Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
Paroles & Musique

Barcella : Entre chansons intimistes mélodiques et titres slamés poétiques - 21/11/2015

Barcella joue à 20 h 30 ce vendredi 13 novembre 2015 à Saint-Lô, dans la Manche, dans le cadre du festival "Les Rendez-Vous Soniques". C'est sous de vifs sourires que le public ressort de la salle arborant un bonheur partagé suite à la très réussie prestation de l'artiste. Cette bouffée d'humanité, de plaisir musical et partage culturel, hélas, ne sera que de courte durée. À peine sortis dans le...  

Le Toulouse Con Tour : Art Mengo, Magyd Cherfi et Yvan Cujious… L’histoire d’un trio improbable ! - 30/10/2015

Pour monter ce répertoire, les trois chanteurs Toulousains ont mis en place une trame et sélectionné en priorité des artistes avant les titres. Parmi ces artistes repris : Carlos Gardel, Francis Cabrel, Pierre Perret, Nino Ferrer, Pierre Vassiliu, Les Fabulous trobadors, sans oublier Claude Nougaro et bien d’autres… L’idée initiale était également qu’ils soient accompagnés uniquement par...  

Détour scénique avec la pétillante Billie, fille de Peter Pan ! - 26/10/2015

La chanteuse Billie fait partie du noyau musical Lyonnais. Son premier album "Le Baiser", sorti en 2014, suivi d’une tournée, l’a installée directement sur la nouvelle scène française. Elle est rapidement repérée suite à son passage au Chantier des Francofolies de La Rochelle ainsi qu’aux Transmusicales de Rennes. Mélodique est sans doute le terme qui qualifie le mieux la chanteuse, tant...  

La Souris Noire... Présentation de leur nouvelle création à la Fête de l'Huma - 06/09/2015

C'est à Morlaix dans le Finistère que La Souris Noire voit le jour en 1997. Créée par Marie (chanteuse) et Éric (pianiste) Pellerin, amoureux de la chanson d'auteur, ils se consacrent tout d'abord à l'interprétation des textes de Ferrat, Barbara, Ferré, Nougaro, Leprest... et de toutes les grandes chansons réalistes. Aujourd'hui ce sont leurs propres créations qui sont à l'honneur.... Et ils...  

Anne Baquet déclare : "Non, je ne veux pas chanter"… Heureusement… ce n'est pas vrai ! - 03/08/2015

Oui, elle chante, Anne Baquet, et plutôt deux fois qu'une. Elle est accompagnée au piano et à l'accordéon par Grégoire Baumberger. Mêlant (un peu) de danse à beaucoup d'humour, soutenu par un jeu théâtral bien calibré, le spectacle nous fait découvrir des créations composées par de grands noms de la chanson française. Il y a des commandements qui devraient être inscrits sur le fronton de certains...  

Quand le Quatuor Megamix prêche pour le retour du grand Saint Thétiseur... - 01/08/2015

Un ordre des synthétisins est apparu et prêche la bonne parole à travers des chants liturgiques "New Age", des Cantiques électroniques, des psaumes à modulation de fréquence ou encore des prières analogiques. Phil Collins, Eurythmics, Jean-Michel Jarre, Jean-Jacques Goldman... voici quelques-uns des prophètes compositeurs qui rythment cette burlesque cérémonie religieuse concoctée par quatre...  

Tonycello : Bio-Portrait d'un violoncelliste rebelle… - 02/06/2015

À son actif, quelque trois cents représentations données de son spectacle intitulé "Chansons pauvres… à rimes riches". Le ton est donné, nous allons rire ! Mais pas seulement… Né à Lille, c'est à Roubaix, à l'âge de sept ans, qu'Antoine Payen dit Tonycello débute le violoncelle et réalise un parcours scolaire plutôt valorisant. Son bac scientifique en poche, il commence une prépa HEC, puis entre...  

Celtic Legends... Tap dance et musique irlandaise pour la Saint-Patrick ! - 14/03/2015

En Irlande, il y a bien sûr les pubs, l'Irish whiskey Connemara Distiller’s Edition (sans doute l'un des meilleurs), les landes sauvages, l'océan et les falaises abruptes, les mémorables fêtes de la Saint-Patrick... mais aussi et surtout la "tap dance" associée à l'entrainante musique celtique. Créé en 2002, "Celtic Legends" en est l'un des spectacles les plus réussis représentant cette culture...  

Yanowski "La Passe Interdite" : une ode moderne rare et précieuse... Tango ! - 18/02/2014

Le phénomène est connu. À Buenos Aires comme ailleurs. Les ports reçoivent les récits du monde, les voyages fantastiques, les chimères, leurs métamorphoses. Yanowski fin lecteur des écritures de Poe à Gogol, de Conrad à Jack London, personnage fantastique lui-même conduit, en fier marin de l’imaginaire, son propre récit, étonnant, faustien porté par les réminiscences musicales des Carpates de...  

Victoria Rummler et Nico Morelli : Rencontre virtuose sur une partition piano voix jazzy ! - 15/11/2013

Avant d'entamer une tournée en France ce mois-ci, la chanteuse américaine Victoria Rummler se produisait début octobre - en compagnie du pianiste compositeur italien Nico Morelli - au jazz-club d'Auxerre. L'association d'une voix chaude, lumineuse, pleine d'émotion et d'un jeu pianistique ludique, sensible, virtuose mais infiniment simple. Ce concert a été l'occasion de découvrir en terre...  
1 2 3 4 5 » ... 6

Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Ma B.O. en couleurs" Silvano Jo… J'ai la mémoire qui chante…

"Et si pour toi, là bas c'est l'paradis Dis-toi qu'dans leur p'tite tête l'paradis C'est ici hum! C'est ici" Jean-Louis Aubert.
Le paradis c'est, un dimanche, rejoindre quelques amis.

