La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.


Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle


Nomination d'Olivier Perry à la direction du Centre culturel André Malraux, scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy  28/04/2017

Photo : © DR.
Sur proposition unanime du jury, en accord avec Stéphane Hablot, maire de Vandœuvre-lès-Nancy, et Philippe Richert, président de la région Grand Est, Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a donné son agrément à la nomination d'Olivier Perry à la direction de la scène nationale de Vandœuvre-lès-Nancy.

Olivier Perry a imaginé un projet qui laisse place aussi bien à la musique qu'à la danse et au théâtre, en portant attention à la dimension photographique fortement inscrite au Centre culturel André Malraux.

En mettant l'accent sur la jeunesse et la diversité, il entend développer l'activité de la scène nationale à travers des résidences d'artistes pour déployer davantage encore l'éducation artistique et culturelle.

Administrateur général du Centre chorégraphique national de Rillieux-la-Pape depuis 2013, Olivier Perry a précédemment fait partie de l'équipe du Centre Dramatique National de Gennevilliers et de celle de la Scène nationale de Douai.

Il succèdera à Dominique Répécaud, brutalement disparu le 19 novembre dernier et dont la ministre tient à saluer la mémoire. Son travail enthousiaste à la tête du Centre culturel André Malraux pendant 16 ans, animant une équipe engagée à ses côtés, a permis à cette scène de rayonner au niveau national et international.

Communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : © DR.
La Rédaction


Nomination de Marie Linden à la direction générale de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg  27/04/2017

© OPS.
En accord avec Roland Ries, maire de Strasbourg, et sur proposition unanime du jury, Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a donné son agrément à la nomination de Marie Linden au poste de directrice générale de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg.

En relation étroite avec Marko Letonja, directeur musical de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg, Marie Linden souhaite mettre en place un projet axé sur la diversification des publics, qui porte une attention particulière aux jeunes artistes et à leur insertion professionnelle.

Elle propose de travailler au développement des ressources numériques et envisage de renforcer les collaborations avec tous les partenaires de l’orchestre, en premier lieu avec l’Opéra national du Rhin et sa nouvelle direction.

Actuellement au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris, Marie Linden a travaillé successivement à l’Opéra national du Rhin puis à l’Ensemble Intercontemporain. Elle prendra ses fonctions le 1er septembre 2017.

Communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : © OPS.
La Rédaction


Nomination de Nicolas Blanc à la direction de l'établissement de coopération culturelle de Brive-Tulle  20/04/2017

© Les Sept Collines, scène conventionnée de Tulle.
Sur proposition unanime du jury et en plein accord avec Frédéric Soulier, maire de Brive-la-Gaillarde, et Bernard Combes, maire de Tulle, Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, donne son agrément à la nomination de Nicolas Blanc à la direction de l'établissement public de coopération culturelle en cours de constitution qui réunira Les Treize Arches de Brive-la-Gaillarde et les Sept Collines de Tulle. La ministre confirme par ailleurs l'attribution du label "scène nationale" à ce nouvel établissement.

Le ministère de la Culture et de la Communication accompagne et soutient ainsi la démarche conjointe des maires de Brive-la-Gaillarde et de Tulle, portée par le Conseil départemental de Corrèze et le Conseil régional de Nouvelle-Aquitaine dont l'ambition est de développer la vie artistique et culturelle, de soutenir les artistes et d'engager ainsi une nouvelle dynamique sur le territoire corrézien.

Nicolas Blanc veut s'appuyer sur les savoir-faire de chacune des équipes et sur l'identité artistique de ces deux scènes pour fédérer ces singularités dans un projet unique centré autour de la création pour l'enfance et la jeunesse.

Le projet de Nicolas Blanc se nourrira du dialogue avec les territoires, entre ville et campagne, à la rencontre des habitants, aux côtés des artistes. Il sera mis en œuvre à travers une diversité de partenariats avec les professionnels et les collectivités locales.

Directeur des Scènes croisées de Lozère depuis 2010, Nicolas Blanc a auparavant été chargé de l'élaboration du schéma départemental de l'enseignement artistique du théâtre dans les Côtes-d'Armor puis de celui consacré à la musique, la danse, le théâtre et les arts du cirque dans le Gers, avant d'être en charge de la politique culturelle dans ce même département.

La ministre tient à remercier Solange Charlot et Jean-Paul Dumas d'avoir préparé ce projet novateur. Elle salue leur engagement, celui de Solange Charlot qui a patiemment construit, durant près de 20 ans, un projet d'envergure à la tête du Théâtre des Sept Collines à Tulle avant de prendre sa retraite fin 2015 ; et celui de Jean-Paul Dumas qui a porté la création des Treize Arches depuis 2009.

Communiqué de presse du ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : © Les Sept Collines, scène conventionnée de Tulle.
La Rédaction


Nomination de Galin Stoev à la direction du Centre dramatique national de Toulouse  25/03/2017

© DR.
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, en plein accord avec Jean-Luc Moudenc, président de Toulouse Métropole, et Carole Delga, présidente du Conseil régional d’Occitanie, a donné son agrément à la nomination de Galin Stoev à la direction du Centre dramatique national de Toulouse.

Galin Stoev veut donner au Théâtre National de Toulouse une impulsion forte pour l’accompagnement des jeunes artistes en créant le CUB, un incubateur créatif. Il prévoit d’associer des artistes à son projet dès la première année.

Attentif au jeune public, curieux de la rencontre avec d'autres arts de la scène, Galin Stoev conçoit le Théâtre National de Toulouse comme un lieu de vie attractif et accueillant en prise avec son territoire et à l'écoute de ses équipes artistiques.

