La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Paroles & Musique

Nouveau spectacle Chanson Plus Bifluorée : Une cuvée spéciale... à fredonner sans modération

Chanson Plus Bifluorée, Théâtre La Bruyère, Paris, puis en tournée

Issue de la fusion artistique du Gong du Balayeur et du Mécanophone (1985), le quatuor Chanson Plus Bifluorée poursuit depuis 1997* sa belle aventure vocale et musicale en trio. Ainsi, depuis plus de vingt-cinq ans, ils pratiquent à merveille l'art du détournement (qui fut l'apanage à la Belle Époque de nombreux chansonniers), les reprises de classiques et la création de compositions humoristiques personnelles.



© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
Détournement de chansons connues certes... mais pas que ! Car la notoriété de Chanson Plus Bifluorée s'est aussi construite sur leurs qualités vocales (et celle d'harmonisations réussies, remarquables a cappella) et leur sens débridé mais joyeux de la caricature et des effets comiques, voire burlesques.

Après le succès de leur spectacle anniversaire "25 ans et des brouettes", voici le nouveau créé dans la continuité de ce dernier, comme un "25 ans" deuxième époque avec de nouvelles chansons et des sketches inédits, quelques vieux morceaux oubliés réarrangés et réactualisés pour l'occasion et quelques succès incontournables que le public réclame régulièrement.

Ce qui préside à chaque nouveau spectacle de nos amuseurs chanteurs fantaisistes de music-hall, c'est leur amour inconditionnel pour la chanson française et leur goût immodéré à provoquer le rire, et par voie de conséquence, nous obliger à l'exercice physique de nos zygomatiques pendant plus d'une heure trente.

© Didier Pallagès.
© Didier Pallagès.
De la simple ritournelle à la chanson à textes, en passant par quelques réécritures habiles et ingénieuses de tubes populaires, exécutées de manière classique, impertinente, cocasse ou détourné, le répertoire choisi fait toujours l'objet d'une interprétation haut de gamme, vocalement talentueuse et juste, à l'harmonie mélodique réussie et à la mise en scène intelligente, minutieuse et imaginative, cette dernière étant dans les mains expertes de Marinette Maignan, ex-membre du regretté et virtuose groupe TSF.

C'est ainsi que dans "Cuvée spéciale", le rire et l'émotion sont encore au rendez-vous. Moments d'hilarité avec "Pat et Marconi", un étonnant numéro de ventriloquie ; "Pelez les noix", aux accents folk trad ; "Grosse chignole de mes amours" ; "Oui, je fais la vaisselle", reprise détournée de "J'ai encore rêvé d'elle" du groupe Il était une fois ; ou encore "L'informatique", version geek de "Je ne suis pas bien portant" (1932) de Gaston Ouvrard.

Côté émotion, Chanson Plus Bifluorée sait manier le phrasé versifié et, dans la digne filiation des Frères Jacques, osent passer avec virtuosité de la franche rigolade à l'élégance du sérieux poétique. La reprise de "La Javanaise" de Gainsbourg, dédié à Paul Tourenne, le dernier des Frères Jacques mort en novembre dernier, ou la très belle version réécrite de la chanson de Brassens (voir première photo) "Les amoureux des bancs publics", intitulé pour l'occasion "Bon Public", rendant hommage à la sympathie et à la fidélité de leur public - "Vous êtes le bon public et, pour nous les trois comico-lyrique, grâce à vous, on vit de la musique"- en sont les exemples très convaincants.

Chanson Plus Bifluorée, avec ses quelques (en réalité) trente ans de carrière, est un trio dont le talent ne laisse personne indifférent, les nombreux récitals effectués chaque année en sont la preuve. Ils sont la parfaite illustration de la qualité de ce que peut être la chanson en version music-hall. Je ne rêve plus que l'appropriation de cet art chansonnier par des publics plus jeunes… comme c'est le cas en ce moment pour d'autres phénomènes en mode "Revival".

*C'est en 1985 que fusionne le Mécanophone (Xavier Cherrier et Robert Fourcade dit Boubou) et le Gong du Balayeur (Michel Puyau et Sylvain Richardot). Ainsi créé, Chanson Plus Bifluorée va, de concerts en festivals connaître rapidement le succès. "On s'était donné comme date butoir le 31 décembre 97. Pour faire le point : continuer ou faire du macramé." Boubou décide de partir de son côté pour d'autres aventures. Ainsi naît Chanson Plus Bifluorée sous sa forme actuelle, en trio.
Robert Fourcade continuera sa carrière en solo. Atteint par la maladie, il décède en 2004.

"Cuvée Spéciale"

Mise en scène Marinette Maignan.
Chanson Plus Bifluorée :
Sylvain Richardot, piano, guitare, chant (baryton léger) ; Michel Puyau, guitare, chant (ténor) ; Xavier Cherrier, chant (baryton).
Durée : 1 h 30.

Jusqu'au 8 janvier 2017.
Du jeudi au samedi à 21 h, dimanche à 16 h.
Théâtre La Bruyère, Paris 9e, 01 48 74 76 99.
>> theatrelabruyere.com

>> chansonplus.fr

Tournée
27 janvier 2017 : L'Escale, Saint-Cyr-sur-Loire (37).
29 janvier 2017 : Salle Georges Bizet, Vauvert (30).
11 février 2017 : La Halle aux Blés, Raon-l'Étape (88).
3 mars 2017 : spectacle pour enfants "Y'a des Animaux dans nos Chansons", Espace Paul-Éluard, Stains (93).
10 mars 2017 : Espace culturel Saint-André, Abbeville (80).

Gil Chauveau
Vendredi 6 Janvier 2017

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Si Hoffmann était conté" à la Salle Gaveau

La Croisade Lyrique, créée en 2018 par Thierry Dran, propose un nouveau spectacle, "Si Hoffmann était conté", à la Salle Gaveau le 10 décembre 2019. Un spectacle en forme d'enquête musicale à voir à partir de dix ans.

La Croisade Lyrique entend emmener en tournée et populariser des opéras et opérettes revisités pour raconter le monde d'aujourd'hui de façon comique et poétique et, ce, à destination d'un large auditoire. En décembre, c'est Jacques Offenbach qui sera à l'honneur à Paris à l'occasion du bicentenaire de sa naissance. Désacraliser le genre lyrique étant un des objectifs de la Croisade Lyrique, ce nouveau spectacle entend mettre le poète et nouvelliste E. T. A. Hoffmann - protagoniste romantique du seul opéra d'Offenbach - au cœur d'une enquête écrite et mise en scène par Thierry Dran, un talentueux chanteur lyrique des années quatre-vingt que les amateurs du grand art n'ont pas oublié.

Avec quatre ténors, deux sopranos, un chœur d'enfants et une marionnette accompagnés du pianiste Emmanuel Massarotti, la proposition de Thierry Dran entend percer le mystère (grâce à un inspecteur très spécial) du poète allemand tel qu'on le connaît comme artiste et tel qu'il est dessiné dans l'opéra d'Offenbach - un compositeur qui dut prendre plus de vingt ans pour l'écrire sans jamais pouvoir en livrer une version définitive.

Christine Ducq
15/09/2019