La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Trib'Une

Pleurer comme une gamine de 13 ans…

La chronique d'Isa-belle L

À 13 ans, j’aurais pris mon stylo-plume - Waterman - avec mon cahier à spirales. La couverture aurait été colorée et les pages blanches se seraient noircies à mesure de mes idées, de mes pensées, plus ou moins désordonnées.



À 13 ans, on écrit déjà pour se soulager.
J’écrivais.
Bien m’en a fait.

À 13 ans, si j’avais appris qu’un attentat avait sévi à Paris, ville que je ne connaissais qu’à travers des voyages scolaires et des repas entre familles, de ma province, j’aurais écrit.

À 13 ans, si j’avais appris par mon père, militant, humaniste et instit passionné, les yeux embués de larmes ne pouvant croire à un tel drame d’inhumanité, que des personnalités aussi engagées, préférant le rire à la psychologie, les apéritifs entre copains aux dîners mondains, avaient été massacrées par des assassins fanatiques, j’aurais écrit.

À 13 ans, j’étais pré-ado élevée, entre autres, au club des grands enfants déjantés que composait l’inoubliable Club Dorothée.

© Cabu/Le Cherche Midi.
© Cabu/Le Cherche Midi.
À 13 ans, si mon père m’avait annoncé avec ses mots que Cabu, le Maestro du coup de crayon, avait "disparu"… Puis, revenant sur ce mot, lui préférant plutôt la vérité - tel que j’ai été éduquée - m’avait dit "Cabu est mort, il a été assassiné", j’aurais pleuré. Puis écrit. Sur lui. Sans hésiter. Sa coupe, ses lunettes, ses chemises toujours hyperflashy, colorées, cette allure un peu débraillée, sa timidité assumée…

À 13 ans, je m’intéressais au monde à travers celui que je côtoyais. Celui des adultes qui régulièrement passaient à la maison. Refaisaient la ronde. Trinquaient au Ricard avec ou sans glaçon. Se battaient pour des causes. Ces adultes avec qui j’ai grandi qui n’espéraient qu’une chose, que jamais la Société ne déraille, ne vole en éclats. Pour ne pas revoir, revivre. Espérant. Tout le temps. Que chaque être humain vive décemment, sans richesse absolue si ce n’est celle du partage, de la solidarité, de l’écoute et de la communication.

Tous ces adultes, les copains de papa, qui parlaient foot, politique, enseignement, vacances et buffets campagnards. Ces adultes qui se marraient, qui éclataient de rire. Qui détestaient les restaurants chics et maniérés, les délaissant pour les repas enflammés en bord de nationale avec les routiers. Tous ces grands qui assuraient les matchs de Volley le week-end, qui accompagnaient bénévolement, tout le temps, les élèves des écoles pour des sorties "nature" ou "culturelles".

Ces grands enfants qu’étaient nos parents qui nous élevaient dans le respect, le manque de rien et la curiosité. Qui se moquaient et crachaient sur l’autorité. Qui avaient connu l’Algérie et qui s’étaient forgé une conscience, des opinions, des idées. Tous ces gamins de 45 ans qui lisaient le Canard, adoraient Desproges et Cavana. Citaient Choron. Riaient à gorge déployée sur les dessins de Wolinski. Évoquaient Hara Kiri… Et se tapaient des grandes tablées en été. À la Sautet…

Tous ces parents qui, assurant notre éducation, en racontaient des conneries… Tous ces adultes dont je me souviens et que j’ai adoré écouter.

© Cabu/Le Cherche Midi.
© Cabu/Le Cherche Midi.
À 13 ans, quand on me punissait pour avoir découpé une tache sur le pull que m’avait tricoté ma grand-mère… Que je détestais - le pull, pas ma grand-mère -, les adultes autour de la table, riaient. Un pull… Qu’est-ce que c’est ?

À 13 ans, si j’avais appris par mon père qu’on avait tiré une balle dans la tête de Cabu, putain ! Ce que j’aurais chialé.

J’ai pris 25 ans. Et c’est arrivé. Pire. Tous ces gamins sont définitivement partis. Envolés. Cavana les a devancés.

Ces grands enfants nous ont quittés un jour de Janvier. Un début d’année. Massacrés.
À 38 ans, je pleure comme une gamine. Ils ont tiré sur mes souvenirs et sur toute une époque que j’ai adorée. Aimée. Chérie.

À Paris, le temps était tellement pourri ce mercredi.

Ah ! Charlie. Putain ! Ce que tu vas manquer à ma vie.

Voilà ! C’est dit. Écrit. Que mon cœur et tous les cœurs continuent… À vibrer.

