La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Lauréats 2011 Fonds SACD Musique de Scène  15/07/2011

Le Fonds de musique de scène initié par la SACD , permet aux compositeurs d’avoir une aide à l’écriture. Il soutient le compositeur dans son projet musical et lui donne la possibilité de commander une œuvre originale pour accompagner un spectacle chorégraphique ou une pièce de théâtre. Depuis 2008, le fonds a été élargi aux musiques de scène dans les spectacles de cirque et d’arts de la rue.

Chaque année, les projets sont étudiés par une commission composée de cinq membres : deux compositeurs, un auteur, un metteur en scène et un chorégraphe.

Le 4 juillet dernier, 40 dossiers ont été examinés par la commission, présidée par Sophie Deschamps, présidente de la SACD et composée de Roland Auzet et Benjamin Hertz, compositeurs, Nacera Belaza, chorégraphe, Victor Haïm, auteur dramatique, et Jean-Marie Lecoq, auteur et metteur en scène.

7 projets ont été sélectionnés :

Le lauréat cirque :
● "Pour le meilleur et pour le pire", musique d’Helmut Nünning, texte de Kati Pikharainen et mise en scène de Victor Cathala, production du Cirque Aïtal.

Les lauréats danse :
● "Tales or the bodiless", musique de Cédric Dambrain, texte et chorégraphie d’Eszter Salamon, une production de la compagnie Botschaft Gbr.
● "Où vers ?", musique de Morgan Banguissa et Jean-Noël Françoise, chorégraphie de DeLaVallet Bidiefono, textes de DeLaVallet Bidiefono, Stéphane Babi Aubert, Morgan Banquissa, Jean-Noël Françoise, une production du Grand Gardon Blanc et de la compagnie Baninga.

Les lauréats théâtre :
● "Müller Machines", musique de Wilfried Wendling, texte de Heiner Müller, une production de la compagnie Prométhée.
● "Sous contrôle", musique de Paul Levis, texte et mise en scène de Frédéric Sonntag, une production de la compagnie Asa Nisi Masa.
● "Iceberg", musique d’Alexandre Lévy, texte de Cécile Fraysse, une production de la compagnie AMK.
● "Quelqu’un m’attend de l’autre côté", musique de Jeff Benignus, texte de Claudine Galea, mise en scène d’Ève Ledig, une production du Fil Rouge Théâtre.

Pour en savoir plus sur l'action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, n’hésitez pas à consultez la rubrique Soutiens/appels à projet sur le site de la SACD et le site de l’association "La culture avec la copie privée"

Photo : Assis de gauche à droite, Jean-Marie Lecoq, Nacera Belaza et Victor Haïm. Debout de gauche à droite, Roland Auzet, Benjamin Hertz et Sophie Deschamps © SACD.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Renouvellement de Muriel Mayette à la tête de la Comédie-Française  14/07/2011

Sur proposition du ministre de la Culture et de la Communication, Frédéric Mitterrand, le Président de la République a nommé Muriel Mayette en Conseil des Ministres du 13 juillet pour un nouveau mandat de 3 ans comme administrateur général de la Comédie-Française.

Depuis sa nomination en 2006, Muriel Mayette a porté un projet d'ouverture, tant au niveau du répertoire - avec l'entrée d'auteurs contemporains - que dans la diversification des activités, notamment dans le domaine de l'audiovisuel et de l'action culturelle.

Les tournées nationales et internationales se sont également développées. Le très haut niveau de fréquentation durant les cinq dernières années confirme l'excellent bilan de Muriel Mayette au terme de son premier mandat.

Site de la Comédie-Française.
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Les 10 compagnies lauréates du fonds de soutien Avignon Festival & Compagnies 2011  13/07/2011

Créé en 2006, Avignon Festival & Compagnies (AF&C) est une association, composé de théâtres et de compagnies, qui accompagne le Off dans le but de rassembler, promouvoir et soutenir les actions menées autour de la création artistique, son rayonnement à travers le territoire, en relation avec Avignon et son festival OFF. Cela en tentant de répondre aux questions cruciales que se pose aujourd’hui l’ensemble des professionnels du spectacle vivant : Quelle est la place de l’art dans notre société ? Quelle est la place de l’artiste dans notre système culturel et quelle est sa relation avec les publics ?

Depuis quelques années, sous son égide, un jury se réunit début juin afin de sélectionner les dix lauréats du fonds de soutien à la diffusion. Ce fonds a pour objectif d'encourager la création de pièces d’auteurs contemporains, d'aider les compagnies professionnelles à diffuser leur spectacle, de favoriser l’emploi des artistes interprètes et l’émergence d’auteurs dramatiques.

Ce soutien financier intervient dans le cadre de l'aide à la diffusion pour le Festival d'Avignon Off. Une somme numéraire de 3 500 €, donnée par l'association AF&C, et 500 € de chèques de transport, offerts par la SNCF, ont été remis aux 10 compagnies. La remise du fonds de soutien AF&C a eu lieu le jeudi 14 juillet à 16 h sous le chapiteau du village du Off.

Les dix compagnies lauréates :
"Dancing Color Box" - L’Épate en l'air Cie - Collège de la Salle (Théâtre du Gymnase) - 21 h 40.

"Enquête sur Hamlet" - Groupe 3-5-81 - Le Petit Chien (Théâtre Le Chien qui Fume)- 14 h 05.

"Knup" - La compagnie d'a - Maison du Théâtre pour enfant - 16 h 05.

"Les Gaillardes" - Passages - Espace Roseau - 22 h 30.

"Les Interrompus" - À vrai dire - L'Entrepôt - 15 h 40.

"Le Porteur d'Histoire" - Mises en capsules - Théâtre des Béliers - 22 h 30.

"Le Tour du Monde en 33 Tours" - Les Piments Givrés – Théâtre de l'Étincelle - 10 h 30.

