La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Denise Chalem honorée par l’Académie Française... Une femme de théâtre à l’honneur  06/12/2011

Couverture de l'Avant-Scène Théâtre
Denise Chalem, administratrice théâtre de la SACD, a reçu le Grand Prix du Théâtre de l’Académie Française pour l’ensemble de son œuvre, le 1er décembre, sous la Coupole. À ce jour, Denise Chalem est la troisième femme à recevoir cette récompense. Avant elle, seules Marguerite Duras en 1983 et Yasmina Reza en 2000 ont reçu cette distinction.

Le Grand Prix du théâtre est un prix annuel créé en 1980 par la Fondation Le Métais-Larivière, il est attribué par l'Académie française à un auteur dramatique pour l’ensemble de son œuvre.

La passion du théâtre et des mots
Comédienne, auteur et metteur en scène, Denise Chalem a été élève au Conservatoire d’Art Dramatique de Paris dans la classe d'Antoine Vitez. Comédienne de théâtre, elle a joué entre autres avec Jean-Pierre Vincent, Bernard Murat, Marcel Bluwal, Daniel Benoin, etc. Comédienne de cinéma et de télévision, elle a été dirigée par Bertrand Blier, Bruno Nuytten, Jacques Fansten, Serges Moati, etc. L'une de ses pièces récentes, "Aller chercher demain", était à l'affiche du petit Théâtre de Paris de janvier à Avril 2011, dans une mise en scène de Didier Long avec notamment Michel Aumont, Denise Chalem (Nomination aux Molières, catégorie meilleur auteur).

Parmi ses autres textes : "L'argent" dans la collection "les petites formes de la Comédie-Française", publié à L'avant-scène théâtre en janvier 2010 ; "Paris 7ème, mes plus belles vacances", prix SACD Beaumarchais 2010 ; "Dis à ma fille que je pars en voyage", Molière de la meilleure création française, créé au Théâtre du Rond-Point puis repris au Théâtre de l'Œuvre ; "Nés de la Mère du Monde", scénario écrit et réalisé pour Arte et France 2, Prix de la Nymphe d'or au festival de Monte-Carlo ; "La nuit de cristal", prix de la Fondation de la vocation ; "À cinquante ans elle découvrait la mer", créé au Petit Odéon puis repris au Studio des Champs-Élysées. Ce dernier a été traduit en 10 langues, joué dans de très nombreux pays et a reçu le Prix des Nouveaux Talents SACD. Toutes ses pièces sont publiées chez Actes Sud.
La Rédaction

Expo à la Bibliothèque-musée de l’Opéra : La Belle époque de Massenet  02/12/2011

Expo à la Bibliothèque-musée de l’Opéra : La Belle époque de Massenet
À l’occasion du centenaire de la mort de Jules Massenet, de la nouvelle production à l’Opéra Bastille de "Manon" et de la reprise de "L’Histoire de Manon" au Palais Garnier, la Bibliothèque nationale de France et l’Opéra national de Paris consacrent une exposition, dans les espaces de la Bibliothèque-musée de l’Opéra, au compositeur phare de la Belle époque.

Au travers d’une centaine de pièces - tableaux, dessins, maquettes de décors et de costumes, partitions, photographies, costumes, affiches et documents d’archives -, l’exposition célèbre le centenaire de la mort de celui qui réussit au théâtre une synthèse unique des arts et de la musique. En effet, bien loin de se cantonner à son seul rôle de compositeur, il s’intéresse à tout, contrôle tout et impose sa vision picturale et scénographique aux directeurs de théâtres, aux décorateurs et aux metteurs en scène.

Pour la création de "Esclarmonde" (opéra romanesque en quatre actes) à l’Opéra-Comique, en 1889, il fait non seulement dessiner l’affiche du spectacle par l’un des plus grands illustrateurs de son temps, Eugène Grasset (entre autres créateur du logotype de la "Semeuse soufflant une fleur de pissenlit" pour le dictionnaire Larousse), mais il lui demande aussi de doter la partition de pages d’ouverture et d’un frontispice somptueux ; enfin et surtout, il l’invite également à concevoir une partie des décors. Si "Esclarmonde" révèle donc un homme de théâtre accompli, visionnaire dans son approche esthétique de la scène et symbolisant à merveille l’esprit de la Belle époque, d’autres grands succès jalonnent la carrière du compositeur : "Manon et Werther", mais aussi "Le Cid", "Thaïs", "Grisélidis", "Cendrillon", "Le Jongleur de Notre-Dame", "Chérubin", etc.

