La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.


Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle


Fonds de Création Lyrique 2016 : Qui sont les 17 lauréats de l’année ?  12/02/2017

"Oliver Twist, le musical", Salle Gaveau © DR.
Composée de deux représentants du conseil d’administration de la SACD, de deux représentants du conseil d’administration de l’Adami, de deux représentants de la DGCA et d’un représentant du Fonds pour la Création Musicale, la commission du Fonds de Création Lyrique s’est réunie le 15 juin 2016 et le 16 janvier 2017 et a retenu 17 productions pour l’année 2016.

● "Forge !". Musique de Gabriel Philippot, sur un livret de Stéphan Ramirez, mise en scène de Léo Cohen -Paperman, production de l’Opéra de Reims.

● "Initio, opéra chorégraphique". Musique de Pedro Garcia-Velasquez, sur un livret d’Alexandre Salcède, chorégraphie et mise en scène de Tatiana Julien, production de l’Ensemble Le Balcon.

● "Je suis un homme ridicule". Musique de Sébastien Gaxie, sur un livret et une mise en scène de Volodia Serre, production de l’Ensemble 2e2m.

● "Kamchatka". Musique de Daniel D’Adamo, sur un livret de Marcelo Figueras, mise en scène de Marc Baylet-Delperier, production de l’Ensemble Almaviva.

● "Kein Licht". Musique de Philippe Manoury, sur un livret d’Elfriede Jelinek, mise en scène de Nicolas Stemann, production du Théâtre National de l’Opéra-Comique (Paris).

● "La princesse légère". Musique de Violeta Cruz, sur un livret de Gilles Rico, mise en scène de Jos Houben, production du Théâtre National de l’Opéra-Comique (Paris).

● "Little Nemo". Musique de David Chaillou, sur un livret d’Olivier Balazuc et Arnaud Delalande, mise en scène d’Olivier Balazuc, production d’Angers-Nantes Opéra.

● "Les Constellation". Musique de Joséphine Stephenson, sur un livret et une mise en scène d’Antoine Thiollier, production Miroirs Étendus.

● "L’Opéra Porno". Musique de Nicolas Ducloux, sur un livret et une mise en scène de Pierre Guillois, production Le Fils du grand réseau.

● "Mririda". Musique d’Ahmed Essyad, sur un livret de Claudine Galea, mise en scène d’Olivier Achard, production de l’Opéra National du Rhin (Strasbourg).

● "Oliver Twist, le musical". Musique de Shay Alon, sur un livret de Christopher Delarue, mise en scène de Ladislas Chollat, production de Sistabro Production.

● "Olympia ou la mécanique des sentiments". Musique de Jérôme Boudin-Clauzel, sur un livret de Vanessa Callico, mise en scène de William Mesguich, production Coïncidences vocales.

● "Pinocchio". Musique de Philippe Boesmans, sur un livret et une mise en scène de Joël Pommerat, production du Festival d’Aix-en-Provence.

● "QaraQorum". Musique et livret de François-Bernard Mâche, mise en scène d’Alain Patiès, production La Grande Fugue.

● "Rose et Rose". Musique d’Alvaro Bello, sur un livret de Valérie Alane, mise en scène de Jean-Michel Fournereau, production du CRÉA.

● "Trompe la mort". Musique et livret de Luca Francesconi, mise en scène de Guy Cassiers, production de l’Opéra national de Paris.

● "Votre Faust". Musique d’Henri Pousseur, sur un livret de Michel Butor, mise en scène d’Aliénor Dauchez, production La Cage.

Depuis plus de vingt ans, le Fonds de Création Lyrique initié et géré par la SACD repose sur un partenariat de la SACD avec le Ministère de la Culture et de la Communication, l’Adami et Le Fonds pour la Création Musicale. Ce fonds a pour mission de soutenir les projets professionnels de création et de reprise d’œuvres contemporaines pour l’opéra, le théâtre musical ou la comédie musicale. Il permet chaque année à de nombreuses œuvres d’être jouées dans de grands théâtres lyriques français, ainsi que dans de plus petites structures.

La copie privée est une source de financement capitale pour les auteurs. Pour en savoir plus sur l'action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, consulter le site de la SACD et le site de l’association "La culture avec la copie privée". Les demandes des soutiens de l’action culturelle s’effectuent en ligne sur le Portail des soutiens.
>> sacd.fr

Communiqué SACD du 7 février 2017

Photo : "Oliver Twist, le musical", Salle Gaveau © DR.

La Rédaction


Les lauréats 2016 des Prix Plaisir du Théâtre sont Philippe Caubère et Brice Hillairet  01/02/2017

© Michèle Laurent.
Depuis dix ans, la SACD célèbre chaque année la création théâtrale en accueillant les auteurs et artistes du monde du théâtre à l'occasion de la remise des Prix Plaisir du Théâtre.

Présidé par René de Obaldia de l'Académie française, le jury de l'association Plaisir du Théâtre composé d'écrivains, de critiques de théâtre et de comédiens anciens lauréats, attribue chaque année deux prix que la SACD était une nouvelle fois heureuse d'accueillir.

Pour l'année 2016, Jacques Nerson a remis le Prix Plaisir du théâtre - Marcel Nahmias 2016 à l'auteur, metteur en scène et comédien Philippe Caubère, et Armelle Héliot le Prix Jean-Jacques Gautier 2016 au comédien Brice Hillairet.

La cérémonie s'est déroulée le 30 janvier dans les salons de la SACD en présence de Jacques Fansten, président du Conseil d'Administration de la SACD, de Pascal Rogard, directeur général, d'Alain Sachs, président de la commission Théâtre, accompagnés de membres du Conseil d'Administration.

Communiqué de la SACD du 31 janvier 2017.

Photo : Philippe Caubère dans "Marsiho" d'André Suarès, Théâtre des Carmes-Avignon © Michèle Laurent.
La Rédaction


Prix Théâtre Adami 2016 : Quentin Defalt  09/11/2016

"Les Vibrants" © Jean-Christophe Lemasson.
Ce matin, le Prix du Théâtre Adami 2016 a été remis à Quentin Defalt, au Théâtre du Rond-Point, par Jean-Jacques Milteau, président de l’Adami, Jean-Paul Tribout, administrateur de l’Adami et président du jury, et Christophe Barbier, parrain du Prix 2016. Ce prix est doté d’un montant de 35 000 €.

