La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
La Revue du Spe La Revue du Spe

La Revue du Spectacle, le magazine de tous les arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Depuis 1989, le magazine du spectacle vivant et des arts de la scène - Un art sans artistes est une démocratie sans voix - Vous trouvez que la culture coûte cher ? Essayez l’ignorance… - La Revue du Spectacle soutient les intermittents du spectacle




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Il et Elle ont une fille, elle est gourmande et c'est énorme !

La chronique d'Isa-belle L

Formidable ! Mesdemoiselles, vous ne supportez plus vos kilos riquiqui ? Vous hurlez de jalousie face au visage et corps parfaits des mannequins en une de magazine ? En aucun cas retouché, ça se saurait. Je vous propose mon relooking, en quelques lignes…



© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Aux oubliettes le jus d'algues, les graines de lin, la courgette moléculaire et tous les conseils de Gwyneth pour ses copines milliardaires. Le voici, le voilà, mon régime : allez voir "Énorme", pour sa "Dream team" ! Rires assurés, abdos sollicités, salle surchauffée et calories mitraillés.

Géant ? Perdre du poids en 1 heure 20, même Dukan ne le peut pas !

Considérable ! Avant toute chose : Oui ! Charlotte Gaccio ressemble à sa mère mais : "elle a gardé le nom de son père, non ? Hein ? Eh ? Oh ? Dis ?". L'autre soir, dans la salle du petit théâtre de Paris, entre deux répliques bien senties de la comédienne, les voisins de gauche, de droite, de devant et à l'arrière aussi, le chuchotaient… très fort. C'est dit ! Ça vous évitera de perdre le fil.

Étonnant ! Fil… c'est drôle. Ça me rappelle les bons mots sortis tous droits des canons masculins. "Elle est belle, dommage qu'elle soit mince comme un fil !" ou "elle est pas mal mais elle n'a pas de seins, c'est con ! Plate comme une planche à repasser." Merci les "keum", c'est trop funky !

© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Extraordinaire ! Pour les plus rondes, il y a du choix aussi. "Elle a un beau visage mais bon ! Une baleine dans mon lit …non merci !" ; "Elle accouche quand exactement ?" Cools ! Ils sont, les mectons.

Énorme ! C'est le titre de la pièce, dont le pitch (hum ! c'est bon.) est simple. Un homme (excellent Bertrand Usclat) tombe sous le charme d'abord et se rétame, ensuite, raide dingue de la délicieuse femme que joue donc la fille de Michelle Bernier et Bruno Gaccio, je ne vous l'ai pas dit ? (Charlotte Gaccio). Elle est belle, il est mignon. Il est maigre et elle est grosse. C'est la vie ! Si l'amour est là… le reste, ma foi ! Sauf que dans la vraie vie et société basée sur les apparences où les femmes devraient toutes ressembler à Charlize Theron, Gisèle Bunchen ou autres vedettes super bien faites, c'est un peu compliqué. Le pire ! C'est que ces femmes, grosses, rondes, charnues, enveloppées, j'en passe et des meilleurs adjectifs pour les qualifier, sont les dernières à se questionner.

© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Éléphantesque ! La plume de l'auteur. Neil Labute est un américain. Il a écrit "Fat Pig" et "Énorme" en est l'adaptation française. Bien faite. Dialogues vifs, répliques percutantes. Provoquantes et parfois dérangeantes. Rire des gros est un marché… puisque le public se tordait à l'écoute des vacheries du soi-disant "ami". Vous savez l'ami ? Celui qui vous adore jusqu'au jour où vous lui présentez l'amour de votre vie, qui ne correspond pas à ses critères, ni à ses désirs ? Alors, ce même ami obsédé de conneries, se goinfrant à la méchanceté quand d'autres s'éclatent la panse au Nutella, vous taille avec son cynisme à deux balles. Lui, et les autres, se régalent. Ce satané regard de l'autre ! S'il pouvait, lui-aussi, se tailler.

Immense ! L'idée de voir sur scène ces séquences de la vie quotidienne que se coltinent les rondes, les grosses, les charnues, les enveloppées… qui une fois de plus, n'ont rien demandées.

Titanesque ! La débilité des hommes quand l'autre ne rentre pas dans la norme.

Monstrueuse ! La boulimie de piques des gens mal dans leur peau.

© Céline Nieszawer.
© Céline Nieszawer.
Effrayante cette société ! Soyez rassurées mesdames enrobées, les journaux féminins vous font "reine" une fois dans l'année. Avec ce titre incroyable "rondes et bien dans leur peau, témoignages en dernière page (évidemment !)". Faut pas pousser !

Dingue ! Je me suis fait ce pari en écrivant ces lignes. Trouver au mot "connerie" des tas de synonymes sans aller fouiller dans un dico. Quitte à parler "kilo", j'en ai estimé une bonne pesée. Avec une différence de taille : "Quand on est con ! On est con." Merci Monsieur Brassens. Et aucun régime, ni anneau cérébral (sauf inventer par ledit con) ne sauveront la situation.

Moralité de mon régime : "Mieux vaut les kilos en trop ! Car la connerie, quand elle colle à la peau, elle y reste, à vie !". Mesdemoiselles, mesdames, vous ne supportez plus vos kilos riquiqui ? Passez-vous des magazines et allez voir "Énorme" au petit théâtre de Paris. Hydratez-vous bien entre deux noirs, important quand on dépense des calories. Riez et offrez-vous un repas gargantuesque, pour terminer votre soirée !

Conclusion de ce billet : Bruno Gaccio et Michèle Bernier, ensemble, ont eu une fille et ils ont bien fait.

