La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Pleurer comme une gamine de 13 ans…

La chronique d'Isa-belle L

À 13 ans, j’aurais pris mon stylo-plume - Waterman - avec mon cahier à spirales. La couverture aurait été colorée et les pages blanches se seraient noircies à mesure de mes idées, de mes pensées, plus ou moins désordonnées.



À 13 ans, on écrit déjà pour se soulager.
J’écrivais.
Bien m’en a fait.

À 13 ans, si j’avais appris qu’un attentat avait sévi à Paris, ville que je ne connaissais qu’à travers des voyages scolaires et des repas entre familles, de ma province, j’aurais écrit.

À 13 ans, si j’avais appris par mon père, militant, humaniste et instit passionné, les yeux embués de larmes ne pouvant croire à un tel drame d’inhumanité, que des personnalités aussi engagées, préférant le rire à la psychologie, les apéritifs entre copains aux dîners mondains, avaient été massacrées par des assassins fanatiques, j’aurais écrit.

À 13 ans, j’étais pré-ado élevée, entre autres, au club des grands enfants déjantés que composait l’inoubliable Club Dorothée.

© Cabu/Le Cherche Midi.
© Cabu/Le Cherche Midi.
À 13 ans, si mon père m’avait annoncé avec ses mots que Cabu, le Maestro du coup de crayon, avait "disparu"… Puis, revenant sur ce mot, lui préférant plutôt la vérité - tel que j’ai été éduquée - m’avait dit "Cabu est mort, il a été assassiné", j’aurais pleuré. Puis écrit. Sur lui. Sans hésiter. Sa coupe, ses lunettes, ses chemises toujours hyperflashy, colorées, cette allure un peu débraillée, sa timidité assumée…

À 13 ans, je m’intéressais au monde à travers celui que je côtoyais. Celui des adultes qui régulièrement passaient à la maison. Refaisaient la ronde. Trinquaient au Ricard avec ou sans glaçon. Se battaient pour des causes. Ces adultes avec qui j’ai grandi qui n’espéraient qu’une chose, que jamais la Société ne déraille, ne vole en éclats. Pour ne pas revoir, revivre. Espérant. Tout le temps. Que chaque être humain vive décemment, sans richesse absolue si ce n’est celle du partage, de la solidarité, de l’écoute et de la communication.

Tous ces adultes, les copains de papa, qui parlaient foot, politique, enseignement, vacances et buffets campagnards. Ces adultes qui se marraient, qui éclataient de rire. Qui détestaient les restaurants chics et maniérés, les délaissant pour les repas enflammés en bord de nationale avec les routiers. Tous ces grands qui assuraient les matchs de Volley le week-end, qui accompagnaient bénévolement, tout le temps, les élèves des écoles pour des sorties "nature" ou "culturelles".

Ces grands enfants qu’étaient nos parents qui nous élevaient dans le respect, le manque de rien et la curiosité. Qui se moquaient et crachaient sur l’autorité. Qui avaient connu l’Algérie et qui s’étaient forgé une conscience, des opinions, des idées. Tous ces gamins de 45 ans qui lisaient le Canard, adoraient Desproges et Cavana. Citaient Choron. Riaient à gorge déployée sur les dessins de Wolinski. Évoquaient Hara Kiri… Et se tapaient des grandes tablées en été. À la Sautet…

Tous ces parents qui, assurant notre éducation, en racontaient des conneries… Tous ces adultes dont je me souviens et que j’ai adoré écouter.

© Cabu/Le Cherche Midi.
© Cabu/Le Cherche Midi.
À 13 ans, quand on me punissait pour avoir découpé une tache sur le pull que m’avait tricoté ma grand-mère… Que je détestais - le pull, pas ma grand-mère -, les adultes autour de la table, riaient. Un pull… Qu’est-ce que c’est ?

À 13 ans, si j’avais appris par mon père qu’on avait tiré une balle dans la tête de Cabu, putain ! Ce que j’aurais chialé.

J’ai pris 25 ans. Et c’est arrivé. Pire. Tous ces gamins sont définitivement partis. Envolés. Cavana les a devancés.

Ces grands enfants nous ont quittés un jour de Janvier. Un début d’année. Massacrés.
À 38 ans, je pleure comme une gamine. Ils ont tiré sur mes souvenirs et sur toute une époque que j’ai adorée. Aimée. Chérie.

À Paris, le temps était tellement pourri ce mercredi.

Ah ! Charlie. Putain ! Ce que tu vas manquer à ma vie.

Voilà ! C’est dit. Écrit. Que mon cœur et tous les cœurs continuent… À vibrer.

Le billet d’humeur, triste, d’Isa Belle L

Isabelle Lauriou
Dimanche 11 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021