Depuis 2012, le Prix du Théâtre Adami, créé à l’initiative du conseil d’administration, a pour objet d’aider financièrement une compagnie pour la diversité de son activité, son talent d’interprétation et l’originalité de ses créations. Le jury, composé des membres du collège dramatique, a choisi cette année d’attribuer le Prix à la Compagnie Teknaï de Quentin Defalt. Cette valorisation s’inscrit dans les missions de l’Adami qui défend les droits des artistes, les gère, mais aussi accompagne et soutient la création.


Metteur en scène, réalisateur, directeur artistique de la compagnie Teknaï, Quentin Defalt a été formé tout d’abord au conservatoire du VIIe arrondissement de Paris puis à l’École supérieure d’art dramatique de la Ville de Paris.

Il a créé la Cie Teknaï en 1999 afin de mettre en scène Croisades de Michel Azama. Le noyau dur de cette compagnie s’est, par la suite, constitué de comédiens sortant de l’École supérieure d’art dramatique de la Ville de Paris.

Si la compagnie a monté dans un premier temps deux textes de Michel Azama, elle s’est très vite attelée à écrire ses propres textes afin de coller au plus près des thèmes qu’elle souhaitait aborder : la solitude, l’isolement, la quête de soi. Ainsi, cette réflexion, ces thèmes, ont tout d’abord été traités autour d’un cycle : les Cadouin.

La démarche de la compagnie n’est en rien sociologique ou politique. Les auteurs ne se placent ni en observateurs ni en analystes. Cependant, si à travers ce cycle la compagnie s’est intéressée à la marge, à la culture populaire ou à un évènement historique lorsqu’il bouleverse la structure sociale, c’est pour chercher ce qui anime celui ou celle qui n’a pas accès à ce que serait censé offrir un pays, une citoyenneté, qui se retrouve déclassé ou incapable de s’adapter.

Dans un second temps, Teknaï a ouvert ses thèmes de recherche à tous les publics. Le conte, la mythologie, sont apparus tels des vecteurs incontournables pour faire passer plus aisément la violence contenue dans les axes de travail. Ainsi furent écrits "Lancelot" et "La Reine des neiges". Ces deux spectacles dits "tout public" permettent, à travers deux quêtes sensiblement similaires (la recherche de l’être aimé à travers les ténèbres), de rendre accessible aux plus jeunes ce que l’on trouve dans le cycle les Cadouin : un regard réaliste sur le monde, pas forcément très engageant et refusant catégoriquement, à l’instar d’un grand nombre de contes, toute conclusion heureuse…

Avec "Les Vibrants" enfin, Teknaï s’est attelé à travailler encore une fois autour de l’identité, de la quête de soi à travers le destin déchirant d’une Gueule Cassée…

Enfin, les différentes créations de la compagnie sont cimentées par une esthétique commune. Les visages des comédiens sont dissimulés par un gros travail de maquillage qui peut évoquer un masque mortuaire. Cette mort affichée soutient l’hypothèse que les personnages reviennent jouer leur histoire. Les lumières sont délibérément tamisées, permettant de jouer sur les contrastes et affirmer une volonté de mettre en scène des vies, de prime abord inintéressantes, dans des tableaux très esthétisants, offrant aux personnages une grandeur que nul ne leur aurait concédée.

À lire ou à écouter aussi sur Quentin Defalt :
>> "Sosies" ou le strip-tease corrosif de la vie rêvée de Céline Dion, Michel Berger et Francis Cabrel…
>> Venez vibrer avec le théâtre de Quentin Defalt
>> "Les Vibrants", entre onirisme et rêve éternel

Photo : "Les Vibrants" © Jean-Christophe Lemasson.
La Rédaction


Annulation de la première du "Fantôme de l'Opéra"  26/09/2016

"The Phantom of the Opera", Masquerade, The Company © Johan Persson.
Dimanche matin, un peu avant 9 h, un début d’incendie s’est déclaré dans les sous-sols du Théâtre Mogador. Grâce à l’intervention des équipes sur place et des systèmes de sécurité, les sapeurs-pompiers ont pu maitriser le sinistre dès la fin de matinée et aucune victime n’est, fort heureusement, à déplorer.

Le plancher de la scène et des éléments de décors sont en partie endommagés. Une expertise est en cours pour évaluer les conditions de remise en état des éléments.
La première du "Fantôme de l’Opéra", initialement prévue le 13 octobre 2016, est annulée, le théâtre est fermé au public jusqu’à nouvelle information.

Les spectateurs ayant déjà acquis un billet pourront contacter leurs points de vente habituels pour demander le remboursement de leur réservation. Pour les billets achetés sur le site www.lefantomedelopera.com ou à la caisse du théâtre, ils sont invités à appeler le 01 53 33 45 30.

L’ensemble des 150 artistes, musiciens, techniciens et personnels administratifs de Stage Entertainment France, travaillant sur "Le Fantôme de l’Opéra", tient à remercier le grand public et les professionnels pour les nombreux témoignages de sympathie reçus.

"Notre attachement au Fantôme de l’Opéra est fort et nous demeurons tous mobilisés et unis pour rendre le théâtre à son public", déclare Laurent Bentata, Directeur Général de Stage Entertainment France

Communiqué de presse du 26/09/2016. Direction de Stage Entertainment France.

Photo : "The Phantom of the Opera", Masquerade, The Company © Johan Persson.
La Rédaction


Incendie dans les sous-sols du Théâtre Mogador  25/09/2016

Incendie dans les sous-sols du Théâtre Mogador
Ce matin, un peu avant 9 h, un début d'incendie s'est déclaré dans les sous-sols du Théâtre Mogador (Paris 9e).

Grâce à l'intervention des équipes sur place et au bon fonctionnement des systèmes de sécurité, les sapeurs-pompiers ont pu maîtriser rapidement le sinistre et aucune victime n'est, fort heureusement, à déplorer.

Le plancher du théâtre et des éléments de décors du prochain spectacle ont été touchés, nécessitant des réparations qu'il est difficile d'évaluer à l'heure actuelle.

Dès l'évaluation des travaux de réparation nécessaires, la direction de Stage Entertainment France, propriétaire du théâtre Mogador, sera en mesure de se prononcer sur le maintien de la date de première du Fantôme de l'Opéra ou de son report.

