangouna, production Le Grand Gardon Blanc, création le 29 septembre 2011 dans le cadre des Francophonies en Limousin (Limoges).
"SUN", texte et mise en scène de Cyril Teste, production Collectif MxM, création le 6 juillet 2011, salle Benoît XII, Festival d’Avignon (Avignon).
"Le système de Ponzi", texte et mise en scène de David Lescot, production Cie du Kairos, création le 17 janvier 2012 au Théâtre de l’Union (Limoges).
"Tête de mort", texte et mise en scène de Jean-Pierre Larroche et Frédéric Révérend, production Cie Les Ateliers du Spectacle, création le 4 août 2011 dans le cadre du Festival MiMa (Mirepoix).
"Oncle Gourdin", texte et mise en scène de Sophie Perez et Xavier Boussiron, production Cie du Zerep, création le 1er juillet 2011 au Centre Dramatique de Mons (Mons).
Site de la SACD
Lire les autres brèves.
Photo : Les membres du jury 2011 © SACD.
La Rédaction

Décès de Maurice Garrel  05/06/2011

Décès de Maurice Garrel
La "gueule" est inoubliable. Éternel second rôle du cinéma français (on se souviendra par exemple de Jean dans la Discrète). Il est aussi une grande figure du théâtre. Son état de santé lui avait fait annuler plusieurs dates cette saison et il devait lire des textes de Charles de Gaulle au Théâtre de la Madeleine. La famille de l'acteur Maurice Garrel, nous annonce son décès ce samedi à Paris à l'âge de 88 ans.

Né le 24 février 1923 à Saint-Gervais (Isère), Maurice Garrel était le père du cinéaste Philippe Garrel et le grand-père de l'acteur Louis Garrel et de l'actrice Esther Garrel.
Ancien élève de Charles Dullin, Maurice Garrel se consacre tout d'abord à la scène, travaillant notamment au côté de Laurent Terzieff. Il sera pensionnaire de la Comédie-Française de 1983 à 1985.

Au début des années 60, il se lance dans le cinéma où il apparaît la plupart du temps dans des seconds rôles, tournant pour de grands cinéastes tels que François Truffaut (La Peau douce), Jacques Rivette (Merry go Round), Costa-Gavras (Un homme de trop), Claude Lelouch (Edith et Marcel), Claude Chabrol (Nada), Claude Sautet (Un coeur en hiver).
En 1991, son interprétation dans la Discrète, de Christian Vincent, lui vaut d'être nommé pour le César du meilleur second rôle. Il le sera une seconde fois en 2005 pour Rois et reine (Arnaud Desplechin). Il tiendra régulièrement des rôles, souvent autobiographiques, dans les films de son fils Philippe Garrel (Le Coeur fantôme, Sauvage innocence).
Maurice Garrel a également joué dans de nombreuses dramatiques pour la télévision.
La Rédaction

Les nouveaux talents du rire... La SACD soutient l’humour  05/06/2011

Les nouveaux talents du rire... La SACD soutient l’humour
Dans le cadre de ses actions en faveur de l’humour et des nouveaux talents, la Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques soutient fidèlement depuis sa création le festival "L’Humour en capitales". La communauté des auteurs souhaite particulièrement encourager les "jeunes talents", et mettre donc en lumière de nouvelles écritures, vives, légères et parfois acides.

La SACD, partenaire du Festival depuis 2007, remettra comme chaque année le Prix SACD jeune talent à l’occasion de la soirée qui se déroulera le 8 juin au Théâtre Dejazet. Ont ainsi déjà été récompensés par ce prix : Fabrice Abraham (2007), Skalp (2008), Constance (2009) et Chris (2010).

La SACD a créé par ailleurs le Fonds Humour, unique en son genre, afin de valoriser les auteurs de l’humour et l’écriture si particulière du one-man-show. 11 spectacles ont ainsi été aidés en 2010 pour soutenir des auteurs qui commencent leur carrière et ceux, plus reconnus, représentant la création actuelle.

Pour en savoir plus sur cette action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, n’hésitez pas à consulter la rubrique "Soutiens/appels à projet" sur le site, www.sacd.fr et le site de l’association "La culture avec la copie privée", www.copieprivee.org
La Rédaction

Nomination de Bruno de Beaufort à la direction du Centre national des arts de la rue (CNAR) de Poitou-Charentes  02/06/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, Ségolène Royal, présidente de la région Poitou-Charentes et Geneviève Gaillard, députée-maire de Niort, donnent leur accord à la proposition du jury, présidé par Louis Joinet, de nomination de Bruno de Beaufort à la direction du CNAR de Poitou-Charentes, installé sur le site des Usines Boinot à Niort.

