La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Baisse des droits d’auteur en provenance du spectacle vivant  22/04/2011

Pour la deuxième année consécutive, la Sacem a présenté ses indicateurs sur le secteur du spectacle vivant et leurs évolutions lors d’une conférence le vendredi 22 avril au Printemps de Bourges.

>> Un recul des droits perçus
Les droits d’auteur générés par le spectacle vivant en France ont reculé de 3,8 % en 2010, pour s’établir à 75,5 M€ (contre 78,5 M€ en 2009). Il s’agit d’une première dans ce secteur qui avait depuis une dizaine d’années connu une croissance continue, et qui représente 9,2 % de la totalité des droits d’auteur de la Sacem en 2010.

>> Le poids des "grosses productions"
Cette baisse des droits en 2010 s’explique principalement par une forte chute des revenus des tournées : de -14 %. Ces dernières représentent une part très importante des droits (35 %) mais un tout petit nombre de séances (4 %), mettant en exergue la forte concentration qui règne dans ce secteur.
"Le recul des droits en 2010 est la conséquence directe de l’absence de dates de très grandes stars françaises comme Johnny Halliday ou Mylène Farmer", note Claire Giraudin, Responsable des Études à la Sacem, "L’année 2010 est une illustration parfaite de la concentration de ce secteur, et de l’importante volatilité qui en résulte : la présence de certains artistes connus suffit pour modifier les résultats de toute une année !"
Le Top 20 des concerts représente à lui seul en moyenne sur 5 ans 20 % des droits perçus dans le spectacle vivant.

>> Un travail de proximité essentiel
L’étude met également en avant les indicateurs qui permettent de mieux cerner le travail effectué par les équipes de la Sacem chaque jour sur le terrain pour percevoir et répartir les droits issus du spectacle vivant aux auteurs, compositeurs et éditeurs en collant à la réalité des diffusions. C’est ce travail de proximité qui permet de répartir des droits d’auteur aux créateurs dont les œuvres bénéficient d’une diffusion plus modeste, de niveau local par exemple.

"Le spectacle vivant représente seulement 9 % des droits totaux collectés par la Sacem : pour nos équipes ce sont plus de 160 000 séances inventoriées sur tout le territoire, plus de 1,1 millions d’œuvres interprétées lors de ces concerts intégrées dans notre système informatique, et des répartitions au prorata temporis pour 268 000 titres différents. Une méthodologie de la proximité et de la précision", souligne Claire Giraudin.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Décès du comédien Daniel Darès, directeur du Théâtre Antoine  22/04/2011

Décès du comédien Daniel Darès, directeur du Théâtre Antoine
Le comédien et producteur Daniel Darès, directeur du Théâtre Antoine à Paris depuis 1984, est décédé dans la nuit de jeudi à vendredi, à Paris, à l'âge de 80 ans des suites d'une embolie pulmonaire.

De son vrai nom Daniel Zadjman, cet homme de théâtre qui avait été arrêté en juillet 42 dans le cadre de la rafle du Vel d'Hiv, a fait ses débuts sur scène à l'âge de 15 ans en qualité d'élève de Charles Dullin, puis de la rue Blanche dans la classe de Robert Manuel.

Daniel Darès a joué de nombreuses pièces avec Sylvia Monfort, Michel Piccoli, Laurent Terzieff, Tatiana Moukine, Dora Doll, Françoise Fabian...
Dès le milieu des années 60, Daniel Darès s'est investi dans la gestion et la production des spectacles du théâtre Antoine, au côté de Simone Berriau.

En 1969, en tant que producteur indépendant, il a monté la comédie musicale Hair avec Julien Clerc et Gérard Lenorman, Fishing (à Londres), (O'Calcutta), Mort d'un commis voyageur au Théâtre des Variétés, Godspell avec Dave, Britannicus...

