La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"L'Attentat"… Comprendre, pénétrer l'indicible et intime intériorité de l'être aimé

"L'Attentat", Théâtre Jean Vilar, Vitry-sur-Seine

Au-delà de l'acte innommable, comprendre pourquoi… Pourquoi l'être cher, adoré, élément indissociable de notre vie, a donné la mort… aux autres et à elle-même. Au-delà même du fait religieux extrémiste.



© Hubert Amiel.
© Hubert Amiel.
Adaptant le roman de l'écrivain algérien Yasmina Khadra, Vincent Hennebicq emmène le spectateur dans un voyage, entre fiction et réalité, questionnant la cause palestinienne avec une crudité documentaire et cinématographique, atténué, en petites touches légères, par un onirisme musical délicat, un chant d'une grande élégance (sublime Julie Calbete) et une narration qui délivre et redonne une belle musicalité - légitimité circonstanciée - à la langue arabe.

Dans "L'attentat", Yasmina Khadra nous conte l'histoire bouleversante d'Amine, chirurgien arabe naturalisé Israélien, qui opère sans relâche les victimes survivantes d'un attentat-suicide opéré par une femme dans un restaurant de Tel Aviv. La nuit suivante, on fait appel à lui pour examiner le corps déchiqueté de la kamikaze et il découvre avec horreur qu'il s'agit de Sihem, sa femme tendrement aimée.

La stupeur passée, celui-ci, sans haine et sans désir de vengeance, décide alors de découvrir les raisons, les chemins qui mènent à cet acte extrême, à l'adhésion à ce combat djihadiste désespéré bâti sur la haine et le sang. "Je veux juste comprendre comment la femme de ma vie m'a exclu de la sienne, comment celle que j'aimais comme un fou a été plus sensible au prêche des autres plutôt qu'à mes poèmes".

© Hubert Amiel.
© Hubert Amiel.
Si le roman initial fait 240 pages, l'adaptation effectuée n'en garde qu'une épure d'une douzaine de pages allant à l'essentiel de l'émotionnel, exacerbant à la fois la violence insupportable de l'événement et l'étonnante et puissante volonté de saisir l'incompréhensible d'Amine. Vincent Hennebicq conçoit cette ligne narrative courte, tout en tension, pour mieux l'associer à des apports sensoriels venant de la musique/chant et d'images cinématographiques fortes.

Ces dernières ont été filmées lors d'un voyage bien réel que l'équipe du spectacle a effectué entre Tel Aviv, Jérusalem, Bethléem et Jenine. En appui documentaire du monologue porté par Atta Nasser - à l'interprétation puissante, intense, incarnant un Amine plus vrai que nature -, le film réalisé vient, en second personnage, interpeller les interrogations du médecin et apporter les témoignages et les paroles dédiées de ces Palestiniens d'aujourd'hui vivant au cœur même d'un conflit qui dure encore et toujours, comme une agonie vouée à l'éternité.

© Hubert Amiel.
© Hubert Amiel.
Subtil contrepoint, la musique originale de Fabian Fiorini ajoute relief et densité aux différentes émotions, apportant des aspérités romanesques à l'histoire contée. En formation de cercle orchestral, les quatre musiciens habitent de leur musicalité le plateau, accompagnés de la voix harmonieuse et délicate de la chanteuse Julie Calbete.

Ici pas d'apitoiement, seule la recherche (de réponses) domine. L'absence de prise de position sur le conflit israélo-palestinien, tant de l'auteur que du metteur en scène, conduise à un travail à rebours, comme une enquête sur les origines du mal. La proposition de Vincent Hennebicq, mêlant ses trois passions que sont le cinéma, la musique et le théâtre, pose crûment la question : "comment réagir face à un événement qui nous dépasse ?". Saurons-nous un jour, de manière apaisée, y répondre ?

Création vue au Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

"L'Attentat"

© Hubert Amiel.
© Hubert Amiel.
Spectacle en arabe, français et hébreu surtitré.
D'après "L'Attentat" de Yasmina Khadra (Éditions Julliard).
Texte et mise en scène : Vincent Hennebicq.
Assistant à la mise en scène : Maxime Glaude.
Stagiaire assistante à la mise en scène : Lorena Spindler.
Composition musicale : Fabian Fiorini.
Réalisation et montage du film : Jean-François Ravagnan.
Image : Christophe Rolin.
Scénographie et lumière : Giacinto Caponio & Fabrice Murgia.
Création costumes : Émilie Jonet.
Régie générale : Romain Gueudré.
Interprétation : Atta Nasser.
Chanteuse : Julie Calbete.
Musiciens : Fabian Fiorini (piano), Laurent Blondiau (trompette), Marine Horbaczewski (violoncelle), Célestin Massot (percussions).
Traduction texte : Awni Daibes, Inbal Yomtovian, Eli Cohen.
Traduction vidéo : Patrick Tass, Daphné Seale.
Voix-off : Inbal Yomtovian, Kaat Arnaert.
Coach langues : Naël Daibes.
Régie et création sonore : Benoit Pelé.
Régisseur lumière : Jody De Neef.
Stagiaire lumière : Virgile Morel De Westgaver.
Régisseur vidéo : Matthieu Bourdon.
Régisseur plateau : Christophe Blacha.
Un remerciement particulier aux personnes rencontrées sur la route, ayant participé au tournage et accepté de témoigner pour le spectacle.
Durée : 1 h 20.
Création Studio Théâtre National Wallonie-Bruxelles.