Communiqué de presse du 25/09/2016. Direction de Stage Entertainment France.
La Rédaction


Nomination de Simon Delétang à la direction du Théâtre du Peuple, à Bussang  18/09/2016

© Éric Legrand.
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, salue la nomination de Simon Delétang qui prendra la direction du Théâtre du Peuple, à Bussang (Vosges), en septembre 2017.

Simon Delétang, âgé de 38 ans, formé à l’ENSATT, ancien directeur du Théâtre des Ateliers à Lyon, proposera un projet artistique orienté vers les textes contemporains et les grands récits, en portant une attention particulière à la nouvelle génération d’artistes.

Le Théâtre du Peuple de Bussang, subventionné par l’État et les collectivités territoriales, développe depuis sa fondation en 1895 par Maurice Pottecher une aventure artistique inédite assurant la présence d’acteurs amateurs auprès des professionnels.

Vincent Goethals assurera sa dernière saison d’été en 2017 en y invitant Simon Delétang et poursuivra ultérieurement son parcours artistique en compagnie de théâtre.

Communiqué de presse du Ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : " Intrigue et amour" en 2015 au Théâtre de Bussang © Éric Legrand.
La Rédaction


Attention… Théâtre Ouvert en danger !  14/09/2016

© DR.
Péril en la demeure !

Théâtre Ouvert, qui travaille à l’émergence de nouvelles générations d’auteurs et de spectateurs s’est vu refuser par la S.A. Bal du Moulin Rouge, propriétaire des locaux, le renouvellement de son bail commercial malgré les tentatives de conciliation menées par Théâtre Ouvert et son conseil d’administration.


Dans l’attente de l’aboutissement d’une procédure d’éviction dont la durée est incertaine, Théâtre Ouvert, Centre National des Dramaturgies Contemporaines, se maintient dans ses locaux et y développe ses activités, mais pour combien de temps encore ?

Le Ministère de la Culture et de la Communication et la Ville de Paris sont saisis de cette question et affirment leur soutien indéfectible à la pérennité de ce projet unique dans le paysage artistique et culturel français, tant par son histoire que par les actions engagées pour l’avenir.

Ensemble et de manière concertée avec Caroline Marcilhac et le conseil d’administration, ils étudient les modalités de relogement de Théâtre Ouvert dans un lieu parisien correspondant aux besoins de son activité, qui seul pourra garantir la continuité de la mission de service public du Centre National des Dramaturgies Contemporaines.

Communiqué de presse du Théâtre Ouvert du 13 septembre 2016.

Théâtre Ouvert, 4 bis, Cité Véron, Paris 18e.
Tél. : 01 42 55 74 40.

theatre-ouvert.com
La Rédaction


Prix de la Critique - Palmarès 2015/2016 Musique  23/06/2016

Paavo Järvi © Mirco Magliocca.
Grand Prix (meilleur spectacle lyrique de l'année) : "Orfeo", tragicomédie en trois actes, musique de Luigi Rossi. Opéra National de Nancy/Lorraine. Direction Musicale Raphaël Pichon avec l'Ensemble Pygmalion/Mise en scène de Jetske Mijnssen.

Prix Claude Rostand (meilleur spectacle lyrique créé en province) : "Lady Macbeth de Mzensk", Opéra de Dimitri Chostakovitch, Opéra National de Lyon. Direction musicale Kazuchi Ono, mise en scène de Dmitri Tcherniakov.

Meilleure création musicale : "Maria Republica", Opéra de François Paris, Théâtre Graslin Angers/ Nantes Opéra. Direction musicale Daniel Kawka, mise en scène de Gilles Rico.

Meilleur Créateur d'éléments scéniques : Louise Moati avec la collaboration de Benoît Labourdette pour l'Opéra "La Petite Renarde Rusée" de Leos Janacek.

Personnalité musicale de l'année : Paavo Järvi, directeur musical de l'Orchestre de Paris de 2010 à 2016.

Révélation Musicale de l'année : Le Chœur Aedes dirigé par Mathieu Romano.

Meilleurs livres sur la musique
- Essai : "La musique au pas/Être musicien sous l'occupation" par Karine Le Bail (CNRS Éditions) ;
- Monographie : "Ralf Vaughan Williams" par Marc Vignal (Éditions Bleu Nuit, Collection Horizons).

Meilleure diffusion musicale audiovisuelle : Le Palazzetto Bru Zane, Centre de Musique Romantique Française.

Prix de l'Europe Francophone : "Powder her face", Opéra de chambre de Thomas Adès, Théâtre Royal de la Monnaie de Bruxelles. Nouvelle Production. Direction musicale Alejo Pérez Mise en scène Mariusz Trelinski.

Photo : Paavo Järvi © Mirco Magliocca.
La Rédaction


Prix de la Critique - Palmarès 2015/2016 Théâtre  20/06/2016

"Figaro divorce" © Simon Gosselin.
Grand Prix (meilleur spectacle théâtral de l'année) : "Vu du pont" d’Arthur Miller, mise en scène de Ivo van Hove (Odéon, Théâtre de l’Europe - Ateliers Berthier).

Prix Georges-Lerminier (meilleur spectacle théâtral créé en province) : "Figaro divorce" de Ödön von Horváth, mise en scène de Christophe Rauck (Théâtre du Nord, Lille / Le Monfort).

Meilleure Création d'une pièce en langue française : "Bovary" de Tiago Rodrigues, mise en scène de l’auteur (Théâtre de la Bastille).

Meilleur spectacle étranger : "Kings of war", d’après Shakespeare, mise en scène Ivo van Hove (Théâtre national de Chaillot).

Prix Laurent-Terzieff (meilleur spectacle présenté dans un théâtre privé) : "Qui a peur de Virginia Woolf ?" d’Edward Albee, mise en scène Alain Françon (Théâtre de l’Œuvre).

Meilleure Comédienne : Dominique Valadié dans "Qui a peur de Virginia Woolf ?" d’Edward Albee, mise en scène Alain Françon (Théâtre de l’Œuvre).

Meilleur Comédien : Charles Berling dans "Vu du pont" d’Arthur Miller, mise en scène Ivo van Hove (Odéon Théâtre de l’Europe - Ateliers Berthier).

