La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
Paroles & Musique

Avignon 2013 : Un petit coin de Paradis, contre un coin de parapluie... on ne perd pas au change ! - 01/03/2012

[Reprise.] Avec son bel accent argentin, Susana Lastreto, dans le rôle de meneuse de revue déjantée d’un improbable théâtre forain, raconte avec ses comparses - qui le sont tout autant (déjantés) - la vie en chansons d’un certain George B. Illustre personnage que le temps a réduit à l’état muséal d’une pipe, d’une moustache, d’une guitare, d’une chaise, quelques tics et quelques refrains. En...  

Michèle Bernard... Sens dessus dessous - 09/02/2012

De la protestation à l'émotion, le parcours de Michèle Bernard est semé de belles chansons, de riches rencontres et d'accordéons. Trente ans de carrière lui ont donné la générosité créatrice et la modestie lumineuse propres aux grandes artistes. Fidèle à ses amitiés complices (Anne Sylvestre) et à ses collaborations artistiques (Michèle Guigon), elle poursuit son chemin d'auteure, compositrice et...  

En tournée : Voyage poétique sur les îles romantiques du Lion - 14/01/2012

[Reprise] Interpréter Ferré, la belle affaire, et au féminin qui plus est ! De Pia Colombo à Mama Béa, Renée Claude, Ann Gaytan, Juliette Gréco, Catherine Ribeiro, Sapho, Catherine Sauvage, Cora Vaucaire, etc., la liste est longue et le résultat à l'appréciation de chacun. Mais ici, c'est Sandra Aliberti qui pose avec délicatesse sa voix et son interprétation sur l'univers poétique de Léo en...  

Sanseverino en "One Man Band Duo" - 01/12/2011

Sanseverino est de nouveau en tournée depuis fin septembre... mais dans une formule inédite, en duo avec Jidé Jouannic à la contrebasse ; et il en profite pour nous faire déguster un radieux swing-rock-folk qui n’appartient qu’à lui. Il passe notamment par le Théâtre d'Ivry Antoine Vitez, les 2 et 3 décembre où on retrouvera, en 1ère partie, le groupe Entre 2 Caisses qui rend hommage au...  

Je t’attendrai à la porte du placard - 24/11/2011

Un siècle de chanson gay… Cent ans de refrains du passé pour parler du présent. Sous ses airs joyeux et enlevés, la comédie de Michel Heim est une pièce introspective. Limite mélancolique. Car c’est bien beau de chanter dans la placard, mais qu’est-ce-qu’on fait une fois qu’on en est sorti ? C’est la question que pose, en creux, cette confrontation entre trois générations incarnant trois périodes...  

Le free-rock animal d’Éric Lareine... entre douceur féline et rage apprivoisée - 13/10/2011

Éric Lareine, en perpétuelle et fertile dérive poétique, en déconstruction créatrice permanente, vogue de ports en ports, de sirène en sirène, de récifs en falaise inaccessible pour mieux nourrir ses labyrinthes artistiques. Après avoir navigué sur de nombreux vaisseaux à la découverte de terres...  

Kid Bombardos... un uppercut qui met le rock KO ! - 10/10/2011

Dans la série "Les fratries ont du talent", je voudrais la famille Martinelli... Trois frères et un ami d'enfance plus connus sous le nom de Kid Bombardos. Un nom qui (ré)sonne comme un gong de ring de boxe, un surnom de boxeur, celui - bien réel - de leur arrière-grand-père ! Entre swing survitaminé, pop jazzy croonée et rock punchy, les Kid Bombardos battent la scène de leur énergie juvénile au...  

Allain Leprest est parti pour le pays de l'envers du décor - 16/08/2011

Parti trop rapidement comme on vide un bon verre de poésie trop vite bu. De la chanson, il avait habillé son âme, des mots et des rimes, il portait le costume, de ces attraits parés, il nourrissait nos esprits de rage et de révolte, d'authenticité et d'amour de la vie. Avec lui, la chanson n'était pas à texte, il était le texte. Poète des chemins de travers, il marchait sur les...  

Une fin du monde rêvée... avec les Sea Girls - 15/08/2011

Le loufoque et déjanté quatuor féminin, les Sea Girls, est de nouveau sur les routes de France avant de revenir sur la scène de la Nouvelle Ève à Paris en Novembre. Explosive, parfois trash, mais tellement "savoureuses", notre quatre donzelles, grâce à la mise en scène parfaitement réglée de Patrick Hautecœur, domptent la scène avec une efficacité comique débridée et joue malicieusement avec le...  

Gais, frais, colorés et épicés... ce sont les Piments Givrés ! - 15/07/2011

[Reprise] Piment vert, piment rouge ou piment jaune, peu importe la couleur avec les Piments Givrés. Leur voyage autour du Monde est à servir glacé comme une énorme boule de glace tutti frutti posée... sur un cornet acoustique pour mieux entendre les musiques du monde ! Et c'est une aubaine en plein été... Surtout sous les chaleurs festivalières d'Avignon. Ambiance bigarrée, musique rythmée et...  
1 ... « 2 3 4 5 6



Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022