La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Mahabharata - Nalacharitam"… mythe et fabuleux conte

"Mahabharata – Nalacharitam", La Villette, Paris

Le metteur en scène japonais Satoshi Miyagi reprend à la Grande Halle de la Villette sa création "Mahabharata - Nalacharitam" qu'il avait présentée au festival d'Avignon en 2014. L'expressivité, la musique et les éléments vocaux sont les composantes majeures du spectacle faisant de celui-ci un véritable conte.



© K. Miura Shizuoka.
© K. Miura Shizuoka.
Le Mahabharata (littéralement "La grande guerre des Bharata" ou "La grande histoire des Bharata") est un mythe indou composé de dix-huit livres dont Satoshi Miyagi a choisi l'un de ses poèmes appelé "Nalacharitam". La scénographie découvre un espace de jeu de trois cent soixante degrés permettant des entrées-sorties presque "volées" car pouvant être non vues ou non appréhendées par le spectateur. Cet effet de surprise fait découvrir au public des éléments ou des personnages au fil de l'eau. La représentation se découpe ainsi par instants, par moments, et non de façon transverse interdisant le regard omniscient du spectateur.

L'histoire raconte l'aventure du roi Nala, possédé par le démon Kali qui perd son royaume et sa femme, la princesse Damayanti. Il tente de la reconquérir ainsi que son règne. L'histoire, au-delà de sa trame dramaturgique, est intéressante dans l'approche adoptée. Celle d'une déclinaison artistique sur deux plans.

Le premier concerne le jeu corporel, dans lequel les postures et les attitudes sont presque pantomimiques. Celui-ci est central et se déroule uniquement sur scène. Le second est lié à la voix. Celle-ci est en effet jouée, côté cour, légèrement en dehors de l'aire de jeu comme si elle venait d'un autre ailleurs.

© K. Miura Shizuoka.
© K. Miura Shizuoka.
Les huit acteurs, assis et dédiés uniquement à cet exercice, utilisent parfois leurs bras, des mains jusqu'aux coudes, pour effectuer une rotation de cent quatre-vingts degrés, paumes devant leurs visages et se retournant vers le public. Ces rotations donnent ainsi un aspect énigmatique. La voix devient un élément très important, car habitant un autre lieu que la scène, mais très présente à celle-ci.

Ainsi la réalité humaine est savamment boutée de la représentation. Les corps font vivre les personnages dans un rapport lié à l'espace et au temps quand la parole incarne l'émotion et les sentiments.

Tout est habillé de blanc. Les acteurs jouent derrière des masques ou un maquillage fort. Le jeu est étiré dans les mouvements, souvent élancés, et toujours très marqués. Seuls les visages peuvent apparaître par instants presque immobiles.

05 © Yasuo Inokuma.
05 © Yasuo Inokuma.
Nous sommes dans un autre théâtre avec son propre langage. Ici, la voix est découplée scéniquement du corps et les personnages portent des masques. Des éléphants et un tigre apparaissent aussi habillés de voiles blancs. La réalité est interdite de plateau. Rien n'est réel. Même la voix, dans des tons souvent assez graves, n'est pas, à dessein, naturelle. Elle est en effet très appuyée.

Il y a un très beau moment d'humour, avec cette coupure "publicitaire", faisant la promotion du thé que boit la princesse. Satoshi Miyagi a intégré aussi quelques mots français qui donnent une connotation là aussi humoristique.

Hors du plateau et devant celui-ci, se trouve un orchestre de percussions qui donne le tempo, le rythme durant la représentation. Tout ce qui est "son" est hors scène, la musique accompagne le silence joué sur les planches.

Le spectacle est superbe d'originalité et Satoshi Miyagi réussit à faire émerger du mythe, toute sa quintessence pour le décliner en un conte qui ressemble à un rêve éveillé.

"Mahabharata - Nalacharitam"

© Ryota Atarashi.
© Ryota Atarashi.
Spectacle en japonais surtitré en français.
Texte : Azumi Kubota.
Mise en scène : Satoshi Miyagi.
Assistant à la mise en scène : Masaki Nakano.
Dramaturgie : Yoshiji Yokoyama.
Avec : Kazunori Abe, Naomi Akamatsu, Yuya Daidomumon, Asuka Fuse, Maki Honda, Moemi Ishii, Sachiko Kataoka, Yukio Kato, Yudai Makiyama, Micari, Haruka Miyagishima, Fuyuko Moriyama, Sayako Nagai, Kouichi Ohtaka, Yoneji Ouchi, Yuumi Sakakibara, Yu Sakurauchi, Yuzu Sato, Junko Sekine, Morimasa Takeishi, Momoyo Tateno, Ayako Terauchi, Hisashi Yokoyama, Ryo Yoshimi, Yoichi Wakamiya, Takahiko Watanabe.
Musique : Hiroko Tanakawa.
Décors : Junpei Kiz.
Création lumières : Koji Osako.
Création costumes : Kayo Takahashi.