De nationalité belge et bulgare, Galin Stoev a présenté ses créations sur les plus grands plateaux européens. En France, il a été accueilli à la Comédie-Française ou au théâtre de la Colline, passant d’une langue à l’autre, du répertoire classique français aux textes d'auteurs contemporains italiens ou russes.

Il prendra ses fonctions au 1er janvier 2018. Il succédera ainsi à Laurent Pelly et Agathe Mélinand que la ministre tient à remercier pour le travail exigeant qu'ils ont accompli au long de ces dix ans.

Communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication.
La Rédaction


Nomination de Sandrine Mini à la direction de la scène nationale de Sète et du Bassin de Thau  20/03/2017

© Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau.
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, a donné son agrément à la proposition unanime du jury de nommer Sandrine Mini à la direction de la scène nationale de Sète et du Bassin de Thau, en plein accord avec François Commeinhes, président de la Communauté d’agglomération de Sète et du Bassin de Thau, Kléber Mesquida, président du Conseil départemental de l’Hérault, Carole Delga, présidente du Conseil régional d’Occitanie, et René Spadone, président de l’association.

Sandrine Mini propose pour la scène nationale un projet ambitieux, à l'écoute de la diversité des parcours des artistes et des publics. Son projet laisse place aux acteurs de la scène artistique régionale et prévoit un pôle de création et de diffusion dédié au jeune public.

Sandrine Mini aura à cœur de renforcer l’empreinte de la scène nationale dans la région, en organisant dans l’espace public des communes de l’agglomération un événement annuel autour du cirque, de la danse, de la musique et des arts plastiques.

Sandrine Mini a précédemment dirigé la scène conventionnée "Le Toboggan" à Décines de 2004 à 2016, après avoir été successivement attachée culturelle à l’Ambassade de France à Rome et directrice des publics et du développement au Musée national Picasso.

La ministre tient à saluer Yvon Tranchant qui, tout au long de sa carrière, a œuvré au soutien aux artistes et à leur rencontre avec les publics.

Communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : © Scène nationale de Sète et du Bassin de Thau.
La Rédaction


Lettre de François Lazaro, Clastic Théâtre, compagnie "de Marionnettes" avec humains (que nous apprécions !)  04/03/2017

"Origine / Monde" de Daniel Lemahieu et François Lazaro © DR.
Monsieur Rémi Muzeau,
Maire de Clichy-la-Garenne
Monsieur Luc Mercier
Adjoint au Maire, Chargé de la Culture des Relations internationales et du Tourisme

Monsieur le Maire,
Monsieur l'adjoint au Maire chargé de la Culture,

J'ai la tristesse de vous faire part de ce communiqué de presse du 6 février 2017, émanant du Ministère de la Culture et de la Communication. Après des années de combat de toute une profession, le Ministère vient de faire l'annonce d'un nouveau label Marionnette et de dispositions renforcées en faveur de cet art. C'est une victoire et un grand honneur pour les acteurs de ce champ artistique, longtemps relativisé.


Le Clastic Théâtre, l'un des actuels 8 Lieux Compagnonnage Marionnette au plan national que cite le communiqué du Ministère, peut prétendre à ce label.

Le Clastic Théâtre a travaillé en lien avec les publics clichois et les services de la ville pendant 18 ans. Nous avons mis en place un festival, Terra Incognita, des journées professionnelles nationales, une grande quantité d'actions en lien avec tous les secteurs de la ville. Nous avons particulièrement travaillé à la mise en place des conditions de développement d'un lieu permanent pour la marionnette, la résidence artistique et l'accompagnement de jeunes artistes à Clichy. Soucieux de l'argent public qui a permis cette mise en place, nous avons travaillé à la transmission de cette mission à la compagnie Tsara/Aurelia Ivan qui avait longtemps été artiste associée au Clastic Théâtre et a participé à ce développement.

Je parle de tristesse car, malgré l’avis de vos services, vous n'avez pas su évaluer la marche en avant de l'histoire de cet art, entendu l'importance de cette mutation, n’avez pas accordé crédit, ni souhaité soutenir la possibilité pour cette artiste et sa compagnie de prendre en charge la location et la direction d'un lieu qui avait pourtant été dédié par la ville, avec un soutien public fléché, à la mise en place d'un pôle consacré à la permanence de la création, à la recherche et à la résidence artistique, concernant les arts de la marionnette (et au-delà) à Clichy.

La possibilité de ce label disparaitra donc avec ma compagnie, actuellement Lieu Compagnonnage Marionnette, après un parcours artistique de 50 ans et au terme d'un travail de transmission très sérieusement préparé avec l'ensemble des partenaires (Ministère de la Culture et de la Communication, Région Ile-de-France, Département des Hauts-de-Seine et Ville de Clichy), au lieu de rebondir, à Clichy-la-Garenne.

Cette mission de compagnonnage que nous portons actuellement et ce label que crée aujourd'hui le Ministère de la Culture, vont certainement migrer en direction d'une autre compagnie francilienne, dans une autre ville et un autre département.

Dont acte.

Je vous prie de bien vouloir accepter l'expression de ma plus grande tristesse devant ce gâchis.

François Lazaro

Directeur du Clastic Théâtre et du Laboratoire Clastic
Lieu Compagnonnage Marionnette en Ile-de-France


62, Bd Victor Hugo 92110 Clichy, 33 01 41 06 04 04.
clastic@clastictheatre.com
>> clastictheatre.com

Photo : "Origine / Monde" de Daniel Lemahieu et François Lazaro © DR.
La Rédaction


Isa Fleur, lauréate du Prix Maurice Yvain 2016  04/03/2017

© Karo Cottier.
Le conseil d’administration de la SACD, présidé par Jacques Fansten a décidé de décerner le Prix Maurice-Yvain 2016 à la compositrice et cantatrice Isa fleur. Ce prix lui sera remis par Philippe Hersant, président de la commission musique de la SACD, en présence de Jacques Fansten, Pascal Rogard, directeur général de la SACD, Patrick Raude, secrétaire général, et des membres du conseil d’administration de la SACD.

