La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
Trib'Une

"La Divine"… Quand même ! Sarah Bernhardt, "l'impératrice" et éternellement grande comédienne - 07/06/2024

Il faut de l'expérience pour incarner sur scène, celle que Cocteau a baptisée : "le monstre sacré" du théâtre : Sarah Bernhardt. À une comédienne débutante qui lui avait été imposée, elle lui a adressé ceci alors que cette jeune actrice lui expliquait qu'elle n'avait pas le trac : "ça viendra, avec le talent". Il faut une sacrée confiance en soi pour balancer cela. Sarah Bernhardt n'avait peur de...  

"Naïs" Nous voulons de la vie au théâtre et du théâtre dans la vie - 23/05/2024

C'est avec cette magnifique citation de Jules Renard que j'ouvre les festivités, pour féliciter la joyeuse et talentueuse troupe très applaudie, hier soir, au théâtre du Lucernaire, à Paris. Paris, ville de lumière, de travaux à la pelle et lieu de naissance de Molière. Molière, justement. Peu avant la remise de prix portant le nom de ce grand monsieur, un bilan peu réjouissant est tombé...  

"Single Mother" Solo fantasque d'une mère célibataire. - 13/05/2024

Muriel Habrard est une bombe à retardement. Une personnalité douce et apaisée qui, soudain, par un geste, un son ou un éclat de rire, surprend, comme la pluie qui, malgré le soleil de la journée, vient encore frapper sur les toits solides du Studio Hébertot ! Muriel Habrard est une femme à la sympathie palpable. Celle qui parle sur scène avec un naturel impeccable est la même dans la vie quand,...  

"Liés" L'amour est une folie de l'échange* - 12/04/2024

Au son d'une guitare accompagnée de plages "électro", s'approche devant nous un charmant duo. Deux comédiens, Comédie des Trois Bornes – voilà qui tombe bien ! – se présentent à nous et expliquent l'heure qui va défiler sous nos yeux. Nos yeux plus ou moins endormis, d'un dimanche pluvieux de cette météo incertaine qui dure depuis des semaines. "Liés", c'est un spectacle de mots donnés en amont...  

"Le Malade Imaginaire" Une version réparatrice de l'ultime pièce de Molière à usage olympien ou autre ! - 20/03/2024

Oyez, oyez ! Les gens. Tendez les oreilles, ouvrez vos tympans. Je vous apporte cette nouvelle. Bonne ou mauvaise, c'est vous qui décidez ! Non loin des Bouffes du Nord, hier soir, une idée, soudain, a germé. Proposer un remède, pour soigner ce "bobo" qui contamine les ondes depuis deux semaines. Diantre ! De partout, résonnent de bien puériles polémiques. Les mots fusent telle une dynamite....  

"Les Caroline" Caroline(s) étaient des amies, des superbes filles… Je repense à elles, à leur gouaille et tout leur charme qui brille… - 28/02/2024

Dimanche pluvieux, dimanche heureux ! Bien qu'il faille se motiver pour quitter son nid douillet un dimanche de février quand, de surcroît, la météo ne sourit pas, il y a des décisions prises qu'on ne regrette pas. C'est donc muni d'un parapluie que j'ai rejoint ce joli théâtre des enfants du paradis. Quel joli nom ! Le paradis, dimanche, c'était donc ici. Le spectacle s'appelle : "Les Caroline",...  

"Au nom du père, du fils, et de Jackie Chan" Ne laissez pas les circonstances vous contrôler Changez les circonstances - 28/11/2023

N'est-ce pas là un bon présage que de porter comme nom de famille "Fortune" ? Un prénom de bon augure pour ce comédien qui se lance dans une nouvelle aventure. Celle d'un seul en scène où il vient raconter et se livrer pendant une heure et demie. Avant d'assister à ce qu'appelle sa très "smart" metteuse en scène – Anne-Sophie Liban – une mise en espace, j'ai d'abord entendu le texte lors du...  

