La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Rover, le vagabond des cordes vocales

Rover est de retour... de retour de voyages. Après s'être baladé de pays en aventures musicales, d'un retour forcé en France, Timothée Régnier naissait Rover. C'était en 2008. Depuis le "géant" songwriter a peaufiné son univers musical et aiguisé ses particularités vocales. Nous l'avons vu sur scène fin janvier à Auxerre et rêvé pour lui d'une Victoire. Celle-ci ne fut pas au rendez-vous mais l'émotion causée par sa découverte reste intacte !



Rover, le vagabond des cordes vocales
D'une scène à l'autre, Rover pose ses pas de géant et affirme son retour. Rover, alias Timothée Régnier, était en concert à la Smac Le Silex d'Auxerre le mercredi 30 janvier, et en compétition sur la scène du Zénith une semaine plus tard, étant nominé aux Victoires de la Musique dans la catégorie "Révélation du public".

Si la victoire ne lui a pas souri lors de la très professionnelle cérémonie des Victoires de la Musique, le succès public du songwriter français au parcours atypique n'en ai pas moins grand. Et quel parcours ! Expulsé du Liban pour une histoire de visa en 2008 où il y vivait depuis plus de 3 ans et où il avait créé avec son frère le groupe punk "The New Government", ce baroudeur à l'enfance globe-trotter (ayant grandi aux 4 coins du monde en fonction du travail paternel) s'installe en Bretagne où il travaille seul : écriture, composition, jeu, chant et arrangement.

Rover, le vagabond des cordes vocales
Après un EP quatre titres, son premier album sort en octobre 2012, les dates de tournée s'enchaînent et le public de plus en plus nombreux à chaque concert découvre un artiste atypique. Un tantinet dandy, un tantinet rockeur, Rover déclenche la passion. Sa voix particulière où il peut, dans la même chanson, monter avec facilité dans les aigus tout en explorant les subtiles profondeurs des graves. Une tessiture au spectre large, d'une étonnante fluidité qu'il parcoure avec une aérienne aisance - sans effet d'escalier - et de manière particulièrement spectaculaire sur "Aqualast".

Du haute-contre au ténor ! Tantôt à la guitare, tantôt au piano... Envolées vocales sur de fins mais solides fils musicaux où, en fonction des titres, l'on retrouve soit le son si particulier et chaud du piano Fender Rhodes, soit - en opposition - l'attaque claire et puissante de la Rickenbacker, guitare naturellement riche en aigües et offrant beaucoup de clarté sur les harmoniques, toutes qualités parfaitement adaptées aux capacités vocales de notre folk-singer !

Rover, le vagabond des cordes vocales
Entre ballades acoustiques et compositions plus punchy extrêmement ciselées et finement orchestrées... Entre rythmiques bien construites, piano percussif mais aux accords souples et fluides et guitare légère appuyant finement la base mélodique (sur "Lou" notamment)... Entre ligne de basse aux notes glissantes et nappes "synthé" discrètes, Rover est aussi un brillant compositeur.

Chaque morceau porte en lui une émotion... parfois indéfinissable, portée ou distillée par la voix, emmenée par la mélodie, les envolées... On l'écoute ! On écoute ! Il est touchant et la voix envoûtante... Un peu pop-rock, un peu folk... style ballade... assez cinématographique dans les ambiances. On peut d'ailleurs retrouver quelques uns de ses morceaux sur des bandes originales de plusieurs films : "Montparnasse" de Mikhaël Hers (2009), "Une aventure new-yorkaise" d'Olivier Lecot (2009), "Le jour de la grenouille" de Béatrice Pollet (2012) et "Les Yeux fermés" de Jessica Palud (2013).

Rover, le vagabond des cordes vocales
L'élégant géant à la stature châtelaine est un dompteur de mélancolie qui, avec grâce, distille son âme en mélodies atmosphériques aux multiples octaves. On aime et on pourrait l'écouter des heures en ne faisant rien que d'autre que de savourer ces morceaux où une lyrique tristesse s'associe à des explosions plus solaires. Plus qu'une révélation, un grand moment de scène et la garantie d'émotions peu communes offertes par un artiste dont la voix est comme l'âme d'un violon, le transmetteur de ses élans poétiques !

Note : Rover en anglais signifie "vagabond".

• Rover "Rover".
CD sorti le 8 octobre 2012.
Label : Cinq7. Distribution : Wagram Music.

>> Site de Rover

Rover, le vagabond des cordes vocales
Tournée :
15 février 2013 : Centre Culturel Le Mail, Soissons.
16 février 2013 : Usine à Gaz, Nyon (Suisse).
21 février 2013 : Centre Culturel Saint-André, Abbeville.
22 février 2013 : MJC, Villeneuve-la-Garenne.
23 février 2013 : Le Rack'am, Brétigny-sur-Orge.
27 février 2013 : Le Trianon, Paris.
Du 28 février au 2 mars 2013 : Milan, Turin et Rome, Italie.
7 mars 2013 : Théâtre Le Colisée, Lens (62).
8 mars 2013 : Théâtre Royal, Denain (59).
15 mars 2013 :Théâtre National, Bastia (20).
23 mars 2013 : L'Observatoire, Cergy (95).
4 avril 2013 : La Cartonnerie, Reims (51).
5 avril 2013 : Fuzz'Yon, La Roche-sur-Yon (85).
6 avril 2013 : Espace Keraudy, Plougonvelin (29).
Suite des dates sur le site de Rover.

Gil Chauveau et Laurence Navarro
Mercredi 13 Février 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019