La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Populaire… Comme une histoire d'amour !

"Comme une chanson populaire", en tournée 2018/2019

Chansonnettes, ritournelles… pour une amourette qui passait par là… de mots en rimes, de rythmes en refrains, sur une trame aux élans existentiels, des fragments, des petits bouts de chansons populaires construisent, avec un bonheur mélancolique, l'histoire de deux êtres qui passent d'une morne solitude dépressive aux explosives, joyeuses étreintes amoureuses. Un conte de fées… comme une comédie musicale !



© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
On a tous dans le cœur… une rengaine oubliée, une mélodie, souvenir de vacances à Saint-Malo, des paroles de romances, de bluettes qui collent encore au cœur et au corps. Ces mots, ces musiques qui nous rappellent tous des fredaines de jeunesse, amoureuses…

C'est cette matière brute et populaire, inscrite dans notre imaginaire collectif, qui façonne ici la narration et donc l'objet théâtral en création. Au départ, une histoire d'isolement, mal d'un siècle aux fulgurances technologiques cloisonnantes, d'une femme et d'un homme qui iront de cet "abandon à soi" à celui de "l'abandon à deux" aux vertus amoureuses et sensuelles, grâce notamment à l'intervention facétieuse d'un musicien malin qui tisse, sur la base d'un répertoire connu, la toile colorée des rencontres à venir et des - toujours renouvelées - naissances d'amour.

Aline et Henri, deux vies, deux solitudes, comptent les jours d'un temps, d'un monde sans avenir. "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir". Tentative de suicide. Dans la nuit, seule une mélodie au piano accompagne les errements du désespoir. Puis viennent les gestes du quotidien répétitifs, pour l'un comme l'autre, banalité à la tendance routinière, Coucher, sommeil, réveil, gym, boulot, rythmique syncopée journalière.

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Dans cet univers sans relation à l'autre, aux autres, les jours passent, mécaniques, itératifs, avec pour seule compagne la solitude… "Et elle me suit, pas à pas. Elle m'attend devant ma porte. Elle est revenue, elle est là, La solitude, la solitude…" Puis vient un dimanche comme un autre, désespérant, "Donnez-moi de l'oxygène"… Dimanche, jour de pendaison. Petit à petit, chacun sombre dans les tréfonds du désespoir. Lui veut se tuer avec un fusil et se rate, mais la balle traverse et fait un trou dans le mur séparateur (de leurs appartements).

"Ça va ? Comme ci comme ça"… Début d'une rencontre à travers le mur percé. Joie inattendue, imprévue, inenvisageable… disent leur surprise, épellent des mots comme des enfants apprenant à lire, à vivre. Y'a de la beauté dans ce désespoir qui s'éteint, prenant des couleurs aux notes légèrement acidulées, sucrées, bientôt doucement miellées.

Puis la montée en puissance, l'excitation. Le musicien (Frédéric Fresson) se lève, entre sur le plateau, intervient, chante, mettant ainsi en démonstration la chose théâtrale qui se vit, se crée sous nos yeux. Le public réagit avec empathie, heureux de ce commencement de liaison pré-amoureuse, de ce départ en amour. "Quand notre cœur fait boum-boum"… "Love me, please love me. Je suis fou de vous… " Et un joli conte se crée sur nos ultra modernes solitudes. "L'amour est là. Et Ça s'passe partout dans l'monde chaque seconde".

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Issu d'un travail collectif de plateau, mise en scène par Bertrand Sinapi avec finesse et habilité, faisant preuve de beaucoup d'inventivité dans sa direction d'acteur, réussite complétée par la réalisation d'un décor bourré d'astuces et de trouvailles, "Comme une chanson populaire" se révèle être une comédie musicale intelligente, extrêmement sensible et empreinte d'un humanisme réconfortant - sans sombrer dans la noirceur de nos actuelles dérives solitaires urbaines -, agrémentée d'une frise de notes humoristiques nécessaire pour savourer la gourmandise et parfois la légèreté des situations.

Au final, une troupe comblée et heureuse vient saluer le public après l'avoir interpellé dans une forme de faux débat sur l'utilité de l'happy end et du mot fin, puis sollicite, dans une fougue chantante tout en surprise et joyeuseté, le spectateur qui, ravi, pousse sans réticence la chansonnette et se dit que chaparder au vol un petit moment de bonheur, c'est toujours ça de pris et que les contes de fées sont fait pour ça !
Et puis... Quand l'amour est dit... Avons-nous vraiment envie de savoir la suite ?

Vu à la création le 12 janvier 2018 à l'Opéra-Théâtre de Metz-Métropole.

"Comme une chanson populaire"

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Théâtre musical, à partir de 12 ans.
Écriture et dramaturgie : Amandine Truffy, Fréderic Frésson, Valéry Plancke, Bertrand Sinapi.
Mise en scène : Bertrand Sinapi.
Jeu et chant : Amandine Truffy et Valéry Plancke.
Musique et chant : Frédéric Fresson.
Manipulation plateau et percussions : Matthieu Pellerin.
Scénographie : Goury.
Création lumière : Clément Bonnin.
Création son : Olivier Gascoin :
Régie son : Nathalie Jacquemin.
Costumes : Création de l'atelier de l'Opéra-Théâtre Metz-Métropole.
Collaboration dramaturgie : Emmanuel Breton.
Production, administration : Inès Kaffel et Alexandre Vitale.
Une production de la compagnie Pardès rimonim,
Durée : 1 h 25.

Tournée

© Jean-Marie Dandoy.
© Jean-Marie Dandoy.
Du 18 au 20 janvier 2018 : Centre culturel André Malraux, Vandœuvre-lès-Nancy (54).
Du 26 au 28 janvier 2018 : Théâtre Ici&Là, La Menuiserie, Mancieulles, Val de Briey (54).
2 février 2018 : Kinneksbond - Centre culturel, Mamer (Luxembourg).

Gil Chauveau
Vendredi 26 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022