Après le départ en 1984 de Simone Berriau, Daniel Darès a pris les commandes du Théâtre Antoine, au côté d'Héléna Bossis qui fut son épouse.
De 1983 à 1986, Daniel Darès a dirigé parallèlement la Comédie et le Studio des Champs-Élysées.

Les obsèques de Daniel Darès seront célébrées jeudi 28 avril, à 16h, cimetière du Montparnasse.
La Rédaction

Ces Molière nous étonnent… enfin presque !  18/04/2011

Étonnant que Julien Sibre soit primé une seconde fois pour le Molière du metteur en scène. Certes le Repas des fauves le mérite très largement. Mais on aurait aimé voir Philippe Adrien cette année pour son Dindon qui n’aura rien reçu ce soir. Et puis, comme dit Sibre, étonnant quand il y a Chéreau dans la même cour… Allez, on est heureux pour lui !

Mais tout de même…

Même si on est persuadé que le Repas des Fauves soit un très bon spectacle, nous restons étonnés que Diplomatie (avec André Dussolier et Niels Arestrup) et le Dindon (mis en scène par Philippe Adrien) repartent bredouille. Cela nous attriste. À croire qu’il n’y ait que cela à voir… Dommage que les Molière ne se diversifient pas plus. Ne nous étonnons donc pas si le public s’en désintéresse quelque peu. Trois prix pour un même spectacle… Tout de même !
la Rédaction

Au fil des Molière…  17/04/2011

Peter Brook n’a pas manqué de saluer la mémoire de Sotigui Kouyaté, celui qui fut pendant longtemps son comédien préféré. Aujourd’hui, cela fera un an qu’il est décédé. Le discours de ce grand monsieur est donc très émouvant. Ancien directeur des Bouffes du Nord, nous sommes heureux d’apprendre qu’il reçoit ce soir le Molière d’honneur. Nous ne pouvons que regretter son absence des Bouffes et saluer l’immense talent ! Merci Peter Brook.
La Rédaction

La montée des marches des Molière est calme comparée à celle de Cannes…  17/04/2011

Mais certaines personnalités méritent qu’on s’y attarde. Quelques surprises auxquelles on ne s’attendait pas forcément :

Brigitte Fossey, d’abord, qu’on n’a pas vu au théâtre depuis La Nuit de l'audience au Petit Montparnasse en 2009. C’est vrai que la beauté ne vieillit pas et Brigitte Fossey fait partie de ces icônes qu’on aimerait voir plus souvent sur les planches.

Quand on aperçoit Annie Dupérey monter les marches, on ne peut s’empêcher de se rappeler son « poum poum pidou », dans le film mémorable de Yves Robert (Un Éléphant ça trompe énormément). On a pu la voir cette saison dans la pièce de Bertrand Blier, Désolé pour la moquette. Un rôle surprenant, celui d’une bourgeoise métamorphosée en clocharde. Mais on avait surtout été ému dans Oscar et la dame rose qui avait été joué au Théâtre Montparnasse. La pièce de Blier n’est pas en compétition, mais on est heureux de cette apparition.

Enfin, la présence de Jean-Paul Farré qui avait reçu en 2010 le Molière du théâtre musical pour les Douze Pianos d'Hercule. On regrette qu’il ne soit pas nominé pour Louis Jouvet-Romain Gary 1945-1951, joué cette saison au Théâtre de la Commune. Même si la mise en scène de Gabriel Garran n’avait pas été applaudie unanimement, l’interprétation de ce grand bonhomme de la scène française dans le personnage de Tulipe était remarquable.

Pour le reste, c’est à suivre…
Sheila Louinet

Une Soirée pour "l’Humanité", lundi 2 mai au Cabaret Sauvage  14/04/2011

Une Soirée pour "l’Humanité", lundi 2 mai au Cabaret Sauvage
Un concert de soutien est organisé pour le pluralisme de la presse et le développement du journal l’Humanité le lundi 2 mai au Cabaret Sauvage. Il réunira des artistes pour lesquels la sauvegarde et le développement de ce journal "historique", en ces temps difficiles de crise, sont essentiels. Ils et elles dédieront notamment des créations originales.

