La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Barber Shop Quartet… L'art sublimé et tellement désopilant de la chansonnette a cappella

"Opus 3", Théâtre L'Archipel, Paris

Reprise ! C'est frais, joyeusement impertinent et gaiement irrespectueux… À la quintessence de l'humour, de l'harmonie vocale et de la gestuelle burlesque. Comme un doux et délicieux nectar, cela se déguste lentement, les oreilles grandes ouvertes, les zygomatiques en parfait état de fonctionnement et le cerveau disponible aux intelligentes mélodies et autres chansonnettes…



© Corinne Perea-Landa.
© Corinne Perea-Landa.
Le nez est fleuri, subtilement épicé, l'attaque en bouche est surprenante, fraîche, ayant beaucoup de souplesse (tant dans les basses que les hautes notes). Au palais, beaucoup de vivacité, avec des sensations enthousiastes, et quelques effets hilarants. Bref, le nouveau spectacle du Barber Shop Quartet est un grand cru.

Ils sont quatre (normal pour un quartet !) mais dès la première phrase musicale, on sent qu'ils sont beaucoup "plus" ; et que les personnages, bruitages, objets vocaux vont défiler, voire voler haut ! Ce quartet, originaire de Bordeaux (AOC), qui semble se bonifier au fil des millésimes (selon certaines infos glanées auprès de quelques négociants dans un bar bordelais), puise son répertoire initial dans la tradition chorale a cappella que l'on pouvait entendre dans les files d'attente chez les barbiers américains. Les premières ritournelles chantées dans "Opus 3" par Marie-Cécile Héraud, Cécile Bayle, Bruno Buijtenhuijs et Xavier Vilsek rendent d'ailleurs hommage à cette pratique devenue petit à petit habituelle, au début du XXe siècle, dans les salons de cette profession rasante et coiffante.

© Corinne Perea-Landa.
© Corinne Perea-Landa.
"Welcome song", "It's Barbershop showtime", "Véronique, le printemps est là !", telles sont les mélodies populaires que fredonnaient, pour patienter, leurs clients. Affinant progressivement ces envolées vocales en élaborant une harmonisation construite sur quatre parties d'accords consonants pour chaque note mélodique, cela conduira à la naissance du style "Barbershop Music".

Très rapidement, le répertoire de turlurettes traditionnelles interprété par le Barber Shop Quartet est complété par des créations humoristiques en français, mises en scène sur un mode burlesque, rappelant parfois la chanson de geste… mais en version déjantée. Bruno Buijtenhuijs, fondateur du groupe, est l'auteur d'une grande partie des chansons mais l'on trouve également dans ce nouveau spectacle des gags chantés du comique québécois François Pérusse ("La censure", "Les comédies musicales"), "Ma maison de rêve" du regretté Ricet Barrier ou "Honneur aux barbus" de Pierre Dac et Francis Blanche sur une musique de Rossini (Ouverture de Guillaume Tell).

© Corinne Perea-Landa.
© Corinne Perea-Landa.
Chacun des membres du Barber Shop Quartet, en dehors de leur tessiture propre, apporte une personnalité différente. Marie-Cécile Héraud est la "diva", avec une pointe d'arrogance lyrique caricaturale et de caprices vaudevillesques de soprano mais dont le talent et la fantaisie ne frisent pas le doute. Cécile Bayle est le clown féminin à l'alto charismatique et parfois insolent mais toujours d'une grande maîtrise. Du côté masculin, ténor, chef de troupe et auteur des spectacles de la compagnie, Bruno Buijtenhuijs donne le liant entre les compositions et pose son humour échevelé, désopilant et énergique sur l'ensemble.
Indéniablement, le croustillant de la troupe, le monsieur "surprise", à la fois flegmatique, timbré et jovial (oui, tout à la fois, une vraie performance), c'est Xavier Vilsek, clown avéré, bruiteur génial et inventif, et basse doué.
Tous, bien sûr, de par leurs riches spécificités soudent l'association de ces caractères musicaux en une harmonie, a cappella, superbement réussie.

On en ressort hilare, épanoui, radieux... Avec une patate incroyable, une envie irrésistible de se glisser un verre de délicieux nectar (de Bordeaux ou d'ailleurs) derrière la cravate avec des poteaux.
C'est véritablement jouissif et à consommer sans modération... Aucune !

"Opus 3"

Barber Shop Quartet.
De et avec : Marie-Cécile Héraud, Cécile Bayle, Bruno Buijtenhuijs et Xavier Vilsek.
Du 28 octobre au 17 décembre 2015.
Mercredi et jeudi à 20 h.

Reprise !
De et avec : Marie-Cécile Héraud en alternance avec Rachel Pignot, France Turjman, Bruno Buijtenhuijs, et Xavier Vilsek.
Du 15 septembre 2016 au 14 janvier 2017.
Jeudi, vendredi et samedi à 21 h.
Théâtre L'Archipel, Salle Rouge, Paris 10e, 01 73 54 79 79.
>> larchipel.net

Info tournée >> barber-shop-quartet.net

● AVIGNON OFF 2016 ●
Du 7 au 30 juillet 2016.
Essaïon Avignon,
33, rue de la Carreterie.
Tous les jours à 19 h 10.
Relâche le 12 juillet.
Tél. : 04 90 25 63 48.

Gil Chauveau
Jeudi 6 Octobre 2016

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019