Jeudi 22 et vendredi 23 novembre 2018 à 20 h.
Théâtre Jean-Vilar, Vitry sur Seine (94), 01 55 53 10 60.
>> theatrejeanvilar.com

5 avril 2019 : Théâtre de Châtillon, Châtillon (92).

© Hubert Amiel.
© Hubert Amiel.

Gil Chauveau
Mercredi 21 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", Tournée 2018/2019

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
20/09/2018
Spectacle à la Une

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie

"De Pékin à Lampedusa", Théâtre Essaïon, Paris

Elle est frêle comme une adolescente, longiligne, belle. Elle surgit dans la salle voûtée de l'Essaïon transformée pour un court moment, par la magie de la vidéo, en horizon marin où resplendit un soleil sur le point de se coucher. Elle porte un bandeau d'athlétisme sur le front, des baskets et un jogging noir.

De la tragédie honteuse des migrants, Gilbert Ponté extrait le rayonnement lumineux de la vie
Elle s'appelle Malyka R.Johany et elle va interpréter et raconter la vie de Samia Yuzuf Omar, un personnage réel qui a existé il y a quelques années, dont l'existence est passée du plus haut des rêves au plus noir des cauchemars.

Une vie pourtant si courte. Samia est née en Somalie en 1991 - pays en guerres constantes, pays en proie aux bandes intégristes - dans une famille nombreuse dont le père meurt assassiné. Samia, à seize ans, doit s'occuper de ses cinq frères et sœurs, mais elle a une passion, la course à pied. Elle court. Elle défie le temps. Si bien, si fort, qu'en 2008 elle est à Pékin avec l'équipe olympique de Somalie et court le demi-fond avec les plus grandes, ses idoles, dans la plus illustre compétition du monde, elle n'a que dix-sept ans. Quatre ans plus tard, les Jeux sont organisés à Londres. Mais elle n'y participera pas.

La pièce, écrite et mise en scène par Gilbert Ponté, raconte cette période entre la gloire naissante d'une vive jeunesse et une noyade en mer au large des côtes italiennes avec d'autres migrants. Il raconte un gâchis. Une injustice sans nom. Une tristesse à pleurer. Mais pour cela, il prend le parti de s'intéresser à la lumière, la confiance, la force, la volonté et la passion qui ont animé cette jeune femme, qui l'ont poussée, malgré les obstacles, à croire encore en ses chances de participer aux Jeux de Londres, et tenter de rejoindre l'Europe en clandestin, une soif de vivre à tout prix !

Bruno Fougniès
05/11/2018
Sortie à la Une

"Crocodiles"… Comme l'histoire d'un d'Ulysse, épuisé, recueilli par Nausicaa

"Crocodiles", Maison des Métallos, Paris

C'était, il y a, une fois. Un petit garçon qui aimait les étoiles et les arbres fruitiers. Enaiat est son nom. Sa mère, parce qu'elle l'aimait, l'a confié au destin, en l'abandonnant au-delà de la frontière alors qu'il approchait de ses dix ans.

C'est qu'à dix ans, là-bas en Afghanistan, on devient un homme et qu'un homme, quand il est hazāra, quand il appartient à une ethnie persécutée, ne va pas à l'école. Il est esclave. Pendant cinq ans, peut-être, il va avancer vers l'Ouest, de nuit. Se cachant, travaillant le jour, amassant un pécule, des rencontres et des chances.

Afghanistan, Pakistan, Iran, Turquie, Grèce, jusqu'à cette Italie joyeuse et merveilleuse qui l'accueille et recueille son récit.

Cendre Chassane dans "Crocodiles" condense le récit du véritable Enaiat (publié en 2011 chez Liana Levi), et en fait un conte à deux voix dans lequel un écrivain journaliste plein d'empathie interviewe le réfugié.

Sa pièce est un concentré de théâtre. Sa simplicité narrative, l'économie de ses accessoires (un bout de ficelle, un cerf-volant, un ballon, un t-shirt, un livre illustré, un gâteau, un lé de tissu métallisé, des images d'infini de sable ou de ciel) suffisent à capter l'imaginaire et rendent l'histoire lisible et sensible.

Jean Grapin
23/04/2018