La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Mahabharata - Nalacharitam"… mythe et fabuleux conte

"Mahabharata – Nalacharitam", La Villette, Paris

Le metteur en scène japonais Satoshi Miyagi reprend à la Grande Halle de la Villette sa création "Mahabharata - Nalacharitam" qu'il avait présentée au festival d'Avignon en 2014. L'expressivité, la musique et les éléments vocaux sont les composantes majeures du spectacle faisant de celui-ci un véritable conte.



© K. Miura Shizuoka.
© K. Miura Shizuoka.
Le Mahabharata (littéralement "La grande guerre des Bharata" ou "La grande histoire des Bharata") est un mythe indou composé de dix-huit livres dont Satoshi Miyagi a choisi l'un de ses poèmes appelé "Nalacharitam". La scénographie découvre un espace de jeu de trois cent soixante degrés permettant des entrées-sorties presque "volées" car pouvant être non vues ou non appréhendées par le spectateur. Cet effet de surprise fait découvrir au public des éléments ou des personnages au fil de l'eau. La représentation se découpe ainsi par instants, par moments, et non de façon transverse interdisant le regard omniscient du spectateur.

L'histoire raconte l'aventure du roi Nala, possédé par le démon Kali qui perd son royaume et sa femme, la princesse Damayanti. Il tente de la reconquérir ainsi que son règne. L'histoire, au-delà de sa trame dramaturgique, est intéressante dans l'approche adoptée. Celle d'une déclinaison artistique sur deux plans.

Le premier concerne le jeu corporel, dans lequel les postures et les attitudes sont presque pantomimiques. Celui-ci est central et se déroule uniquement sur scène. Le second est lié à la voix. Celle-ci est en effet jouée, côté cour, légèrement en dehors de l'aire de jeu comme si elle venait d'un autre ailleurs.

© K. Miura Shizuoka.
© K. Miura Shizuoka.
Les huit acteurs, assis et dédiés uniquement à cet exercice, utilisent parfois leurs bras, des mains jusqu'aux coudes, pour effectuer une rotation de cent quatre-vingts degrés, paumes devant leurs visages et se retournant vers le public. Ces rotations donnent ainsi un aspect énigmatique. La voix devient un élément très important, car habitant un autre lieu que la scène, mais très présente à celle-ci.

Ainsi la réalité humaine est savamment boutée de la représentation. Les corps font vivre les personnages dans un rapport lié à l'espace et au temps quand la parole incarne l'émotion et les sentiments.

Tout est habillé de blanc. Les acteurs jouent derrière des masques ou un maquillage fort. Le jeu est étiré dans les mouvements, souvent élancés, et toujours très marqués. Seuls les visages peuvent apparaître par instants presque immobiles.

05 © Yasuo Inokuma.
05 © Yasuo Inokuma.
Nous sommes dans un autre théâtre avec son propre langage. Ici, la voix est découplée scéniquement du corps et les personnages portent des masques. Des éléphants et un tigre apparaissent aussi habillés de voiles blancs. La réalité est interdite de plateau. Rien n'est réel. Même la voix, dans des tons souvent assez graves, n'est pas, à dessein, naturelle. Elle est en effet très appuyée.

Il y a un très beau moment d'humour, avec cette coupure "publicitaire", faisant la promotion du thé que boit la princesse. Satoshi Miyagi a intégré aussi quelques mots français qui donnent une connotation là aussi humoristique.

Hors du plateau et devant celui-ci, se trouve un orchestre de percussions qui donne le tempo, le rythme durant la représentation. Tout ce qui est "son" est hors scène, la musique accompagne le silence joué sur les planches.

Le spectacle est superbe d'originalité et Satoshi Miyagi réussit à faire émerger du mythe, toute sa quintessence pour le décliner en un conte qui ressemble à un rêve éveillé.

"Mahabharata - Nalacharitam"

© Ryota Atarashi.
© Ryota Atarashi.
Spectacle en japonais surtitré en français.
Texte : Azumi Kubota.
Mise en scène : Satoshi Miyagi.
Assistant à la mise en scène : Masaki Nakano.
Dramaturgie : Yoshiji Yokoyama.
Avec : Kazunori Abe, Naomi Akamatsu, Yuya Daidomumon, Asuka Fuse, Maki Honda, Moemi Ishii, Sachiko Kataoka, Yukio Kato, Yudai Makiyama, Micari, Haruka Miyagishima, Fuyuko Moriyama, Sayako Nagai, Kouichi Ohtaka, Yoneji Ouchi, Yuumi Sakakibara, Yu Sakurauchi, Yuzu Sato, Junko Sekine, Morimasa Takeishi, Momoyo Tateno, Ayako Terauchi, Hisashi Yokoyama, Ryo Yoshimi, Yoichi Wakamiya, Takahiko Watanabe.
Musique : Hiroko Tanakawa.
Décors : Junpei Kiz.
Création lumières : Koji Osako.
Création costumes : Kayo Takahashi.

© K. Miura Shizuoka.
© K. Miura Shizuoka.
Accessoires : Eri Fukasawa.
Direction technique : Atsushi Muramatsu assisté de Takahiro Yamada, Yukio Haraikawa.
Régie lumières : Hiroya Kobayakawa.
Régie son : Koji Makishima, Masashi Wada.
Coiffure, maquillage : Kyoko Kajita.
Habilleuse : Chigusa Sei.
Régie sous-titres : Takako Oishi.
Durée : 1 h 50.

Du 19 au 25 novembre 2018.
Lundi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
La Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

Safidin Alouache
Vendredi 23 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019