Cette nomination est la première à s’effectuer depuis la mise en place du nouveau label attribué aux neuf centres nationaux des arts de la rue en France.

Directeur des productions et de la communication de la compagnie Luc Amoros, coanimateur et coordinateur de la Halle Verrière de Meisenthal, Bruno de Beaufort possède une solide connaissance des arts de la rue et de la conduite d’un lieu de création, issu de la réhabilitation d’un ancien site industriel.

Le projet de Bruno de Beaufort pose un regard ouvert sur l’art dans l’espace public et ses développements d’avenir. Le compagnonnage avec les artistes, une forte emprise territoriale construite sur des partenariats régionaux et interrégionaux, ainsi que la prise en compte de la portée emblématique que représente la rénovation des Usines Boinot pour la population niortaise dans une ville en pleine transformation, sont les axes fondateurs du Centre national des arts de la rue de Poitou-Charentes.
La Rédaction

Sacem : Fête de la Musique  02/06/2011

Mardi 21 juin 2011, c’est la Fête de la Musique... de toutes les musiques. Une trentième édition placée sous le signe des musiques d’Outre-Mer.

Une fête qui célèbre aussi tous les auteurs, compositeurs, artistes-interprètes, musiciens amateurs ou professionnels, chorales, harmonies, fanfares et orchestres… Une journée en l’honneur de tous ceux qui créent la musique, l’interprètent et la font vivre !

La Sacem se joint à tous les amoureux de la musique pour célébrer cet événement en accordant exceptionnellement, et dans le respect de certaines conditions, des autorisations gratuites.

Ainsi, pour les 42 millions d’œuvres françaises et étrangères représentées par la Sacem, les organisateurs de concerts, dont le budget artistique n’excèdera pas un seuil préalablement défini ou au cours desquels les artistes se produiront bénévolement, n’auront pas à acquitter la redevance de droits d’auteur.

Les exploitants de bars, cafés et brasseries pourront également bénéficier de cette autorisation gratuite dès lors qu’ils accueilleront dans leur établissement des chanteurs et musiciens qui joueront à titre gracieux.

Pour déclarer votre manifestation à votre délégation régionale Sacem :
Tél. : 08 20 20 20 74, puis taper le code postal de la commune accueillant la manifestation.
La Rédaction

"En 2011, passez commande !" : une opération exceptionnelle, pour soutenir la création contemporaine  01/06/2011

En 1988, à l’initiative du SYNDEAC et de Jean‐Claude Grumberg, alors administrateur de la SACD, a été créé le Fonds de Développement de la Création Théâtrale Contemporaine (FDCTC), financé pour partie par le ministère de la Culture, afin d’encourager la production d’œuvres contemporaines dans les théâtres. Ce dispositif a bien fonctionné pendant 20 ans. Les participants avaient décidé de faire évoluer le fonds, mais le ministère de la Culture s’est retiré unilatéralement. Aussi, le fonds s’est transformé en une opération ultime et unique : "En 2011, passez commande".
Cette opération avait pour ambition d’encourager les structures, membres du SYNDEAC au 31 décembre 2010, à l’accueil d’un auteur dans le cadre d’un contrat de commande et d’un projet de production de théâtre, danse, cirque ou arts de la rue.

La commission s’est réunie le 23 mai afin de sélectionner les projets retenus. Le jury composé de Jean-Paul Alègre, auteur et administrateur théâtre de la SACD, Eugène Durif, auteur, Claude Juin, directeur adjoint du Théâtre de l’Est Parisien, Vincent Adelus, chargé de mission pour le théâtre en langue française pour les Théâtres de la ville de Luxembourg, et Franck Bauchard, directeur de la Panacée à Montpellier, s’est félicité de la qualité des projets présentés, qui reflètent la diversité de la création.

10 projets sur 22 ont été sélectionnés pour ce dispositif :

"Campagnes d’écritures", une commande de l’ADDA, Scènes Croisées de Mende, à Catherine Zambon. La création aura lieu en mars 2013.

