La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

L'ancien café des bouchers de la Villette se met à la chanson

La chanson en rêvait, Serge Hureau l'a fait... Le 4 avril sera inauguré le premier lieu culturel entièrement dédié aux répertoires de la chanson. Le Hall, Centre National du Patrimoine de la Chanson, ouvrira ses portes au Pavillon du Charolais (1), ancien café des bouchers de la Villette qui a successivement abrité le TILF puis Le Tarmac.



© DR.
© DR.
Depuis plus de vingt ans, Serge Hureau - que nous connaissons bien pour ses remarquables et mémorables spectacles sur Édith Piaf, Charles Trenet, Barbara ou récemment sur les cantiques avec le spectacle "Bêtes à Bon Dieu" - porte haut et fort l'étendard de la chanson... et de ceux qui lui donnent vie : auteurs, compositeurs, interprètes, lieux de spectacles, etc.

À travers le Hall de la Chanson (Centre National du Patrimoine de la Chanson, des Variétés et des Musiques Actuelles), dont le Ministère de la Culture et la Sacem lui ont confié la direction à sa création en 1990, Serge Hureau poursuit l'objectif de valoriser le patrimoine artistique que représentent les chansons et leurs créateurs trop souvent tombés dans l’oubli. Un répertoire vertigineux qui prend son sens dans les interprétations et les mises en scène de Serge Hureau comme dans sa direction des actions du Hall, quelles que soient leurs formes.

Depuis sa création, Le Hall a touché plus de 85 000 spectateurs, produit plus de 30 conférences chantées, plus d'une trentaine de spectacles, une dizaine de visites-spectacles, sans compter les concerts intégrés aux colloques et aux conférences qu’il organise…
C'est aussi un site Internet unique en son genre, à la fois création multimédia, reflet des actions menées et véritable "musée de la chanson" en ligne avec 6 000 titres conservés, 40 sites d’auteurs produits et édités par Le Hall, des anthologies, des captations, des sites éducatifs, des supports d’animation, etc.

© DR.
© DR.
Aujourd'hui donc, le Hall de la Chanson va enfin pouvoir disposer d'un lieu de création artistique (avec une salle de 140 places) mettant en valeur le vaste répertoire de la chanson, avec la volonté affirmée de faire (re)vivre le patrimoine de la chanson en France, en Europe et dans la francophonie... grâce notamment à des ateliers, stages, séminaires et universités, conférences chantées, formations, actions pédagogiques, etc.

À cet effet sont déjà prévus des spectacles et concerts réinterprétant, réarrangeant les œuvres du patrimoine de la chanson ; les "Rendez-vous du Hall" (rencontres autour d’un artiste, d’une œuvre ou d’un style de référence, associant interprétation analytique par des chercheurs, des journalistes et réinterprétation par des chanteurs d’aujourd’hui) ; des colloques chantés et journées d’étude en partenariat avec des universités et des écoles supérieures d’art, toujours transdisciplinaires, mêlant l’artistique et la recherche ; la création d’anthologies sonores de la chanson (enregistrement de centaines de titres jamais enregistrés jusqu’à présent) ; des stages d’interprétation et d’arrangement des œuvres du répertoire, pour chanteurs, musiciens et comédiens ; l'accueil des publics aux enregistrements, master-classes et répétitions ; la création d’une chorale mêlant professionnels et amateurs ; des actions de sensibilisation auprès des scolaires, centres de loisirs, groupes ; la création d’une web-radio-télévision ; et la mise en place d’un cursus de formation initiale et la poursuite d’un cursus de formation supérieure à l'automne 2013.

Un programme certes ambitieux mais à la mesure de l'énergie et du dynamisme de Serge Hureau et de son équipe... qui ont prouvé ces dernières années leur capacité à faire de la chanson un art majeur et une véritable spécificité culturelle française !

(1) Situé dans le parc de la Villette, entre la Grande Halle et le canal de l’Ourcq, le Pavillon du Charolais, ancien Café des Bouchers de la Villette, a successivement abrité le TILF (Théâtre International de Langue Française, dirigé par Gabriel Garran) et le Tarmac (dédié à la scène internationale francophone).

Programme inaugural :

© DR.
© DR.
Jeudi 4 avril 2013.
20 h 30 : "L’Être Intime".
Spectacle imaginé par Clotilde Courau à partir de la collection privée de Anne-Marie Springer (paru aux éditions Textuel), avec Lionel Suarez. Direction artistique : Serge Hureau (coproduction Clotilde Courau/Le Hall).

Puis tous les jeudis jusqu’au 13 juin (sauf le 2 et le 9 mai) à 20 h 30.
22 h : Cocktail-2-Chansons.
Concert-cabaret, savant et éclectique mélange de chansons d'hier et d'aujourd'hui, réunissant chanteurs et chanteuses de la scène actuelle ( avec Alexis HK, Albin de la Simone, Jil Caplan, Polo, Néry, Rachel des Bois... et bien d'autres !), les artistes familiers du Hall (Olivier Hussenet, Manon Landowski notamment), ainsi que de tout jeunes artistes (issus notamment des Conservatoires Supérieur d'Art dramatique et de Musique). Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Vendredi 5 avril 2013.
20 h 30 : Cocktail-2-Chansons.
Spectacle offert (réservation par avance au 01 53 72 43 00 ou sur reservation@lehall.com).

Samedi 6 avril 2013.
16 h : "Chansons d’Enfance".
Avec Manon Landowski, Olivier Hussenet et François Marillier.
Comme les contes, les chansons dites "pour enfants" recèlent des trésors de monstruosités comiques et offrent des clefs pour aborder les mystères : la naissance, la rencontre de l’autre dans l’amour ou la guerre, le désir, la peur, la joie, le savoir, le travail, l’amitié, le deuil, les peines et les éclats de rire.
20 h 30 : "Inédite Piaf".
Par Serge Hureau (création), avec Claude Barthélemy et Olivier Hussenet.
A l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort d’Édith Piaf, Le Hall a souhaité faire découvrir la passion d’Édith pour le blues. Serge Hureau et ses acolytes se saisissent du répertoire non-enregistré de la môme et de quelques-unes de ses "faces  B", pour les repeindre en blues.

Le Hall, Pavillon du Charolais, Paris 19e, 01 53 72 43 00.
>> lehall.com

Gil Chauveau
Mercredi 3 Avril 2013

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022