La soirée de remise aura lieu le 6 mars et se tiendra dans les salons de la SACD où se trouve le piano de Maurice Yvain, célèbre compositeur d’opérettes et de musiques de film, qui a donné son nom à cette récompense créée en 1972 à l’initiative de son épouse afin de célébrer un compositeur de musique légère ou d’opérette.

Isa Fleur
Cantatrice soprano, compositrice et musicienne à l’énergie débordante, Isa Fleur conjugue avec brio chansons d’amour et traits d’humour, au travers d’un répertoire résolument libertin.

Après des études musicales au Conservatoire Régional de Saint Maur où elle est de nombreuses fois récompensée (piano, clavecin, solfège, musique de chambre, chant et art lyrique), Isa Fleur se produit sur les principales scènes lyriques francophones : Avignon, Limoges, Charleroi, Liège, Montréal, Reims, Québec, ainsi que dans diverses opérettes et comédies musicales : "Comtesse Maritza", "La Veuve joyeuse", "Les Mousquetaires au couvent", "Mam'zelle Nitouche", etc.

Elle collabore avec des auteurs incontournables de l’opérette et de la musique de scène tels que Francis Lopez, Jean-Marie Lecoq, Louis Dunoyer De Segonzac, Jacques Duparc ou encore Jérôme Savary. Actuellement sur scène avec son dernier spectacle, "La Cantatrice Chaude", Isa Fleur reprend avec subtilité et humour des textes anciens ("Le petit ramoneur"), plus récents ("Quatre-vingt-quinze pour cent" de Georges Brassens), mais aussi ses propres compositions.

Les précédents lauréats du Prix Maurice Yvain
Ce Prix a été décerné en 2015 à La Compagnie Quartet Buccal, en 2014 à Juliette, en 2013 à Hervé Devolder, en 2012 à Étienne Perruchon, en 2011 à Thierry Lalo, en 2010 à Isabelle Aboulker, en 2009 à Antoine Hervé, en 2008 à Michel Frantz, en 2007 à Patrick Laviosa, en 2006 à Thierry Boulanger et en 2004 à Didier Lockwood.

Communique SACD du 2 mars 2017.
>> sacd.fr

Photo : "La Cantatrice Chaude" au Théâtre Essaïon (2015/2016) © Karo Cottier.
La Rédaction


Fonds de Création Lyrique 2016 : Qui sont les 17 lauréats de l’année ?  12/02/2017

"Oliver Twist, le musical", Salle Gaveau © DR.
Composée de deux représentants du conseil d’administration de la SACD, de deux représentants du conseil d’administration de l’Adami, de deux représentants de la DGCA et d’un représentant du Fonds pour la Création Musicale, la commission du Fonds de Création Lyrique s’est réunie le 15 juin 2016 et le 16 janvier 2017 et a retenu 17 productions pour l’année 2016.

● "Forge !". Musique de Gabriel Philippot, sur un livret de Stéphan Ramirez, mise en scène de Léo Cohen -Paperman, production de l’Opéra de Reims.

● "Initio, opéra chorégraphique". Musique de Pedro Garcia-Velasquez, sur un livret d’Alexandre Salcède, chorégraphie et mise en scène de Tatiana Julien, production de l’Ensemble Le Balcon.

● "Je suis un homme ridicule". Musique de Sébastien Gaxie, sur un livret et une mise en scène de Volodia Serre, production de l’Ensemble 2e2m.

● "Kamchatka". Musique de Daniel D’Adamo, sur un livret de Marcelo Figueras, mise en scène de Marc Baylet-Delperier, production de l’Ensemble Almaviva.

● "Kein Licht". Musique de Philippe Manoury, sur un livret d’Elfriede Jelinek, mise en scène de Nicolas Stemann, production du Théâtre National de l’Opéra-Comique (Paris).

● "La princesse légère". Musique de Violeta Cruz, sur un livret de Gilles Rico, mise en scène de Jos Houben, production du Théâtre National de l’Opéra-Comique (Paris).

● "Little Nemo". Musique de David Chaillou, sur un livret d’Olivier Balazuc et Arnaud Delalande, mise en scène d’Olivier Balazuc, production d’Angers-Nantes Opéra.

● "Les Constellation". Musique de Joséphine Stephenson, sur un livret et une mise en scène d’Antoine Thiollier, production Miroirs Étendus.

● "L’Opéra Porno". Musique de Nicolas Ducloux, sur un livret et une mise en scène de Pierre Guillois, production Le Fils du grand réseau.

● "Mririda". Musique d’Ahmed Essyad, sur un livret de Claudine Galea, mise en scène d’Olivier Achard, production de l’Opéra National du Rhin (Strasbourg).

● "Oliver Twist, le musical". Musique de Shay Alon, sur un livret de Christopher Delarue, mise en scène de Ladislas Chollat, production de Sistabro Production.

● "Olympia ou la mécanique des sentiments". Musique de Jérôme Boudin-Clauzel, sur un livret de Vanessa Callico, mise en scène de William Mesguich, production Coïncidences vocales.

● "Pinocchio". Musique de Philippe Boesmans, sur un livret et une mise en scène de Joël Pommerat, production du Festival d’Aix-en-Provence.

● "QaraQorum". Musique et livret de François-Bernard Mâche, mise en scène d’Alain Patiès, production La Grande Fugue.

● "Rose et Rose". Musique d’Alvaro Bello, sur un livret de Valérie Alane, mise en scène de Jean-Michel Fournereau, production du CRÉA.

