La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Les Malentendus, l'accord coup de cœur du festival "Garçon la note !"

Le festival "Garçon la note !" fête ses 13 ans. Organisé par l'office de tourisme d'Auxerre, cet évènement estival propose un concert tous les soirs dans un bar ou bar-restaurant, soit plus de cinquante concerts différents dans plus de cinquante lieux d'Auxerre et d'autres villes de Bourgogne. L'un de nos coups de cœur du mois de juillet est le groupe rennais "Les Malentendus"... Swing et chansons réalistes au menu !



Les Malentendus à Auxerre © Laurence Navarro.
Les Malentendus à Auxerre © Laurence Navarro.
"Garçon la note !" L'invit' prend en Bourgogne des airs de partitions festives et connaît un succès grandissant... mettant la chanson et la musique d'une manière générale à la portée (musicale) de tous... gratuité "oblige" ! Se déroulant chaque été du 1er juillet au 31 août, tous les soirs (sauf dimanche) de 21 h à 23 h 30, ce festival Auxerrois a, au fil des ans, séduit d'autres villes de Bourgogne. C'est maintenant Cosne-sur-Loire, Dijon, Sens, Nevers et depuis cette année Autun qui animent leur saison estivale sur le même principe. Et la manifestation s'exporte même hors de la région Bourgogne. En effet, la ville de Dax, dans les Landes, a mis en place cette année son premier festival labellisé "Garçon la note !"... Voilà qui devrait être un bon tremplin pour le faire connaître au niveau national !

Tous les styles de musiques sont représentés pour le plus grand bonheur du public qui, cette année, est en nette augmentation, sans doute dû aux non-départs en vacances, une météo propice et la volonté d'oublier cet hiver trop long. La fréquentation moyenne quotidienne est de 500 personnes pour ce mois de juillet. Beaucoup de groupes sont issus de la région bourgogne mais la diversité française est bien représentée. Tout comme la variété musicale : chanson, rock, jazz, blues, fanfare punk, électro, folk country, trad, etc. L'ambiance festive et ensoleillée est donc garantie et il est préférable de réserver si l'on veut une table pour dîner.

Les Malentendus, l'accord coup de cœur du festival "Garçon la note !"
Notre coup de cœur pour le mois de juillet ira à une formation venue de Rennes : Les Malentendus. Ce groupe a été formé en 2011 avec, à sa tête, Manuel Mercier, auteur compositeur interprète, chanteur et guitariste ! Il œuvre depuis plus de 10 ans, de caves en bistrots, sur toutes les scènes possibles et inimaginables, sur les routes de France et de Navarre... Manu, c'est une voix... une voix éraillée, ébréchée, sur le fil d'une sensibilité à fleur de peau, entre tendresse et colère. Tissant des textes aux accents réalistes, il nous parle d'histoires vécues, de rencontres au coin d'un bar entre deux verres et quatre bouteilles peut-être... Ou de tranches de vie glanées au coin d'une rue ou de son immeuble comme Mireille, une voisine pleine de manies et de petites habitudes... Quelques histoires d'amour aussi !

Sur scène, le 26 juillet au Biarritz (à Auxerre), Manu était accompagné d’Éric Leguichard à la contrebasse et saxo, Erwan Thobic trombone et contre-tuba (des ex-Sergent Pépère), Jocelyn Lecuyer à la batterie, venu des arts de la rue, et Jean-Michel Manzano au piano. Nos 5 lascars rennais nous emmènent dans leur monde réaliste, à porter un regard sur notre société. Une pointe de jazz, une dose de swing, quelques pincées de rock, une bonne cuillerée de bastringue déglingué des années cinquante auxquelles on ajoute un côté intimiste et un côté social et nous avons un cocktail d'authenticité que l'on retrouve dans leur album "Mélodies en sous-sol" sorti en mai 2013 !
Une très belle énergie et une belle présence scénique pour un groupe à découvrir sans tarder !

Les Malentendus à Auxerre © Laurence Navarro.
Les Malentendus à Auxerre © Laurence Navarro.
● Les Malentendus "Mélodies en sous-sol".
Label : Les Productions Du Sous-Sol.
Distribution : L'Autre Distribution.
Sortie : 29 avril 2013.

>> lesmalentendus.fr
>> Festival "Garçon la note !"
>> Prochains concerts des Malentendus

Laurence Navarro : photographe, correspondante de la région Bourgogne pour la Revue du Spectacle.
>> navarro-photo.odiapo.com

Les Malentendus à Auxerre © Laurence Navarro.
Les Malentendus à Auxerre © Laurence Navarro.

Gil Chauveau et Laurence Navarro
Mercredi 31 Juillet 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue

Un nouveau festival à Nice ? Depuis 2018, le Nice Classic Live a repris l'héritage des Concerts du Cloître et le fait fructifier. Pour l'édition 2019, le festival s'étoffe en offrant une belle programmation estivale dans divers lieux patrimoniaux de la ville et en créant une Session d'Automne pour les cent ans des Studios de la Victorine.