"Métallos et Dégraisseurs" - Cie Taxi Brousse - L'Entrepôt - 19 h 15.

"Mystère Pessoa, Mort d'un Hétéronyme" - Collectif Hinc&Hunc - Théâtre du Rempart - 15 h 40.

"Vénus" - Arts en sac - Chapelle du Verbe Incarné - 18 h 50.

Photo : Village du OFF, remise du fonds de soutien à la diffusion au festival 2010.
>> Plus d'infos.
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Les archives du mime Pierre Verry, partenaire attitré de Marcel Marceau, entrent à la BNF  13/07/2011

Grâce à la générosité de ses enfants, les archives de Pierre Verry (1913-2009) entrent à la
Bibliothèque nationale de France. Constituées de journaux de bord, correspondance, archives de tournées, photographies, affiches, maquettes de décor, costumes, pancartes, peintures et objets, elles forment un ensemble exceptionnel sur l’art du mime dans la deuxième moitié du XXe siècle.


C’est à l’école d’Étienne Decroux, où est enseigné le "mime corporel", que Pierre Verry rencontre Marcel Marceau. Admis dans la troupe de l’école en 1948, il donne des spectacles à Paris et à l’étranger jusqu’en 1951. En 1952, il entre dans la compagnie du mime Marceau et devient son partenaire attitré. Commence pour lui une série de tournées, d’abord avec la troupe constituée par Marcel Marceau, puis seul avec lui.

Pierre Verry participe comme conseiller aux mises en scène des spectacles de Marceau. C’est lui qui présente Bip, son personnage, par une pancarte qui condense, en une attitude, tout l’art du mime. Il joue dans tous les mimodrames montés par Marcel Marceau jusqu’en 1964 et crée des personnages remarqués, notamment dans Le manteau, d’après Gogol, Pierrot de Montmartre, Le mont-de-piété, Paris qui rit, Paris qui pleure et Don Juan

Entre 1969 et 1971, Marcel Marceau confie à Pierre Verry la direction de l’École internationale de mime, qu’il a fondée à Paris. À la fermeture de l’École, Pierre Verry retrouve les scènes du monde entier aux côtés de Marcel Marceau. Jusqu’à sa retraite en 1979, il aura joué avec le célèbre mime dans près de six mille représentations et soixante-quinze pays…

Ce don rejoint le plus important ensemble de collections sur l’histoire du mime conservé en France, au département des Arts du spectacle de la Bibliothèque nationale de France. Il complète notamment l’ensemble de costumes et masques de la Nouvelle Compagnie Marcel Marceau ainsi que les archives, maquettes de décor et tableaux préemptés lors de la vente Marcel Marceau à l’hôtel Drouot en 2009.

Photo : Pierre Verry (archive) © DR.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Nomination d’Emmanuelle Vo Dinh à la direction du centre chorégraphique national du Havre - Haute Normandie  12/07/2011

Sur la proposition des partenaires réunis en jury, le 5 juillet 2011, pour auditionner les cinq candidats précédemment retenus, Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication annonce la nomination d’Emmanuelle Vo Dinh pour succéder, le 1er janvier 2012, à Hervé Robbe à la direction du centre chorégraphique national du Havre - Haute Normandie.

L’établissement connaîtra avec Emmanuelle Vo Dinh sa quatrième direction, après Joëlle Bouvier/Régis Obadia, François Raffinot et Hervé Robbe.

Danseuse contemporaine formée notamment à la Merce Cunningham School de New York, Emmanuelle Vo Dinh connaît de l’intérieur le centre qu’elle va diriger, puisqu’elle y a été durant six ans l’une des interprètes fidèles de François Raffinot. Elle a tissé sur ce territoire des liens durables qui deviennent aujourd’hui des atouts importants pour une inscription du CCN dans le contexte régional.

C’est en 1998 que la danseuse a endossé le métier de chorégraphe en créant la Compagnie "Sui Generis", à ce jour implantée en Bretagne (Saint-Brieuc, pays de Morlaix, Rennes, etc., depuis 2001) où l’État l'accompagne en tant que compagnie chorégraphique conventionnée. Une douzaine de pièces porte sa signature et s’offrent à une diffusion nationale et internationale. On retiendra notamment "Anthume ou la sensation du membre fantôme" (1998) qui privilégie la singularité de chaque interprète ; "Texture/Composite" (1999) et "Sagen" (2001) abordant des thématiques comme la neurologie ou la psychiatrie ; un cycle de trois pièces, "CROISéES" (2004), "White Light" (2005) et "ici/Per.For" (2006), offrant une réflexion autour du rythme et de l’espace ; ou encore "Ad Astra" (2009) et "- transire -" (2010).

Riche de complicités fortes avec des collaborateurs fidèles, le projet d’Emmanuelle Vo Dinh pour Le Havre est nommé "Le Phare", un lieu, écrit l’artiste dans le prologue du dossier "qui rayonne, qui guide, qui accompagne". Création, partage, transmission s’y développeront dans la volonté d’inscrire résolument le centre dans les réseaux de son territoire, de la danse, des arts.

Le Phare sera, comme le propose Emmanuelle Vo Dinh en conclusion de son exposé : "Un lieu pour faire, écrire, penser la danse... un espace de dialogue avec les œuvres, pour mieux les regarder, mieux se laisser émouvoir".

Photo : © DR.
Lire les autres brèves.
La Rédaction

24 heures pour Jean Vilar... Du 11 juillet, 19 h, jusqu'au 12 juillet 19 h !  11/07/2011

La Maison Jean Vilar, avec le soutien de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques (SACD), les Auteurs dans l’Espace Public (AEP) proposent 24 h d'hommage au créateur du festival d'Avignon.

