La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Avignon Off 2015 "À toi, pour toujours, ta Marie-Lou"... Quelle belle leçon de comédie !

La chronique d'Isa-belle L

Le ciel était très en colère ce jeudi de mai, pour ma sortie théâtre, au Lucernaire. Parapluie à la main, chaussures humides et visage déconfit par cet hiver qui n'en finit pas, me voilà enfin à l'abri ! À l'entrée, on nous prévient qu'il faut faire attention pour arriver sain et sauf à destination : Salle Paradis. Monter au ciel jeudi dernier comportait des risques, dus à ces satanées intempéries.



Marie Mainchin, Sophie Parel et Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
Marie Mainchin, Sophie Parel et Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
Prudente et attentionnée, je grimpe, piano piano, les escaliers. C'est le prix à payer pour atteindre les nuages. Une chance pour moi ! J'étais invitée.
Ça y est ! J'y suis. Sans prier et sans glisser. Je suis arrivée au Paradis.
Sombre salle. Sobre décor. Mais un type-là, en haut, c'est Jésus qui me nargue. "Bouh" ! Je lui tire la langue. Mal polie que je suis. Noir !

Et une illumination plus tard : Quatre comédiens déboulent, et les répliques se mettent à fuser. Elle, la belle, un chewing-gum dans la bouche, qui aime les chansons de Cow-boy. Chanter pour oublier, c'est bien. La "country girl" face à la frangine, vieille fille. Prier pour oublier, c'est "christ" (Le ciel m'est tombé sur le coin de la tête, c’est la pluie). Pauvres frangines, c'est un sale destin qui les unit. Il y a les sœurs au centre, la délurée qui voudrait sauver l’âme triste et dérangée puis, non loin, les parents.

L’un a cour, l'autre à jardin... qui, aussi, se renvoient la balle. Du Ping-pong violent, cruel, dépourvu de tout sentiment. C'est l'enfer au paradis. La mort ce n’est pas drôle putain ! Et l'autre, ça l'a rendue folle ! La petite sœur, bonne à rien. Sauf à pleurer. Traumatisée, déchaînée et totalement habitée. Marie Mainchin dans un rôle sacrément bien composé.

Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
Cécile Magnet © Étienne de Giovanni.
L'ainée en revanche, a pris ses jambes à son cou. Ses jambes, parlons-en de ses jambes. Lookée à la "Calamity Jane" avec un shorty raccourci, ce qu'elle est jolie Sophie Parel. La comédienne. Son rôle aussi. Qu'elle incarne brillamment. Elle a fui cette vie pourrie. Elle le veut elle aussi son jardin d’Éden. Les souvenirs au placard, c'est la scène son exutoire... elle fait ce qu'elle peut. Parce que la mort qui colle aux basques comme un vautour, ça déglingue pour toujours. L'avantage au Paradis c'est que le temps passe et qu'on l'oublie. Enchantée aussi par le comédien, seul homme, face à ce brillant casting féminin. Son nom : Yves Collignon. Tout est bon chez Yves Collignon, tout. Le corps qui joue au rythme des pintes qu’il descend à petites gorgées puis ce grain de voix, d’abord murmuré, puis aggravé par cette vie, qu’il n’a pas vraiment souhaitée. Jusqu’à ce que la mort s’en mêle, l’alcool l’ayant bien accompagné. Quel rôle ! Quel comédien !

Manque encore à l'appel Cécile, nom de famille : Magnet. Elle joue une mère au caractère bien trempé qui ne mâche pas ses mots. Elle incarne une femme dévastée qui, sur scène, prend au moins quinze années. Presque sans bouger. Une comédienne sublime à regarder.

Marie Mainchin, Sophie Parel © Étienne de Giovanni.
Marie Mainchin, Sophie Parel © Étienne de Giovanni.
Quelle pièce ! Bon sang. "Tabarnak !" Ils sont forts ces Québécois ! J’avoue et j’assume, à la "Céline", je préfère le "Michel". Qui sait si Tremblay un jour sera à Vegas ? Pour le moment, il est à Paname et on est tellement mais "tellemiiiiinnnn" bien, ici. Se taper encore Dion au paradis... ce serait terrible ! Que le ciel de Paris continue à trembler avec des textes beaucoup plus subtils. L’auteur de ce miracle théâtral, porte bien son nom. Fantastique !

À toi pour toujours, ta Marie-Lou. Comme une épitaphe...

Salle Paradis c'est la mort qui rôde. Oui. Il y a quelque chose d’anéanti, de démoli, de détruit dans cette famille. Pourtant on sourit, parfois. Et on applaudit ce quatuor de comédiens touchés par la grâce. Quelle belle leçon de comédie !

Comme l'incante Sieur Aubert Jean-Louis : "Le paradis, c'est ici, oui, c'est ici" et, ce jeudi soir, j’étais bien d'accord avec lui.

Montez-y ! Salle Paradis. Elle y accueille quatre excellents comédiens servis par un texte… divin.

>> À lire également l'article de Jean Grapin.

"À toi, pour toujours, ta Marie-Lou"

Yves Collignon © Étienne de Giovanni.
Yves Collignon © Étienne de Giovanni.
Texte : Michel Tremblay.
Adaptation et mise en scène : Christian Bordeleau.
Assistante : Émilie Schnitzler.
Création lumière : Christian Mazubert.
Avec : Cécile Magnet, Yves Collignon, Sophie Parel, Marie Mainchin.
Durée : 1 h 20.

Avignon Off 2015
Du 4 au 26 juillet 2015.
Tous les jours à 14 h.
Collège de la Salle, Théâtre du Lycée, 3, place Louis Pasteur, Avignon, 04 32 76 20 43.
>> quebec-en-scene.fr

Du 11 décembre 2013 au 2 février 2014.
Du mardi au samedi à 20 h, le dimanche à 15 h.
Relâche le 22 décembre.
Mercredi 25 décembre et mercredi 1er janvier, spectacle à 15 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Du 15 mai au 6 juillet 2013.
Du mardi au samedi à 19 h.
Le Lucernaire, Paris 6e, 01 45 44 57 34.
>> lucernaire.fr

Avignon Off 2013
Du 8 au 31 juillet 2013.
Tous les jours à 12 h 45.
Essaïon-Avignon, Avignon, 04 90 25 63 48.
>> essaion-avignon.com

Isabelle Lauriou 6 juin 2013
Samedi 27 Juin 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020