"Circuits fermés", une commande du Carré Magique de Lannion à Guillaume Martinet et Minh Tam Kaplan. La création aura lieu en octobre 2011.

"Dance is a dirty job but somebody’s got to do it", une commande de l’Espace des Arts de Chalon à Scali Delpeyrat. La création aura lieu en septembre 2011.

"Les Habitants", une commande de la compagnie Dérézo à Lisa Lacombe. La création aura lieu en mars 2012.

"Invisibles", une commande de la MC2 Grenoble à Nasser Djemaï. La création aura lieu en novembre 2011.

"Lost (replay)", une commande du Théâtre de la Bastille à Gérard Watkins. La création aura lieu en novembre 2012.

"Perte totale et irréversible d’autonomie", une commande du TGP de Saint‐Denis à Rémi De Vos. La création aura lieu en janvier 2012.

"Tunnel", une commande du Théâtre Nouvelle Génération de Lyon à Fabrice Melquiot. La création aura lieu en 2013.

"Savez‐vous que je peux sourire et tuer en même temps ?", une commande de la compagnie Ches Panses Vertes à François Chaffin. La création aura lieu en décembre 2011.

"Les vies secrètes des cartes à jouer", une commande du Cirque Théâtre d’Elbœuf à Nathalie Papin. La création aura lieu en février 2012.

Plus d'infos sur le site de la SACD.
La Rédaction

Nomination de Thomas Lebrun à la direction du Centre chorégraphique national de Tours  27/05/2011

En accord avec la ville de Tours, la région Centre et le département d’Indre-et-Loire, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, annonce la nomination de Thomas Lebrun à la direction du Centre chorégraphique national de Tours.

Chorégraphe et interprète, Thomas Lebrun a notamment dansé pour les chorégraphes Bernard Glandier, Daniel Larrieu, Christine Bastin, Christine Jouve, avant de fonder la compagnie Illico en 2000. Son écriture allie une danse précise à une théâtralité affirmée.

Depuis 2005 il a été artiste associé au Centre de développement chorégraphique - Danse à Lille, s’impliquant pleinement dans ses activités à destination des publics. Ses productions ont été accompagnées avec constance par le festival des Rencontres chorégraphiques internationales de Seine-Saint-Denis.

Son projet pour le Centre chorégraphique national de Tours est guidé par l’affirmation de toutes les danses contemporaines et l’ouverture aux dialogues possibles entre la danse et la musique.

Il prendra ses fonctions de directeur au 1er janvier 2012, en succédant à Bernardo Montet.
La Rédaction

Adoption par la Commission européenne d'une stratégie en matière de propriété intellectuelle  26/05/2011

La SACD salue l’adoption par la Commission d’une stratégie européenne en faveur des droits de propriété intellectuelle qui reconnaît leur importance pour l’économie européenne et souligne le rôle du droit d’auteur pour la création, apportant ainsi des éléments positifs pour la rémunération des auteurs en ligne.

La SACD se félicite notamment de ce que la question de la rémunération des auteurs sur l’exploitation en
ligne de leur œuvre soit inscrite à l’agenda de la Commission pour cette année 2011 dans le cadre du livre
vert sur la distribution des œuvres audiovisuelles. Des mesures en faveur d’une juste rémunération des
auteurs sur les nouveaux supports doivent impérativement accompagner le développement des offres légales sur Internet en Europe afin que les créateurs puissent également bénéficier des fruits de leur travail à l’ère numérique.

La définition par la Commission d’un cadre européen des sociétés de gestion collective devrait permettre de mettre fin aux critiques dont elles font trop souvent l’objet en Europe. Pour sa part, la SACD est soumise chaque année au contrôle minutieux et très utile de la Commission de contrôle des SPRD qui permet d’ores et déjà de garantir du sérieux et de la transparence de sa gestion au profit de ses auteurs membres. L’inscription de cette proposition dans cette stratégie montre que la Commission leur reconnaît un rôle central dans l’exploitation et la circulation des œuvres à une époque où celles‐ci peuvent et doivent être diffusées sur un grand nombre de supports, notamment numérique.

La SACD souhaiterait cependant que cette exigence de transparence puisse être partagée par tous ceux qui contribuent à la naissance et à la vie des œuvres et notamment par des producteurs dont la relation avec les auteurs est souvent déterminante et doit s’orienter vers une transparence accrue des redditions de compte et des remontées de recettes afin que les auteurs puissent être pleinement associés au sort des œuvres dont ils sont les créateurs.