Prix Jean-Jacques-Lerrant (révélation théâtrale de l’année) : Maëlle Poésy pour les mises en scène de "Candide, si c’est ça le meilleur des mondes" de Kevin Keiss, d’après Voltaire (Théâtre Dijon Bourgogne, CDN Théâtre du Gymnase, Espace des Arts Marseille, Scène nationale Chalon-sur-Saône) et "Le Chant du cygne/L’Ours" de Tchekhov (Comédie-Française - Studio Théâtre).

Meilleures créations d'éléments scéniques : Éric Ruf, Valérie Lesort, Carole Allemand pour "20 000 lieues sous les mers" de Jules Verne, mise en scène de Christian Hecq (Comédie-Française - Vieux-Colombier).

Meilleur Compositeur de musique de scène : Alexandre Meyer pour "Und" de Howard Barker, mise en scène de Jacques Vincey (CDR Tours, Théâtre Olympia/Théâtre de la Ville - Les Abbesses).

Meilleur livre sur le théâtre : "Le Théâtre et la Peur", par Thomas Ostermeier (Actes Sud).

Fondé en 1877, le Syndicat professionnel de la Critique de Théâtre, devenu l’Association professionnelle de la critique de Théâtre, de Musique et de Danse, a pour buts de resserrer les liens de confraternité entre ses membres, de défendre leurs intérêts moraux et matériels, d’assurer la liberté de la critique. Il regroupe aujourd’hui 140 journalistes de la presse écrite et audiovisuelle, française et étrangère. Il décerne chaque année des Prix pour le Théâtre, la Musique et la Danse, rendant ainsi hommage aux artistes qui ont marqué la saison.

Photo : "Figaro divorce" © Simon Gosselin.
La Rédaction


Prix Lucernaire Laurent Terzieff - Pascale de Boysson  19/05/2016

"Philoctète" de Jean-Pierre Siméon dans une mise en scène de Christian Schiaretti © TNP.
"Un vrai texte de théâtre est toujours riche, même s’il est apparemment pauvre ; le véritable texte théâtral détient une potentialité de vie, la richesse d’un univers, une vision d’un regard sur le monde, un théâtre qui reflète le conscient et l’inconscient, le rêve et la réalité, l’homme public jeté dans le monde, avec son travail, ses difficultés vis-à-vis de la société, et aussi l’homme privé, avec ses fantasmes, ses rêves, ses angoisses et sa poésie". Laurent Terzieff

Appel à projet pour les compagnies
Le Prix Lucernaire Laurent Terzieff - Pascale de Boysson encourage toute création en France d’un texte contemporain français ou étranger.
Le comité artistique est composé d’une partie des proches compagnon(e)s de travail de Laurent Terzieff et Pascale de Boysson (voir membres du jury ci-dessous).*
La compagnie lauréate recevra une dotation de 10 000 euros pour la création de son projet qui pourra être programmé au théâtre du Lucernaire la saison suivante.

Éligibilité
Tout texte contemporain français ou étranger non encore créé en France est éligible.
A noter que les dossiers présentant un "seul(e) en scène", s’ils ne sont pas rédhibitoires, ne seront pas retenus en priorité.

Modalités
Les compagnies sont invitées à envoyer le texte qu’elles souhaitent monter.
Faire parvenir trois exemplaires du texte proposé en version papier, impression d’un fichier PDF, police d’impression 12, interlignes de 1,5 ainsi qu’un dossier de présentation à l’adresse suivante :
Lucernaire Service Programmation / Prix Lucernaire,
53, rue Notre-Dame des Champs,
75006 Paris.

Envoyer également les fichiers correspondants par courriel à l’adresse suivante : prix@lucernaire.fr

Les textes doivent parvenir au comité avant le 15 juillet 2016.

Le dossier de présentation devra être constitué :
• D’une note d’intention (environ une page),
• D’un résumé du parcours de la compagnie (environ une page),
• De biographies succinctes des membres de l’équipe artistique envisagée,
• D’un projet scénographique (environ une page),
• De l’autorisation de l’auteur du texte (ou de ses ayants-droit), et du traducteur le cas échéant.

Les projets seront étudiés par deux lecteurs du comité artistique* du jury.
Les projets retenus par ces deux lecteurs seront soumis à l’ensemble du comité.
Le comité sélectionnera entre six et huit textes.
Les compagnies présélectionnées seront invitées à présenter une lecture (mise en voix, mise en espace...) au comité à une date à définir entre le 15 septembre et le 15 décembre 2016.

Le Prix Lucernaire Laurent Terzieff - Pascale de Boysson sera décerné au cours d’une cérémonie, au théâtre Lucernaire en janvier 2017.

*Membres du jury (par ordre alphabétique) : Benjamin Bellecour, Olivier Brunhes, Émilie Chevrillon, Frédéric Franck, Dominique Hollier, Philippe Laudenbach, Benoît Lavigne, Marie-France de Noue, Francine Walter.

Photo : "Philoctète" de Jean-Pierre Siméon dans une mise en scène de Christian Schiaretti © TNP.
La Rédaction


Communiqué des occupants de la FÉMIS  28/04/2016

© Fémis.
Nous, étudiants d’art en lutte, occupons actuellement la Fémis. Tout comme les intermittents occupent les théâtres nationaux, en tant qu’étudiants nous occupons, cette école du Ministère de la Culture. Loin de vouloir nous enfermer dans l’école, nous cherchons au contraire à en ouvrir toutes les portes à tous les étudiants d’art qui souhaiteraient lutter avec nous. Nous affirmons ainsi notre solidarité avec la mobilisation en cours qui prend feu dans les centres dramatiques nationaux et qui demain, prendra la rue.

Depuis plusieurs jours, des représentations ont été annulées, des théâtres occupés, suite à l’intervention des intermittents, étudiants, précaires, cheminots, etc. Sept théâtres publics (le Théâtre de l’Odéon, la Comédie-Française, le Théâtre National de Strasbourg, les Centres Dramatiques Nationaux de Caen, Bordeaux, Lille et Montpellier) sont actuellement occupés en attendant la fin des négociations concernant l’assurance chômage.

Depuis dimanche, nous souhaitons nous réunir à l’Odéon. Ce soir encore, en ce mercredi 27 avril 2016, les manifestants, réunis devant le théâtre, ont été gazés. Les portes refusent toujours de s’ouvrir.

