La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Populaire… Comme une histoire d'amour !

"Comme une chanson populaire", en tournée 2018/2019

Chansonnettes, ritournelles… pour une amourette qui passait par là… de mots en rimes, de rythmes en refrains, sur une trame aux élans existentiels, des fragments, des petits bouts de chansons populaires construisent, avec un bonheur mélancolique, l'histoire de deux êtres qui passent d'une morne solitude dépressive aux explosives, joyeuses étreintes amoureuses. Un conte de fées… comme une comédie musicale !



© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
On a tous dans le cœur… une rengaine oubliée, une mélodie, souvenir de vacances à Saint-Malo, des paroles de romances, de bluettes qui collent encore au cœur et au corps. Ces mots, ces musiques qui nous rappellent tous des fredaines de jeunesse, amoureuses…

C'est cette matière brute et populaire, inscrite dans notre imaginaire collectif, qui façonne ici la narration et donc l'objet théâtral en création. Au départ, une histoire d'isolement, mal d'un siècle aux fulgurances technologiques cloisonnantes, d'une femme et d'un homme qui iront de cet "abandon à soi" à celui de "l'abandon à deux" aux vertus amoureuses et sensuelles, grâce notamment à l'intervention facétieuse d'un musicien malin qui tisse, sur la base d'un répertoire connu, la toile colorée des rencontres à venir et des - toujours renouvelées - naissances d'amour.

Aline et Henri, deux vies, deux solitudes, comptent les jours d'un temps, d'un monde sans avenir. "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir". Tentative de suicide. Dans la nuit, seule une mélodie au piano accompagne les errements du désespoir. Puis viennent les gestes du quotidien répétitifs, pour l'un comme l'autre, banalité à la tendance routinière, Coucher, sommeil, réveil, gym, boulot, rythmique syncopée journalière.

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Dans cet univers sans relation à l'autre, aux autres, les jours passent, mécaniques, itératifs, avec pour seule compagne la solitude… "Et elle me suit, pas à pas. Elle m'attend devant ma porte. Elle est revenue, elle est là, La solitude, la solitude…" Puis vient un dimanche comme un autre, désespérant, "Donnez-moi de l'oxygène"… Dimanche, jour de pendaison. Petit à petit, chacun sombre dans les tréfonds du désespoir. Lui veut se tuer avec un fusil et se rate, mais la balle traverse et fait un trou dans le mur séparateur (de leurs appartements).

"Ça va ? Comme ci comme ça"… Début d'une rencontre à travers le mur percé. Joie inattendue, imprévue, inenvisageable… disent leur surprise, épellent des mots comme des enfants apprenant à lire, à vivre. Y'a de la beauté dans ce désespoir qui s'éteint, prenant des couleurs aux notes légèrement acidulées, sucrées, bientôt doucement miellées.

Puis la montée en puissance, l'excitation. Le musicien (Frédéric Fresson) se lève, entre sur le plateau, intervient, chante, mettant ainsi en démonstration la chose théâtrale qui se vit, se crée sous nos yeux. Le public réagit avec empathie, heureux de ce commencement de liaison pré-amoureuse, de ce départ en amour. "Quand notre cœur fait boum-boum"… "Love me, please love me. Je suis fou de vous… " Et un joli conte se crée sur nos ultra modernes solitudes. "L'amour est là. Et Ça s'passe partout dans l'monde chaque seconde".

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Issu d'un travail collectif de plateau, mise en scène par Bertrand Sinapi avec finesse et habilité, faisant preuve de beaucoup d'inventivité dans sa direction d'acteur, réussite complétée par la réalisation d'un décor bourré d'astuces et de trouvailles, "Comme une chanson populaire" se révèle être une comédie musicale intelligente, extrêmement sensible et empreinte d'un humanisme réconfortant - sans sombrer dans la noirceur de nos actuelles dérives solitaires urbaines -, agrémentée d'une frise de notes humoristiques nécessaire pour savourer la gourmandise et parfois la légèreté des situations.

Au final, une troupe comblée et heureuse vient saluer le public après l'avoir interpellé dans une forme de faux débat sur l'utilité de l'happy end et du mot fin, puis sollicite, dans une fougue chantante tout en surprise et joyeuseté, le spectateur qui, ravi, pousse sans réticence la chansonnette et se dit que chaparder au vol un petit moment de bonheur, c'est toujours ça de pris et que les contes de fées sont fait pour ça !
Et puis... Quand l'amour est dit... Avons-nous vraiment envie de savoir la suite ?

Vu à la création le 12 janvier 2018 à l'Opéra-Théâtre de Metz-Métropole.

"Comme une chanson populaire"

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Théâtre musical, à partir de 12 ans.
Écriture et dramaturgie : Amandine Truffy, Fréderic Frésson, Valéry Plancke, Bertrand Sinapi.
Mise en scène : Bertrand Sinapi.
Jeu et chant : Amandine Truffy et Valéry Plancke.
Musique et chant : Frédéric Fresson.
Manipulation plateau et percussions : Matthieu Pellerin.
Scénographie : Goury.
Création lumière : Clément Bonnin.
Création son : Olivier Gascoin :
Régie son : Nathalie Jacquemin.
Costumes : Création de l'atelier de l'Opéra-Théâtre Metz-Métropole.
Collaboration dramaturgie : Emmanuel Breton.
Production, administration : Inès Kaffel et Alexandre Vitale.
Une production de la compagnie Pardès rimonim,
Durée : 1 h 25.

Tournée

© Jean-Marie Dandoy.
© Jean-Marie Dandoy.
Du 18 au 20 janvier 2018 : Centre culturel André Malraux, Vandœuvre-lès-Nancy (54).
Du 26 au 28 janvier 2018 : Théâtre Ici&Là, La Menuiserie, Mancieulles, Val de Briey (54).
2 février 2018 : Kinneksbond - Centre culturel, Mamer (Luxembourg).

Gil Chauveau
Vendredi 26 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019