Au‐delà, la SACD rappelle à la Commission Européenne son devoir de respecter pleinement l’esprit et la lettre de la Convention de l’Unesco pour la diversité culturelle afin de favoriser l’émergence d’une fiscalité culturelle spécifique pour l’ensemble des biens et services culturels, de lutter contre les contournements des réglementations nationales par certains opérateurs champions de la délocalisation fiscale et d’exclure les services culturels et audiovisuels des négociations commerciales.

SACD/Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Billet n°4 : Rencontre du troisième âge  25/05/2011

Dimanche soir. Je vais au théâtre. Moyenne d’âge de la troupe : 25 ans ; du public : difficile à dire. Des enfants courent, des couples se tiennent par la main, des jeunes boivent une bière. Peut-être des amis de la troupe qui va se produire. Fatou vend ses boissons revigorantes au gingembre et Michaël ses plats à 5 euros. Il n’y a pas foule, mais l’ambiance est chaleureuse, même si le confort est rudimentaire et les sièges bringuebalants. Le spectacle est jeune et vivant. Ça fait plaisir à humer. On en redemande.

La veille. Au théâtre (aussi). La salle à l’italienne est superbe. Elle compte parmi les plus beaux lieux de la capitale. L’atmosphère est feutrée, les sièges confortables. Je me faufile tant bien que mal pour gagner ma place. La pièce fait salle comble. C’est tant mieux.

Un peu en avance, je commence à regarder autour de moi. Crânes chauves et têtes chenues. Pas possible, me dis-je, je m’suis donc trompée de représentation ? J’ajuste mes lunettes et attrape le programme… Non, non, c’est bien cela pourtant. Ma parole, c’est un troupeau entier qui s’est déplacé ! Si ça s’trouve, le théâtre a exceptionnellement passé un accord avec quelque maison de retraite du coin. Bon, tout de même, où sont les autres : les coiffes hirsutes, les mèches rebelles, les crêtes orange et les rouflaquettes proéminentes ? J’ai droit quand même à quelques clins d’œils torves, en cachette de la "bourgeoise". Vraiment messieurs, très élégants.

Une demi heure de jeu déjà écoulée. Oh la, que c’est long. Je commence à m’agiter sur mon siège. Très mauvais signe. J’écoute, tends l’oreille, attrape par-ci par-là des bouts d’histoire. L’effort est quasi surhumain. Je me frotte de temps en temps les paupières pour être sûre de les garder bien ouvertes. Mon cher voisin, quant à lui, ne m’encourage pas tellement. J’imagine qu’il doit terminer sa digestion… un petit filet de bave s’échappe de sa bouche tremblotante et fatiguée. Je jette un deuxième coup d’œil… Il ronfle, mais pas d’inquiétude son dentier est bien en place.

La comédienne est habile, la scénographie opère une belle trouée dans le texte. Qu’est-ce qui cloche alors ? Un sujet poussiéreux et désuet, qui ne fait plus tellement écho aujourd’hui ? Dommage, ces amours interdites d’une soubrette n’ont pas grand-chose à voir avec l’affaire Strauss Kahn. Mais possible que "Madame Figaro" en soit très émue. Elle se souviendra peut-être des histoires de la bonne avec son mari. Mouais… À part cela ?

Un constat simple : "les jeunes ne vont plus au théâtre". À part des "zi va" et jouer à la "play station", ils ne s’intéressent à plus rien. Vraiment, à qui la faute ? Pas à Vilar en tout cas !
Sheila Louinet

Les Prix SACD à Cannes : Prix du scénario, Quinzaine des réalisateurs et Semaine de la critique  24/05/2011

Jeff Nichols © Julien Attard/SACD.
Chaque année, la SACD, partenaire fidèle du Festival de Cannes, soutient toutes les sélections en décernant des Prix pour récompenser les auteurs de films souvent singuliers qui font émerger de nouvelles écritures et des cinématographies prometteuses.