© K. Miura Shizuoka.
© K. Miura Shizuoka.
Accessoires : Eri Fukasawa.
Direction technique : Atsushi Muramatsu assisté de Takahiro Yamada, Yukio Haraikawa.
Régie lumières : Hiroya Kobayakawa.
Régie son : Koji Makishima, Masashi Wada.
Coiffure, maquillage : Kyoko Kajita.
Habilleuse : Chigusa Sei.
Régie sous-titres : Takako Oishi.
Durée : 1 h 50.

Du 19 au 25 novembre 2018.
Lundi au samedi à 20 h, dimanche à 16 h.
La Villette, Grande Halle, Paris 19e, 01 40 03 75 75.
>> lavillette.com

Safidin Alouache
Vendredi 23 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice

Du 30 juillet au 15 août 2020, la troisième édition du Nice Classic Live consacrée aux répertoires classique et jazz sous la direction artistique de Marie-Josèphe Jude se tiendra dans le Jardin des Arènes de Cimiez.

Nice Classic Live - Académie internationale d'Été de Nice
Le concert d'ouverture du 30 juillet "Métamorphoses", en écho à l'exposition au musée Matisse, propose un concert de pianos avec les "Métamorphosis" de Philippe Glass, puis la transcription pour deux pianos et huit mains des neuf symphonies de Beethoven. On y applaudira Claire Désert, Valentina Igoshina, Marie-Josèphe Jude, Michel Béroff, Florent Boffard. À 21 h 30 un concert de jazz sera donné par Pierre Bertrand et la Caja Negra Sextet.

Le jour suivant, Beethoven sera encore à l'honneur avec Olivier Charlier et Marc Coppey ainsi que les pianos de Michel Béroff et Emmanuel Strosser et, à 21 h 30, Jean-Philippe Collard et Patrick Pouvre d'Arvor offriront un concert lecture "L'âme de Chopin". Beaucoup d'autres compositeurs encore, jusqu'au 15 août. Citons Poulenc Tchaikovsky, Barber, Stravinsky, Éric Satie Mozart, Purcell, Ravel, Gershwin et beaucoup d'autres pour le plaisir de réentendre de la musique vivante en live avec les meilleurs artistes du moment.

Christine Ducq
18/07/2020
Spectacle à la Une

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival "Parade(s)" à Nanterre

Le festival "Parade(s)", qui devait avoir lieu la première semaine de juin, a dû être annulé suite à la crise sanitaire… Mais la ville, l'équipe du festival "Parade(s)" et Les Noctambules - école de cirque et lieu de fabrique des Arènes de Nanterre - ont décidé de programmer en juillet et en août des propositions circassiennes dans les quartiers.

Les Échappées Cirque remplacent, durant cet été de déconfinement, le festival
Ainsi, durant tout l’été, 10 échappées seront accueillies dans le cadre des Terrasses d'été imaginées par la ville de Nanterre dans chaque quartier. Une programmation des arts du cirque et de la rue qui mêle spectacles de danse, numéros de cirque (tissu, trapèze, mât chinois, etc.), impromptus spectaculaires et poétiques, ateliers de jonglage et de sérigraphie… mais aussi espace détente avec transats, jeux d'eau et animations.

Les artistes invités, (en alternance) :
Léonardo Montresor, Christopher Lopresti et Lou Carnicelli, Thomas Trichet, Hervé Dez Martinez et Boris Lafitte (Cie FFF), Iorhanne Da Cunha et Anahi de las Cuevas (Cie l'un Passe), Rocco Le Flem (Cie Iziago), Déborah Mantione (Cie Trat), Laura Terrancle (Cie Femme Canon), Yumi Rigout (Cie Furinkaï), Antoine Helou, Ilaria De Novellis, Atelier de la Banane…
Coordination artistique : Satchie Noro.

Gratuit et ouvert à tous.
De 15 h à 19 h, en continu.

Gil Chauveau
06/07/2020
Sortie à la Une

"Nos films" Faire vibrer le cinéma, même absent, au cœur de nos rêves

Cendre Chassanne, femme de théâtre amoureuse de cinéma, rend hommage au 7e art. À sa manière. En mettant en scène "Nos films" sur un plateau de théâtre quasi vide. Le spectateur est face à un acteur seul sur le plateau éclairé chichement. Un micro et, au lointain, quelques légendes filmiques peu visibles.

Il n'y a pas de ces images animées en contrepoint du jeu. De celles qui fascinent et dispersent l'attention. Ce qui est rare de nos jours… L'acteur se trouve dans la situation commune du spectateur qui, à la sortie de la séance de cinéma, conserve la vivacité de son émotion, son plaisir. Comme un trop-plein de sensations à transmettre.

Sur scène, l'acteur se trouve au point focal, au point neutre, face au public, mis en position de raconter. Sommé en quelque sorte de raconter. La représentation proposée par Cendre Chassanne est celle de la prise de parole. Après coup, après la représentation. Comme si celle-ci devait être réitérée pour mieux exister. Des fragments, des bribes, comme extraites de la projection.

Le projet de Cendre Chassanne prévoit neuf films portés par neuf comédiens en trois trilogies successives qui seront achevées en 2020. La première porte sur la "nouvelle vague" - François Truffaut, Jacques Doillon, Agnès Varda. Trois monologues distincts. Trois témoignages. Trois comédiens différents. Trois pépites théâtrales.

Jean Grapin
21/07/2020