Insistera-t-on jamais assez sur la recherche par Jean Vilar de l’Auteur capable d’écrire le théâtre de son époque, sur cette quête insistante et pourtant insatisfaite en direction de ses contemporains, ses appels à la fois désespérés et plein d’humour - l’humour est la politesse du désespoir, on le sait - auprès de Cocteau, Giono, Sartre, Camus ou Ionesco ? Forts de cette vérité, la Maison Jean Vilar a sollicité la réflexion des Auteurs dans l’Espace Public qui ont répondu avec une belle humilité : point d’autres auteurs dans sa Maison que Jean Vilar lui-même ! Ils se reconnaissent en effet dans les valeurs défendues et exprimées par le fondateur du festival d’Avignon, et se proposent de s’emparer de ses textes, 24 heures durant, pour une lecture perpétuelle où les lecteurs se relaieront comme les porteurs de la flamme olympique.

24 heures au cours desquelles on lira du Vilar, encore du Vilar, toujours du Vilar, en faisant appel à toutes les bonnes volontés d’Avignon : au in, au off, au off du off, au out, aux professionnels, aux amateurs, aux apprentis, aux stars, aux starlettes, aux espoirs de la profession comme aux vétérans, aux doyens, aux "has been", aux témoins historiques, aux poilus de 47, aux chevelus de 68, à ceux qui réécrivent l’Histoire comme à ceux qui l’ont faite, aux cas désespérés, aux Avignonnais, aux Provençaux, aux Languedociens, aux Bretons ! À tous enfin : auteurs, comédiens, musiciens, chanteurs, danseurs, ringards, journalistes, spectateurs, garçons de café, employés de mairie, vendeuses en gros ou en détail, ouvreuses, religieuses, travailleurs-travailleuses des remparts, laïcs ou libres penseurs, loueurs abusifs d’appartements sinistres ou de maisons avec piscine, marchands à la Balance et tout raton laveur de la rue des Teinturiers !

Pratiquement, il suffira de prendre date avec l’équipe d’organisation à la Maison Jean Vilar. Chaque lecteur rejoindra ensuite la calade une demi-heure avant sa lecture et tirera un texte au sort. On aura dès lors une vingtaine de minutes pour appréhender son texte et se placer dans les conditions proposées par l’équipe de l’association des Auteurs dans l’Espace Public. Toutes les formes de lecture seront bienvenues, avec ou sans micro, en dansant, jonglant, chantant, mimant ou tout simplement à la table.

Vilar n’avait pas idée du théâtre qui s’est développé, dans les dernières décennies, au cœur de l’espace public, hors les murs. Cet hommage est celui des auteurs des spectacles de rue, relayé par les comédiens, auteurs, spectateurs et tous les lecteurs qui se joindront à eux pour partager un rêve d’insoumission et d’ouverture.

Photo : Jean Vilar © Maison Jean Vilar.
maisonjeanvilar.org
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Nomination de Philippe Ariagno à la direction de la scène nationale de Gap et des Alpes du Sud  08/07/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, et Roger Didier, maire de Gap, en accord avec le Conseil régional de Provence-Alpes-Côte d'Azur et le Conseil général des Hautes-Alpes, ont donné leur agrément à la proposition unanime du jury, qui s'est tenu le vendredi 1er juillet 2011, de nommer Philippe Ariagno à la direction de La Passerelle, scène nationale de Gap et des Alpes du Sud.

Âgé de 46 ans, Philippe Ariagno a été directeur-adjoint de La passerelle de 2000 à 2005, avant d'être nommé attaché culturel à Sao Paulo.

Pour la scène nationale de Gap - dont Pierre-André Reiso et son équipe ont su asseoir durablement les missions d'accueil d'équipes artistiques associées et de large diffusion territoriale au plus près de la population - il propose un projet de développement à la fois ambitieux et convivial, en s'ouvrant sur l'espace public grâce, en particulier, au cirque et aux arts de la rue, en sollicitant des collaborations avec tous les partenaires culturels de l'agglomération gapençaise, en considérant le patrimoine naturel et bâti des Alpes du Sud comme une source permanente d'inspiration, en accordant une large place au public jeune et en plaçant l'avenir de la scène nationale sous le signe "d'un lieu d'étonnement qui s'adresse à tous".
La Rédaction

Nomination de Johanny Bert à la direction du Centre dramatique national de Montluçon  07/07/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, en concertation avec le maire de Montluçon, le président du Conseil régional d'Auvergne et le président du Conseil général de l'Allier, a nommé le metteur en scène Johanny Bert à la direction du Centre dramatique national de Montluçon - région Auvergne.

Comédien formé à l'école de la Comédie de Saint-Étienne et au Conservatoire national supérieur d'art dramatique, Johanny Bert privilégie le croisement des disciplines et en particulier la marionnette souvent présente dans ses créations. Il est actuellement artiste associé à la Scène nationale de Clermont-Ferrand. Il a depuis 2007 mené plusieurs expériences de travail en décentralisation en Auvergne et Rhône-Alpes.

Johanny Bert souhaite donner au CDN de Montluçon une nouvelle identité caractérisée par le croisement des formes de théâtre avec une place de choix à la marionnette, plaçant l'acteur et l'écriture au centre de son projet. Il souhaite, pour ce faire, embaucher des acteurs permanents et tisser des liens avec différents auteurs en formation ou déjà affirmés. Il entend par ailleurs développer un projet de théâtre itinérant dans un lien étroit avec les acteurs culturels locaux.

Johanny Bert succèdera le 1er janvier 2012 à Anne-Laure Liégeois qui poursuivra son activité de création.
La Rédaction

Nomination de Pierre Pradinas à la direction du centre dramatique national du Limousin  06/07/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, en concertation avec Monsieur le maire de Limoges, Monsieur le président du conseil régional du Limousin et Madame la présidente du conseil général de la Haute-Vienne, a nommé le metteur en scène Pierre Pradinas à la direction du Théâtre de l'Union, centre dramatique national du Limousin, et de l'Académie, École supérieure professionnelle de théâtre.