Prix du scénario de la compétition officielle au Festival de Cannes
Ce prix, créé à l’initiative de la SACD en 1994, a été remis le 22 mai lors de la cérémonie de clôture du Festival.
Le jury présidé par Robert De Niro a récompensé le film Footnote du réalisateur scénariste israélien Joseph Cedar.
Les précédents lauréats SACD du Prix du scénario du Festival de Cannes sont : Michel Blanc, Jacques Audiard, James Schamus, Hal Hartley, Youri Arabov, James Flamberg et John C.Ricards, Danis Tanovic, Paul Laverty, Denys Arcand, Agnès Jaoui et Jean-Pierre Bacri, Guillermo Arriaga, Pedro Almodovar, Fatih Akin, Jean-Pierre et Luc Dardenne, Lou Ye et en 2010 Lee Chang-Dong pour le film Poetry.

Prix SACD Quinzaine des Réalisateurs 2011
Décerné à Bouli Lanners pour Les Géants, réalisation Bouli Lanners et scénario Elise Ancion et Bouli Lanners. Ce prix, d’un montant de 4 000 euros, récompense l’auteur d’un long métrage francophone.

Le jury SACD est heureux de récompenser un réalisateur dont elle soutient et accompagne depuis longtemps le travail. Les Géants de Bouli Lanners a su toucher le jury par sa cocasserie tendre et mélancolique déjà présente dans son précédent film Eldorado. L’interprétation forte des trois personnages interprétés par Zacharie Chasseriaud, Martin Nissen et Paul Bartel montre des enfants plongés dans des problématiques d’adulte qui font écho à un certain état du monde. L’utilisation du cinémascope accentue cet effet en confrontant aux grands espaces de Wallonie un récit de l’intime.

Séance de rattrapage :
Vendredi 3 juin à 17 h, Forum des images. www.forumdesimages.fr

Prix SACD Semaine de la Critique 2011
Attribué à Take Shelter de l’américain Jeff Nichols (Scénario et réalisation). Ce prix d’un montant de 4 000 euros récompense un auteur d’un premier ou second long métrage.
"Take Shelter est un film qui aborde avec une rare acuité un sujet très fort et qui tient toutes les promesses de Shotgun Stories, le précédent Jeff Nichols. Filmage, interprétation, scénario, sens du cadre, de l’angoisse latente, de la nature si spectaculaire, si troublante, tout nous menace dans ce film magistral." Bertrand Tavernier.

Séance de rattrapage :
Dimanche 5 juin à 19 h 30, salle George Franju, Cinémathèque française. www.cinematheque.fr

Les commissions d’attribution des Prix SACD étaient composées des auteurs membres de la commission cinéma :
Bertrand Tavernier (président), Gérard Krawczyk, Laurent Heynemann (président de la SACD), Christine Laurent et Benjamin Legrand (délégué à l’animation) et André Buyters (président de la SACD Belgique).
La Rédaction

Expo au Palais Garnier : Les tragédiennes de l'Opéra 1875-1939  23/05/2011

Expo au Palais Garnier : Les tragédiennes de l'Opéra 1875-1939
Du 7 juin au 25 septembre 2011, l’Opéra national de Paris et la Bibliothèque nationale de France s’associent pour rendre hommage aux divas : "tragédiennes de l’Opéra, de 1875 (date d’ouverture du Palais Garnier) à 1939".

Cette exposition évoquera quelques grandes chanteuses liées au Palais Garnier, temple flambant neuf dédié à l’art lyrique et à tous ses excès, dont la construction (décidé par Napoléon III) dura quinze ans et qui fut inauguré le 5 janvier 1875. Parmi ces grandes tragédiennes, on retrouvera entre autres Rose Caron créatrice des œuvres de Reyer mais aussi de la Sieglinde de La Walkyrie ou de la Desdémone d’Otello et célèbre Iphigénie dans Iphigénie en Tauride de Gluck (1900) ; Gabrielle Krauss (créatrice des derniers ouvrages de Gounod) ; Sybil Sanderson (muse de Massenet pour Thaïs) ; Lucienne Bréval, modèle de la chanteuse noble (mémorable dans le rôle-titre de Salomé de Mariotte, 1909), qui va régner sur l'Opéra plus de trente ans, etc.

À travers photographies, objets, bijoux, maquettes de costumes et documents rares, cette exposition ravivera le souvenir de ces femmes d’exception. Dans les lieux mêmes du Palais Garnier, elle évoquera aussi le passage d’un siècle à l’autre qui se traduit autant dans le répertoire que dans l’image reflétée de ces déesses et dans leur rapport au public.