● "Trompe la mort". Musique et livret de Luca Francesconi, mise en scène de Guy Cassiers, production de l’Opéra national de Paris.

● "Votre Faust". Musique d’Henri Pousseur, sur un livret de Michel Butor, mise en scène d’Aliénor Dauchez, production La Cage.

Depuis plus de vingt ans, le Fonds de Création Lyrique initié et géré par la SACD repose sur un partenariat de la SACD avec le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Adami et Le Fonds pour la Création Musicale. Ce fonds a pour mission de soutenir les projets professionnels de création et de reprise d’œuvres contemporaines pour l’opéra, le théâtre musical ou la comédie musicale. Il permet chaque année à de nombreuses œuvres d’être jouées dans de grands théâtres lyriques français, ainsi que dans de plus petites structures.

La copie privée est une source de financement capitale pour les auteurs. Pour en savoir plus sur l'action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, consulter le site de la SACD et le site de l’association "La culture avec la copie privée". Les demandes des soutiens de l’action culturelle s’effectuent en ligne sur le Portail des soutiens.
>> sacd.fr

Communiqué SACD du 7 février 2017

Photo : "Oliver Twist, le musical", Salle Gaveau © DR.

La Rédaction


Les lauréats 2016 des Prix Plaisir du Théâtre sont Philippe Caubère et Brice Hillairet  01/02/2017

© Michèle Laurent.
Depuis dix ans, la SACD célèbre chaque année la création théâtrale en accueillant les auteurs et artistes du monde du théâtre à l'occasion de la remise des Prix Plaisir du Théâtre.

Présidé par René de Obaldia de l'Académie française, le jury de l'association Plaisir du Théâtre composé d'écrivains, de critiques de théâtre et de comédiens anciens lauréats, attribue chaque année deux prix que la SACD était une nouvelle fois heureuse d'accueillir.

Pour l'année 2016, Jacques Nerson a remis le Prix Plaisir du théâtre - Marcel Nahmias 2016 à l'auteur, metteur en scène et comédien Philippe Caubère, et Armelle Héliot le Prix Jean-Jacques Gautier 2016 au comédien Brice Hillairet.

La cérémonie s'est déroulée le 30 janvier dans les salons de la SACD en présence de Jacques Fansten, président du Conseil d'Administration de la SACD, de Pascal Rogard, directeur général, d'Alain Sachs, président de la commission Théâtre, accompagnés de membres du Conseil d'Administration.

Communiqué de la SACD du 31 janvier 2017.

Photo : Philippe Caubère dans "Marsiho" d'André Suarès, Théâtre des Carmes-Avignon © Michèle Laurent.
La Rédaction


Prix Théâtre Adami 2016 : Quentin Defalt  09/11/2016

"Les Vibrants" © Jean-Christophe Lemasson.
Ce matin, le Prix du Théâtre Adami 2016 a été remis à Quentin Defalt, au Théâtre du Rond-Point, par Jean-Jacques Milteau, président de l’Adami, Jean-Paul Tribout, administrateur de l’Adami et président du jury, et Christophe Barbier, parrain du Prix 2016. Ce prix est doté d’un montant de 35 000 €.

Depuis 2012, le Prix du Théâtre Adami, créé à l’initiative du conseil d’administration, a pour objet d’aider financièrement une compagnie pour la diversité de son activité, son talent d’interprétation et l’originalité de ses créations. Le jury, composé des membres du collège dramatique, a choisi cette année d’attribuer le Prix à la Compagnie Teknaï de Quentin Defalt. Cette valorisation s’inscrit dans les missions de l’Adami qui défend les droits des artistes, les gère, mais aussi accompagne et soutient la création.


Metteur en scène, réalisateur, directeur artistique de la compagnie Teknaï, Quentin Defalt a été formé tout d’abord au conservatoire du VIIe arrondissement de Paris puis à l’École supérieure d’art dramatique de la Ville de Paris.

Il a créé la Cie Teknaï en 1999 afin de mettre en scène Croisades de Michel Azama. Le noyau dur de cette compagnie s’est, par la suite, constitué de comédiens sortant de l’École supérieure d’art dramatique de la Ville de Paris.

Si la compagnie a monté dans un premier temps deux textes de Michel Azama, elle s’est très vite attelée à écrire ses propres textes afin de coller au plus près des thèmes qu’elle souhaitait aborder : la solitude, l’isolement, la quête de soi. Ainsi, cette réflexion, ces thèmes, ont tout d’abord été traités autour d’un cycle : les Cadouin.

La démarche de la compagnie n’est en rien sociologique ou politique. Les auteurs ne se placent ni en observateurs ni en analystes. Cependant, si à travers ce cycle la compagnie s’est intéressée à la marge, à la culture populaire ou à un évènement historique lorsqu’il bouleverse la structure sociale, c’est pour chercher ce qui anime celui ou celle qui n’a pas accès à ce que serait censé offrir un pays, une citoyenneté, qui se retrouve déclassé ou incapable de s’adapter.