De la création du "Roi de Lahore" au Palais Garnier en 1877 (un véritable succès qui assied sa notoriété) jusqu’à sa mort en 1912, Jules Massenet (1842-1912) domine donc la vie lyrique française. Ses œuvres sont représentées sur les scènes du monde entier et le compositeur y incarne l’élégance et la sensualité françaises, d’autant qu’il aime à mettre en valeur le talent des plus belles cantatrices de son temps : Sibyl Sanderson, Rose Caron, Lucienne Bréval, Marie Heilbronn ou Lucy Arbell. Autorité musicale, professeur recherché et aimé, Massenet a pour élève Alfred Bruneau, Gustave Charpentier, Ernest Chausson, George Enescu, Reynaldo Hahn ou Gabriel Pierné. Même Claude Debussy, qui n’a pas été de ceux-là, ne cache pas son admiration pour le compositeur...

Les documents exposés proviennent principalement des collections de l’Opéra national de Paris et de la Bibliothèque nationale de France mais également du Centre national du costume de scène de Moulins, de l’Opéra de Saint-Étienne, du musée d’Orsay, de la Mutuelle nationale des artistes de Pont-aux-Dames et de la Villa Médicis.

Du 14 décembre 2011 au 13 mai 2012.
"La Belle époque de Massenet"
Tous les jours de 10 h à 17 h, sauf le 25 décembre 2011, le 1er janvier et le 4 mars 2012.
Bibliothèque nationale de France, Bibliothèque-musée de l’Opéra, Palais Garnier, à l’angle des rues Scribe et Auber, Paris 9e.
Entrée : 9 €. Tarif réduit : 5 € (avec la visite du théâtre). Entrée gratuite pour les moins de 18 ans.
Cette exposition est organisée dans le cadre des Commémorations nationales 2012.
Renseignements : 0 892 89 90 90 ou bnf.fr
Lire les autres brèves.
La Rédaction

"Un artiste à l'école" pour sensibiliser les écoliers aux métiers artistiques liés aux enjeux de la copie privée  30/11/2011

"L'Association la Culture avec la copie privée" initie, en partenariat avec la Ligue de l'Enseignement, la première édition d'une opération intitulée "Un artiste à l'école". Celle-ci se déroulera du lundi 30 janvier au vendredi 10 février 2012. Les membres de "l'Association la Culture avec la copie privée", association qui réunit plus de 40 organisations et syndicats d'ayants droit et de consommateurs, lancent cette initiative afin de sensibiliser les écoliers aux métiers artistiques liés aux enjeux de la copie privée.

Une trentaine d'artistes de domaines culturels multi disciplinaires - musique, cinéma, audiovisuel, spectacle vivant, arts graphiques, etc. - retournent sur les bancs des établissements dans lesquels ils ont été scolarisés pour une rencontre originale, pédagogique et artistique avec les élèves.

Le cinéaste Gérard Krawczyk, administrateur de la SACD, qui est à l’origine de cette opération, sera le parrain de cette première édition et se déplacera pour l'occasion dans un établissement qu’il a fréquenté. Cette première rencontre "artistes collégiens" sera le point de départ d’une série d’autres rendez-vous artistiques et pédagogiques entre cinéastes, producteurs, interprètes, musiciens, graphistes, auteurs multimédias et élèves (allant du CE2 à la Terminale).
Les objectifs :
• Favoriser la transmission des savoirs en luttant contre l’intimidation sociale ;
• Faire de la pédagogie sur la démarche et le métier artistiques ;
• Enrichir le lien entre les élèves et les établissements scolaires ;
• Nourrir un projet artistique et pédagogique autour de l’artiste.

"Un artiste à l'école"
Première édition.
Du lundi 30 janvier au vendredi 10 février 2012.
Initiée en partenariat avec la Ligue de l'Enseignement.
Avec le soutien des Ministères de l'Éducation Nationale, de la Culture et de la Communication.

>> www.copieprivee.org
La Rédaction

La création musicale, tout un programme !  25/11/2011

Photo : Ensemble 2e2m © E. Kongs.
Futurs Composés investira l'Opéra Comique samedi 3 décembre pour une journée dédiée à la création musicale. Au moment où les élections présidentielles représentent un véritable choix de société, où la place de la culture devra être essentielle, le soutien de la puissance publique à la création et aux pratiques innovantes se doit d’être réaffirmé et il est important de participer à ces débats.

