La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Populaire… Comme une histoire d'amour !

"Comme une chanson populaire", en tournée 2018/2019

Chansonnettes, ritournelles… pour une amourette qui passait par là… de mots en rimes, de rythmes en refrains, sur une trame aux élans existentiels, des fragments, des petits bouts de chansons populaires construisent, avec un bonheur mélancolique, l'histoire de deux êtres qui passent d'une morne solitude dépressive aux explosives, joyeuses étreintes amoureuses. Un conte de fées… comme une comédie musicale !



© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
On a tous dans le cœur… une rengaine oubliée, une mélodie, souvenir de vacances à Saint-Malo, des paroles de romances, de bluettes qui collent encore au cœur et au corps. Ces mots, ces musiques qui nous rappellent tous des fredaines de jeunesse, amoureuses…

C'est cette matière brute et populaire, inscrite dans notre imaginaire collectif, qui façonne ici la narration et donc l'objet théâtral en création. Au départ, une histoire d'isolement, mal d'un siècle aux fulgurances technologiques cloisonnantes, d'une femme et d'un homme qui iront de cet "abandon à soi" à celui de "l'abandon à deux" aux vertus amoureuses et sensuelles, grâce notamment à l'intervention facétieuse d'un musicien malin qui tisse, sur la base d'un répertoire connu, la toile colorée des rencontres à venir et des - toujours renouvelées - naissances d'amour.

Aline et Henri, deux vies, deux solitudes, comptent les jours d'un temps, d'un monde sans avenir. "Noir c'est noir, il n'y a plus d'espoir". Tentative de suicide. Dans la nuit, seule une mélodie au piano accompagne les errements du désespoir. Puis viennent les gestes du quotidien répétitifs, pour l'un comme l'autre, banalité à la tendance routinière, Coucher, sommeil, réveil, gym, boulot, rythmique syncopée journalière.

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Dans cet univers sans relation à l'autre, aux autres, les jours passent, mécaniques, itératifs, avec pour seule compagne la solitude… "Et elle me suit, pas à pas. Elle m'attend devant ma porte. Elle est revenue, elle est là, La solitude, la solitude…" Puis vient un dimanche comme un autre, désespérant, "Donnez-moi de l'oxygène"… Dimanche, jour de pendaison. Petit à petit, chacun sombre dans les tréfonds du désespoir. Lui veut se tuer avec un fusil et se rate, mais la balle traverse et fait un trou dans le mur séparateur (de leurs appartements).

"Ça va ? Comme ci comme ça"… Début d'une rencontre à travers le mur percé. Joie inattendue, imprévue, inenvisageable… disent leur surprise, épellent des mots comme des enfants apprenant à lire, à vivre. Y'a de la beauté dans ce désespoir qui s'éteint, prenant des couleurs aux notes légèrement acidulées, sucrées, bientôt doucement miellées.

Puis la montée en puissance, l'excitation. Le musicien (Frédéric Fresson) se lève, entre sur le plateau, intervient, chante, mettant ainsi en démonstration la chose théâtrale qui se vit, se crée sous nos yeux. Le public réagit avec empathie, heureux de ce commencement de liaison pré-amoureuse, de ce départ en amour. "Quand notre cœur fait boum-boum"… "Love me, please love me. Je suis fou de vous… " Et un joli conte se crée sur nos ultra modernes solitudes. "L'amour est là. Et Ça s'passe partout dans l'monde chaque seconde".

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Issu d'un travail collectif de plateau, mise en scène par Bertrand Sinapi avec finesse et habilité, faisant preuve de beaucoup d'inventivité dans sa direction d'acteur, réussite complétée par la réalisation d'un décor bourré d'astuces et de trouvailles, "Comme une chanson populaire" se révèle être une comédie musicale intelligente, extrêmement sensible et empreinte d'un humanisme réconfortant - sans sombrer dans la noirceur de nos actuelles dérives solitaires urbaines -, agrémentée d'une frise de notes humoristiques nécessaire pour savourer la gourmandise et parfois la légèreté des situations.

Au final, une troupe comblée et heureuse vient saluer le public après l'avoir interpellé dans une forme de faux débat sur l'utilité de l'happy end et du mot fin, puis sollicite, dans une fougue chantante tout en surprise et joyeuseté, le spectateur qui, ravi, pousse sans réticence la chansonnette et se dit que chaparder au vol un petit moment de bonheur, c'est toujours ça de pris et que les contes de fées sont fait pour ça !
Et puis... Quand l'amour est dit... Avons-nous vraiment envie de savoir la suite ?

Vu à la création le 12 janvier 2018 à l'Opéra-Théâtre de Metz-Métropole.

"Comme une chanson populaire"

© Jacky Johanes.
© Jacky Johanes.
Théâtre musical, à partir de 12 ans.
Écriture et dramaturgie : Amandine Truffy, Fréderic Frésson, Valéry Plancke, Bertrand Sinapi.
Mise en scène : Bertrand Sinapi.
Jeu et chant : Amandine Truffy et Valéry Plancke.
Musique et chant : Frédéric Fresson.
Manipulation plateau et percussions : Matthieu Pellerin.
Scénographie : Goury.
Création lumière : Clément Bonnin.
Création son : Olivier Gascoin :
Régie son : Nathalie Jacquemin.
Costumes : Création de l'atelier de l'Opéra-Théâtre Metz-Métropole.
Collaboration dramaturgie : Emmanuel Breton.
Production, administration : Inès Kaffel et Alexandre Vitale.
Une production de la compagnie Pardès rimonim,
Durée : 1 h 25.

Tournée

© Jean-Marie Dandoy.
© Jean-Marie Dandoy.
Du 18 au 20 janvier 2018 : Centre culturel André Malraux, Vandœuvre-lès-Nancy (54).
Du 26 au 28 janvier 2018 : Théâtre Ici&Là, La Menuiserie, Mancieulles, Val de Briey (54).
2 février 2018 : Kinneksbond - Centre culturel, Mamer (Luxembourg).

Gil Chauveau
Vendredi 26 Janvier 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019