Commissariat
Christophe Ghristi, Opéra national de Paris.
Pierre Vidal, Bibliothèque-musée de l’Opéra.
Mathias Auclair, Bibliothèque-musée de l’Opéra.

Tous les jours de 10 h à 17 h, du 7 juin au 16 juillet et du 10 au 25 septembre.
Tous les jours de 10 h à 18 h, du 17 juillet au 9 septembre (sauf fermetures exceptionnelles).

Bibliothèque-musée de l’Opéra, Palais Garnier, Place de l’Opéra, Paris 9e.
08 92 89 90 90 - www.operadeparis.fr

"Les Tragédiennes de l’Opéra", Éditions Albin Michel.
Parution le jeudi 2 juin 2011.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Billet n°3 : La maladie de l'art  22/05/2011

[…] « N’entendez-vous pas, critiques indifférents, l’artiste vous dire : "Voici mon œuvre, je l’ai arrachée de ma cervelle ; il y a là-dedans un peu de ma chair, un peu de mon sang, un peu de mon âme. j’y ai mis tout ce qu’il y a en moi d’effort noble et de conscience d’artiste. Durant les nuits silencieuses, j’ai travaillé, j’ai pensé, j’ai douté. Je pourrais retrouver, en cette scène, la trace des visions hallucinantes qui sont venues hanter mon cerveau et tourbillonner devant mes yeux éblouis par le rêve: je pourrais retrouver les heures d’enthousiasme fou où je me suis cru Dieu, et les heures de découragement stérile où j’ai voulu jeter au feu et disperser au vent l’œuvre commerciale. Elle renferme une parcelle de mes joies, de mes espérances, de mes souffrances aussi ; elle cache, comme l’alcôve, les amours fécondes, la pudeur de sa génération, le mystère de sa paternité. Et bien, tout cela, je vous le donne. Bonne ou mauvaise, laide ou belle, chétive ou rose de vie, c’est moi qui l’ai créée cette œuvre, c’est mon enfant. prenez-là, pensez à ce qu’elle a coûté, et ne la brisez pas comme un enfant capricieux son joujou."

Mais, pour agir ainsi, il faut aimer l’art jusque dans ses faiblesses et ses égarements. Il faut avoir pour lui, non pas la curiosité qu’on a pour le plaisir qui passe et ne laisse rien que le dégoût, mais le respect et l’adoration qu’on a pour ce qu’il y a de plus beau dans l’homme et de divin dans la vie. Il faut, comme le disait un grand peintre, avoir "la maladie" de l’art.

Hélas, c’est une maladie qui s’en va et dont on ne meurt plus car notre siècle possède un calmant qui l’engourdit : l’indifférence ; et une panacée qui la guérit : l’argent. Et l’art dramatique, tombé plus bas et plus vite que les autres aux mains des empiriques et des marchands n’a que la critique aveugle et vendue qu’elle mérite.

La critique, dans la déroute universelle où sont emportées les littératures, me fait l’effet d’un général qui, dans une bataille, voyant ses soldats fuir et jeter les armes, crierait : "Bravo".

Octave Mirbeau, extrait d’un article (Auteurs et critiques) paru dans Le Gaulois, le 9 février 1885.
Octave Mirbeau

Prix SACD de la Quinzaine des Réalisateurs, lauréat 2011 : "Les Géants" de Bouli Lanners  21/05/2011

Bouli Lanners © All rights reserved/Quinzaine des Réalisateurs.
Le jury du Prix SACD de la Quinzaine des Réalisateurs rassemblé autour de Bertrand Tavernier, président de la commission cinéma de la SACD, de Christine Laurent, Laurent Heynemann, Gérard Krawczyk et Benjamin Legrand, cinéastes membres de la commission, et d’André Buytaers, président de la SACD Belgique, récompense chaque année, un long métrage francophone parmi les films sélectionnés par la Quinzaine en lui remettant un prix d’un montant de 4 000 euros.

En étant partenaire de la Quinzaine des Réalisateurs, la SACD se fixe pour objectif chaque année de mettre en lumière le rôle essentiel des auteurs dans la création de films et de les accompagner dans leur parcours cinématographique en les récompensant grâce à son action culturelle financée par la copie privée.