Le temps d'une journée se retrouveront les responsables "culture" des différents partis et des personnalités du secteur musical pour réfléchir et débattre de la place de la création dans la politique de demain.

Plus de 30 concerts donneront à entendre une très grande diversité d'esthétiques contemporaines : arts sonores, musiques acousmatiques, électroacoustiques, électroniques, expérimentales, improvisées, instrumentales, mixtes, performances pluridisciplinaires… Sans oublier le Bar de la Création, ouvert toute la journée, où il sera possible de poursuivre les échanges et rencontrer les artistes !

Organisation de la journée :
>> 9 h 45 - 11 h 45 : Débat "Entre démocratisation et démocratie culturelle, quelle politique de l’État pour la musique ?", Foyer Favart.
En présence des responsables culture des partis politiques.
>> 11 h 45 - 13 h 15 : Concert 1, Salle Favart.
>> 14 h0 - 16 h : Débat "Entre État mécène et État facilitateur, quelles nouvelles modalités d’intervention du Ministère de la Culture ?", Foyer Favart.
En présence des responsables culture des partis politiques.
>> 16 h - 18h : Concert 2, Salle Favart.
>> 18 h 15 - 19 h 15 : Synthèse des interventions, Foyer Favart.
En présence des responsables culture des partis politiques.
>> 20 h - 23 h : Concert 3, Salle Favart.
Programmation complète sur le site de Futurs Composés.

Les intervenants présents aux débats "Quelle politique nationale pour la création musicale ?" sont :
> Pascale Bonniel-Chalier : Animatrice de la Commission Nationale Culture Europe écologie-Les Verts,
> Patrick Brunel : Animateur de la commission culture du Modem,
> Karine Gloanec-Maurin : Secrétaire nationale adjointe à la culture au Parti Socialiste,
> Alain Hayot : Corédacteur du programme culture du Front de Gauche,
> Georges-François Hirsch : Directeur de la DGCA (Direction générale de la création artistique),
> David Jisse : Directeur de la Muse en circuit, producteur radio et Vice Président de Futurs Composés,
> Jean-Michel Lucas : Maître de conférence en sciences économiques et sociales à l'Université de Rennes 2,
> Jacques Toubon : Président de la Fevis, membre de l'Hadopi, Président de la Cité Nationale de l'Histoire et de l'Immigration.
Liste sous réserve de modifications.

À noter que Futurs Composés est le réseau national de la création musicale, soutenu par La Société des Auteurs, Compositeurs et Éditeurs de Musique (SACEM), Le Ministère de la Culture et de la Communication, La Direction Générale de la Création Artistique (DGCA), La Région Ile-de-France, La Direction Régionale des Affaires Culturelles d'Ile-de-France (DRAC), Le Conseil général du Val-de-Marne, et Le Fonds pour la Création
Musicale (FCM).

Samedi 3 décembre. Entrée libre.
Horaires : 9 h 30 - 23 h.
Lieu : Opéra Comique, place Boieldieu, Paris 2e.
>> Futurs Composés.
Lire les autres brèves.

Photo : Ensemble 2e2m © E. Kongs.
La Rédaction

Avignon Festival & Cie : dates du OFF 2012, nouveau CA et perspectives  23/11/2011

Avignon Off 2011 © Gil Chauveau.
Réunie en Assemblée Générale ce lundi 21 novembre 2011, l’association Avignon Festival & Compagnies a voté à une large majorité : l’adoption du rapport moral, du rapport financier, et a validé la proposition du Conseil d'Administration concernant la Charte du OFF pour les compagnies et les lieux ainsi que les dates du prochain festival OFF qui se déroulera du samedi 7 au samedi 28 juillet 2012.

L'assemblée générale a également validé les perspectives suivantes :
1 - La mise en place du Collège C, composé de personnalités de la société civile, de représentants des institutions et organismes culturels ainsi que d'acteurs économiques locaux prenant en compte la spécificité du OFF.
2 - La poursuite du développement :
- des publics et des professionnels à travers le site internet, les réseaux sociaux, le maillage des théâtres et festivals partenaires,
- Des partenariats internationaux à travers une semaine internationale du OFF.
3 - La mise en place :
- de résidences de création en automne ou au printemps,
- d'une Agence Technique du OFF (centre de ressources des lieux, mutualisation de moyens : aide juridique et technique, billetterie informatisée, réservations et vente de billets en lignes, locations et achats groupés de matériel),
- d’un catalogue des lieux, destiné aux compagnies et aux professionnels.
4 - La pérennisation de la présidence pendant 3 ans à partir de 2012.