Nous exigeons le retrait immédiat des forces de police qui entourent honteusement ce théâtre. Nous refusons que les espaces publics et les lieux de culture soient changés en arènes : nous ne sommes pas de la chair à matraques.

Nous appelons l’ensemble des étudiants en arts à descendre massivement dans la rue, ce jeudi 28 avril, aux côtés des salariés, intermittents, précaires, étudiants pour la défense de notre régime, contre la loi Travail, et en solidarité à tous les précaires.

Rendez-vous pour départ groupé de la Fémis (6, rue Francœur, Paris 18e) à 13 h.

Des étudiants d’art en lutte de :
ERAC / LOUIS LUMIERE / FEMIS / ENSATT / CRR de Lyon / CRR d'Aubervilliers / Conservatoire royal de Liège / Cours FLORENT /UFR arts plastique et cinéma de Paris 1 / Paris 3 / Paris 8 / Paris 10 / EDT 91 / Ateliers du SUDDEN / CNSAD /
Claude Mathieu / ESEC /Conservatoire des 10ème, 6ème, 11ème, 14ème, 17ème, 18ème, 19ème arrondissements / Laboratoire de l'acteur / L'école du Jeu / 3 IS /
Les élèves comédiens de la comédie française / Le CFA des comédiens / ESAD /
La comédie de Saint Etienne / Les gobelins / Le centre des arts de la scène /
Le centre des arts vivants / Les Beaux Arts d'Angoulême / Les Beaux Arts de Poitiers / Les Beaux Arts de Nancy. Les Gobelins. Et des jeunes intermittents.
La Rédaction


Communiqué des occupants du Théâtre de l’Odéon – 27 avril – 17 h  27/04/2016

© DR.
Ouvrons l’Odéon !
Depuis 70 heures, après 3 nuits passées à l’intérieur, le théâtre de l'Odéon - Théâtre de l’Europe à Paris est toujours occupé par une cinquantaine d’étudiantes, de chômeuses, d'intermittentes, précaires, salariées et de nuits deboutistes.


Pour le 2e soir consécutif, la direction a choisi d’annuler la représentation de "Phèdre(s)".

Nous avons donc demandé, pour la 3e fois, la possibilité de faire une assemblée générale dans le théâtre. Nous attendons la réponse de la direction…

Nous sommes plus que jamais déterminés à continuer d’occuper l’Odéon. Les négociations de l’assurance chômage sur les annexes 8 et 10 viennent de reprendre.

Au delà de ces négociations sectorielles, nous n’oublions pas ce qui se trame pour nos droits sociaux collectifs. Il est demandé 800 millions d’euros d’économies sur le dos de l’ensemble des chômeurs : cela est inacceptable !

Ces attaques permanentes aux droits des chômeurs donnent au patronat le pouvoir d’imposer des conditions de travail indécentes, que le gouvernement entend légaliser par la Loi Travail.

Tout comme nos camarades occupant la Comédie-Française, nous sommes actuellement en train de discuter avec les salariés permanents et intermittents de ces théâtres de la réponse à faire à ces attaques.

Nous vous appelons à nous rejoindre ce soir pour une Assemblée Générale au Théâtre de l’Odéon à 19 h.

Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, étudiants, salariés, avec ou sans papiers :
Ouvrons l’Odéon !
Grève Générale !

Les occupants du Théâtre de l’Odéon.
La Rédaction


Communiqué de la 18e heure d'occupation de la Comédie Française  27/04/2016

© DR.
Nous, occupants de la comédie française invitons les salariés du lieu occupé à nous rejoindre en AG à partir de 16 h.
Nous y débattrons de la négociation sur l'assurance chômage, de la loi travail et de la mobilisation de demain 28 avril. La question de la grève reconductible à partir de cette date sera aussi débattue.


Pour organiser la lutte à venir nous exigeons qu'au moins un des deux théâtres parisiens occupés soient mis à disposition pour y tenir une AG ouverte à tous à partir de 18 h. AG qui nous permettra d'accueillir nos représentants à la fin des négociations, et de décrypter ensemble l'accord qui en ressortira.

Nous réaffirmons notre complet désaccord avec le cadrage imposé par le Medef, nous exigeons l'indemnisation de l'intégralité des chômeurs. Un jour chômé égale un jour indemnisé. Nous n'accepterons jamais la moindre économie faite pour sur le dos des plus précaires.

Nous exigeons que les directeurs des théâtres occupés se positionnent sur les occupations et contre les violences policières que nous avons subies depuis le début de la lutte. Nous réaffirmons notre soutien aux camarades victimes de ces violences. Tous en AG, préparons la mobilisation.

Tous en grève à partir du 28 avril.

Ce mercredi 27 avril, suite à la décision des directions du Théatre de l'Odéon et de la Comédie-Française d'annuler les représentations ce soir, assemblée générale au Théâtre de l’Odéon à 18 h.
La Rédaction


Occupation de la Comédie-Française  27/04/2016

© DR.
Nous, intermittent-e-s, précaires, étudiant-e-s, salarié-e-s, nuit deboutistes, zadistes, chômeur-se-s, postier-e-s avons investi la salle Richelieu de la Comédie-Française et fait annuler la représentation d’hier soir. Cette initiative dénonce les violences policières qui ont eu lieu devant le théâtre de l’Odéon lundi soir et mardi. Il est inacceptable qu’un lieu public et culturel soit assiégé par les forces de l’ordre : nous exigeons l’ouverture de ce théâtre. Nous nous inscrivons dans la vague coordonnée d’occupations de théâtres en cours : les Théâtres Nationaux de l’Odéon et de Strasbourg, les Centres Dramatiques Nationaux de Bordeaux, Rennes, Caen, Lille, Toulouse, Grenoble et Montpellier.

Ces occupations ont pour but de dénoncer la négociation en cours de l’assurance chômage du régime des intermittent-e-s. D’une part, le cadrage organisé par le Medef et la CFDT est inacceptable : nous refusons le chantage du patronat qui voudrait, d’ici 2020, sous prétexte "d’économies", réduire de 25 % les allocations des intermittent-e-s qui s’amenuisent déjà d’années en années. D’autre part, nous exigeons un système d’indemnisation qui serait enfin solidaire, adapté à la discontinuité de l’emploi et pérenne : la Coordination des Intermittent-e-s et Précaires ainsi que la CGT-Spectacle ont des propositions dans ce sens. Enfin, nous exigeons l’exclusion du Medef de l’Unedic en attendant une refonte du paritarisme. Toute économie sur le dos des chômeur-se-s et précaires est inadmissible !