"Je me souviens" Partager avec les "Renversés" un sursaut d'espoir et une lueur d'humanité - 14/11/2023

"Je me souviens", c'était début juillet cette année. Laurie Marzougui, cette fée du bien-être à l'âme sensible et au sourire si délicat, comédienne et metteure en scène, me propose d'assister à la représentation du spectacle joué par la joyeuse troupe des "Renversés". Troupe qu'elle anime avec passion et conviction. Elle m'avait déjà parlé de ce collectif, parrainé par Bruno Gaccio et Romane...  

"Le propre de l'homme" Le "stand-up" breton d'un artiste à la plume aiguisée - 03/05/2023

Yohann Lavéant porte de belles "Dr. Martens", rouges. Comme cette marque, il se réinvente, développe, élargit son panel et deviendra, j'en suis certaine, comme les chaussures précédemment citées, un artiste incontournable ! Telle pourrait être ma conclusion suite au spectacle que ce comédien, débarqué de Bretagne il y a quelques années pour affronter les scènes, joue au Théâtre du Marais, dans le...  

"Et si c'était elle ?" De l'humanité et de l'amour pour rêver à un monde meilleur - 12/04/2023

"Le propre de la solidarité, c'est de ne point admettre d'exclusion", Victor Hugo. "Et si c'était elle ?" est une histoire d'amour. Celle d'un homme excellemment interprété par Michaël Msihid et d'une femme - la gracieuse Lola Ingrid - qui se rencontrent sur la base d'un "Tinder". Jusqu'ici rien de bien original. Seulement cette femme est handicapée. Elle traîne comme meilleur allié son fauteuil...  
1 2 3 4 5 » ... 10






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Mon Petit Grand Frère" Récit salvateur d'un enfant traumatisé au bénéfice du devenir apaisé de l'adulte qu'il est devenu

Comment dire l'indicible, comment formuler les vagues souvenirs, les incertaines sensations qui furent captés, partiellement mémorisés à la petite enfance. Accoucher de cette résurgence voilée, diffuse, d'un drame familial ayant eu lieu à l'âge de deux ans est le parcours théâtral, étonnamment réussie, que nous offre Miguel-Ange Sarmiento avec "Mon petit grand frère". Ce qui aurait pu paraître une psychanalyse impudique devient alors une parole salvatrice porteuse d'un écho libératoire pour nos propres histoires douloureuses.

© Ève Pinel.
9 mars 1971, un petit bonhomme, dans les premiers pas de sa vie, goûte aux derniers instants du ravissement juvénile de voir sa maman souriante, heureuse. Mais, dans peu de temps, la fenêtre du bonheur va se refermer. Le drame n'est pas loin et le bonheur fait ses valises. À ce moment-là, personne ne le sait encore, mais les affres du destin se sont mis en marche, et plus rien ne sera comme avant.

En préambule du malheur à venir, le texte, traversant en permanence le pont entre narration réaliste et phrasé poétique, nous conduit à la découverte du quotidien plein de joie et de tendresse du pitchoun qu'est Miguel-Ange. Jeux d'enfants faits de marelle, de dinette, de billes, et de couchers sur la musique de Nounours et de "bonne nuit les petits". L'enfant est affectueux. "Je suis un garçon raisonnable. Je fais attention à ma maman. Je suis un bon garçon." Le bonheur est simple, mais joyeux et empli de tendresse.

Puis, entre dans la narration la disparition du grand frère de trois ans son aîné. La mort n'ayant, on le sait, aucune morale et aucun scrupule à commettre ses actes, antinaturelles lorsqu'il s'agit d'ôter la vie à un bambin. L'accident est acté et deux gamins dans le bassin sont décédés, ceux-ci n'ayant pu être ramenés à la vie. Là, se révèle l'avant et l'après. Le bonheur s'est enfui et rien ne sera plus comme avant.

Gil Chauveau
05/04/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024