Par ailleurs, devant l'importance de cette manifestation unique dans le paysage culturel national, le Ministre de la Culture et de la Communication Frédéric Mitterrand, a voulu marquer l'attachement de l’État à ce bouillonnement annuel de la création porteur d’une vision sans cesse renouvelée de la démocratisation culturelle en lui allouant pour la première fois une subvention. Ce geste de reconnaissance à l'égard des artistes et du travail accompli par Avignon Festival & Compagnies permettra l’organisation, au printemps prochain, d’une table ronde sur le OFF, ses enjeux et ses perspectives.

Élection des membres du conseil d'administration
Conformément à ses statuts, l'Assemblée a procédé à l’élection des nouveaux membres du Conseil d’Administration pour les Collèges des Compagnies et des Théâtres.
Collège des Compagnies :
• Sortantes : Mesdames Pierrette Dupoyet et Béatrice Valéro ;
• Réélue : Mme Béatrice Valéro (Alhambra - Cie Flamenco Vivo) ;
• Élu : M. Yves Cusset (Cie Un Jour J’irai).
Collège des Théâtres :
• Sortants : Mme Danielle Vantaggioli et M. Pierre Lambert ;
• Réélue : Mme Danielle Vantaggioli (Théâtre du Chien qui fume) ;
• Élue : Mme Claire Wilmart (Maison du Théâtre pour Enfants).

Le nouveau Conseil d’Administration est désormais composé de :
Collège des Compagnies : Didier Chalaux, Yves Cusset, Isabelle Decroix, Armand Eloi, Philippe Fourel, Chantal Loïal, Stéphane Roux, Béatrice Valéro.
Collège des Théâtres : Greg Germain, Bertrand Hurault, Bernard Le Corff, Danielle Vantaggioli, Claire Wilmart, Raymond Yana.
Collège des Personnalités : Monique Bout.

Conformément aux nouveaux statuts et règlement intérieur, le Conseil d’Administration se réunira prochainement pour élire son nouveau Bureau et mettre en œuvre les perspectives décidées par l’Assemblée Générale du 21 novembre.

Communiqué Avignon Festival & Cie du 22/11/2011.
Photo : Avignon Off 2011 © Gil Chauveau.
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Robert Hossein honoré par la SACD  21/11/2011

Robert Hossein dans "Petits meurtres en famille" d’après Agatha Christie, réalisé par Edwin Baily © DR.
Sophie Deschamps, présidente du Conseil d’Administration de la SACD, remet ce soir à l’acteur, auteur, metteur en scène et réalisateur Robert Hossein, la médaille d’honneur de la Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques. Cette toute nouvelle distinction créée par le Conseil d’administration de la SACD est destinée à saluer des auteurs dont le talent et l’ensemble de l’œuvre honorent notre société.

La cérémonie se déroulera dans les salons de la SACD en présence de Pascal Rogard, directeur général, Janine Lorente, directrice générale adjointe, et le Conseil d’Administration de la SACD.

Robert Hossein, une vie de partage, de fidélité et de transmission
Né le 30 décembre 1927 à Paris, Robert Hossein a grandi dans un milieu artistique entre son père, le compositeur iranien André Hossein, et sa mère comédienne d’origine ukrainienne. Très tôt il se passionne pour le théâtre et suit des cours auprès de René Simon, Tania Balachova et Jean Marchat. Dès l’âge de 19 ans, il est révélé par sa pièce Les voyous qu’il met lui-même en scène au Théâtre du Vieux-Colombier. Après s’être destiné un temps à la mise en scène, il débute au cinéma en 1948 en faisant de la figuration dans Le Diable boiteux de Sacha Guitry, mais sa carrière cinématographique est véritablement lancée avec le film de Jules Dassin, du Rififi chez les hommes en 1955. Depuis, il n’a cessé de tourner avec des réalisateurs tels que Roger Vadim, Yves Allégret, Alexandre Astruc, Edouard Molinaro, Mauro Bologni, Christian Jacques, Claude Autant-Lara, Henri Verneuil, Denys de La Patellière, Claude Lelouch, Tonie Marshall, Francis Huster.