Directeur du Théâtre de l'Union depuis 2002, Pierre Pradinas s'est porté candidat à sa propre succession comme l'y autorise le nouveau cahier des missions et des charges des centres dramatiques, afin de mener à terme le projet mis en place depuis son arrivée.

Dans un souci de transmission et de renforcement du partage de l'outil, Pierre Pradinas souhaite associer trois metteurs en scène au centre dramatique. Il s'agira de Paul Golub, Thomas Quillardet et Anton Kouznestsov (directeur pédagogique de l'Académie). Il prévoit par ailleurs de développer la présence du Théâtre de l'Union sur son territoire grâce à la circulation de petites formes dans des lieux très divers de la région. S'agissant de l'Académie, il entend accentuer les liens de cette dernière au niveau international.

Pierre Pradinas est nommé pour trois ans à compter du 1er janvier 2012.

Photo : Pierre Pradinas © Théâtre de l'Union CDN du Limousin.
www.theatre-union.fr
Lire les autres brèves.
La Rédaction

L’Adami partenaire du festival d’Avignon du 6 au 26 juillet 2011  06/07/2011

L’Adami est un partenaire du festival d’Avignon, espace unique de découvertes et de rencontres artistiques. En encourageant la programmation éclectique, originale et exigeante du festival, l’Adami souligne son engagement en faveur de la vitalité artistique et pour le maintien de l’emploi culturel.

Cette année, l’Adami soutient cinq créations du festival :
- "Le suicidé" de Patrick Pineau.
- "Des femmes" de Wajdi Mouawad.
- "Mademoiselle Julie" de Frédéric Fisbach.
- "Au moins j’aurai laissé un beau cadavre" de Vincent Macaigne.
- "L’entêtement" de Marcial di Fonzo Bo et Elise Vigier.

En compagnie de l’Adami prenez le risque de la création ! Une brochure présentant 11 créations et 17 reprises ayant bénéficié d'une aide de l'Adami sera distribuée tout au long du festival à 30 000 exemplaires. Une belle promotion pour ces spectacles qui se produisent dans le Off parmi les quelques 1 400 spectacles programmés cette année.

Permanence Adami :
L'Adami s'installe du 6 au 22 juillet à la Maison Jean Vilar.
Une permanence sera ouverte tous les jours de 11 h à 13 h et l'après-midi sur rendez-vous.
Par ailleurs, deux rencontres avec l'action artistique sont proposées aux compagnies, artistes et professionnels :
- lundi 11 juillet de 11 h à 13 h avec Nadine Trochet
- mardi 19 juillet de 12 h 30 à 14 h 30 avec Odile Renaud et François Boncompain.

Prix Adami 2011
Dans la continuité de ses aides à la création, l’Adami a décidé de donner un coup de pouce significatif à la diffusion en créant le Prix Adami 2011.
Ce prix permettra à une compagnie de présenter son spectacle à Paris dans des conditions optimales grâce à l’association, pour cette opération, de l’Adami et de la société Atelier Théâtre Actuel afin de contribuer à la production parisienne du spectacle lauréat pour 32 représentations au théâtre La Bruyère.
C’est à un jury de professionnels que l’Adami a confié la lourde tâche de faire son choix parmi l’ensemble des spectacles répertoriés dans la brochure En Compagnie de l’Adami qui se produisent cette année dans le festival off d’Avignon.
L’annonce du lauréat du Prix Adami 2011 se fera le 15 juillet.

Pour rappel : L'Adami gère les droits des comédiens, des danseurs solistes et, pour le secteur musical, ceux des artistes-interprètes principaux : chanteurs, musiciens solistes et chefs d'orchestre pour la diffusion de leur travail enregistré. En 2010, elle a réparti 37,3 millions d'euros à près de 56 000 artistes.
Elle favorise le renouvellement des talents et consolide l'emploi artistique au moyen de ses aides à la création. En 2010, elle a soutenu 870 projets pour un budget total de 11,5 millions d'euros.
Innovante dans la défense des droits des artistes-interprètes dans l’univers numérique, l’Adami est à l’initiative des propositions suivantes : licence globale, gestion collective des droits musicaux sur Internet et contribution des FAI à la rémunération des artistes.


Lire les autres brèves.
La Rédaction

La Sacem aux Francofolies de La Rochelle  05/07/2011

L'action culturelle de la Sacem, dans le domaine des musiques actuelles, investit la 27e édition des Francofolies de La Rochelle, du 12 au 16 juillet 2011. Renouvellement des répertoires, soutien au spectacle vivant et aide à la professionnalisation des jeunes auteurs et compositeurs constituent, encore et toujours, ses priorités.

Événements
- Carte Blanche Sacem avec Patxi Garrat, Karimouche et Florent Marchet, le 14 juillet à 20 h au Grand Théâtre de la Coursive.
- Spectacles "les Francos Juniors". La Sacem et les Francofolies de la Rochelle poursuivent leur collaboration en faveur de la création musicale pour le jeune public autour de cinq spectacles de chanson : Carlo Bondi et Xavier Michel, Catherine Vincent, Franz, Momo Solo, Pascal Peroteau. Un CD de ces spectacles est édité par la Sacem et offert aux enfants. Tous les jours à 11 h à la Salle Bleue de La Coursive.

Rendez-vous professionnels
- Le Grin des Francos Juniors. Cette année encore, la Sacem et les Francofolies proposent des rencontres professionnelles autour de la chanson jeune public. Ces rendez-vous offrent un moment et un espace pour échanger autour de la chanson jeune public et pour sensibiliser les spectateurs de demain. Chaque jour à 12 h.
- Les Merenda Sacem, avec le Chantier des Francos. Initiées lors de l'édition 2009, les Merenda sont trois rendez-vous durant lesquels producteurs de spectacles, programmateurs, éditeurs, producteurs phonographiques, artistes du Chantier des Francos, journalistes, etc., peuvent se rencontrer et échanger de manière conviviale. Les 13, 15 et 16 juillet au Stand Sacem, au Patio de 19 h à 21 h.