Dans un second temps, Teknaï a ouvert ses thèmes de recherche à tous les publics. Le conte, la mythologie, sont apparus tels des vecteurs incontournables pour faire passer plus aisément la violence contenue dans les axes de travail. Ainsi furent écrits "Lancelot" et "La Reine des neiges". Ces deux spectacles dits "tout public" permettent, à travers deux quêtes sensiblement similaires (la recherche de l’être aimé à travers les ténèbres), de rendre accessible aux plus jeunes ce que l’on trouve dans le cycle les Cadouin : un regard réaliste sur le monde, pas forcément très engageant et refusant catégoriquement, à l’instar d’un grand nombre de contes, toute conclusion heureuse…

Avec "Les Vibrants" enfin, Teknaï s’est attelé à travailler encore une fois autour de l’identité, de la quête de soi à travers le destin déchirant d’une Gueule Cassée…

Enfin, les différentes créations de la compagnie sont cimentées par une esthétique commune. Les visages des comédiens sont dissimulés par un gros travail de maquillage qui peut évoquer un masque mortuaire. Cette mort affichée soutient l’hypothèse que les personnages reviennent jouer leur histoire. Les lumières sont délibérément tamisées, permettant de jouer sur les contrastes et affirmer une volonté de mettre en scène des vies, de prime abord inintéressantes, dans des tableaux très esthétisants, offrant aux personnages une grandeur que nul ne leur aurait concédée.

À lire ou à écouter aussi sur Quentin Defalt :
>> "Sosies" ou le strip-tease corrosif de la vie rêvée de Céline Dion, Michel Berger et Francis Cabrel…
>> Venez vibrer avec le théâtre de Quentin Defalt
>> "Les Vibrants", entre onirisme et rêve éternel

Photo : "Les Vibrants" © Jean-Christophe Lemasson.
La Rédaction


Annulation de la première du "Fantôme de l'Opéra"  26/09/2016

"The Phantom of the Opera", Masquerade, The Company © Johan Persson.
Dimanche matin, un peu avant 9 h, un début d’incendie s’est déclaré dans les sous-sols du Théâtre Mogador. Grâce à l’intervention des équipes sur place et des systèmes de sécurité, les sapeurs-pompiers ont pu maitriser le sinistre dès la fin de matinée et aucune victime n’est, fort heureusement, à déplorer.

Le plancher de la scène et des éléments de décors sont en partie endommagés. Une expertise est en cours pour évaluer les conditions de remise en état des éléments.
La première du "Fantôme de l’Opéra", initialement prévue le 13 octobre 2016, est annulée, le théâtre est fermé au public jusqu’à nouvelle information.

Les spectateurs ayant déjà acquis un billet pourront contacter leurs points de vente habituels pour demander le remboursement de leur réservation. Pour les billets achetés sur le site www.lefantomedelopera.com ou à la caisse du théâtre, ils sont invités à appeler le 01 53 33 45 30.

L’ensemble des 150 artistes, musiciens, techniciens et personnels administratifs de Stage Entertainment France, travaillant sur "Le Fantôme de l’Opéra", tient à remercier le grand public et les professionnels pour les nombreux témoignages de sympathie reçus.

"Notre attachement au Fantôme de l’Opéra est fort et nous demeurons tous mobilisés et unis pour rendre le théâtre à son public", déclare Laurent Bentata, Directeur Général de Stage Entertainment France

Communiqué de presse du 26/09/2016. Direction de Stage Entertainment France.

Photo : "The Phantom of the Opera", Masquerade, The Company © Johan Persson.
La Rédaction


Incendie dans les sous-sols du Théâtre Mogador  25/09/2016

Incendie dans les sous-sols du Théâtre Mogador
Ce matin, un peu avant 9 h, un début d'incendie s'est déclaré dans les sous-sols du Théâtre Mogador (Paris 9e).

Grâce à l'intervention des équipes sur place et au bon fonctionnement des systèmes de sécurité, les sapeurs-pompiers ont pu maîtriser rapidement le sinistre et aucune victime n'est, fort heureusement, à déplorer.

Le plancher du théâtre et des éléments de décors du prochain spectacle ont été touchés, nécessitant des réparations qu'il est difficile d'évaluer à l'heure actuelle.

Dès l'évaluation des travaux de réparation nécessaires, la direction de Stage Entertainment France, propriétaire du théâtre Mogador, sera en mesure de se prononcer sur le maintien de la date de première du Fantôme de l'Opéra ou de son report.

Communiqué de presse du 25/09/2016. Direction de Stage Entertainment France.
La Rédaction


Nomination de Simon Delétang à la direction du Théâtre du Peuple, à Bussang  18/09/2016

© Éric Legrand.
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, salue la nomination de Simon Delétang qui prendra la direction du Théâtre du Peuple, à Bussang (Vosges), en septembre 2017.

Simon Delétang, âgé de 38 ans, formé à l’ENSATT, ancien directeur du Théâtre des Ateliers à Lyon, proposera un projet artistique orienté vers les textes contemporains et les grands récits, en portant une attention particulière à la nouvelle génération d’artistes.

Le Théâtre du Peuple de Bussang, subventionné par l’État et les collectivités territoriales, développe depuis sa fondation en 1895 par Maurice Pottecher une aventure artistique inédite assurant la présence d’acteurs amateurs auprès des professionnels.

Vincent Goethals assurera sa dernière saison d’été en 2017 en y invitant Simon Delétang et poursuivra ultérieurement son parcours artistique en compagnie de théâtre.

Communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : " Intrigue et amour" en 2015 au Théâtre de Bussang © Éric Legrand.
La Rédaction


Attention… Théâtre Ouvert en danger !  14/09/2016

© DR.
Péril en la demeure !

Théâtre Ouvert, qui travaille à l’émergence de nouvelles générations d’auteurs et de spectateurs s’est vu refuser par la S.A. Bal du Moulin Rouge, propriétaire des locaux, le renouvellement de son bail commercial malgré les tentatives de conciliation menées par Théâtre Ouvert et son conseil d’administration.


Dans l’attente de l’aboutissement d’une procédure d’éviction dont la durée est incertaine, Théâtre Ouvert, Centre National des Dramaturgies Contemporaines, se maintient dans ses locaux et y développe ses activités, mais pour combien de temps encore ?