© Laurence Guenoun.
Le paradis, c'est passer quelques instants, masqués, oui ! (Monsieur le président !) À échanger des mots avec quelques invités triés sur le volet. Non pas par prétention, mais par précaution puisque le virus circule et qu'il est, paraît-il, plus virulent, en petit comité.
Le paradis c'est, un dimanche pluvieux, se retrouver pour soutenir un artiste talentueux qui, l'espace d'un instant, transforme son loft en café-théâtre pour partager un spectacle bien vivant.

L'artiste s'appelle Sylvain mais son nom de scène est "Silvano". Et il nous offre, sur une heure, un show truffé de bons mots, de chansons d'aujourd'hui et d'avant, puis de costumes délirants.

Quel plaisir d'assister, presque clandestinement, au bonheur d'un comédien désireux de jouer, de se montrer, et de partager ; le tout accompagné par un musicien charmant et classieux.

Le paradis, pour lui, pour les deux, serait de se retrouver dans un théâtre. Vous savez, le théâtre, ce lieu où des individus de tous les horizons, le soir ou la matinée venus, se rejoignent pour entendre, écouter, savourer des textes d'auteurs, morts ou vivants ? Ces lieux dont on ne sait peu de choses en ce moment, excepté les grands… et encore… on se demande parfois qui ils intéressent vraiment ?

Isabelle Lauriou
05/02/2021
Spectacle à la Une

"Hamlet", encore et toujours dans une "mise en je" de Gérard Watkins

L'ombre fantomatique du vieux Roi légendaire n'est pas prête à laisser en paix les générations qui se suivent, tant les interrogations posées par William Shakespeare sont d'une historicité atemporelle. Désirs de pouvoir et de sexe intimement reliés l'un à l'autre pour les rendre consanguins, trahison et fidélité à un moi idéal déposé en soi par les vœux des pères, guerres des sexes et guerres intestines ou intracommunautaires se recouvrant à l'envi, ce magma incandescent parle en nous comme une matière en fusion à jamais constitutive de l'humain.

© Alexandre Pupkins.
L'auteur et metteur en scène d'"Ysteria", présentée naguère sur ce même plateau du TnBA, s'attaque avec une frénésie palpable à ce monument de littérature. Après avoir minutieusement traduit le texte original pour, tout en en préservant l'authenticité, y injecter dans les plis du discours ses propres motifs, Gérard Watkins propose trois heures et plus d'effervescence permanente. Endossant lui-même le rôle du fratricide et régicide Claudius, il donne le tempo de sa scansion décalée présidant à sa manière si particulière de faire "entendre" le vers shakespearien retraduit.

Collant sinon à la lettre du moins à l'esprit de son illustre prédécesseur, il s'affranchit de la loi des genres pour proposer indistinctement à des femmes les rôles d'hommes et vice-versa. Ainsi le rôle-titre est-il confié non sans un certain bonheur à la tragédienne née qu'est Anne Alvaro, usant avec subtilité des gammes de sa sensibilité à fleur de peau, à la fois hardie et fragile, pour réifier les affres vengeresses du jeune Hamlet. À ceci près cependant que la grande différence d'âge qui la sépare de son personnage peut rendre moins crédible le statut d'Hamlet dont le jeune âge n'est pas étranger à sa problématique au lien paternel et maternel.

Yves Kafka
15/01/2021
Sortie à la Une

J'ai peur de ne pas renouveler mes droits… Eux en ont la certitude

Je suis intermittente du spectacle. Ce n'est pas mon métier, mon métier, c'est comédienne. Intermittente, c'est juste mon régime d'indemnisation du chômage. C'est aussi une pratique d'emploi : je travaille à la mission, souvent avec des contrats très courts, pour différents employeurs. D'où un régime d'indemnisation adapté.

© DR.
J'exerce bien évidemment au théâtre, parfois au cinéma, à la TV ou pour la pub, souvent dans l'événementiel. Je travaille aussi régulièrement dans un lieu culturel important qui n'est pas un lieu de spectacle. Pas mal de mes collègues artistes travaillent aussi dans les parcs d'attractions et de loisir.

Pourquoi ce constat ? Parce que quel que soit le secteur où j'exerce, je travaille régulièrement avec des collègues "extras" de la restauration et de l'événementiel, des professionnels du "catering", des agents d'accueil, de sécurité, et des salariés du tourisme, embauchés à la mission, en CDDU, exactement comme moi. Comme pour moi, leurs secteurs d'activité sont à l'arrêt total. Or, eux, n'ont pas de régime spécifique. Ou plutôt, n'en ont plus (1).

Avec la crise que nous vivons, j'ai bénéficié d'une mesure de maintien de mes droits. Elle est ce qu'elle est, elle est imparfaite, mais l'"année blanche" me garde la tête hors de l'eau jusqu'en août 2021.

Eux, comptent les jours sans travail, pas simplement pour "refaire leurs heures", mais parce que chaque jour qui passe est un capital (2) qui s'effrite - quand ils n'ont pas déjà eu la malchance de perdre leurs indemnités avant la crise, suite à la réforme monstrueuse de 2019 (3). Leur indemnité chômage s'épuise sans se recharger depuis 10 mois. Pour beaucoup d'entre eux, c'est déjà le RSA.

Rébecca Dereims, Comédienne
19/02/2021