La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
Trib'Une

"Mon vacarme fut silencieux"... Découverte d'une auteure : Manon Chircen - 08/10/2014

À Paris, Septembre 2014, rive gauche, a atterri pour la seconde fois un OVNI. Un "Objet volant non identifié" avec à son bord du spectacle vivant. Bien vivant. Je n'ai pas osé l'approcher l'an passé. La peur sans doute ! Le manque de temps... assurément. Ce soir, j'ai franchi le pas. C'est si près de chez moi. Dans le XIVe de Paris. Non loin des théâtres de la Gaité ou d'Edgar qui côtoient le...  

Le théâtre est matrice - 23/07/2014

À son échelle, la ville d'Avignon souhaite un flux régulier de revenus supplémentaires et lutter contre l'image de belle endormie avec ses commerces eux aussi intermittents et ses commerçants opportunistes. Elle peut augmenter les effets de son festival international et son salon du théâtre vivant...  

Le théâtre est d'utilité publique - 17/07/2014

Le théâtre est d'utilité publique. Le député Victor Hugo l'explique si bien dans son intervention lors de la discussion du budget rectificatif le 10 novembre 1848 dans la question relative aux encouragements aux lettres et aux arts*. Tout homme politique, tout dirigeant ne peut que lire et relire le compte rendu des débats. Il n'est point nécessaire de le modifier. Le plaidoyer est plus que...  

"À vies contraires"... Un texte où les mots, comme les lacets des chaussures, s’envoient en l’air ! - 14/05/2014

Au théâtre, il y a des auteurs, des textes, des acteurs, un ou plusieurs metteurs en scène, des scénographes, des régisseurs et il y a aussi l’affiche. On ne parle pas assez des affiches. J’ai entendu souvent qu’il était plus opportun de poser son minois sur un visuel pour appâter le spectateur, j’ai fait cette expérience et excepté dans ma région natale, ma photo n’intéressait guère... Inutile...  

Rendez-vous en boîte... histoire d'avoir l'impression d'avoir encore vingt ans ! - 02/05/2014

"Quand on aura 20 ans en l'an 2001" chantait Bachelet… J'ai adoré ! La chanson. Plutôt : j'ai adoré avoir 20 ans. Même si ce n’était pas tout à fait en 2001... À 4 ans près, hein ? J’ai adoré. Quand les portables n’avaient pas encore déferlé. Quand les fixes chez papa maman sonnaient. Les discussions au téléphone avec la super copine, assise sur les marches d’escalier. Les sorties avec les...  

Temps de Chien dehors... Beau temps à l'intérieur pour futurs cœurs libérés - 19/02/2014

Utiliser l’expression "Un temps de chien" c’est, certes, plus poli, mais je préfère dire "Un temps de merde". Même si c’est moins joli. Avouez que le temps l’est vraiment... pourri. Même doubler l’expression - temps de merde de chien - ne suffirait pas à exprimer tout le ras-le-bol de cette météo qui nous irrite et nous fatigue. "Tempo di merda" avec ses indémodables imperméables, ses cirés...  

Vous ne connaissez pas la Suède ? Je vous propose leur humour… comme remède - 04/02/2014

Mamma mia ! Abba ! Abba quoi ? Bah ! "Mamma mia" c'est Abba. Bah ! Ja mais Inte ! Envolé le quatuor, place à un autre groupe Suédois. Trio délirant surtout décapant : Les Blond and Blond and Blond. Ja ! En lettres "Kapital". "Tre" (trois en suédois) extra-terriens qui nous enchantent et nous dérident à la fois. Et par les temps qui courent à la vitesse grand V, dire que c’est un exploit de voir...  

I love you, you’re perfect, now change... Un remake français réussi de la comédie musicale américaine - 20/11/2013

La comédie musicale, en général, ça m’ennuie ! Et je suis polie. Jusqu’à cette voix sur mon portable… et cette affiche rouge qui s’est dressée devant moi. "Je t’aime, tu es parfait, change", traduction de : "I love you, you’re perfect, now change". Le titre original n’est guère mieux que le titre...  

Une balade à la découverte de l’art septentrional, c’est top ! - 30/07/2013

Votre reporter préférée s’est promenée le long des canaux et des rues de la jolie métropole lilloise et a repéré pour vous trois créateurs de la scène artistique septentrionale qui valent le déplacement. En voiture pour un riche voyage ensoleillé (eh oui !) à la rencontre de Marie-Jo Bétrémieux, Victor Torren et Claude Raquet ! Sous le soleil, cette dynamique région du Nord, qui abrite une scène...  

Salvatore Caltabiano... Un salvatore per tutti ! - 20/05/2013

"Questo non è un sogno, questa è la realtà". Je vois devant moi, seul sur une scène immense, un homme. Bel homme. Séduisant. Pas n’importe quelle scène : le théâtre de la Gaité Montparnasse. J’adore ce théâtre, qui porte si bien son nom. La gaité à Montparnasse avec pour protagoniste principal un comédien accompagné d’une guitare à la main : Salvatore Caltabiano. Il est question de guitare, de...  
1 ... « 4 5 6 7 8 9 10




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024