Le festival Nice Classic Live poursuit sa mue
Depuis 1958, les Concerts du Cloître embellissaient les étés des adeptes de la perle de la Méditerranée (habitants et touristes). Désormais sous la direction artistique et la présidence de l'enfant du pays, la pianiste Marie-Josèphe Jude, le festival devient un rendez-vous classique majeur des Niçois et plus largement de la Région Provence-Côte d'Azur. Le festival investit ainsi de nouveaux lieux tels que le Musée Matisse ou le Palais Lascaris, un chef-d'œuvre baroque en plus du superbe Cloître du XVIe siècle - jouxtant avec son jardin et sa roseraie le Monastère de Cimiez fondé au IXe siècle par des Bénédictins.

Pour cette deuxième édition sous le nouvel intitulé de Nice Classic Live, Marie-Josèphe Jude a imaginé une programmation placée sous le signe de la filiation entre les compositeurs, les artistes invités (la crème des interprètes français) ; réunissant également une famille d'artistes dans le cadre de l'Académie internationale d'Été qui donne sa chance aux jeunes talents depuis soixante ans. Petite sélection des concerts à ne pas rater si vous avez la chance de passer quelques jours le long de la Baie des Anges.

Christine Ducq
28/06/2019
Spectacle à la Une

39e édition du Festival de la Vézère

Du 9 juillet au 22 août 2019, la 39e édition du Festival de la Vézère propose une vingtaine de concerts très variés et deux beaux opéras de chambre avec la compagnie Diva Opera dans quatorze lieux du riche patrimoine de Corrèze.

39e édition du Festival de la Vézère
Créé en 1981, le Festival de la Vézère a toujours eu à cœur de proposer une série de rendez-vous musicaux d'une très grande qualité en Corrèze. Deux orchestres, une compagnie d'opéra, des chanteurs et des instrumentistes d'envergure internationale mais aussi de jeunes talents (que le festival a toujours su repérer avant l'envol de leur carrière) se succèderont jusqu'à la fin de l‘été. À suivre, quelques rendez-vous choisis dans une programmation qui cultive l'éclectisme.

Des deux orchestres invités, l'Orchestre d'Auvergne toujours fidèle au festival vient d'obtenir le label "Orchestre national" cette année. Il sera dirigé par son chef depuis 2012, Roberto Forès Veses. Dans le Domaine de Sédières, on l'entendra dans un beau programme d'airs de Mozart à Broschi accompagner la soprano russe qui monte, Julia Lezhneva (14 août). Le second est l'Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine dirigé par Jean-François Heisser qui donnera à entendre une de ses commandes (entre autres pépites telle la 41e symphonie "Jupiter" de Mozart) pour sa première venue en Corrèze, "Le Rêve de Maya" de Samuel Strouk - un double concerto pour accordéon et violoncelle, que joueront ses créateurs Vincent Peirani et François Salque (16 juillet).


Christine Ducq
26/06/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le marathon "hors pair" de William Mesguich… Entretien à paroles déliées

William Mesguich, monstre de travail scénique et maître ès arts dramatiques, doté d'une soif inextinguible pour tout ce qui le fait vibrer, s'apprête à affronter un Festival d'Avignon tout particulièrement chaud cet été… Et ce n'est pas là que question de canicule ! Qu'on en juge par le programme pantagruélique qu'il a dévoilé en "avant-première" à La Revue du Spectacle.

•Off 2019• Le marathon
Yves Kafka - William Mesguich, votre appétit pour le théâtre n'est plus à prouver, mais pour cette édition d'Avignon 2019, on pourrait parler de boulimie… On vous verra quatre fois en tant que comédien et pas moins de cinq en tant que metteur en scène. Alors, comme le personnage de "Liberté !" que vous mettez en jeu, êtes-vous atteint "d'une curieuse maladie, celle de ne pas arriver à faire des choix" ? Brûler les planches serait-ce votre manière à vous de soigner cette addiction dont vous avez hérité ?

William Mesguich - Les chiens ne font pas des chats… L'exemple donné par mon père m'a "imprégné" durablement. Sa faconde, son enthousiasme, sa générosité… J'aime infiniment le théâtre. Il ne s'agit pas de courir après l'exploit, d'établir des records, mais de faire vivre cet amour du théâtre. Je suis profondément heureux sur les planches…

J'aime la vie, ma famille, mes amis… mais il est vrai que je suis tout particulièrement heureux sur la scène, quand je dis des textes et ai le bonheur de les partager. C'est là ma raison de vivre. Depuis 23 ans, c'est le désir de la quête qui me porte. Après quoi je cours ? Une recherche de reconnaissance ? Ou peut-être, simplement, ma manière à moi d'exister…

Yves Kafka
25/06/2019