Le Ministère de la Culture et de la Communication et la Ville de Paris sont saisis de cette question et affirment leur soutien indéfectible à la pérennité de ce projet unique dans le paysage artistique et culturel français, tant par son histoire que par les actions engagées pour l’avenir.

Ensemble et de manière concertée avec Caroline Marcilhac et le conseil d’administration, ils étudient les modalités de relogement de Théâtre Ouvert dans un lieu parisien correspondant aux besoins de son activité, qui seul pourra garantir la continuité de la mission de service public du Centre National des Dramaturgies Contemporaines.

Communiqué de presse du Théâtre Ouvert du 13 septembre 2016.

Théâtre Ouvert, 4 bis, Cité Véron, Paris 18e.
Tél. : 01 42 55 74 40.

theatre-ouvert.com
La Rédaction


Prix de la Critique - Palmarès 2015/2016 Musique  23/06/2016

Paavo Järvi © Mirco Magliocca.
Grand Prix (meilleur spectacle lyrique de l'année) : "Orfeo", tragicomédie en trois actes, musique de Luigi Rossi. Opéra National de Nancy/Lorraine. Direction Musicale Raphaël Pichon avec l'Ensemble Pygmalion/Mise en scène de Jetske Mijnssen.

Prix Claude Rostand (meilleur spectacle lyrique créé en province) : "Lady Macbeth de Mzensk", Opéra de Dimitri Chostakovitch, Opéra National de Lyon. Direction musicale Kazuchi Ono, mise en scène de Dmitri Tcherniakov.

Meilleure création musicale : "Maria Republica", Opéra de François Paris, Théâtre Graslin Angers/ Nantes Opéra. Direction musicale Daniel Kawka, mise en scène de Gilles Rico.

Meilleur Créateur d'éléments scéniques : Louise Moati avec la collaboration de Benoît Labourdette pour l'Opéra "La Petite Renarde Rusée" de Leos Janacek.

Personnalité musicale de l'année : Paavo Järvi, directeur musical de l'Orchestre de Paris de 2010 à 2016.

Révélation Musicale de l'année : Le Chœur Aedes dirigé par Mathieu Romano.

Meilleurs livres sur la musique
- Essai : "La musique au pas/Être musicien sous l'occupation" par Karine Le Bail (CNRS Éditions) ;
- Monographie : "Ralf Vaughan Williams" par Marc Vignal (Éditions Bleu Nuit, Collection Horizons).

Meilleure diffusion musicale audiovisuelle : Le Palazzetto Bru Zane, Centre de Musique Romantique Française.

Prix de l'Europe Francophone : "Powder her face", Opéra de chambre de Thomas Adès, Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles. Nouvelle Production. Direction musicale Alejo Pérez Mise en scène Mariusz Trelinski.

Photo : Paavo Järvi © Mirco Magliocca.
La Rédaction


Prix de la Critique - Palmarès 2015/2016 Théâtre  20/06/2016

"Figaro divorce" © Simon Gosselin.
Grand Prix (meilleur spectacle théâtral de l'année) : "Vu du pont" d’Arthur Miller, mise en scène de Ivo van Hove (Odéon, Théâtre de l’Europe - Ateliers Berthier).

Prix Georges-Lerminier (meilleur spectacle théâtral créé en province) : "Figaro divorce" de Ödön von Horváth, mise en scène de Christophe Rauck (Théâtre du Nord, Lille / Le Monfort).

Meilleure Création d'une pièce en langue française : "Bovary" de Tiago Rodrigues, mise en scène de l’auteur (Théâtre de la Bastille).

Meilleur spectacle étranger : "Kings of war", d’après Shakespeare, mise en scène Ivo van Hove (Théâtre national de Chaillot).

Prix Laurent-Terzieff (meilleur spectacle présenté dans un théâtre privé) : "Qui a peur de Virginia Woolf ?" d’Edward Albee, mise en scène Alain Françon (Théâtre de l’Œuvre).

Meilleure Comédienne : Dominique Valadié dans "Qui a peur de Virginia Woolf ?" d’Edward Albee, mise en scène Alain Françon (Théâtre de l’Œuvre).

Meilleur Comédien : Charles Berling dans "Vu du pont" d’Arthur Miller, mise en scène Ivo van Hove (Odéon Théâtre de l’Europe - Ateliers Berthier).

Prix Jean-Jacques-Lerrant (révélation théâtrale de l’année) : Maëlle Poésy pour les mises en scène de "Candide, si c’est ça le meilleur des mondes" de Kevin Keiss, d’après Voltaire (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN Théâtre du Gymnase, Espace des Arts Marseille, Scène nationale Chalon-sur-Saône) et "Le Chant du cygne/L’Ours" de Tchekhov (Comédie-Française - Studio Théâtre).

Meilleures créations d'éléments scéniques : Éric Ruf, Valérie Lesort, Carole Allemand pour "20 000 lieues sous les mers" de Jules Verne, mise en scène de Christian Hecq (Comédie-Française - Vieux-Colombier).

Meilleur Compositeur de musique de scène : Alexandre Meyer pour "Und" de Howard Barker, mise en scène de Jacques Vincey (CDR Tours, Théâtre Olympia/Théâtre de la Ville - Les Abbesses).

Meilleur livre sur le théâtre : "Le Théâtre et la Peur", par Thomas Ostermeier (Actes Sud).

Fondé en 1877, le Syndicat professionnel de la Critique de Théâtre, devenu l’Association professionnelle de la critique de Théâtre, de Musique et de Danse, a pour buts de resserrer les liens de confraternité entre ses membres, de défendre leurs intérêts moraux et matériels, d’assurer la liberté de la critique. Il regroupe aujourd’hui 140 journalistes de la presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère. Il décerne chaque année des Prix pour le Théâtre, la Musique et la Danse, rendant ainsi hommage aux artistes qui ont marqué la saison.