Le billet d’humeur, triste, d’Isa Belle L

Isabelle Lauriou
Dimanche 11 Janvier 2015

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique

L'histoire se passe au Québec. Dans "Antioche" de Sarah Berthiaume, Antigone est une adolescente un peu foutrac, qui fait un peu n'importe nawak avec son djin troué et sa toga praetexta. Normal, elle voudrait jouer Anouilh et son Antigone, et articuler parfaitement le Français standard plutôt que jouer les fièvres du samedi soir…

•Off 2019• Antioche… Contradictions contemporaines… entre confort matérialiste et exaltation romantique
… Quant à sa copine Jade, elle ne vaut pas mieux qui s'emmure dans les toiles d'Internet, universelle araigne maléfique, pendant que sa mère qui a fui la Syrie fait des listes de mots pour les mémoriser.

Dans cette terre d'exil et d'accueil, dans cette terre d'immigration qui mêle réfugiés du Proche-Orient et descendants des acadiens entourés d'Anglais, cette terre qui veut échapper au globish et se pose la question de sa présence au monde, les deux copines rêvent de fugues, vivent intensément le sentiment de la liberté ou de l'enfermement. C'est que le confort matérialiste ou l'exaltation romantique sont autant de pièges à éviter. Pour elles le retour aux origines est problématique. La pièce noue les contradictions contemporaines.

Le langage est populaire, direct et inventif. Et le spectacle évolue de la comédie populaire et farcesque au drame suspendu au dessus des têtes. Les personnages connaissent des paroxysmes et dans les allers et les retours de leurs rêves, dans leurs errances, leurs désirs de fugues se lit la construction d'une mémoire et d'une identité. Jusqu'à ce que les deux héroïnes, en bordure du danger, croisent le chemin de la fatalité et du destin. Le retour aux origines devient tentation de l'intégrisme, du terrorisme.

Jean Grapin
29/06/2019
Spectacle à la Une

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !

Quand du noir complet, le faisceau de lumière de l'ampoule tombant des cintres coiffe le crâne dégarni et blanchi de Denis Lavant, hiératique derrière un bureau métallique fatigué, les yeux aimantés par un magnétophone à bande posé devant lui et absorbant dans la nuit magnétique toute son énergie, on se dit que la magie du théâtre est un leurre qui nous ravit au double sens…

•Off 2019• La dernière bande Enregistrements magnétiques… performance à donner la banane !
Plus rien n'existe alors que ce fabuleux homme né pour le théâtre qui s'apprête devant nous à renouer avec l'univers insolite de Samuel Beckett, dont il a interprété sur cette même scène des Halles, "Cap au pire" (2017), mis en jeu par le même Jacques Osinski.

Et le (très) long silence qui s'ensuit instille, dans le droit fil du choc liminaire, une étrangeté en osmose avec l'univers du dramaturge irlandais. Puis, émergeant de sa torpeur contemplative, "il" rapproche à quelques millimètres de son œil, que l'on devine à moitié aveugle, une clé extraite du fouillis de son veston loqueteux. Si le premier tiroir ouvert contenant une bobine ne l'intéresse pas dans l'immédiat, l'autre dans lequel il plonge à nouveau sa tête lui offre… une banane ! Épluchée soigneusement, elle va être tenue en bouche avant d'être mangée. La peau jetée sur le sol, lui vaudra une glissade digne d'un Buster Keaton sorti d'un film muet.

Yves Kafka
07/07/2019
Sortie à la Une

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et "bio-éthique" à dévorer tout cru

D'abord dire le choc artistique lié au mix d'un slam magnétique, d'une voix parlée aux résonances philosophiques, d'une musique live et de live painting se répondant l'une et l'autre, le tout réuni sur le même plateau pour créer l'univers poétique où deux histoires différentes - quoique… - se rencontrent au point de chute. Les contes partagent cela en commun, ils "parlent" au-delà de leur contenu et réservent des surprises "sans fin" qui nous mettent en appétit (d'ogre).

•Off 2019• Le dernier Ogre Conte slamé et
Ensuite, dire que l'on ne doit pas se laisser abuser par le mot conte… Comme beaucoup de contes, il n'est pas destiné aux enfants même s'il peut être vu avec intérêt par eux aussi… ne serait-ce que pour qu'ils expliquent aux adultes que leur faim de bien faire - rêve d'une vie bio et écologique à tous crins - peut s'avérer à la fin, "une vraie tuerie"…

(Il était une fois) un ogre dont i["À [son] retour [sa] douce avait dressé la table/Préparée comme jamais des mets gorgés d'odeur"]i (il parle, l'ogre, en alexandrins slamés) et qui aimait ses sept filles plus que tout au monde, les bisoutant, les cajolant et veillant à ce que rien ne leur manquât de nourriture raffinée et autres conforts domestiques. Un père de famille au-dessus de tout soupçon…

Certes, les mets gorgés d'odeurs mijotés par sa femme ogresse étaient exquis à son goût mais ogre il était, et son penchant "naturel" pour la chair fraîche humaine ne pouvait longtemps rester au garde-manger.

Yves Kafka
27/07/2019