Au-delà de l’aspect festif, ce concert de soutien s’inscrit dans le cadre des Assises du journal l’Humanité qui proposent jusqu’au 14 mai débats, initiatives et mobilisations sur l’avenir de ce journal et sur les enjeux du pluralisme de la presse (Université populaire, débat à l’Assemblée nationale, initiatives éditoriales, rencontres avec les lecteurs, marchands de journaux, etc.).

Au programme :
Exaltant duo Tony Gatlif/Didier Lockwood (le cinéaste lira le poème "Étrange étranger" de Prévert, porté par l'improvisation du violoniste jazz) ; le groupe reggae Danakil qui vient de clôturer un Zénith torride ; la nouvelle pasionaria de la chanson Melissmell ; le duo inédit de Serge Teyssot-Gay/Joëlle Léandre (l’emblématique guitariste de Noir Désir et cofondeur du trio free-rock Zone Libre échangera avec la grande contrebassiste de jazz et improvisatrice) ; le groupe de chanson française Les Yeux D’la Tête (qui a fait un tabac aux Francofolies 2010 offrira une rencontre avec Danakil) ; le célèbre rappeur Disiz la Peste aka Disiz Peter Punk ; la chanteuse engagée Agnès Bihl ; le mythique groupe d’exilés chiliens Quilapayun ; le Psycho Bop Trio de Rodolphe Lauretta (saxophoniste jazz) ; le rappeur qui monte HK (lequel, entre autres, lira, sur une impro réactive du Psycho Bop Trio, un extrait de "Indignez-vous", de Stéphane Hessel) ; The Serge Gainsbourg Experience en hommage aux 20 ans de la mort de l’artiste ("Chanson de Prévert") ; Samira Brahmia (pour une chanson dédiée aux femmes) ; le clarinettiste de jazz Sylvain Kassap (extrait de sa superbe création "The World Is Too Small For Walls", sur les photos d'Alexandra Novosseloff qui montrent, à travers le monde, les murs séparant les humains : Murs de Berlin, Mexique/États-Unis, Israël/Palestine, etc.) et des invités "Surprise" !

Informations pratiques :
Lundi 2 mai 2011.
19 h : ouverture des portes et 19 h 30 : début des festivités.
Le Cabaret Sauvage Parc de la Villette, Paris 19e.
Plus d’informations et bulletin de réservation sur : www.humanite.fr
La Rédaction

Attraction pour les petits et pour les grands au centquatre !  13/04/2011

Attraction pour les petits et pour les grands au centquatre !
Le Manège Carré Sénart, en tournée européenne s'est arrimé dans la halle Aubervilliers où son univers enchanté et ses dimensions hors normes lui valent un tel succès qu'il joue les prolongations jusqu'à la venue de l'été. Cette attraction (au double sens du terme) happe petits et grands pour un drôle de voyage. A bord de ce manège (carré, et non rond!) - imaginé et conçu par François Delarozière, fondateur de la Machine et artisan des machines du Royal de Luxe - les heureux passagers chevaucheront un des buffles géants, insectes grimpeurs, têtes de poissons - qui mènent les plus audacieux sous le chapiteau - et autres facéties poétiques rêveuses...

jusqu'au 26 juin / halle Aubervilliers
- Hors vacances scolaires :
mercredi, de 14h à 18h / samedi, de 12h à 20h / dimanche, de 12h à 18h (20h, après les vacances de Pâques)
- Durant les vacances de Pâques
mercredi, jeudi, vendredi, de 14h à 18h / samedi et dimanche, de 12h à 20h.


