La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

L'ancien café des bouchers de la Villette se met à la chanson

La chanson en rêvait, Serge Hureau l'a fait... Le 4 avril sera inauguré le premier lieu culturel entièrement dédié aux répertoires de la chanson. Le Hall, Centre National du Patrimoine de la Chanson, ouvrira ses portes au Pavillon du Charolais (1), ancien café des bouchers de la Villette qui a successivement abrité le TILF puis Le Tarmac.



© DR.
© DR.
Depuis plus de vingt ans, Serge Hureau - que nous connaissons bien pour ses remarquables et mémorables spectacles sur Édith Piaf, Charles Trenet, Barbara ou récemment sur les cantiques avec le spectacle "Bêtes à Bon Dieu" - porte haut et fort l'étendard de la chanson... et de ceux qui lui donnent vie : auteurs, compositeurs, interprètes, lieux de spectacles, etc.

À travers le Hall de la Chanson (Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles), dont le Ministère de la Culture et la Sacem lui ont confié la direction à sa création en 1990, Serge Hureau poursuit l'objectif de valoriser le patrimoine artistique que représentent les chansons et leurs créateurs trop souvent tombés dans l’oubli. Un répertoire vertigineux qui prend son sens dans les interprétations et les mises en scène de Serge Hureau comme dans sa direction des actions du Hall, quelles que soient leurs formes.

Depuis sa création, Le Hall a touché plus de 85 000 spectateurs, produit plus de 30 conférences chantées, plus d'une trentaine de spectacles, une dizaine de visites-spectacles, sans compter les concerts intégrés aux colloques et aux conférences qu’il organise…
C'est aussi un site Internet unique en son genre, à la fois création multimédia, reflet des actions menées et véritable "musée de la chanson" en ligne avec 6 000 titres conservés, 40 sites d’auteurs produits et édités par Le Hall, des anthologies, des captations, des sites éducatifs, des supports d’animation, etc.

© DR.
© DR.
Aujourd'hui donc, le Hall de la Chanson va enfin pouvoir disposer d'un lieu de création artistique (avec une salle de 140 places) mettant en valeur le vaste répertoire de la chanson, avec la volonté affirmée de faire (re)vivre le patrimoine de la chanson en France, en Europe et dans la francophonie... grâce notamment à des ateliers, stages, séminaires et universités, conférences chantées, formations, actions pédagogiques, etc.

À cet effet sont déjà prévus des spectacles et concerts réinterprétant, réarrangeant les œuvres du patrimoine de la chanson ; les "Rendez-vous du Hall" (rencontres autour d’un artiste, d’une œuvre ou d’un style de référence, associant interprétation analytique par des chercheurs, des journalistes et réinterprétation par des chanteurs d’aujourd’hui) ; des colloques chantés et journées d’étude en partenariat avec des universités et des écoles supérieures d’art, toujours transdisciplinaires, mêlant l’artistique et la recherche ; la création d’anthologies sonores de la chanson (enregistrement de centaines de titres jamais enregistrés jusqu’à présent) ; des stages d’interprétation et d’arrangement des œuvres du répertoire, pour chanteurs, musiciens et comédiens ; l'accueil des publics aux enregistrements, master-classes et répétitions ; la création d’une chorale mêlant professionnels et amateurs ; des actions de sensibilisation auprès des scolaires, centres de loisirs, groupes ; la création d’une web-radio-télévision ; et la mise en place d’un cursus de formation initiale et la poursuite d’un cursus de formation supérieure à l'automne 2013.

Un programme certes ambitieux mais à la mesure de l'énergie et du dynamisme de Serge Hureau et de son équipe... qui ont prouvé ces dernières années leur capacité à faire de la chanson un art majeur et une véritable spécificité culturelle française !

(1) Situé dans le parc de la Villette, entre la Grande Halle et le canal de l’Ourcq, le Pavillon du Charolais, ancien Café des Bouchers de la Villette, a successivement abrité le TILF (Théâtre International de Langue Française, dirigé par Gabriel Garran) et le Tarmac (dédié à la scène internationale francophone).

Programme inaugural :

© DR.
© DR.
Jeudi 4 avril 2013.
20 h 30 : "L’Être Intime".
Spectacle imaginé par Clotilde Courau à partir de la collection privée de Anne-Marie Springer (paru aux éditions Textuel), avec Lionel Suarez. Direction artistique : Serge Hureau (coproduction Clotilde Courau/Le Hall).

Puis tous les jeudis jusqu’au 13 juin (sauf le 2 et le 9 mai) à 20 h 30.
22 h : Cocktail-2-Chansons.
Concert-cabaret, savant et éclectique mélange de chansons d'hier et d'aujourd'hui, réunissant chanteurs et chanteuses de la scène actuelle ( avec Alexis HK, Albin de la Simone, Jil Caplan, Polo, Néry, Rachel des Bois... et bien d'autres !), les artistes familiers du Hall (Olivier Hussenet, Manon Landowski notamment), ainsi que de tout jeunes artistes (issus notamment des Conservatoires Supérieur d'Art dramatique et de Musique). Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Vendredi 5 avril 2013.
20 h 30 : Cocktail-2-Chansons.
Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Samedi 6 avril 2013.
16 h : "Chansons d’Enfance".
Avec Manon Landowski, Olivier Hussenet et François Marillier.
Comme les contes, les chansons dites "pour enfants" recèlent des trésors de monstruosités comiques et offrent des clefs pour aborder les mystères : la naissance, la rencontre de l’autre dans l’amour ou la guerre, le désir, la peur, la joie, le savoir, le travail, l’amitié, le deuil, les peines et les éclats de rire.
20 h 30 : "Inédite Piaf".
Par Serge Hureau (création), avec Claude Barthélemy et Olivier Hussenet.
A l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort d’Édith Piaf, Le Hall a souhaité faire découvrir la passion d’Édith pour le blues. Serge Hureau et ses acolytes se saisissent du répertoire non-enregistré de la môme et de quelques-unes de ses "faces  B", pour les repeindre en blues.

Le Hall, Pavillon du Charolais, Paris 19e, 01 53 72 43 00.
>> lehall.com

Gil Chauveau
Mercredi 3 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019