La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Populaire… Comme une histoire d'amour !

"Comme une chanson populaire", en tournée 2018/2019

Chansonnettes, ritournelles… pour une amourette qui passait par là… de mots en rimes, de rythmes en refrains, sur une trame aux élans existentiels, des fragments, des petits bouts de chansons populaires construisent, avec un bonheur mélancolique, l'histoire de deux êtres qui passent d'une morne solitude dépressive aux explosives, joyeuses étreintes amoureuses. Un conte de fées… comme une comédie musicale !



© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
On a tous dans le cœur… une rengaine oubliée, une mélodie, souvenir de vacances à Saint-Malo, des paroles de romances, de bluettes qui collent encore au cœur et au corps. Ces mots, ces musiques qui nous rappellent tous des fredaines de jeunesse, amoureuses…

C'est cette matière brute et populaire, inscrite dans notre imaginaire collectif, qui façonne ici la narration et donc l'objet théâtral en création. Au départ, une histoire d'isolement, mal d'un siècle aux fulgurances technologiques cloisonnantes, d'une femme et d'un homme qui iront de cet "abandon à soi" à celui de "l'abandon à deux" aux vertus amoureuses et sensuelles, grâce notamment à l'intervention facétieuse d'un musicien malin qui tisse, sur la base d'un répertoire connu, la toile colorée des rencontres à venir et des - toujours renouvelées - naissances d'amour.

Aline et Henri, deux vies, deux solitudes, comptent les jours d'un temps, d'un monde sans avenir. "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir". Tentative de suicide. Dans la nuit, seule une mélodie au piano accompagne les errements du désespoir. Puis viennent les gestes du quotidien répétitifs, pour l'un comme l'autre, banalité à la tendance routinière, Coucher, sommeil, réveil, gym, boulot, rythmique syncopée journalière.

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Dans cet univers sans relation à l'autre, aux autres, les jours passent, mécaniques, itératifs, avec pour seule compagne la solitude… "Et elle me suit, pas à pas. Elle m'attend devant ma porte. Elle est revenue, elle est là, La solitude, la solitude…" Puis vient un dimanche comme un autre, désespérant, "Donnez-moi de l'oxygène"… Dimanche, jour de pendaison. Petit à petit, chacun sombre dans les tréfonds du désespoir. Lui veut se tuer avec un fusil et se rate, mais la balle traverse et fait un trou dans le mur séparateur (de leurs appartements).

"Ça va ? Comme ci comme ça"… Début d'une rencontre à travers le mur percé. Joie inattendue, imprévue, inenvisageable… disent leur surprise, épellent des mots comme des enfants apprenant à lire, à vivre. Y'a de la beauté dans ce désespoir qui s'éteint, prenant des couleurs aux notes légèrement acidulées, sucrées, bientôt doucement miellées.

Puis la montée en puissance, l'excitation. Le musicien (Frédéric Fresson) se lève, entre sur le plateau, intervient, chante, mettant ainsi en démonstration la chose théâtrale qui se vit, se crée sous nos yeux. Le public réagit avec empathie, heureux de ce commencement de liaison pré-amoureuse, de ce départ en amour. "Quand notre cœur fait boum-boum"… "Love me, please love me. Je suis fou de vous… " Et un joli conte se crée sur nos ultra modernes solitudes. "L'amour est là. Et Ça s'passe partout dans l'monde chaque seconde".

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Issu d'un travail collectif de plateau, mise en scène par Bertrand Sinapi avec finesse et habilité, faisant preuve de beaucoup d'inventivité dans sa direction d'acteur, réussite complétée par la réalisation d'un décor bourré d'astuces et de trouvailles, "Comme une chanson populaire" se révèle être une comédie musicale intelligente, extrêmement sensible et empreinte d'un humanisme réconfortant - sans sombrer dans la noirceur de nos actuelles dérives solitaires urbaines -, agrémentée d'une frise de notes humoristiques nécessaire pour savourer la gourmandise et parfois la légèreté des situations.

Au final, une troupe comblée et heureuse vient saluer le public après l'avoir interpellé dans une forme de faux débat sur l'utilité de l'happy end et du mot fin, puis sollicite, dans une fougue chantante tout en surprise et joyeuseté, le spectateur qui, ravi, pousse sans réticence la chansonnette et se dit que chaparder au vol un petit moment de bonheur, c'est toujours ça de pris et que les contes de fées sont fait pour ça !
Et puis... Quand l'amour est dit... Avons-nous vraiment envie de savoir la suite ?

Vu à la création le 12 janvier 2018 à l'Opéra-Théâtre de Metz-Métropole.

"Comme une chanson populaire"

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Théâtre musical, à partir de 12 ans.
Écriture et dramaturgie : Amandine Truffy, Fréderic Frésson, Valéry Plancke, Bertrand Sinapi.
Mise en scène : Bertrand Sinapi.
Jeu et chant : Amandine Truffy et Valéry Plancke.
Musique et chant : Frédéric Fresson.
Manipulation plateau et percussions : Matthieu Pellerin.
Scénographie : Goury.
Création lumière : Clément Bonnin.
Création son : Olivier Gascoin :
Régie son : Nathalie Jacquemin.
Costumes : Création de l'atelier de l'Opéra-Théâtre Metz-Métropole.
Collaboration dramaturgie : Emmanuel Breton.
Production, administration : Inès Kaffel et Alexandre Vitale.
Une production de la compagnie Pardès rimonim,
Durée : 1 h 25.

Tournée

© Jean-Marie Dandoy.
© Jean-Marie Dandoy.
Du 18 au 20 janvier 2018 : Centre culturel André Malraux, Vandœuvre-lès-Nancy (54).
Du 26 au 28 janvier 2018 : Théâtre Ici&Là, La Menuiserie, Mancieulles, Val de Briey (54).
2 février 2018 : Kinneksbond - Centre culturel, Mamer (Luxembourg).

Gil Chauveau
Vendredi 26 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022