Partenariats
- Les Enfants de la Zique. Edition d'un ouvrage pédagogique destiné aux enseignants pour les aider à faire découvrir toute la richesse et la diversité de la chanson francophone en classe.
- Les Concerts de France ô Folies, et Dom Tom Folies. Ces opérations, issues d'un partenariat entre France Télévisions, Les Francofolies de la Rochelle, l'Acsé (Agence nationale pour la cohésion sociale et l'égalité des chances) et la Sacem, valorisent des talents de musiques actuelles dans les grandes villes de France et des Dom-Tom. Un CD "Anthologie des musiques actuelles d'Outre Mer - Dom Tom folies" est édité et offert par la Sacem.
Concert de France ô Folies le 13 juillet à 19 h, sur la Grande Scène.
Concerts Dom Tom Folies le 14 juillet à 22 h, scène de l'Horloge Rouge, et le 15 juillet à 19 h sur la Grande scène.

À suivre…
- Scène Sacem - Tournée Chantier des Francos. Pour cette deuxième édition, les salles proposeront, la veille du "Chantier des Francos sélection", des shows cases d’artistes locaux émergents : “Talents d’ici”. Ces artistes bénéficieront à cette occasion de conseil de la part de la filière professionnelle.
28 et 29 septembre à la La Coopérative de Mai (Clermont-Ferrand) , 1er octobre à L'Archipel (Perpignan), 12 et 13 octobre au Kabardock (La Réunion), 27 et 28 octobre au Chabada (Angers), 2 et 3 novembre au Grand Mix (Tourcoing), 17 et 18 novembre à La Cartonnerie (Reims).

Photo : Les Francofolies de La Rochelle, place Saint-Jean-d'Acre © Sylvain Roussillon.

sacem.fr francofolies.fr
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Suede remplacera Amy Winehouse au Bilbao BBK Live 2011  04/07/2011

Afin de trouver des solutions à ses problèmes de santé, l'artiste britannique Amy Winehouse avait annulé fin juin la totalité de sa tournée européenne prévus pour cet été, et donc son concert du 8 juillet au Bilbao BBK Live.

Ce sont donc les britanniques Suede qui remplaceront Amy Winehouse et seront têtes d'affiche de la soirée du 8 juillet sur le Bilbao BBK Live 2011. Suede fut découvert en 1989 à Londres et, en pleine explosion grunge qui se déroulait aux États-Unis à cette époque, ce quartet britannique épousa le glam rock et devint un des fers de lance de la Brit Pop des années quatre-vingt-dix. Le groupe signa d’authentiques hymnes générationnels comme "Animal Nitrate", "Beautiful Ones" ou "Trash".

L'année dernière, Suede se reforma après 8 ans de séparation et fut, sans aucun doute, un des retours les plus attendus d'une scène toujours en attente de figures aussi charismatiques que celle de Brett Anderson.

Bilbao BBK Live 2011
7, 8 et 9 juillet, Kobetamendi, Bilbao.
Programme non complet
- Jeudi 7 : Coldplay ; Blondie ; Beady Eye ; Crystal Castles ; Russian Red ; Ken Zazpi ; Neon Trees, etc.
- Vendredi 8 : Suede ; Kasabian ; Kaiser Chiefs ; The Mars Volta ; Vetusta Morla ; TV On The Radio ; Noisettes ; Zarama, etc.
- Samedi 9 : The Black Crowes ; The Chemical Brothers ; Jack Johnson ; 30 Seconds To Mars ; M-Clan ; Seasick Steve ; etc

www.bilbaobbklive.com
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Billet n°9 : Il était une fois, Princess Charlene… Un événement interplanétaire !  03/07/2011

Pour tous ceux qui n’avaient pas les moyens de se payer un hélicoptère pour se rendre au Théâtre du "Petit Rocher Monégasque" samedi 2 juillet, était retransmis, sur les deux premières chaînes de télévision, une pièce qui a duré tout l’après-midi. Vraiment incroyable, me suis-je dit, je ne pensais pas que le petit écran accorderait autant de place au spectacle vivant ! Surtout pour du théâtre, genre très classique, où unités de temps, de lieu et d’action sont à ce point respectés. Le titre : "Le mariage de Monseigneur le Prince Albert et de la petite roturière"… L’événement était de taille !

Quatre heures !
Jamais, ô grand jamais, dans toute l’histoire de la télévision française, n’a été diffusée sur deux chaînes nationales en même temps, un samedi après-midi, une pièce de théâtre, qui plus est de cette durée. Incroyable, mais vrai !

Incroyable, mais vrai aussi quand on sait combien a coûté cette production… quelque 4 millions d’euros. Pour cette pièce historique et d’époque (jouée tout en costume) et accompagnée par environ 10 000 figurants, on ne pouvait guère faire autrement que de mettre la main au porte-monnaie. Et en effet, en tant que producteur principal, le palais monégasque, grand défenseur du spectacle vivant, a eu la générosité de prendre à sa charge la plupart des frais. On ne reprochera donc plus à quelques lieux parisiens de détenir le monopole des subventions théâtrales…

Commençons par le plus impressionnant : les costumes. Absolument superbes. Pour l’occasion, Georgio Armani et Karl Lagerfield ont prêté main forte. Même si, pour notre époque, la plupart sont absolument démodés (les comédiens ressemblaient plus aux Bisounours en visite au village des Schtroumpfs), on ne peut qu’applaudir cette reconstitution historique : un des derniers déploiements royaux d’avant la Révolution.