Nous luttons contre un système fondé sur l’exploitation et la précarité. Le projet de loi-travail, le décret socle et la nouvelle convention collective des cheminot-e-s, le plan Hirsch des hospitalier-e-s servent en effet les mêmes intérêts, ceux du patronat. Depuis plusieurs semaines, ces différents secteurs organisent la riposte et se mobilisent à travers des journées d’actions et de grèves communes. N’en restons pas là : les intermittent-e-s ont d’ores et déjà voté en faveur de la grève reconductible à partir du 28 ; les cheminot-e-s d’Austerlitz réunis en Assemblée Générale ont voté hier matin la grève reconductible à partir du 26 et jusqu’au 28 au moins. Nous voulons pouvoir nous réunir librement et exigeons la tenue d’une assemblée générale ouverte à tous au théâtre de l’Odéon mercredi 27 avril.

Cette détermination dont nous avons fait preuve jusqu’ici montre que nous sommes prêt-e-s à nous organiser ensemble pour la journée du 28 et la suite : seule la grève générale reconductible fera plier le gouvernement. C’est à celles et ceux qui luttent de décider de leurs moyens d’action : nous nous joindrons aux rencontres des secteurs en lutte pour la convergence ce jeudi à partir de 18 h à République appelé par Nuit Debout, le collectif syndical Bloquons Tout et la Coordination Nationale Étudiante et appelons les autres secteurs à faire de même.

Tous et toutes ensemble en grève et dans la rue jeudi 28 avril et après !

Les occupant-e-s de la Comédie française

Communiqué du mercredi 27 avril.
La Rédaction


Communiqué des occupants du Théâtre de l’Odéon  26/04/2016

© DR.
NOUS RESTONS DETERMINEES !

Depuis plus de 40 heures, après 2 nuits passées à l’intérieur, le théâtre de l'Odéon - Théâtre de l’Europe à Paris est toujours occupé par une cinquantaine d’étudiantes, de chômeuses, d'intermittentes, précaires, et de nuits deboutistes.

Dès notre arrivée, nos objectifs étaient clairs : peser sur les négociations d’assurance chômage en cours et exiger le retrait total de la Loi Travail.

En effet, hier, se tenait une journée de négociations sur le régime spécifique des intermittents du spectacle. Nous avons invité toutes les personnes mobilisées autour des luttes en cours à nous rejoindre au Théâtre de l’Odéon afin d’y tenir une Assemblée Générale.

Elles sont arrivées en nombre, de manière pacifique, et sans aucune provocation. Elles ont été repoussées directement à coup de lacrymo et de matraques ! La violence policière qui s’abat actuellement sur les mouvements sociaux est alors encore montée d’un cran !

Depuis le début de cette occupation, la présence policière est permanente : nous refusons de vivre dans cet Etat policier et exigeons le retrait des forces de l’ordre de la place de l’Odéon !

Nous avions annoncé que l’occupation du Théâtre de l’Odéon se tiendrait tant qu’un accord (ou un refus définitif d’accord) sur les annexes 8 et 10 ne soit acté. Hier soir, les syndicats ont finalement repoussé le terme des négociations à mercredi.

Ce matin nous avons donc réitéré à la direction du Théâtre de l’Odéon notre détermination à rester, comme nous l’avions annoncé dès notre arrivée, jusqu’à la fin des négociations.

Nous avons renouvelé notre demande à ce que les portes de ce théâtre public soient ouvertes afin que les gens puissent y circuler et venir y travailler.

Nous avons invité l’équipe du théâtre, ainsi que celle du spectacle programmé ce soir, à venir dialoguer avec nous.

Nous avons demandé à ce que Stéphane Braunschweig, directeur du théâtre, ainsi que le Ministère de la culture se positionnent publiquement et fermement, pour dénoncer les violences policières qui ont eu lieu devant le théâtre hier soir, et de prendre les décisions nécessaires pour que ces violences ne se reproduisent plus.

Nous attendons leur réponse sur nos revendications.

Nous restons déterminés et appelons à soutien !

Les occupants du Théâtre de l’Odéon.

La CIP appelle à un rassemblement de solidarité sur place ce soir à 18 h 30.

Communiqué de presse de la CIP-IdF
>> cip-idf.org/
La Rédaction


Occupation en cours du théâtre de L'Odéon  25/04/2016

Occupation en cours du théâtre de L'Odéon
Après l'occupation de théâtre à Toulouse (TNT), Bordeaux(TnBA), Caen (CDN), Montpellier (hTh CDN), c'est au tour du théâtre de l'Odéon à Paris d'être occupé depuis 18 h 30 ce dimanche. Deux banderoles ont été déployées sur la façade : "De l'argent il y en a, construisons de nouveaux droits" ; " Pas de droit du travail sans droit au chômage".

Nous, chômeurs, étudiants, précaires, salariés en poste ou en formation et intermittents de la culture et d'ailleurs, avec ou sans papiers, occupons ce lieu public pour signifier notre complet désaccord avec les "négociations" en cours de l'assurance chômage comme avec le projet de loi travail.

Comme bien d'autres, les salariés du théâtre de l'Odéon ont fait grève contre le projet de loi travail les 9 mars et 9 avril dernier.

Ce 28 avril de nombreux salariés seront à nouveau en grève contre la loi travail dans tout le pays.
D'ici là, partout, des actions vont avoir lieu. Au vu l'obstination de ce gouvernement, la mobilisation va se poursuivre et s'approfondir.

Les négociations de l'Unedic prévoient de priver les chômeurs, précaires et intermittents de 800 millions d'euros, alors même que la majorité d'entre eux ne sont pas indemnisés.
Ces coupes budgétaires brutales sont préconisées par le gouvernement. Et la plupart des partenaires "sociaux", Medef en tête, avalisent déjà cette orientation catastrophique.

La CFDT et le MEDEF ont prévu de réaliser proportionnellement davantage d'économies à l'encontre des intermittents que des autres chômeurs (cf. lettre de cadrage du Medef). L'État serait prêt à verser au pot plusieurs dizaines de millions pour compenser en partie les économies faites sur les annexes 8 et 10. Ces rustines, ne règlent rien. Un tel financement "réservé" ne serait rien d'autre qu'une manoeuvre de division destinée à prévenir la mobilisation de l'ensemble des concernés.