C’est pour répondre à cette ambition que, le 20 mai lors de la cérémonie de clôture de la Quinzaine des Réalisateurs, le jury représenté par Gérard Krawczyk et André Buytaers a remis son Prix SACD au film belge Les Géants de Bouli Lanners, dont il est le réalisateur et le co-scénariste avec Elise Ancion.

Né en Belgique en 1965, formé à l’École des Beaux-arts de Liège, Bouli Lanners est révélé en tant que comédien dans l’émission Les Snuls diffusée sur Canal+ Belgique. Il entame une carrière d’acteur au cinéma dans le film de Jaco Van Dormael Toto le héros (1990) et enchaîne les rôles chez Benoît Mariage, Jean-Pierre Jeunet ou encore avec le duo Kervern et Delepine. En 2005, son premier long métrage, Ultranova est primé au Festival de Berlin, son second, Eldorado est sélectionné à la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes en 2008 où il récolte trois prix. En 2009, il reçoit le Prix SACD Belgique pour son cinéma drôle, émouvant et poétique.

Le jury SACD est heureux de récompenser un réalisateur dont elle soutient et accompagne depuis longtemps le travail. Les Géants de Bouli Lanners a su toucher le jury par sa cocasserie tendre et mélancolique déjà présente dans son précédent film Eldorado. L’interprétation forte des trois personnages interprétés par Zacharie Chasseriaud, Martin Nissen et Paul Bartel montre des enfants plongés dans des problématiques d’adulte qui font écho à un certain état du monde. L’utilisation du cinémascope accentue cet effet en confrontant aux grands espaces de Wallonie un récit de l’intime.

"Bouli Lanners décrit le monde du mal, de la déchéance morale, de l’humiliation (quelle galerie de personnages) sans jamais être moralisateur ni condescendant. Ce monde nous fout la trouille, point barre. On reste cloué, bouleversé, admiratif." Bertrand Tavernier

>> Tout savoir sur la SACD au festival de Cannes 2011 :
www.quinzaine-realisateurs.com / www.sacd.fr

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Pierre Santini démissionne du théâtre Mouffetard  20/05/2011

Pierre Santini démissionne du théâtre Mouffetard
Le comédien et metteur en scène Pierre Santini a pris la décision de donner sa démission du Théâtre Mouffetard qu’il dirigeait depuis 2003. La décision ne semble pas avoir été simple à prendre. Il s’en explique longuement dans l’édito publié pour la programmation de la Saison 2011-2012.

"Toutes ces propositions, autour desquelles se fidélise chaque année un nombre plus important de spectateurs et d’amis du spectacle vivant, tendent à faire de notre théâtre un lieu culturel vivant, accessible, chaleureux et varié. Tout cela est rendu possible parce que la Ville de Paris, propriétaire des lieux, octroie à notre association Paris Mouff’Théâtre une subvention de fonctionnement qui nous permet d’accueillir, dans de bonnes conditions professionnelles, les artistes et les compagnies que nous avons programmés.
À cette subvention viennent s’ajouter les recettes que nous apportent chaque jour tous ceux qui, heureusement nombreux, viennent voir nos spectacles. Cette ressource supplémentaire et fondamentale passe essentiellement en dépenses de communication, ce qui nous permet de faire connaître en permanence au public parisien et francilien l’actualité de notre programmation.
En dehors de cela, nous ne disposons d’aucun moyen de création ou de production, que, malgré mes demandes répétées et toutes les suggestions que j’ai pu faire à la Ville, il ne m’a pas été possible d’obtenir. Nous restons donc, comme depuis huit ans que je dirige ce théâtre, un lieu de programmation et d’accueil dont la convention d’occupation des lieux est renouvelée chaque année pour un an, ce qui n’est pas, avouons-le, très incitatif pour d’autres tutelles ou producteurs qui voudraient accompagner une éventuelle démarche de création."


Pierre Santini fera ses adieux au public du Mouffetard de novembre 2011 à janvier 2012 en jouant "Les émigrés" de Slawomir Mrozek, avec Joël Cantona, dans une mise en scène de Gérard Gelas.

Le Théâtre perd là un grand directeur. Disons surtout que cette démission n’augure rien de bon et souligne le maigre soutien apporté par l’État à la création. Une preuve supplémentaire que le spectacle vivant va mal.