Tarifs
tour de manège: 4 € / 3 €*
carnet de 6 tours: 20 € / 15 €*
réservation possible en semaine pour les groupes (les jours d'ouverture excepté le week-end)
Renseignements / réservations: 01 53 35 50 00
Plus d’informations : www.104.fr
La Rédaction

Le CNCS nous invite à explorer l’étrange univers des costumes de scène...  13/04/2011

Le CNCS nous invite à explorer l’étrange univers des costumes de scène...
Le Centre National du Costume et de la Scénographie à Moulins présente, jusqu'au 15 mai 2011, une exposition de costumes dans des matières bien éloignées des brocarts, dentelles, soies et satins de notre mémoire collective.

Ces costumes sont nés des recherches de formes et de matières poursuivies par les avant-gardes du début du XXème siècle – constructivisme, Bauhaus, futurisme - où s’expérimentèrent le carton, le bois, le métal, la toile cirée, le rhodoïd. Ils nous immergent dans un monde de matières où, des plus simples aux plus composites, toutes se prêtent au jeu du rêve et de l’imaginaire, au pouvoir de la suggestion et à l’imitation décalée du vrai.

"Les insolites", Centre National du Costume et de la scène,
exposition, tous les jours,
du 29 janvier au 15 mai 2011, de 10h à 18h
Plus d'info sur : www.cncs.fr
La Rédaction

Les hommes sont toujours des enfants... Jonasz aussi !  13/04/2011

Six ans s'étaient écoulés depuis son précédent album studio de chansons inédites... intitulé tout simplement "Michel Jonasz" ! En 2007, c'est un album de "reprises" (Brel, Brassens, Ferré, Nougaro, etc.) portant à juste titre le nom de "Chanson Française" qui fut dans les bacs. Puis le théâtre se mêla de la partie avec "Abraham", une pièce écrite autour de l'histoire de son grand-père qu'il interprétera au Petit Montparnasse, puis à la Gaîté Montparnasse, et ensuite en tournée. Mais la chanson et le blues ont repris le dessus, Mister Swing est de retour sur une "galette"... "Les hommes sont toujours des enfants" est sorti le 28 février ! Fidèle à ses passions musicales, le groove est toujours présent et ce n'est que du bonheur... La voix est toujours là, superbe... évoquant les rêves d'enfance ou d'adolescence... une nouvelle balade... le nez dans les étoiles... À suivre !
La Rédaction

Au Lucernaire : La sorcière du placard aux balais - Dès 4 ans  12/04/2011

Au Lucernaire : La sorcière du placard aux balais - Dès 4 ans
Un jour, en fouillant dans sa poche, Monsieur Pierre trouve un billet. Devenu riche, il s’empresse d’acheter une petite maison qui se révèle, gentiment, hantée. Une habitante singulière, tapie au creux de son placard, lui proposera un étrange défi…
Une histoire écrite pour les enfants par les enfants, La sorcière du placard aux balais puise dans le quotidien et l’imaginaire. Un univers où l’on apprend que dans un jardin tout simple peut pousser un arbre à macaroni, que les grenouilles ont des cheveux et que les souris savent parler aux poissons. Apparitions, disparitions, la scène se transforme en lanterne magique, où le noir se fait rythme, où le faisceau de lumière s’attarde sur un visage, créant l’ombre ou la transparence.

Auteur : Pierre Gripari
Mise en scène : les Asticoteurs
Distribution : Alexandra Malcouronne, Valérie Gille et Thierry Desvignes
Durée : 50 minutes

Du 9 avril au 4 juin 2011
Les mercredis et samedis à 15h
Et du mardi au samedi pendant les vacances scolaires
La Rédaction

La SACD stupéfaite par la révocation d'Olivier Py  12/04/2011

Communiqué : La SACD fait part de sa stupéfaction face à l’annonce par le Ministère de la Culture et de la Communication de la révocation surprise et brutale d’Olivier Py de la direction de l’Odéon-Théâtre de l’Europe.