Photo : "Figaro divorce" © Simon Gosselin.
La Rédaction


Prix Lucernaire Laurent Terzieff - Pascale de Boysson  19/05/2016

"Philoctète" de Jean-Pierre Siméon dans une mise en scène de Christian Schiaretti © TNP.
"Un vrai texte de théâtre est toujours riche, même s’il est apparemment pauvre ; le véritable texte théâtral détient une potentialité de vie, la richesse d’un univers, une vision d’un regard sur le monde, un théâtre qui reflète le conscient et l’inconscient, le rêve et la réalité, l’homme public jeté dans le monde, avec son travail, ses difficultés vis-à-vis de la société, et aussi l’homme privé, avec ses fantasmes, ses rêves, ses angoisses et sa poésie". Laurent Terzieff

Appel à projet pour les compagnies
Le Prix Lucernaire Laurent Terzieff - Pascale de Boysson encourage toute création en France d’un texte contemporain français ou étranger.
Le comité artistique est composé d’une partie des proches compagnon(e)s de travail de Laurent Terzieff et Pascale de Boysson (voir membres du jury ci-dessous).*
La compagnie lauréate recevra une dotation de 10 000 euros pour la création de son projet qui pourra être programmé au théâtre du Lucernaire la saison suivante.

Éligibilité
Tout texte contemporain français ou étranger non encore créé en France est éligible.
A noter que les dossiers présentant un "seul(e) en scène", s’ils ne sont pas rédhibitoires, ne seront pas retenus en priorité.

Modalités
Les compagnies sont invitées à envoyer le texte qu’elles souhaitent monter.
Faire parvenir trois exemplaires du texte proposé en version papier, impression d’un fichier PDF, police d’impression 12, interlignes de 1,5 ainsi qu’un dossier de présentation à l’adresse suivante :
Lucernaire Service Programmation / Prix Lucernaire,
53, rue Notre-Dame des Champs,
75006 Paris.

Envoyer également les fichiers correspondants par courriel à l’adresse suivante : prix@lucernaire.fr

Les textes doivent parvenir au comité avant le 15 juillet 2016.

Le dossier de présentation devra être constitué :
• D’une note d’intention (environ une page),
• D’un résumé du parcours de la compagnie (environ une page),
• De biographies succinctes des membres de l’équipe artistique envisagée,
• D’un projet scénographique (environ une page),
• De l’autorisation de l’auteur du texte (ou de ses ayants-droit), et du traducteur le cas échéant.

Les projets seront étudiés par deux lecteurs du comité artistique* du jury.
Les projets retenus par ces deux lecteurs seront soumis à l’ensemble du comité.
Le comité sélectionnera entre six et huit textes.
Les compagnies présélectionnées seront invitées à présenter une lecture (mise en voix, mise en espace...) au comité à une date à définir entre le 15 septembre et le 15 décembre 2016.

Le Prix Lucernaire Laurent Terzieff - Pascale de Boysson sera décerné au cours d’une cérémonie, au théâtre Lucernaire en janvier 2017.

*Membres du jury (par ordre alphabétique) : Benjamin Bellecour, Olivier Brunhes, Émilie Chevrillon, Frédéric Franck, Dominique Hollier, Philippe Laudenbach, Benoît Lavigne, Marie-France de Noue, Francine Walter.

Photo : "Philoctète" de Jean-Pierre Siméon dans une mise en scène de Christian Schiaretti © TNP.
La Rédaction


Communiqué des occupants de la FÉMIS  28/04/2016

© Fémis.
Nous, étudiants d’art en lutte, occupons actuellement la Fémis. Tout comme les intermittents occupent les théâtres nationaux, en tant qu’étudiants nous occupons, cette école du Ministère de la Culture. Loin de vouloir nous enfermer dans l’école, nous cherchons au contraire à en ouvrir toutes les portes à tous les étudiants d’art qui souhaiteraient lutter avec nous. Nous affirmons ainsi notre solidarité avec la mobilisation en cours qui prend feu dans les centres dramatiques nationaux et qui demain, prendra la rue.

Depuis plusieurs jours, des représentations ont été annulées, des théâtres occupés, suite à l’intervention des intermittents, étudiants, précaires, cheminots, etc. Sept théâtres publics (le Théâtre de l’Odéon, la Comédie-Française, le Théâtre National de Strasbourg, les Centres Dramatiques Nationaux de Caen, Bordeaux, Lille et Montpellier) sont actuellement occupés en attendant la fin des négociations concernant l’assurance chômage.

Depuis dimanche, nous souhaitons nous réunir à l’Odéon. Ce soir encore, en ce mercredi 27 avril 2016, les manifestants, réunis devant le théâtre, ont été gazés. Les portes refusent toujours de s’ouvrir.

Nous exigeons le retrait immédiat des forces de police qui entourent honteusement ce théâtre. Nous refusons que les espaces publics et les lieux de culture soient changés en arènes : nous ne sommes pas de la chair à matraques.

Nous appelons l’ensemble des étudiants en arts à descendre massivement dans la rue, ce jeudi 28 avril, aux côtés des salariés, intermittents, précaires, étudiants pour la défense de notre régime, contre la loi Travail, et en solidarité à tous les précaires.

Rendez-vous pour départ groupé de la Fémis (6, rue Francœur, Paris 18e) à 13 h.