Nous aurons très bientôt rendez-vous avec Monsieur Santini pour une interview que nous nous ferons un plaisir de vous faire écouter.

www.theatremouffetard.com/

Lire les autres brèves.
La Rédaction

1 ... « 22 23 24 25 26 27







Partenariat



À découvrir

"Gloucester Time, Matériau Shakespeare, Richard III" Crimes et machinations, une histoire de rois… interprétée "royalement"

D'abord le souffle puissant d'un dramaturge d'exception, William Shakespeare, pour s'emparer au XVIe siècle des combats fratricides opposant trente ans durant la famille des York à celle des Lancaster, avant que l'un d'eux, Richard duc de Gloucester, ne les surpasse en perfidie machiavélique… Puis un metteur en scène, Matthias Langhoff, pour, à la fin du XXe siècle, monter ce drame atemporel… Enfin, deux acteurs embarqués dans la première aventure, Frédérique Loliée et Marcial Di Fonzo Bo, pour remonter sur les planches en reprenant vingt-cinq années plus tard la mise en scène de leur mentor… Voilà de quoi est fait ce bouillonnant "Matériau Shakespeare".

© Christophe Raynaud de Lage.
D'emblée, on est immergé dans un décor fabuleux devenu, en 2022, une curiosité à lui seul. En effet, l'époque privilégiant les plateaux quasi-nus pour des raisons autant esthétiques que financières, on n'est pas peu surpris de découvrir une gigantesque machinerie de treuils et autres parquets inclinés commandés à vue par des techniciens faisant dérober sous les pieds des protagonistes le sol qui, au propre comme au figuré, à chaque instant risque de les engloutir. Jusqu'à la Tour de Londres que l'on devine en haut du monumental escalier, au-dessus du pont-levis. Une machinerie exceptionnelle propre à rendre compte des machinations qui vont déferler trois heures durant devant nos yeux fascinés…

Comme à l'époque du théâtre élisabéthain où celui-ci était lieu de rencontres festives, tout commence par un défilé d'invités qui, verre à la main, portable vissé à l'oreille, cameramen filmant la scène, rejoignent sourires de circonstance accrochés aux lèvres "le décor"… À l'exception cependant de la veuve d'Henri VI, bannie du royaume, qui sera, elle, évacuée manu militari par les agents de sécurité du théâtre, elle et son cabas plastique griffé "Bordeaux" où elle a entassé vaille que vaille quelques objets personnels… Ainsi est créé un continuum temporel, dévoilant au-delà des cinq siècles qui les séparent les coulisses des jeux de massacre pour la conquête du pouvoir… À quelques nuances près certes, quoique, en 2022…

Yves Kafka
14/02/2022
Spectacle à la Une

"Black Mountain" Polar psychologique théâtral tout terrain !

Polar tendu sur la trahison et le pardon, entre thriller d'horreur et dissection psychologique d'un rapport humain… Entre Rebecca et Paul… Lui a trahi, ils veulent faire le point, mais la tension monte… "Je pense que je veux que tu aies mal. Je suis désolé mais c'est ce que je veux. Je veux que tu aies réellement mal."

© Caroline Ablain.
Rebecca et Paul se sont isolés dans une cabane à la montagne… pour tenter de sauver leur couple, pour faire le point après une trahison encore ardente. À moins que l’un des deux ait d’autres projets en tête. Ils ont décidé de se retrouver seuls, à l’écart du monde, de s’offrir du temps et de l’espace pour être honnêtes et s’écouter. À moins qu’ils ne soient pas seuls.

Après "Nature morte dans un fossé", précédent succès du groupe Vertigo, "Black Mountain" de Brad Birch est dans la même lignée, un spectacle noir mais non dénué d'humour, avec suspense et ambiances légèrement horrifiques… dans une forme légère pour s'adapter à toutes types de lieux.

Ici, Guillaume Doucet, Bérangère Notta et Alice Vannier du groupe Vertigo ont respecté les volontés (didascalies) de l'auteur en matière de scénographie. Ainsi on découvre un décor minimaliste avec pour seule structure délimitant l'espace un cube composé de ses seules arêtes (sans parois), mais matérialisé en fond par un mur de planches de bois simplement percé d'une fenêtre rectangulaire avec un rideau noir, seul élément composé, concret, suggérant la cuisine.

Dominique Debeauvais
08/04/2022
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Road-movie immobile entre enquête et conférence passionnées

Leur nouvelle tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

© Thomas Faverjon.
Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
24/03/2022