Elle estime que la non‐reconduction d’Olivier Py, qui devra toutefois être officialisée par le Président de la République, ne repose pas aujourd’hui sur une procédure claire, transparente et indiscutable, tant le bilan de l’auteur et metteur en scène semblait mettre en exergue une programmation exigeante, une adhésion forte du public et une réelle ambition européenne.

La SACD juge, à cet égard, très étonnant que le Ministre de la Culture et de la Communication reconnaisse "le remarquable travail accompli par le metteur en scène" et recommande, dans le même temps, de ne pas renouveler son mandat.

Pour la SACD, les révocations dans les théâtres nationaux peuvent naturellement se justifier dès lors qu’elles sont soumises à des règles justes, connues à l’avance et basées sur des critères vérifiables. À défaut, la légitimité même des décisions prises par les pouvoirs publics n’aura de cesse d’être questionnée, pour ne pas dire diminuée.

SACD/Société des Auteurs Compositeurs Dramatiques : www.sacd.fr

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Billet n°1 : Vous êtes indigne Monsieur le Ministre !  12/04/2011

On vous nomme Ministre de la Culture,
Or, vous en faites de la confiture.
Hier vous remerciiez Monsieur Py,
Demain vous gracierez le sieur Bondy.

Mais puisqu’il est d’accord, quelle importance ?

Le grand Théâtre de l’Europe est,
À la toute fin de son Excellence.
Là sont vos prérogatives, débarquez,
M’sieur le Ministre, c’est dans l’air du temps.

Puisque Adagio agace, Votre Eminence.

Attention, méfions-nous, Lagarce plane,
Il risque bien de secouer les ânes.
Quelle importance Monsieur le Ministre,
Quand on opine du chef comme un cuistre

Et puis, Barrault ou Py, quelle différence ?

Lire les autres brèves.
Sheila Louinet

Sacem-Prodiss au Printemps de Bourges 2011  10/04/2011

Table ronde Spectacle vivant, vendredi 22 avril de 15h30 à 17h, salle de réception de l'Auditorium à Bourges.
 
Bilan et évolutions des indicateurs "droits d'auteur" dans le spectacle vivant en 2010, 
présenté par Claire Giraudin, responsable études & communication extérieure de la Sacem.
 
Quel est le rôle du spectacle vivant dans le développement des carrières des créateurs et des artistes ?
Assiste-t-on vraiment à un effet “one-shot” ?
Table-ronde proposée en partenariat avec le Prodiss et en collaboration avec le CNV.

Intervenants : Bernard Chérèze, Directeur de la programmation musicale et Directeur artistique de France Inter ; François Delaunay, Mandataire du SMA et Co-directeur du Chabada à Angers ; Jules Frutos,Président du Prodiss ; Catherine Kerr-Vignale,Directeur des relations clients et Membre du Directoire Sacem ; Caroline Molko, Présidente de Warner Chappell Music France et Vice-Présidente de la CSDEM ; Jacques Renard, Directeur du CNV ; Marc Thonon, Directeur d’Atmosphériques et Président de la SPPF.
Modérateur :
Gilles Médioni, Journaliste à l'Express.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Luc Bondy devrait remplacer Olivier Py à la direction du théâtre de l'Odéon  09/04/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, proposera au Président de la République de nommer Luc Bondy à la direction du théâtre de l’Odéon, au terme du mandat d’Olivier Py en mars 2012.
Le Ministre a reçu le vendredi 8 mars 2011 Olivier Py pour l’informer de cette décision. Il a rendu hommage au remarquable travail accompli par le metteur en scène et par l’ensemble des équipes du théâtre de l’Odéon, en l’assurant de son souhait d’envisager
prochainement avec lui d’autres fonctions.
Luc Bondy, actuellement directeur du festival de Vienne, dont l’œuvre artistique et la réputation européenne et internationale sont unanimement reconnues, aura notamment pour mission de renforcer la dimension européenne du théâtre de l’Odéon - Théâtre de l’Europe.
La Rédaction

1 ... « 20 21 22 23




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019