La mobilisation en cours contre la loi travail a commencé à faire savoir que le droit du travail resterait attaqué en permanence tant qu'un droit au chômage ne serait pas instauré. Voilà pourquoi, l'État doit abonder pour tous les caisses de l'assurance chômage et leur trouver de nouveaux modes de financement.

Poursuivons la mobilisation !

Chômeurs, étudiants, précaires, salariés en poste ou en formation et intermittents de la culture et d'ailleurs, avec ou sans papiers, occupants du théâtre de l'Odéon.
Communiqués de presse de la CIP-IdF.
La Rédaction


La Compagnie Quartet Buccal lauréate du Prix Maurice Yvain 2015  07/04/2016

Le Quartet Buccal, spectacle "Les Ensorceleuses © Sileks.
Louis Dunoyer de Segonzac, président de la commission musique de la SACD a remis le 4 avril 2016 le Prix Maurice Yvain 2015 à la Compagnie Quartet Buccal.

Ce prix a été décerné en présence de Sophie Deschamps, présidente du Conseil d’administration de la SACD, Pascal Rogard, directeur général, Patrick Raude, secrétaire général et des membres du conseil d’administration de la SACD.

Une soirée s'est tenu dans les salons de la SACD où se trouve le piano de Maurice Yvain, célèbre compositeur d’opérettes et de musiques de film qui a donné son nom à cette récompense créée en 1972 à l’initiative de son épouse afin de récompenser un compositeur de musique légère ou d’opérette.

La Compagnie Quartet Buccal

Le Quartet Buccal est un groupe de femmes qui chantent a capella des chansons tendres et drôles. Pourtant, ce n’est ni un Girls Band, ni une chorale seventies, ni les Frères Jacques qui se seraient fait des couettes. À trois, quatre ou onze, les artistes de la Compagnie conjuguent voix, corps, énergie avec humour et séduction.
Elles écrivent et composent pour installer un univers féminin dans un décor minimaliste.

Claire Chiabaï, Corinne Guimbaud, Véronique Ravier, Marisa Simon, créent le Quartet Buccal en 1994. Alexandra Roni-Gatica rejoint la compagnie en 2004. Puis Mariame Kadi et Fanny Lefebvre intègrent le groupe lors du spectacle "Gang !"

À chaque création, le Quartet Buccal compose, écrit et arrange les chansons (accompagné parfois par quelques complices dont les chanteuses se sentent proches…).

Pour chaque spectacle, la compagnie fait appel à un metteur en scène et un directeur musical.

Les précédents lauréats du Prix Maurice Yvain.
Ce Prix a été décerné en 2014 à Juliette, en 2013 à Hervé Devolder, en 2012 à Étienne Perruchon, en 2011 à Thierry Lalo, en 2010 à Isabelle Aboulker, en 2009 à Antoine Hervé, en 2008 à Michel Frantz, en 2007 à Patrick Laviosa, en 2006 à Thierry Boulanger et, en 2004 à Didier Lockwood.

>> sacd.fr

>> quartetbuccal.fr

Photo : Le Quartet Buccal, spectacle "Les Ensorceleuses © Sileks.
La Rédaction


Nomination de Christian Mousseau-Fernandez à la direction de la scène nationale d’Évreux-Louviers  14/03/2016

© DR.
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, en plein accord avec le maire d’Évreux, le maire de Louviers, le président de la région Normandie et le président du conseil départemental de l’Eure, a donné son agrément à la nomination de Christian Mousseau-Fernandez à la direction de la scène nationale d’Évreux-Louviers, établissement public de coopération culturelle (EPCC).

Christian Mousseau-Fernandez a occupé les fonctions de directeur des affaires culturelles de Verrières-le-Buisson puis de Douchy-les Mines où il était également responsable du théâtre et du cinéma, avant de diriger le Quai d’Angers entre 2009 et 2014.

L'EPCC Évreux-Louviers-Eure possède une dimension pluridisciplinaire, incluant le cinéma, les musiques actuelles et les activités économiques. Le projet artistique de Christian Mousseau-Fernandez propose un enrichissement mutuel entre les disciplines, la musique étant abordée sous l’angle dramaturgique, chorégraphique et visuel, le spectacle vivant à travers des approches musicales et sonores.

L’organisation de temps forts pour les adolescents autour des écritures contemporaines et des musiques actuelles et la mise en œuvre d’actions d’éducation artistique et culturelle, permettront aux enfants et aux jeunes de développer leur curiosité artistique et culturelle tout au long de l’année.

Avec l’exigence de rendre la culture accessible à toutes et à tous, la scène nationale ambitionne également de sortir régulièrement de ses murs et de construire des partenariats avec les acteurs locaux.

Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication du 11 mars 2016.
La Rédaction


François Rancillac est reconduit, par la ministre de la Culture, à la direction du Théâtre de l'Aquarium  13/03/2016

© Théâtre de l'Aquarium.
Après dix mois d'incertitude et de vive tension, le Ministère de la Culture vient de renouveler la convention de la compagnie "Théâtre de l'Aquarium" ! Comme ils le souhaitaient, François Rancillac et son équipe pourront ainsi poursuivre encore trois ans le projet mis en place depuis six ans : un théâtre de création partagé avec des artistes associés ou invités, où se croisent les arts (forte présence de la musique), les publics, où la transmission aux jeunes, aux amateurs, aux futurs comédiens professionnels est intimement liée au quotidien de cette maison qui se veut de plain-pied avec notre aujourd'hui.

Cette longue bataille pour l'Aquarium en particulier et pour les valeurs du théâtre de service public en général n'a été gagnée que grâce à la conjonction de multiples soutiens : les milliers de pétitionnaires, les centaines de supporters si actifs et créatifs du "Comité de soutien" et tous les spectateurs, artistes, enseignants, directeurs d'institution, élus, journalistes qui ont contribué à cette heureuse issue par des courriers, des articles, des prises de parole publiques, des distributions de tracts, etc. : preuve (s'il en est encore besoin) que la solidarité a non seulement ses vertus mais son efficacité !