"Énorme"

Texte : Neil Labute.
Adaptation : Marie Pascale Osterrieth et Charlotte Gaccio.
Mise en scène : Marie Pascale Osterrieth.
Assistée de : Hélène Chrysochoos.
Avec : Charlotte Gaccio, Julie de Bona, Bertrand Usclat, Thomas Lempire.
Décors : Pierre-François Limbosch.
Lumières : Laurent Castaingt.
Musique : Jacques Davidovici.
Costumes : Charlotte David.

Du 1er octobre 2015 au 3 janvier 2016.
Du mardi au samedi à 19 h, dimanche à 17 h.
Théâtre de Paris, salle Réjane, Paris 9e, 01 42 80 01 81.
>> theatredeparis.com

Isabelle Lauriou
Samedi 17 Octobre 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


Partenariat


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Une chambre en Inde"… contre tous les intégrismes !

"Une chambre en Inde", Théâtre du Soleil, Paris

Reprise Ariane Mnouchkine traite de la place du théâtre dans un monde marqué par les guerres, le terrorisme et un populisme d'exclusion qui rend service à celui-ci. Et elle y répond avec humour et passion.

Cornélia (Hélène Cinque) fait partie d'une troupe dont le directeur, M. Lear, a été appréhendé par la police indienne après être monté, nu, sur la statue du Mahatma Gandhi et avoir crié "Artaud". Il avait "pété les plombs" suite aux attentats du 13 novembre 2015 à Paris. Du personnage, de son nom et de son acte, tout est passé à travers le prisme du théâtre ainsi que ses coulisses et ses questionnements.

Cela se passe dans une chambre en Inde où se trouve Cornélia, souvent allongée. Difficile de démêler ce qui est en dehors, de ce qui est en dedans, de ce qui est de l'imagination ou de la réalité. Tout est imbriqué. Monde et événements s'y logent faisant de ce lieu une incarnation de l'esprit du personnage.

La pièce est une œuvre collective construite autour d'improvisations. Mnouchkine se demandait "comment aujourd'hui raconter le chaos d'un monde devenu incompréhensible ? Comment raconter ce chaos sans y prendre part, c'est-à-dire sans rajouter du chaos au chaos, de la tristesse à la tristesse, du chagrin au chagrin, du mal au mal ?".

Safidin Alouache
03/12/2017
Spectacle à la Une

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara

Il n'est jamais aisé de s'approprier et d'interpréter des chansons créées, portées, sublimées par des artistes tels que Barbara. Mais là où beaucoup échouèrent, Lou Casa et son chanteur Marc Casa relèvent le défi avec brio et donne une lecture étonnante, poignante et incroyablement juste de six morceaux choisis de la Dame en noir.

Lou Casa… Une nouvelle résonance, étonnamment actuelle, pour les chansons de Barbara
Lou Casa, c'est deux frères, l'un au chant (Marc), l'autre au piano (Fred) et un bassiste (Julien Aeillon)… issus d'un collectif (à géométrie variable : 3 à 10 membres) qui travaillent sur des créations tant musicales (chansons, musiques improvisées) qu'expérimentales où peuvent s'associer danse, slam, poésie, vidéo, etc. Ici, après différentes productions, dont "Barbara, Quinze ans" en novembre 2012 qui initiera en 2014 le projet "Chansons de Barbara", ils décident de coucher six interprétations sur un CD intitulé "À ce jour" dont on espère que d'autres suivront.

Marc Casa donne une intonation particulière aux mots de Barbara (1), de Brel (2), de Françoise Lo (3) ou de Georges Bérard (4), portant avec élégance une certaine fêlure dans la voix qui amplifie l'émotion exprimée, la fragilité sous-tendue. En même temps, le grain légèrement rugueux donne la force et l'énergie au chant, imprimant la trame musicale soutenue par la basse toute en rythmique associée au piano percussif, notamment dans le sublime "Perlimpinpin" presque guerrier, revendicatif… Le clip est d'ailleurs très révélateur et significatif de l'interprétation choisie, exprimée par Lou Casa. Voix parlée chuchotée, prenant doucement de l'amplitude. Derrière le piano roule les notes en une rivière sautillante mi-tango mi-reggae, appuyant certains mots scandés par Marc Casa.

Gil Chauveau
04/12/2017
Sortie à la Une

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire

"Dieu est mort", Théâtre de la Contrescarpe, Paris

Reprise Quarante ans de présence maternante de la mère, et de fables apprises soumises à l'épreuve de vérité de la vie, vingt ans de psychanalyse et autant d'enseignement difficultueux, les deuils et les amours n'auront pas suffi.

Toute recherche sur la condition de l'homme passe nécessairement par l'épreuve du rire
L'homme décrit par Régis Vlachos est toujours assailli par le doute terrible, asséné avec aplomb. Un doute sur lequel s'amoncelle tout un faisceau de présomptions de preuves mais toujours évacué (?)par un ange gardien pas loin. Dieu est mort.

Avec ses trois bouts de ficelle tirés du cabaret, toujours en marge du branquignol avec un sens du bricolage et du dérisoire assumé, le spectacle installe la convention de la scène et sa fiction. La détruit instantanément. Régis Vlachos enfile les scènes comme autant d'épisodes d'une conscience en chemin vers elle-même.

Qui avance sans jamais se moquer sinon d'elle-même. Dans "Dieu est mort", l'homme rit de ses propres errances C'est pourquoi le rire est spontané car chacun y reconnaît les siennes. Cela est théâtre. Et du bon. Thérapique. Cathartique.

Ce théâtre fait comprendre que le rire étant le propre de l'homme, toute recherche sur sa condition en passe nécessairement au final par l'épreuve du rire. En partage. L'on peut déguster, en famille, entre amis, ce spectacle qui donne à chacun le chemin de l'humour.

Jean Grapin
19/12/2016