La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Pleurer comme une gamine de 13 ans…

La chronique d'Isa-belle L

À 13 ans, j’aurais pris mon stylo-plume - Waterman - avec mon cahier à spirales. La couverture aurait été colorée et les pages blanches se seraient noircies à mesure de mes idées, de mes pensées, plus ou moins désordonnées.



À 13 ans, on écrit déjà pour se soulager.
J’écrivais.
Bien m’en a fait.

À 13 ans, si j’avais appris qu’un attentat avait sévi à Paris, ville que je ne connaissais qu’à travers des voyages scolaires et des repas entre familles, de ma province, j’aurais écrit.

À 13 ans, si j’avais appris par mon père, militant, humaniste et instit passionné, les yeux embués de larmes ne pouvant croire à un tel drame d’inhumanité, que des personnalités aussi engagées, préférant le rire à la psychologie, les apéritifs entre copains aux dîners mondains, avaient été massacrées par des assassins fanatiques, j’aurais écrit.

À 13 ans, j’étais pré-ado élevée, entre autres, au club des grands enfants déjantés que composait l’inoubliable Club Dorothée.

© Cabu/Le Cherche Midi.
© Cabu/Le Cherche Midi.
À 13 ans, si mon père m’avait annoncé avec ses mots que Cabu, le Maestro du coup de crayon, avait "disparu"… Puis, revenant sur ce mot, lui préférant plutôt la vérité - tel que j’ai été éduquée - m’avait dit "Cabu est mort, il a été assassiné", j’aurais pleuré. Puis écrit. Sur lui. Sans hésiter. Sa coupe, ses lunettes, ses chemises toujours hyperflashy, colorées, cette allure un peu débraillée, sa timidité assumée…

À 13 ans, je m’intéressais au monde à travers celui que je côtoyais. Celui des adultes qui régulièrement passaient à la maison. Refaisaient la ronde. Trinquaient au Ricard avec ou sans glaçon. Se battaient pour des causes. Ces adultes avec qui j’ai grandi qui n’espéraient qu’une chose, que jamais la Société ne déraille, ne vole en éclats. Pour ne pas revoir, revivre. Espérant. Tout le temps. Que chaque être humain vive décemment, sans richesse absolue si ce n’est celle du partage, de la solidarité, de l’écoute et de la communication.

Tous ces adultes, les copains de papa, qui parlaient foot, politique, enseignement, vacances et buffets campagnards. Ces adultes qui se marraient, qui éclataient de rire. Qui détestaient les restaurants chics et maniérés, les délaissant pour les repas enflammés en bord de nationale avec les routiers. Tous ces grands qui assuraient les matchs de Volley le week-end, qui accompagnaient bénévolement, tout le temps, les élèves des écoles pour des sorties "nature" ou "culturelles".

Ces grands enfants qu’étaient nos parents qui nous élevaient dans le respect, le manque de rien et la curiosité. Qui se moquaient et crachaient sur l’autorité. Qui avaient connu l’Algérie et qui s’étaient forgé une conscience, des opinions, des idées. Tous ces gamins de 45 ans qui lisaient le Canard, adoraient Desproges et Cavana. Citaient Choron. Riaient à gorge déployée sur les dessins de Wolinski. Évoquaient Hara Kiri… Et se tapaient des grandes tablées en été. À la Sautet…

Tous ces parents qui, assurant notre éducation, en racontaient des conneries… Tous ces adultes dont je me souviens et que j’ai adoré écouter.

© Cabu/Le Cherche Midi.
© Cabu/Le Cherche Midi.
À 13 ans, quand on me punissait pour avoir découpé une tache sur le pull que m’avait tricoté ma grand-mère… Que je détestais - le pull, pas ma grand-mère -, les adultes autour de la table, riaient. Un pull… Qu’est-ce que c’est ?

À 13 ans, si j’avais appris par mon père qu’on avait tiré une balle dans la tête de Cabu, putain ! Ce que j’aurais chialé.

J’ai pris 25 ans. Et c’est arrivé. Pire. Tous ces gamins sont définitivement partis. Envolés. Cavana les a devancés.

Ces grands enfants nous ont quittés un jour de Janvier. Un début d’année. Massacrés.
À 38 ans, je pleure comme une gamine. Ils ont tiré sur mes souvenirs et sur toute une époque que j’ai adorée. Aimée. Chérie.

À Paris, le temps était tellement pourri ce mercredi.

Ah ! Charlie. Putain ! Ce que tu vas manquer à ma vie.

Voilà ! C’est dit. Écrit. Que mon cœur et tous les cœurs continuent… À vibrer.

Le billet d’humeur, triste, d’Isa Belle L

Isabelle Lauriou
Dimanche 11 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019