La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

L'ancien café des bouchers de la Villette se met à la chanson

La chanson en rêvait, Serge Hureau l'a fait... Le 4 avril sera inauguré le premier lieu culturel entièrement dédié aux répertoires de la chanson. Le Hall, Centre National du Patrimoine de la Chanson, ouvrira ses portes au Pavillon du Charolais (1), ancien café des bouchers de la Villette qui a successivement abrité le TILF puis Le Tarmac.



© DR.
© DR.
Depuis plus de vingt ans, Serge Hureau - que nous connaissons bien pour ses remarquables et mémorables spectacles sur Édith Piaf, Charles Trenet, Barbara ou récemment sur les cantiques avec le spectacle "Bêtes à Bon Dieu" - porte haut et fort l'étendard de la chanson... et de ceux qui lui donnent vie : auteurs, compositeurs, interprètes, lieux de spectacles, etc.

À travers le Hall de la Chanson (Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles), dont le Ministère de la Culture et la Sacem lui ont confié la direction à sa création en 1990, Serge Hureau poursuit l'objectif de valoriser le patrimoine artistique que représentent les chansons et leurs créateurs trop souvent tombés dans l’oubli. Un répertoire vertigineux qui prend son sens dans les interprétations et les mises en scène de Serge Hureau comme dans sa direction des actions du Hall, quelles que soient leurs formes.

Depuis sa création, Le Hall a touché plus de 85 000 spectateurs, produit plus de 30 conférences chantées, plus d'une trentaine de spectacles, une dizaine de visites-spectacles, sans compter les concerts intégrés aux colloques et aux conférences qu’il organise…
C'est aussi un site Internet unique en son genre, à la fois création multimédia, reflet des actions menées et véritable "musée de la chanson" en ligne avec 6 000 titres conservés, 40 sites d’auteurs produits et édités par Le Hall, des anthologies, des captations, des sites éducatifs, des supports d’animation, etc.

© DR.
© DR.
Aujourd'hui donc, le Hall de la Chanson va enfin pouvoir disposer d'un lieu de création artistique (avec une salle de 140 places) mettant en valeur le vaste répertoire de la chanson, avec la volonté affirmée de faire (re)vivre le patrimoine de la chanson en France, en Europe et dans la francophonie... grâce notamment à des ateliers, stages, séminaires et universités, conférences chantées, formations, actions pédagogiques, etc.

À cet effet sont déjà prévus des spectacles et concerts réinterprétant, réarrangeant les œuvres du patrimoine de la chanson ; les "Rendez-vous du Hall" (rencontres autour d’un artiste, d’une œuvre ou d’un style de référence, associant interprétation analytique par des chercheurs, des journalistes et réinterprétation par des chanteurs d’aujourd’hui) ; des colloques chantés et journées d’étude en partenariat avec des universités et des écoles supérieures d’art, toujours transdisciplinaires, mêlant l’artistique et la recherche ; la création d’anthologies sonores de la chanson (enregistrement de centaines de titres jamais enregistrés jusqu’à présent) ; des stages d’interprétation et d’arrangement des œuvres du répertoire, pour chanteurs, musiciens et comédiens ; l'accueil des publics aux enregistrements, master-classes et répétitions ; la création d’une chorale mêlant professionnels et amateurs ; des actions de sensibilisation auprès des scolaires, centres de loisirs, groupes ; la création d’une web-radio-télévision ; et la mise en place d’un cursus de formation initiale et la poursuite d’un cursus de formation supérieure à l'automne 2013.

Un programme certes ambitieux mais à la mesure de l'énergie et du dynamisme de Serge Hureau et de son équipe... qui ont prouvé ces dernières années leur capacité à faire de la chanson un art majeur et une véritable spécificité culturelle française !

(1) Situé dans le parc de la Villette, entre la Grande Halle et le canal de l’Ourcq, le Pavillon du Charolais, ancien Café des Bouchers de la Villette, a successivement abrité le TILF (Théâtre International de Langue Française, dirigé par Gabriel Garran) et le Tarmac (dédié à la scène internationale francophone).

Programme inaugural :

© DR.
© DR.
Jeudi 4 avril 2013.
20 h 30 : "L’Être Intime".
Spectacle imaginé par Clotilde Courau à partir de la collection privée de Anne-Marie Springer (paru aux éditions Textuel), avec Lionel Suarez. Direction artistique : Serge Hureau (coproduction Clotilde Courau/Le Hall).

Puis tous les jeudis jusqu’au 13 juin (sauf le 2 et le 9 mai) à 20 h 30.
22 h : Cocktail-2-Chansons.
Concert-cabaret, savant et éclectique mélange de chansons d'hier et d'aujourd'hui, réunissant chanteurs et chanteuses de la scène actuelle ( avec Alexis HK, Albin de la Simone, Jil Caplan, Polo, Néry, Rachel des Bois... et bien d'autres !), les artistes familiers du Hall (Olivier Hussenet, Manon Landowski notamment), ainsi que de tout jeunes artistes (issus notamment des Conservatoires Supérieur d'Art dramatique et de Musique). Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Vendredi 5 avril 2013.
20 h 30 : Cocktail-2-Chansons.
Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Samedi 6 avril 2013.
16 h : "Chansons d’Enfance".
Avec Manon Landowski, Olivier Hussenet et François Marillier.
Comme les contes, les chansons dites "pour enfants" recèlent des trésors de monstruosités comiques et offrent des clefs pour aborder les mystères : la naissance, la rencontre de l’autre dans l’amour ou la guerre, le désir, la peur, la joie, le savoir, le travail, l’amitié, le deuil, les peines et les éclats de rire.
20 h 30 : "Inédite Piaf".
Par Serge Hureau (création), avec Claude Barthélemy et Olivier Hussenet.
A l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort d’Édith Piaf, Le Hall a souhaité faire découvrir la passion d’Édith pour le blues. Serge Hureau et ses acolytes se saisissent du répertoire non-enregistré de la môme et de quelques-unes de ses "faces  B", pour les repeindre en blues.

Le Hall, Pavillon du Charolais, Paris 19e, 01 53 72 43 00.
>> lehall.com

Gil Chauveau
Mercredi 3 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019