Parallèlement, dès 1955, Robert Hossein réalise son premier film, Les Salauds vont en enfer adapté du roman de son ami, Frédéric Dard. Suivront : Pardonnez vos offenses (1956), Toi le venin (1959), Une Corde un colt (1968) ou encore Le Vampire de Düsseldorf (1965).
Présent également à la télévision, il a joué dans de nombreux téléfilms et feuilletons : Le Tour d’écrou (1974), La croisade des enfants (1988), Petits meurtres en famille (2006), Vénus et Apollon (2008).

Un théâtre pour tous
Celui qui incarne encore aux yeux de beaucoup l’éternel Joffrey de Peyrac de la saga Angélique marquise des anges (1964), décide en 1970 de quitter Paris en plein succès pour diriger le Théâtre Populaire de Reims. En 1972, avec la pièce La Maison de Bernarda Alba, de Federico Garcia Lorca, il révèle au public une jeune comédienne, Isabelle Adjani, qui entrera aussitôt après à la Comédie Française. À Reims, Robert Hossein expérimente un théâtre destiné au plus grand nombre, spectaculaire et cinématographique.

De retour à Paris, il poursuit et développe de grands spectacles interactifs tels que Le Cuirassé Potemkine, Notre Dame de Paris, Danton et Robespierre, Les Misérables ou plus récemment Ben Hur joués dans des salles de concert tels que le Palais des sports, le Palais des Congrès, ou même le Stade de France. De 2000 à 2008, il assure la direction du théâtre Marigny.

Fervent croyant, il crée des spectacles autour de la foi catholique : Jésus était son nom (1991), Jésus la résurrection (2000), N’ayez pas peur (2007), et cette année Une femme nommée Marie (2011) dont la première s’est créée à Lourdes.
Communiqué SACD du 21 novembre 2011.

Photo : Robert Hossein dans "Petits meurtres en famille" d’après Agatha Christie, réalisé par Edwin Baily © DR.

>> SACD
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Bilan du 1er sommet culturel inter-États sur le droit d'auteur à l'ère numérique  19/11/2011

Bilan du 1er sommet culturel inter-États sur le droit d'auteur à l'ère numérique
Les 17 et 18 novembre 2011 s'est tenu à Avignon la première réunion des ministres de la culture et de la propriété intellectuelle consacrée aux enjeux de l'avenir de la création, qui comptent, avec ceux de la liberté d’expression, parmi les plus cruciaux pour l’entrée dans l'ère numérique. Cette rencontre était sous l'égide de la Présidence française du G8 et se trouvait dans la continuité de la déclaration des chefs d'État et de gouvernement lors du sommet du G8 des 26 et 27 mai à Deauville, qui avait permis de constater un consensus pour la promotion d’un internet responsable.

Se fondant sur ces orientations agréées au plus haut niveau des États du G8, le Sommet des ministres à Avignon avait pour volonté d'élargir le débat au delà des membres de cette enceinte et d'en approfondir les implications en croisant les éclairages de différents ministres chargés de la culture et de la propriété intellectuelle. On a pu donc constater à Avignon la présence de 19 États - Afrique du Sud, Allemagne, Brésil, Burkina Faso, Canada, Corée du Sud, République arabe d’Égypte, Espagne, États-Unis, France, Italie, Japon, Maroc, Pologne, Royaume-Uni, Fédération de Russie, Suède, Suisse, Vietnam - ainsi que de hauts responsables de la Commission européenne, de l'OCDE, de l'OMPI et de l'UNESCO ; et de grands témoins du monde de la culture.

En ces temps de crise économique internationale, le dynamisme de la création culturelle est plus que jamais un facteur clé de croissance et d'emploi ; c’est aussi un véritable enjeu de civilisation.

De ces échanges très nourris, marqués par le sens d’une responsabilité partagée à l’égard de la création et de son avenir à l’ère numérique, la Présidence française, et pour représentation le Ministère de la culture et de la communication, retient pour sa part 5 convictions fortes :

1. Il ne peut y avoir de création ni de diversité culturelle durables sans un droit d'auteur qui protège et rémunère les créateurs.

