La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
Théâtre

Un peuple de Robin des bois revisité - 31/10/2011

Dans sa pièce "As you like it" de William Shakespeare, les jeunes gens fuguent devant la méchante autorité du duc et rejoignent par cette fuite d’autres exilés qui survivent dans une forêt primitive et éloignée. Ils forment un peuple de Robin des bois revisité qui se moque des visions de paradis des bergers d’Arcadie. En son sein se discerne une forme de brutalité ainsi que la montée de la sève...  

Sous les masques... Tombent les masques ! - 29/10/2011

Dérouté le spectateur. Dès l’entrée. Tant les codes primordiaux de la représentation ne sont pas respectés. À l’instar d’un théâtre forain, dans "Masques et nez", assis dans son fauteuil, la salle toujours éclairée, le spectateur est confronté sur scène à un casting, un défilé de caricatures, une forme de radio-crochet des médiocres masqués, un groupe de parole des réjouis et trouillards....  

Une douce amertume amusée... Comme une réconciliation - 27/10/2011

Philippe Adrien met en scène "Les Chaises" d’Eugène Ionesco avec la Compagnie du Troisième Œil de Bruno Netter qui mêle comédiens valides et moins valides (aveugle, sourd…). C’est, dans un caisson cylindrique éclairé par deux jours de souffrance, le quotidien d’un couple âgé, très âgé (Monica Companys, Bruno Netter). Avec juste ce qu’il faut de souplesse dans les articulations pour déplacer des...  

"Quartier lointain" ou le voyageur du temps - 27/10/2011

Un manga au théâtre ? Cherchez l’erreur ! On ne savait d’ailleurs même pas que c’était possible ! Et mieux, on imaginait encore moins qu’on pouvait aimer les mangas ! Celui-ci, "Quartier lointain" de Jirô Taniguchi, est un concentré de poésie. Dorian Rossel, sur la scène du Monfort Théâtre, a réussi à en extraire son essence avec non moins de beauté et de délicatesse. Ce qui frappe, d’emblée, est...  

Histoire d'une chute annoncée... Du monarque au tyran... - 26/10/2011

Dans "Marie Tudor" de Victor Hugo, une reine et son amant sont emportés par le tourbillon mortel du désir et du pouvoir. Au rythme talentueux d’un bonimenteur, d’un bateleur, l’auteur, qu’il faut savoir découvrir hors de tout fatras patrimonial, enchaine les scènes et livre une extraordinaire lecture de la société. Le mépris exercé par la caste aristocratique, les ostracismes ordinaires, la foule...  

On peut rire partout, même à Sunderland ! - 25/10/2011

Pas vraiment de larmes à l’œil, mais le cœur gros. Pas non plus d’éclats de rires, mais le sourire aux lèvres. On ressort du Petit Théâtre de Paris, en se disant qu’on a assisté à une pièce comme on aimerait en voir plus souvent… "Sunderland" est une "Maison de poupées" version moderne, le drame d’une famille ordinaire mis en scène par Stéphane Hillel (directeur du Théâtre de Paris et molière du...  

Tambour battant, le Théâtre de Belleville ouvre ses portes - 17/10/2011

C’est, en contre bas du grouillant carrefour du métro Belleville, un petit immeuble au 16, passage Pivert. Il donne l’image d’un de ces nombreux cabarets qui ont offert aux parisiens du XVIII et XIX siècle un petit vin joyeux défiscalisé… Le passant en s’adossant à la grille du 7 bis (tournant ainsi le dos à un joli immeuble ancien nouvellement restauré) se trouve face à ce qui reste de la cour...  

Instants Critiques... Un cinéma néo paradiso - 07/10/2011

Jean Louis Bory et Georges Charensol étaient critiques de cinéma ; Du duo, ils avaient la complicité, la complémentarité : chacun son rôle ; Du duel, ils avaient le combat franc, sans merci, les passes d’armes : chacun sa botte. Ils étaient les duettistes de légende de l'émission radiophonique "Le Masque et de La Plume" : le moderne et l’ancien. Comme d’autres de la cape et de l’épée, ils...  

Claude Rich vend son âme au diable - 06/10/2011

À la Comédie des Champs-Élysées, "L’Intrus" a du mal à nous convaincre. Le texte d’Antoine Rault est raté, alambiqué, plutôt prétentieux… La mise en scène de Christophe Lidon, qui travaille à la chaîne, est carrément de mauvais goût… Reste cependant deux comédiens exceptionnels et un sujet qui aurait pu être passionnant. Pour sa troisième collaboration avec Claude Rich, après les très réussis Le...  

Entre surcharge et sobriété, les Francos balancent - 05/10/2011

Écriture simple, brutale, ou récit labyrinthique ? Pour dire la violence, la littérature francophone oscille entre ces deux pôles. Parfait observatoire de l'évolution des thèmes et du langage de la dramaturge africaine, les Francophonies en Limousin soulèvent chaque année leur lot de questions. En cette 28e édition, la pièce-phare de Dieudonné Niangouna, "Le Socle des vertiges", pose avec force...  
1 ... « 62 63 64 65 66 67 68 » ... 71






À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019