Dommage cependant que la robe de l’actrice principale (Charlene Wittstock dans le rôle de Princesse Charlène) était à ce point mal coupée : à chaque mouvement, elle regardait ses pieds. Un peu maladroite, sa démarche hésitante ne lui a pas permis d’emboîter un pas élégant et sportif sur celui de son prince. Ne soyons toutefois pas trop sévères, ni sur la direction d’acteurs ni envers la jeune femme : ce fut pour elle une première. Contrairement à celle qui l’avait précédée, la regrettée Grace Kelly.

Un sans faute concernant le timing, parfaitement respecté. Mais peut-être aurait-on aimé y trouver plus d’actions. On aurait vraiment cru qu’avec l’arrivée du petit "Iznogoud", calife de la Syldavie, des têtes auraient volé et on aurait vu Charlene réexpédiée illico en charter vers son Afrique natale. Mais rien de tout cela : que l’œil torve de certains, planté sur des têtes un peu trop blondes et un corps nonchalant. La grande royauté dans toute sa suffisance. Horreur ! Heureusement que la Révolution est passée par là depuis !

L’intérêt de la pièce se situe donc à un autre niveau. Le metteur en scène a préféré s’attacher à la seconde strate, plus profonde et plus fine. En choisissant pour le rôle du père (celui de la mariée), un comédien ressemblant de beaucoup au Prince (au moins par l’âge et par la carrure), on se retrouve à la fois devant le roman familial des névrosés et le complexe d’Œdipe : avec Albert, elle a retrouvé son père en mieux et en plus riche ! Le schéma, ainsi mis en valeur, est intéressant.

Concernant les dialogues, un peu courts et souvent désuets. On est bien là dans le cas typique d’une pièce qui a mal vieilli : par exemple, demander à une princesse de "renoncer à Satan" pendant une cérémonie religieuse fait-il encore sens aujourd’hui ?

Bien qu’un ensemble "kitch", une action un peu trop lente et monolithique (l’entrée en scène des personnages principaux n’arrive qu’à la fin du troisième acte, soit au bout de deux heures trente de jeu), c’était tout de même un rendez-vous comme on n’en voit peu. Le dernier date de plusieurs décennies avec Grace Kelly dans le rôle principal… Une chose de sûre, nous aimerions voir le Spectacle vivant mis à l'honneur de cette façon plus souvent.

Lire les autres brèves.

Le Centre de Ressources Théâtre Handicap présent à Avignon  30/06/2011

Le CRTH sera à Avignon du 11 au 16 juillet 2011 afin d'accompagner les besoins d'accessibilité et de sensibiliser le jeune public, en partenariat avec l’Association Éveil Artistique des Jeunes Publics – Festival Théâtr’enfants et tout public. Cette accompagnement du Festival Théâtr’enfants vise également l’amélioration de l’accueil des plus jeunes en situation de handicap.

Parce que la culture et l’accessibilité concernent chacun d’entre nous, cette année, le CRTH souhaite informer, sensibiliser, former les plus jeunes et leur famille aux notions d’accessibilité et ainsi permettre une meilleure prise en compte des publics spécifiques, parce que la culture est un objet d’épanouissement auquel les plus jeunes quels qu’ils soient doivent pouvoir accéder.

"Regard’en France Cie - Centre Ressources Théâtre Handicap" est une structure culturelle de création et de formation, professionnelle, reconnue depuis 1993, qui œuvre pour que le théâtre, le spectacle vivant plus généralement, soit accessible à tous. Elle crée, produit, diffuse, forme, œuvre pour l’insertion sociale et professionnelle, la valorisation du secteur protégé et adapté, l’accès à l’éducation artistique, l’information, la formation, la sensibilisation. Le CRTH est agréé organisme de formation, agréé jeunesse et sport, habilité à bénéficier de la taxe d’apprentissage et habilité à bénéficier de l’exception au code de la propriété intellectuelle en faveur des personnes handicapées.

● Création
Le CRTH crée des évènements qui ont pour mission de sensibiliser les publics du secteur culturel. Des productions artistiques comme le concept "Les Visiteurs du noir" (1999), "Vol de Nuit" (2007), "Café noir" (2002) sont des outils précieux à la prise de conscience des différences pour mieux les connaitre, les appréhender et y répondre.
● Formation – Éducation artistique
École de formation artistique créée en 2004, "O Clair de la Lune" propose dés l’âge de 8 ans des cours de théâtre ouverts à tous, handicapés et valides.
● Ressources
Les compétences, les actions et réflexions du CRTH visent à la prise en compte du handicap et de l’accessibilité dans les milieux culturels amateurs et professionnels. Le CRTH représente un lien entre ceux qui ont des besoins spécifiques à prendre en compte et ceux qui doivent les prendre en compte.

Sur Avignon 2011, le CRTH propose :
>> Accueil et information des publics
- Du 11 au 16 juillet 2011 pour informer, accompagner… les professionnels, publics, amateurs, compagnies, créateurs… en situation de handicap ou non.
De 10 h à 12 h et de 14 h à 17 h (relâche le 14 juillet), au Conservatoire à Rayonnement Régional d’Avignon.
- Rencontres entre professionnels organisées autour des thèmes de l’accessibilité et des publics aux besoins spécifiques (calendrier www.crth.org).
- Sensibilisation et information des équipes d'accueil en amont des festivals pour l’accueil des publics aux besoins spécifiques.
>> Accessibilité des informations
- Programmes des festivals* en braille et gros caractères.
- Programmes des festivals** vocalisés sur www.crth.org.
- Souffleurs d’Images pour les spectateurs déficients visuels – au 06 58 48 93 33.
Un apprenti comédien accompagne au théâtre une personne déficiente visuelle et lui souffle à l’oreille ce qui se passe sur scène. Service gratuit.
* Festival Théâtr’enfants et tout public, festival Contre-Courant, Festival d’Avignon.
** Festival Théâtr’enfants et tout public, festival Contre-Courant, Terre de Festivals.