Il faut aussi rendre hommage à Madame Audrey Azoulay, Ministre de la Culture, et ses collaborateurs au Cabinet et à la DGCA, qui ont su entendre la cause de l'Aquarium : que cela soit de bon augure pour l'ensemble du spectacle vivant qui, dans un contexte particulièrement difficile pour la création, défend d'une même main l'exigence artistique et l'ouverture aux spectateurs les plus divers - aussi divers que doit l'être notre République.

Communiqué de presse du Théâtre de l'Aquarium du 11 mars 2016.

Théâtre de l'Aquarium, La Cartoucherie, route du champ d manœuvre, Paris 12e, 01 43 74 72 74.
La Rédaction


Géraud Didier, nouveau directeur du Manège, scène nationale de Maubeuge  18/02/2016

© DR.
Audrey Azoulay, ministre de la Culture et de la Communication, et Arnaud Decagny, maire de Maubeuge, en plein accord avec le président de l’association, ont donné leur agrément à la proposition unanime du jury, réuni le 29 janvier 2016, de nommer Géraud Didier à la direction du Manège, scène nationale de Maubeuge.

Géraud Didier était jusqu’en 2015 responsable de La Nef, fabrique des cultures actuelles à Saint-Dié-des-Vosges où il était également directeur des affaires culturelles. Il a été auparavant directeur général adjoint de l’auditorium et de l’Opéra de Dijon, secrétaire général, puis conseiller artistique du Maillon à Strasbourg, entre 2002 et 2011.

Le projet de Géraud Didier propose à un large public d’accéder à la diversité des formes actuelles du spectacle vivant, en particulier celles qui se renouvellent au contact des technologies d’aujourd’hui, notamment à l’occasion du festival VIA conforté dans sa fonction de mise en lumière d’une émergence artistique liée au numérique.

Affirmant une large ouverture du Manège sur l’Europe, il a l’ambition de conforter la scène nationale dans un réseau de prestigieuses structures de production, permettant l’accueil de créations d’envergure et une large diffusion des œuvres produites collectivement.

Géraud Didier succède à Didier Fusillier, dont la ministre tient à saluer l’inventivité et la vitalité qui ont permis de donner une forte identité à cette scène nationale reconnue pour son implication singulière sur un territoire transfrontalier et son ouverture aux émergences et aux nouvelles esthétiques.

Communiqué du ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : Le Manège, Maubeuge © DR.
La Rédaction


1 2 3 4 5 » ... 19




Publicité



À découvrir

"Le Mariage de Figaro" par les Nomadesques... Le choix du burlesque pour dépeindre le grotesque des cuistres !

"Le Mariage de Figaro ou la folle journée", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Reprise S'ils œuvrent avec excellence dans l’univers des spectacles Jeune Public*, les Nomadesques savent aussi nous régaler avec quelques classiques "revisités". Après le très western "Beaucoup de bruit pour rien" de Shakespeare en 2010, les voici de retour sur la scène du Ranelagh avec un très coloré "Mariage de Figaro" de Beaumarchais à la tonicité revigorante.

La fin de l'Ancien Régime est proche quand Pierre Augustin Caron de Beaumarchais écrit en 1784 "Le Mariage de Figaro". Après la Révolution de 1789 (et l'abolition des privilèges dans la nuit du 4 août), plus rien ne sera comme avant. Beaumarchais l'avait bien pressenti et Marivaux avant lui. Le théâtre ici aussi, sous ses aspects de farce, marque au fer rouge la disparition d'un monde, celui des privilèges et du système monarchique où des relents de féodalité subsistaient encore.

Marivaux rêve et écrit l'utopie d'une inversion des classes dans "L'île des esclaves" en 1725 où le valet prenait la place du maître et le maître se retrouvait à la merci du valet. Mais l'absence du savoir brise l'utopie. Beaumarchais ne tombe pas dans le piège et, hardie anticonformiste, aventurier et libertin, fait de son valet Figaro un contestataire cultivé maîtrisant le langage et donc à même de s'opposer au comte Almaviva, son maître... Duel à fleurets mouchetés pour qu'un beau épouse sa belle sans que vilaine noblesse y exerce droit de cuissage et pour qu'amoureuse mais vengeresse comtesse punisse mari volage.

Gil Chauveau
15/02/2015
Spectacle à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre Essaïon, Paris

Prolongations Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016
Sortie à la Une

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles

"Stavanger", Studio Hébertot, Paris

Qui est-elle ? Florence Bernstein, avocate… mais encore ? Lui, Simon, qui est-il ? Ex, réel ou futur suicidé ferroviaire ? A-t-il tué sa mère ? Est-elle une amante ou une sœur ? S'aiment-ils ? Iront-ils à Stavanger ? Tout cela est-il bien réel ?

J'aimerais tant voir Stavanger... En écoutant chanter les étoiles
Répondre à ces questions reviendrait à dévoiler une histoire qui repose sur un mystère construit notamment sur les réponses à ces interrogations. Le texte d'Olivier Sourisse est le type même de ceux dont on ne peut pas parler, au risque de glisser vers la fin et dévoiler la "surprise" finale… Découverte qui ferait perdre, au spectateur, l'intérêt principal de cette étrange pièce.

Ainsi donc, nulle réponse vous aurez. Mais il vous sera bon de savoir que Stavanger, improbable destination dont nos protagonistes se découvrent un goût commun de villégiature, est un petit port norvégien dont les sites touristiques sont aussi nombreux que ceux de Randaberg sa voisine, hormis peut-être sa spectaculaire falaise et son musée du pétrole. Ceci étant dit, son ciel étoilé et pur est sans aucun la douce image virtuelle que nous laisse la pièce en sortant de la salle.

Une fois mis de côté le titre à la consonance scandinave, les premières répliques posent très vite une situation peu banale où une avocate à la réussite sociale acquise réussit à convaincre un jeune homme au succès suicidaire inachevé de ne pas rester allonger sur des rails où le passage régulier de trains n'est pas inhabituel. Cela posé, se met en place une mécanique des relations toute en nuances, même dans leurs violences. Petit à petit, entre ces deux êtres solitaires, que rien ne semble a priori lier (quoique !), se construit une trame tissée des fils de l'écoute, de l'échange, de la découverte de l'autre, dessinant doucement mais sûrement l'inattendu dessin d'une réconciliation.

Gil Chauveau
25/01/2017