La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

"Vipère au poing"… Une partie d'échecs guerrière où s'affrontent d'archaïques relations familiales

"Vipère au poing", Théâtre Le Ranelagh, Paris

Œuvre quasi autobiographique, "Vipère au poing" d'Hervé Bazin est adaptée pour la première fois au théâtre dans une mise en scène de Victoria Ribeiro. Récit au vitriol d'une relation en forme de guérilla permanente entre une mère détestable et ses enfants rebelles, sa transcription en un seul en scène tient notamment par l'étonnante performance d'Aurélien Houver.



© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
Relatant l'adolescence à peine transposée de l'auteur, dans les années trente, dans la région de Segré au nord d'Angers, "Vipère au poing" est un violent réquisitoire contre une mère cruelle et insensible, contre une relation autoritaire, sans affection, entre parents et enfants. Cette marâtre qu'il hait, et qui le lui rend bien, surnommée "Folcoche" (association de "folle" et de "cochonne"), initie dès le début une partie d'échecs guerrière qui ne s'éteindra que par le départ de Jean dit Brasse-Bouillon. Pour Hervé Bazin, ce sera l'année de ses vingt ans. Il rompt alors avec sa famille et part étudier à la faculté de lettres de la Sorbonne.

L'écriture de Bazin, vive et nerveuse, use autant de propos mordants et acides que de saillies empreintes d'humour noir ; et son roman, fustigeant la bien-pensance, les conventions sociales/familiales et les excès de la bourgeoisie d'hier, se retrouve à l'actualité de ces maux toujours présents aujourd'hui, même s'ils revêtent des formes différentes.

© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
C'est ici la première adaptation pour le plateau, en un seul en scène audacieux où tous les protagonistes se retrouvent dans la voix d'un seul comédien, Aurélien Houver, suivant en cela la structure narrative du roman qui n'est pas seulement le récit de l'enfance de Brasse-Bouillon et de ses frères, mais aussi celle du narrateur lui-même qui, devenu adulte, raconte avec distanciation cette enfance.

Avec une franchise déconcertante, sans retenue, l'auteur revient sur les événements avec une distance où pointent une dérision caustique, voire corrosive, sans bienveillance aucune pour tous les membres de sa famille, le précepteur, ou lui-même. Ainsi, seul, pour en interpréter toutes les âpres facettes, Aurélien Houver alterne entre un jeu immersif, dense, où il incarne tous les personnages, et une adresse directe au public.

On sent alors une vraie fougue interprétée, exprimée, comme celle, forte et exacerbée, qui serait l'expression d'une guerre civile… ou comme si on assistait à la mise en place d'une guerre de tranchées dont les deux parties seraient composées principalement de Folcoche et Brasse-Bouillon… Où chacun va peu à peu fortifier, renforcer ses positions, construites ou plutôt creusées grâce à une solide et farouche haine.

De bout en bout, Aurélien Houver tient le rythme, habitant les principaux acteurs du roman, avec adresse et subtilité, sachant générer de brefs rires ou sourires, aux moments appropriés, opportuns. Usant de beaucoup d'énergie pour exprimer la vivacité contenue dans le livre, dans les échanges entre Folcoche et Brasse-Bouillon, employant des ruptures de rythmes, de courts silences et une étonnante palette de tonalités, de variations vocales, lui permettant de jouer aussi bien le père que les frères… lorsque leur présence est requise par l'histoire.

© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
La mise en scène de Victoria Ribeiro agence l'ensemble avec intelligence, sans effets superflus. Elle crée opportunément, et avec habileté, les déplacements et les espaces dédiés (chambre, parc, forêt, pièces de la maison) suggérés, nécessaires à la narration et correspondant aux univers décrits dans le livre d'Hervé Bazin. Pour exemple, l'arrivée par l'allée centrale (suggestion de l'allée du parc) de Brasse-Bouillon, qui attrape, tue la vipère puis joue avec.

Tout est imaginé, seul un arbre, suffisamment grand et imposant pour pouvoir y grimper, lieu de refuge, poste d'observation, totem. Tout tient grâce à l'incroyable présence scénique du comédien et à son incroyable capacité à captiver l'attention de son auditoire.

Il s'agit d'une réelle performance, osée mais réussie, portant à la scène un texte très littéraire… et difficile, mais au final emportant allègrement l'adhésion du public.

"Vipère au poing"

© Ben Dumas.
© Ben Dumas.
Texte : Hervé Bazin.
Mise en scène : Victoria Ribeiro.
Avec : Aurélien Houver.
Costumes : Corinne Rossi.
Décors : Fabrice Cany.
Lumière : Idalio Guerreiro.
Par la Compagnie du Taxaudier.
Durée : 1 h 15.

Du 12 septembre 2018 au 13 janvier 2019
Du mercredi au samedi à 19 h, dimanche à 15 h.
Théâtre Le Ranelagh, Paris 16e, 01 42 88 64 44.
>> theatre-ranelagh.com

Gil Chauveau
Mardi 6 Novembre 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019