>> Spectacles accessibles
- Festival Théâtr’enfants et tout public : 04 90 85 59 55.
14 juillet – 14 h 15 : "Debout" de la Cie Arketal.
14 juillet – 16 h 15 : "Knup" de la Cie D’A !
Pour les deux représentations : Audiodescription, Interprètes LSF, Boucle magnétique, Souffleurs d’Images
- Festival Contre-Courant – CCAS : 06 80 37 01 77
15 juillet – 22 h : "Pour rire et pour passer le temps" de S.Levey, Collectif MXM.
Audiodescription, Interprètes LSF, Boucle magnétique.
16 juillet – 18 h : "Bouvard et Pécuchet" de la Cie Pipo.
Boucle magnétique, Interprètes LSF.
>> Le +
15 juillet – 17 h 30 Rencontre professionnelle.
"Pour une pratique artistique et culturelle accessible à tous".
Avec le Festival Théâtr’enfants et tout public – Association Eveil Artistique des Jeunes Publics.
Interprètes LSF.

Toutes les actions sur www.crth.org

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Billet n°8 : Parce qu’il y a des personnalités qu'on ne veut pas oublier…  30/06/2011

Il s’appelait Juliano Mer-Khamis.

De mère israélienne et de père palestinien, il avait 53 ans.
Comédien, réalisateur, professeur, militant, activiste.
Il dirigeait le "Freedom Theater" de Jenin, Palestine.
Il avait repris le théâtre que sa mère Arna avait ouvert dans le camp de réfugiés de Jenin en pleine Intifada.
Il a réalisé sur ce sujet un documentaire qui s’appelle "Les enfants d’Arna".
Il a formé toute une nouvelle génération de comédiens qui avaient trouvé dans le théâtre la plus belle des armes.
Il a été assassiné le 04 avril 2011 devant son théâtre.
Il était, et restera un modèle pour nous.
Avec tout notre chagrin et toute notre colère,
avec tout notre espoir et avec toute notre détermination.
Nous pensons à lui.

Continuons....

Texte recueilli sur le site du Théâtre Majâz.
www.theatre-majaz.com

Nous ne savons toujours pas par qui Juliano Mer-Khamis a été tué. Les uns disent que ce sont les Palestiniens, les autres les Israéliens. Ce qui est certain est que sa mort a arrangé beaucoup de monde…
Juliano Mer-Khamis était comédien et militant politique très connu en Israël. Il se revendiquait à la fois "Juif et Palestinien" et dirigeait le Théâtre de la Liberté à Jénine ("Freedom Theater"). Voir à ce sujet l’article d’Alain Lormon dans Politis.fr
: http://www.politis.fr/Palestine-le-pere-du-Theatre-de-la,13738.html

Nomination d’Anne Tanguy à la direction de la scène nationale de Besançon  29/06/2011

Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, et Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, en accord avec le conseil régional de Franche-Comté, ont donné leur agrément à la proposition unanime du jury, réuni le 27 juin 2011, de nommer Anne Tanguy à la direction du Théâtre de l’Espace, scène nationale de Besançon.

Après avoir été secrétaire générale de la scène nationale d’Alençon-Flers-Mortagne, Anne Tanguy a pris la direction, en 2006, du Théâtre d’Auxerre, scène conventionnée. Elle rejoindra Besançon en septembre prochain pour succéder à Daniel Boucon dont l'action remarquable, à la tête d'une équipe particulièrement investie, aura durablement marqué le territoire de l'agglomération bisontine.

Anne Tanguy aura à mener rapidement à bien le rapprochement de la scène nationale et du Théâtre musical de Besançon souhaité par la ville et l'ensemble de ses partenaires publics. Elle devra également veiller à développer des collaborations et des partenariats avec les autres structures bisontines œuvrant dans le domaine du spectacle vivant.

Ce projet déterminé prendra donc appui sur l’héritage du Théâtre de l’Espace et le renouveau du Théâtre musical de Besançon afin de constituer un pôle majeur de création et de diffusion prioritairement axé sur la musique, la danse et le cirque.

Pour porter cette ambition, le projet d'Anne Tanguy, "populaire et expérimental", repose sur quatre grands axes : diffuser la création contemporaine et transmettre les œuvres du répertoire ; développer un pôle de production pluridisciplinaire en intelligence avec le Centre dramatique national ; mener un travail d’éducation artistique et d’action culturelle au cœur de la population et placer les artistes au centre de la vie de la scène en y associant des artistes du théâtre musical comme Sandrine Anglade, de la danse comme Nathalie Pernette ainsi que l'orchestre de Besançon Montbéliard Franche-Comté et son chef Jean- François Verdier.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Ouverture des Jeunes Aventuriers... Appel à candidature  28/06/2011

Dans le cadre de la 7e édition du Festival Les Aventuriers, les scènes ouvertes Jeunes Aventuriers s’adressent aux artistes ou groupes ayant des ambitions professionnelles dans les musiques actuelles. Un appel à candidature est lancé dans ce cadre là sur la France et l'Europe jusqu'au 15 septembre.

L’artiste ou le groupe retenu se produira en 1ère partie de la grande scène "Live" des Aventuriers lors de l’édition 2011, et deux dates en salle parisienne sur 2011-2012.
La sélection des 3 artistes ou groupes retenus aura lieu sur la scène de l’Espace Gérard-Philipe le vendredi 7 octobre 2011 à partir de 19 h 30 devant un jury de professionnels.

Le dossier de candidature doit être composé de documents attestant de 4 concerts (en conditions professionnelles entre novembre 2010 et mai 2011) et d'un CD 4 titres minimum (seules sont acceptées les compositions originales sous format CD uniquement).