2. Une offre légale diversifiée de contenus culturels en ligne est dès maintenant disponible : il faut lui donner toutes ses chances tout en développant la numérisation du patrimoine de manière ambitieuse et responsable.

3. Sur tous les continents, des initiatives convergentes de mise en œuvre des droits se développent car la question n'est plus de savoir s'il est urgent de réduire le piratage mais comment y parvenir au mieux.

4. Cette vaste transition de l'économie culturelle est une responsabilité partagée des pouvoirs publics, des citoyens, des ayants droit et de tous les acteurs du numérique.

5. La consolidation de cette économie culturelle de demain exige plus de coopération entre toutes les parties prenantes et l'implication forte des organisations internationales afin que les politiques publiques pour le développement de l'économie de la création soient guidées par des principes fondateurs communs.

Forte de ces cinq convictions éclairées par les débats tenus en Avignon, la Présidence française engage ses successeurs à poursuivre le travail partagé sur les enjeux du droit d'auteur et de la rémunération de la création à l'ère numérique.

Source : Communiqué du Ministère de la culture et de la communication du 18 novembre 2011.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Le Conseil d’administration de la Sacem désigne Jean-Noël Tronc, président du Directoire, gérant de la société, comme successeur de Bernard Miyet  18/11/2011

Le Conseil d’administration de la Sacem désigne Jean-Noël Tronc, président du Directoire, gérant de la société, comme successeur de Bernard Miyet
Le Conseil d’administration de la Sacem réuni jeudi 17 novembre, a désigné Jean-Noël Tronc pour succéder à Bernard Miyet. Il prendra la direction de la société au terme du mandat de ce dernier.

Jean-Noël Tronc est âgé de 43 ans, il est diplômé de l’Institut d’Études Politiques de Paris et de l’ESSEC. Après avoir travaillé au début de sa carrière auprès du Vice-président de la Commission économique du Parlement Européen, il a été ingénieur-conseil chez Accenture de 1993 à 1995, chargé de mission au Commissariat général du Plan de 1995 à 1997, Conseiller pour les technologies et la société de l’information auprès du Premier ministre de 1997 à 2002, Directeur de la stratégie et de la marque Orange puis Directeur général d’Orange France de 2002 à 2007, avant d’être dernièrement Président-directeur général de Canal Plus Overseas.

Son parcours, à la fois dans les secteurs public et privé, son expérience internationale, ses compétences dans les domaines de l'internet, des télécommunications et des médias et son expérience du management d'entreprises dotées d’une organisation en réseau, constituent des atouts majeurs face aux enjeux actuels de la création et du droit d’auteur.

Le Conseil d’Administration renouvelle toute sa confiance à Bernard Miyet et à l’ensemble des dirigeants et sait pouvoir compter sur le personnel et les équipes de la Sacem pour se mobiliser sur ces enjeux et prendre part aux changements à conduire dans cette perspective.

Communiqué de presse de la Sacem.
>> www.sacem.fr

Photo : Jean-Noël Tronc © DR.
La Rédaction

Le Hard Rock Café Paris célèbre ses 20 ans !  17/11/2011

Le Hard Rock Café Paris célèbre ses 20 ans !
Le Hard Rock Café s’apprête à célébrer les 20 ans de son café parisien et prévoit pour l’occasion de nombreuses opérations pour inviter ses fans français à partager les festivités !

L’enseigne parisienne fêtera ses 20 ans le 24 novembre prochain, lors d’une soirée privée unique, pendant laquelle se produiront des invités de prestige. La soirée sera animée par Nicolas Ullmann (comédien, DJ, musicien et roi des nuits parisiennes) qui proposera son fameux "Kararocke" et proposera aux invités de le rejoindre sur scène. Les Airnadette donneront un showcase, Mathias Malzieu, du groupe Dyonisos, remettra un de ses instruments de musique pour agrandir la "Memorabilia" du café (collection d’objets offerts par des artistes), tandis que Gunther Love remettra, pour le clin d’œil, sa première "Air Guitar", et bien d’autres surprises...

Rita Gilligan, icône du Hard Rock, sera également présente. Surnommée "Lovely Rita", elle a intégré les premières équipes du café londonien dans les années soixante-dix et lui est restée fidèle. Durant 17 ans, elle a servi les plus grandes stars : les Beatles, les Rolling Stones, Abba, Cyndi Lauper, John Lennon, Steven Spielberg, George Michael ou encore le prince Albert de Monaco ! En 1988, Hard Rock International l’a nommée ambassadrice de la marque. Elle voyage depuis à travers le monde pour transmettre son savoir et ses anecdotes lors des grands événements organisés par le Hard Rock.

