Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

L'ancien café des bouchers de la Villette se met à la chanson

La chanson en rêvait, Serge Hureau l'a fait... Le 4 avril sera inauguré le premier lieu culturel entièrement dédié aux répertoires de la chanson. Le Hall, Centre National du Patrimoine de la Chanson, ouvrira ses portes au Pavillon du Charolais (1), ancien café des bouchers de la Villette qui a successivement abrité le TILF puis Le Tarmac.



© DR.
© DR.
Depuis plus de vingt ans, Serge Hureau - que nous connaissons bien pour ses remarquables et mémorables spectacles sur Édith Piaf, Charles Trenet, Barbara ou récemment sur les cantiques avec le spectacle "Bêtes à Bon Dieu" - porte haut et fort l'étendard de la chanson... et de ceux qui lui donnent vie : auteurs, compositeurs, interprètes, lieux de spectacles, etc.

À travers le Hall de la Chanson (Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles), dont le Ministère de la Culture et la Sacem lui ont confié la direction à sa création en 1990, Serge Hureau poursuit l'objectif de valoriser le patrimoine artistique que représentent les chansons et leurs créateurs trop souvent tombés dans l’oubli. Un répertoire vertigineux qui prend son sens dans les interprétations et les mises en scène de Serge Hureau comme dans sa direction des actions du Hall, quelles que soient leurs formes.

Depuis sa création, Le Hall a touché plus de 85 000 spectateurs, produit plus de 30 conférences chantées, plus d'une trentaine de spectacles, une dizaine de visites-spectacles, sans compter les concerts intégrés aux colloques et aux conférences qu’il organise…
C'est aussi un site Internet unique en son genre, à la fois création multimédia, reflet des actions menées et véritable "musée de la chanson" en ligne avec 6 000 titres conservés, 40 sites d’auteurs produits et édités par Le Hall, des anthologies, des captations, des sites éducatifs, des supports d’animation, etc.

© DR.
© DR.
Aujourd'hui donc, le Hall de la Chanson va enfin pouvoir disposer d'un lieu de création artistique (avec une salle de 140 places) mettant en valeur le vaste répertoire de la chanson, avec la volonté affirmée de faire (re)vivre le patrimoine de la chanson en France, en Europe et dans la francophonie... grâce notamment à des ateliers, stages, séminaires et universités, conférences chantées, formations, actions pédagogiques, etc.

À cet effet sont déjà prévus des spectacles et concerts réinterprétant, réarrangeant les œuvres du patrimoine de la chanson ; les "Rendez-vous du Hall" (rencontres autour d’un artiste, d’une œuvre ou d’un style de référence, associant interprétation analytique par des chercheurs, des journalistes et réinterprétation par des chanteurs d’aujourd’hui) ; des colloques chantés et journées d’étude en partenariat avec des universités et des écoles supérieures d’art, toujours transdisciplinaires, mêlant l’artistique et la recherche ; la création d’anthologies sonores de la chanson (enregistrement de centaines de titres jamais enregistrés jusqu’à présent) ; des stages d’interprétation et d’arrangement des œuvres du répertoire, pour chanteurs, musiciens et comédiens ; l'accueil des publics aux enregistrements, master-classes et répétitions ; la création d’une chorale mêlant professionnels et amateurs ; des actions de sensibilisation auprès des scolaires, centres de loisirs, groupes ; la création d’une web-radio-télévision ; et la mise en place d’un cursus de formation initiale et la poursuite d’un cursus de formation supérieure à l'automne 2013.

Un programme certes ambitieux mais à la mesure de l'énergie et du dynamisme de Serge Hureau et de son équipe... qui ont prouvé ces dernières années leur capacité à faire de la chanson un art majeur et une véritable spécificité culturelle française !

(1) Situé dans le parc de la Villette, entre la Grande Halle et le canal de l’Ourcq, le Pavillon du Charolais, ancien Café des Bouchers de la Villette, a successivement abrité le TILF (Théâtre International de Langue Française, dirigé par Gabriel Garran) et le Tarmac (dédié à la scène internationale francophone).

Programme inaugural :

© DR.
© DR.
Jeudi 4 avril 2013.
20 h 30 : "L’Être Intime".
Spectacle imaginé par Clotilde Courau à partir de la collection privée de Anne-Marie Springer (paru aux éditions Textuel), avec Lionel Suarez. Direction artistique : Serge Hureau (coproduction Clotilde Courau/Le Hall).

Puis tous les jeudis jusqu’au 13 juin (sauf le 2 et le 9 mai) à 20 h 30.
22 h : Cocktail-2-Chansons.
Concert-cabaret, savant et éclectique mélange de chansons d'hier et d'aujourd'hui, réunissant chanteurs et chanteuses de la scène actuelle ( avec Alexis HK, Albin de la Simone, Jil Caplan, Polo, Néry, Rachel des Bois... et bien d'autres !), les artistes familiers du Hall (Olivier Hussenet, Manon Landowski notamment), ainsi que de tout jeunes artistes (issus notamment des Conservatoires Supérieur d'Art dramatique et de Musique). Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Vendredi 5 avril 2013.
20 h 30 : Cocktail-2-Chansons.
Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Samedi 6 avril 2013.
16 h : "Chansons d’Enfance".
Avec Manon Landowski, Olivier Hussenet et François Marillier.
Comme les contes, les chansons dites "pour enfants" recèlent des trésors de monstruosités comiques et offrent des clefs pour aborder les mystères : la naissance, la rencontre de l’autre dans l’amour ou la guerre, le désir, la peur, la joie, le savoir, le travail, l’amitié, le deuil, les peines et les éclats de rire.
20 h 30 : "Inédite Piaf".
Par Serge Hureau (création), avec Claude Barthélemy et Olivier Hussenet.
A l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort d’Édith Piaf, Le Hall a souhaité faire découvrir la passion d’Édith pour le blues. Serge Hureau et ses acolytes se saisissent du répertoire non-enregistré de la môme et de quelques-unes de ses "faces  B", pour les repeindre en blues.

Le Hall, Pavillon du Charolais, Paris 19e, 01 53 72 43 00.
>> lehall.com

Gil Chauveau
Mercredi 3 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021