Ce dossier est à envoyer à :
Assia Bouchebita,
Fontenay-en-Scènes/Service culturel,
Les Jeunes Aventuriers/Scènes ouvertes
166, boulevard Gallieni, 94120 Fontenay-sous-Bois.

Pour tous renseignements complémentaires :
Fontenay-en-Scènes, 01 49 74 79 10.
www.fontenayenscenes.fr

Photo : Toxic Avenger qui sera en concert le 15 décembre 2011 lors du Festival Les Aventuriers de Fontenay-sous-Bois.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Soutenir les œuvres contemporaines en musique !  27/06/2011

C'est la mission que s'est fixé le Fonds de création lyrique dont la 1ère session 2011 s'est tenue le 17 juin. Cette dernière a apporté son soutien à 10 nouvelles productions.

Depuis 1990, le Fonds de Création Lyrique, initié et géré par la SACD, repose sur un partenariat avec le Ministère de la Culture et de la Communication, l’ADAMI, Le Fonds pour la Création Musicale et la SACD. Il soutient les projets professionnels de création et de reprise d’oeuvres contemporaines pour l’opéra, le théâtre musical ou la comédie musicale et permet ainsi chaque année à de nombreux ouvrages d’être produits dans des grands théâtres lyriques français mais aussi dans de plus petites structures.

Réunie le 17 juin dernier pour sa première session de l’année, la commission du Fonds de Création Lyrique, composée de deux représentants du conseil d’administration de la SACD, deux représentants du conseil d’administration de l’Adami, deux représentants de la DGCA et un représentant du FCM, a retenu 10 nouvelles productions :
"Akhamatova", musique de Bruno Mantovani, sur un livret de Christophe Gristi, mise en scène de Nicolas Joël, production de l’Opéra National de Paris.

"Le jour des meurtres", musique de Pierre Thilloy sur un livret de Bernard Marie Koltès, mise en scène de Jean de Pange, production de l’Opéra‐Théâtre de Metz.

"La petite marchande d’allumettes", musique de Thomas Nguyen sur un livret de Brigitte Macadré, mise en scène de Christine Berg, production de l’Opéra de Reims.

"Les Shadoks et l’aéronautique", musique d’Albert Marcoeur sur un livret de Jacques Rouxel, mise en scène de Mireille Larroche, production de La Péniche Opéra.

"Le bonheur est dans le chant", musique d’Antoine Rosset sur un livret d’Eugène Durif, mise en scène d’Étienne Grebot, production de l’association Les Grooms.

"Fantasmes de Demoiselle", musique de Lionel Privat sur un livret de René de Obaldia, mise en scène de Pierre Jacquemont, production de FKPR Productions.

"Jekyll", musique de Raoul Lay sur un livret de François Flahault, mise en scène de Catherine Marnas, production de l’Ensemble Télémaque.

"La maison qui chante", musique de Betsy Jolas sur un livret de Leigh Sauerwein, mise en scène de Véronique Samakh, production d’Ars Nova.

"René l’Enervé", musique de Reinhardt Wagner sur un livret de Jean‐Michel Ribes, mise en scène de Jean‐Michel Ribes, production du Théâtre du Rond‐Point.

"Terre et Cendres", musique de Jérôme Combier sur un livret d’Atiq Rahimi, mise en scène de Yoshi Oida, production de l’Opéra de Lyon.

Pour en savoir : SACD et association "La culture avec la copie privée"
La Rédaction

Robin Renucci nommé à la direction des Tréteaux de France, Centre dramatique national  24/06/2011

Après l'appel à candidature et l'audition par un jury de 7 candidats présélectionnés, le projet porté par Robin Renucci a été retenu par Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication.

Robin Renucci, comédien pour le théâtre, le cinéma et la télévision, propose un projet artistique visant à renouveler l'actualité des Tréteaux de France dans le respect de leur histoire et de la mission d'itinérance qui est la leur. Robin Renucci cherchera de nouveaux moyens d'itinérance, et invitera de grands noms de la mise en scène à travailler avec lui.

Les Tréteaux de France ont été fondés par Jean Danet, qui les a dirigés pendant 40 ans. Ils sont, depuis 2001, dirigés par Marcel Maréchal, qui poursuivra son grand parcours artistique dans le cadre d'une compagnie dramatique soutenue par l'État.

La nomination de Robin Renucci s'est faite en concertation avec Monsieur Yves Jégo, ancien ministre, maire de Montereau-Fault-Yonne (77), commune où les Tréteaux de France s'implanteront prochainement.
La Rédaction

Marcel Maréchal quitte les Tréteaux de France  24/06/2011

Chers amis,
Après 40 ans de bons et loyaux services dans le Théâtre Public (à Lyon, Marseille, au Rond-Point et aux Tréteaux de France) et 10 années de jeune compagnie privée au Cothurne à Lyon, je quitte, le 1er juillet 2011, mes fonctions de Directeur des Tréteaux de France pour reprendre ma liberté de comédien et de metteur en scène et parallèlement fonder "La Compagnie Marcel Maréchal".

Avec cette compagnie, nous donnerons Le Bourgeois Gentilhomme de Molière à partir de janvier 2012 au Théâtre 14-Jean Marie Serreau, à Paris puis en tournée. Par la suite, pour la saison 2012-2013, la compagnie créera le chef-d’œuvre de Jacques Audiberti : Le Cavalier Seul. Parallèlement, j’espère que directeurs ou metteurs en scène me proposeront des mises en scène ou de beaux rôles.
(...)

Au revoir, bon vent, merci à mon équipe des Tréteaux de France et amitiés fidèles à tous ceux qui ont suivi mon travail à Lyon, Marseille, Paris ou lors de mes tournées en France ou à l’étranger.

Marcel Maréchal
La Rédaction

1 ... « 23 24 25 26 27 28 29 » ... 30


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024