Des étudiants d’art en lutte de :
ERAC / LOUIS LUMIERE / FEMIS / ENSATT / CRR de Lyon / CRR d'Aubervilliers / Conservatoire royal de Liège / Cours FLORENT /UFR arts plastique et cinéma de Paris 1 / Paris 3 / Paris 8 / Paris 10 / EDT 91 / Ateliers du SUDDEN / CNSAD /
Claude Mathieu / ESEC /Conservatoire des 10ème, 6ème, 11ème, 14ème, 17ème, 18ème, 19ème arrondissements / Laboratoire de l'acteur / L'école du Jeu / 3 IS /
Les élèves comédiens de la comédie française / Le CFA des comédiens / ESAD /
La comédie de Saint Etienne / Les gobelins / Le centre des arts de la scène /
Le centre des arts vivants / Les Beaux Arts d'Angoulême / Les Beaux Arts de Poitiers / Les Beaux Arts de Nancy. Les Gobelins. Et des jeunes intermittents.
La Rédaction


Communiqué des occupants du Théâtre de l’Odéon – 27 avril – 17 h  27/04/2016

© DR.
Ouvrons l’Odéon !
Depuis 70 heures, après 3 nuits passées à l’intérieur, le théâtre de l'Odéon - Théâtre de l’Europe à Paris est toujours occupé par une cinquantaine d’étudiantes, de chômeuses, d'intermittentes, précaires, salariées et de nuits deboutistes.


Pour le 2e soir consécutif, la direction a choisi d’annuler la représentation de "Phèdre(s)".

Nous avons donc demandé, pour la 3e fois, la possibilité de faire une assemblée générale dans le théâtre. Nous attendons la réponse de la direction…

Nous sommes plus que jamais déterminés à continuer d’occuper l’Odéon. Les négociations de l’assurance chômage sur les annexes 8 et 10 viennent de reprendre.

Au delà de ces négociations sectorielles, nous n’oublions pas ce qui se trame pour nos droits sociaux collectifs. Il est demandé 800 millions d’euros d’économies sur le dos de l’ensemble des chômeurs : cela est inacceptable !

Ces attaques permanentes aux droits des chômeurs donnent au patronat le pouvoir d’imposer des conditions de travail indécentes, que le gouvernement entend légaliser par la Loi Travail.

Tout comme nos camarades occupant la Comédie-Française, nous sommes actuellement en train de discuter avec les salariés permanents et intermittents de ces théâtres de la réponse à faire à ces attaques.

Nous vous appelons à nous rejoindre ce soir pour une Assemblée Générale au Théâtre de l’Odéon à 19 h.

Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, étudiants, salariés, avec ou sans papiers :
Ouvrons l’Odéon !
Grève Générale !

Les occupants du Théâtre de l’Odéon.
La Rédaction


Communiqué de la 18e heure d'occupation de la Comédie Française  27/04/2016

© DR.
Nous, occupants de la comédie française invitons les salariés du lieu occupé à nous rejoindre en AG à partir de 16 h.
Nous y débattrons de la négociation sur l'assurance chômage, de la loi travail et de la mobilisation de demain 28 avril. La question de la grève reconductible à partir de cette date sera aussi débattue.


Pour organiser la lutte à venir nous exigeons qu'au moins un des deux théâtres parisiens occupés soient mis à disposition pour y tenir une AG ouverte à tous à partir de 18 h. AG qui nous permettra d'accueillir nos représentants à la fin des négociations, et de décrypter ensemble l'accord qui en ressortira.

Nous réaffirmons notre complet désaccord avec le cadrage imposé par le Medef, nous exigeons l'indemnisation de l'intégralité des chômeurs. Un jour chômé égale un jour indemnisé. Nous n'accepterons jamais la moindre économie faite pour sur le dos des plus précaires.

Nous exigeons que les directeurs des théâtres occupés se positionnent sur les occupations et contre les violences policières que nous avons subies depuis le début de la lutte. Nous réaffirmons notre soutien aux camarades victimes de ces violences. Tous en AG, préparons la mobilisation.

Tous en grève à partir du 28 avril.

Ce mercredi 27 avril, suite à la décision des directions du Théatre de l'Odéon et de la Comédie-Française d'annuler les représentations ce soir, assemblée générale au Théâtre de l’Odéon à 18 h.
La Rédaction


1 2 3 4 5 » ... 19




Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/01/2017
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

"Shaman et Shadoc", une prose mélodieuse portée par un jeu riche de pleins et de déliés

"Shaman et Shadoc… Ou l'imposture des rats", Théâtre Essaïon, Paris

Deux hommes et une femme, l'un bien sapé, l'autre dépenaillé... et elle, surgissant, comme une ombre, chantonnant en vers, par intermèdes, la chronique des deux. En compagnons d'infortune : des rats, à destination de compagnie ou d'expériences. Assis sur un banc, les deux "s" - comme solitude - tentent le tête-à-tête…

En attendant la mort ou la résilience… Shaman et Shadoc dissertent, dans une forme de dualité où les rapports de force ne sont pas ce qu'ils paraissent être, où l'équilibre mental des êtres semble déterminer les règles ludiques de cet affrontement verbal ayant pour trame un passé commun volontairement oublié.

Entre eux, une femme, sœur de l'un, femme de l'autre, carbonisée, incinérée dans le feu des souvenirs, perdue dans les flammes de la mémoire, mais toujours brûlante de possibles règlements de comptes, de vengeance, d'absolution ou de renaissance… la fin en donnera la solution.

En attendant, dans un habit d'absurde faisant parfois songer à Godot, nos zigues, pas toujours débonnaires, usent de joutes oratoires et de convenances dînatoires. Dans une recherche de mainmise de l'un sur l'autre, et vice-versa, se jouent tentatives de manipulations ou de connivences. Au bout du compte, après l'épuration du cynisme et la révélation de la noire vérité se posera la question finale :
Shaman : Shadoc ! Et Dieu dans tout ça ?
Shadoc : Le brave homme.

Gil Chauveau
29/03/2017