La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Vipère au poing"… Une partie d'échecs guerrière où s'affrontent d'archaïques relations familiales

"Vipère au poing", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Œuvre quasi autobiographique, "Vipère au poing" d'Hervé Bazin est adaptée pour la première fois au théâtre dans une mise en scène de Victoria Ribeiro. Récit au vitriol d'une relation en forme de guérilla permanente entre une mère détestable et ses enfants rebelles, sa transcription en un seul en scène tient notamment par l'étonnante performance d'Aurélien Houver.



© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
Relatant l'adolescence à peine transposée de l'auteur, dans les années trente, dans la région de Segré au nord d'Angers, "Vipère au poing" est un violent réquisitoire contre une mère cruelle et insensible, contre une relation autoritaire, sans affection, entre parents et enfants. Cette marâtre qu'il hait, et qui le lui rend bien, surnommée "Folcoche" (association de "folle" et de "cochonne"), initie dès le début une partie d'échecs guerrière qui ne s'éteindra que par le départ de Jean dit Brasse-Bouillon. Pour Hervé Bazin, ce sera l'année de ses vingt ans. Il rompt alors avec sa famille et part étudier à la faculté de lettres de la Sorbonne.

L'écriture de Bazin, vive et nerveuse, use autant de propos mordants et acides que de saillies empreintes d'humour noir ; et son roman, fustigeant la bien-pensance, les conventions sociales/familiales et les excès de la bourgeoisie d'hier, se retrouve à l'actualité de ces maux toujours présents aujourd'hui, même s'ils revêtent des formes différentes.

© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
C'est ici la première adaptation pour le plateau, en un seul en scène audacieux où tous les protagonistes se retrouvent dans la voix d'un seul comédien, Aurélien Houver, suivant en cela la structure narrative du roman qui n'est pas seulement le récit de l'enfance de Brasse-Bouillon et de ses frères, mais aussi celle du narrateur lui-même qui, devenu adulte, raconte avec distanciation cette enfance.

Avec une franchise déconcertante, sans retenue, l'auteur revient sur les événements avec une distance où pointent une dérision caustique, voire corrosive, sans bienveillance aucune pour tous les membres de sa famille, le précepteur, ou lui-même. Ainsi, seul, pour en interpréter toutes les âpres facettes, Aurélien Houver alterne entre un jeu immersif, dense, où il incarne tous les personnages, et une adresse directe au public.

On sent alors une vraie fougue interprétée, exprimée, comme celle, forte et exacerbée, qui serait l'expression d'une guerre civile… ou comme si on assistait à la mise en place d'une guerre de tranchées dont les deux parties seraient composées principalement de Folcoche et Brasse-Bouillon… Où chacun va peu à peu fortifier, renforcer ses positions, construites ou plutôt creusées grâce à une solide et farouche haine.

De bout en bout, Aurélien Houver tient le rythme, habitant les principaux acteurs du roman, avec adresse et subtilité, sachant générer de brefs rires ou sourires, aux moments appropriés, opportuns. Usant de beaucoup d'énergie pour exprimer la vivacité contenue dans le livre, dans les échanges entre Folcoche et Brasse-Bouillon, employant des ruptures de rythmes, de courts silences et une étonnante palette de tonalités, de variations vocales, lui permettant de jouer aussi bien le père que les frères… lorsque leur présence est requise par l'histoire.

© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
La mise en scène de Victoria Ribeiro agence l'ensemble avec intelligence, sans effets superflus. Elle crée opportunément, et avec habileté, les déplacements et les espaces dédiés (chambre, parc, forêt, pièces de la maison) suggérés, nécessaires à la narration et correspondant aux univers décrits dans le livre d'Hervé Bazin. Pour exemple, l'arrivée par l'allée centrale (suggestion de l'allée du parc) de Brasse-Bouillon, qui attrape, tue la vipère puis joue avec.

Tout est imaginé, seul un arbre, suffisamment grand et imposant pour pouvoir y grimper, lieu de refuge, poste d'observation, totem. Tout tient grâce à l'incroyable présence scénique du comédien et à son incroyable capacité à captiver l'attention de son auditoire.

Il s'agit d'une réelle performance, osée mais réussie, portant à la scène un texte très littéraire… et difficile, mais au final emportant allègrement l'adhésion du public.

"Vipère au poing"

© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
Texte : Hervé Bazin.
Mise en scène : Victoria Ribeiro.
Avec : Aurélien Houver.
Costumes : Corinne Rossi.
Décors : Fabrice Cany.
Lumière : Idalio Guerreiro.
Par la Compagnie du Taxaudier.
Durée : 1 h 15.

Du 12 septembre 2018 au 13 janvier 2019
Du mercredi au samedi à 19 h, dimanche à 15 h.
Théâtre Le Ranelagh, Paris 16e, 01 42 88 64 44.
>> theatre-ranelagh.com

Gil Chauveau
Mardi 6 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019