Concernant la soirée du 24 novembre, tous les fans du Hard Rock Cafe pouvent gagner des invitations en écoutant Ouï FM entre le 17 et le 24 novembre, et en tentant leur chance sur la page Facebook du Hard Rock Café Paris : www.facebook.com/hardrockcafeparis.

Par ailleurs, Hard Rock Café Paris élargit son soutien auprès de l’association Sol En Si, en partenariat avec le magasin de jouets "La Grande Récré" et invite tous ses fans à donner jusqu’au 22 novembre des jouets, des livres, des CD, des DVD pour enfants ou encore des instruments de musique pour alimenter la halte-garderie créée par Sol En Si qui réouvrira ses portes dans quelques semaines à Bobigny. Rita Gilligan, la fameuse ambassadrice Hard Rock international, remettra l’ensemble des dons à l’association le 23 novembre.

>> www.solensi.org

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Concert exceptionnel de soutien aux DjangodOr  14/11/2011

Jimi Drouillard © Éric Barbara.
Concert exceptionnel de soutien aux DjangodOr

L'événement annuel des DjangodOr - Trophées Internationaux du Jazz - est menacé suite à l'incendie des locaux qui a détruit 19 années d'archives. Pour le 20e anniversaire des DjangodOr, les artistes se mobilisent bénévolement afin que perdure ce grand rendez-vous... Malheureusement sans remise de prix en raison de cette édition perturbée.

Pour cette soirée, Carte blanche est donnée à Romane (réalisation et orchestration). Ce guitariste de Jazz, dans la tradition nommée jazz manouche ou swing gitan, dirige aussi la Swing Romane Académie, "une école pas comme les autres". Il co-présentera en compagnie de Zoon (comédien).

Concert de soutien - Programmation définitive :
David Reinhardt, Noé Reinhardt et Samy Daussat (guitares) ;
Rhoda Scot (orgue), David Linx (vocal), Julie Saury (batterie) ;
Didier Lockwood (violon) ;
Youn Sun Nah (chanteuse coréenne) et Ulf Wakenius (guitare) ;
Marcel Azzola (accordéon) et Lina Bossati (piano) ;
Pierre et Richard Manetti (guitares) ;
Levis Adel-Reinhardt (guitare) ;
Jimi Drouillard (guitare) ;
Pem trio (guitares, violon) ;
Rocky Gresset (guitare) ;
Romane Roots & Groove (guitares, orgue, violon) ;
Thomas ENHCO (piano et violon)
Abdoulaye Zon dit Ablo (batteur Burkinabe) ;
Stéphane Belmondo (trompette, bugle) ;
Aurore Voilque quartet (violon et voix, guitare, batterie).

Jeudi 24 novembre 2011 à 20 h au Pavillon Baltard (Nogent-sur-Marne).
Pavillon Baltard, 12, avenue Victor Hugo, Nogent-sur-Marne.
Tarifs plein : 25 €, réduit : 15 €.
Réservations : 0892 707 507 (0,34 €TTC/min).

Photo : Jimi Drouillard © Éric Barbara.

>> www.django.org
>> www.pavillonbaltard.fr
Lire les autres brèves.
La Rédaction

Les Grands Prix Sacem 2011  11/11/2011

Les Grands Prix Sacem 2011
Cette année, et pour la première fois, la cérémonie des Grands Prix Sacem, qui ont lieu lundi 14 novembre à 20 h 30 au Casino de Paris, sera diffusée en direct sur le site de vidéo en ligne Dailymotion et sur celui de la Sacem.

Les Grands Prix Sacem sont autant de "remerciements" que de "coups de cœur" adressés chaque année aux créateurs et éditeurs qui nous font partager des moments de rêve, de rire et d’émotion toute l’année.

Aujourd'hui, à l'occasion des Grands Prix 2011, la Sacem fait le choix de proposer pour la première fois cet évènement en temps réel, accessible à tous.

Rappel du palmarès 2011 dans l’ordre de passage sur scène :
● Grand Prix du répertoire Sacem à l'export : Yael Naïm et David Donatien.
● Prix Rolf Marbot de la chanson de l'année : "Je veux" (auteur : Kerredine Soltani / compositeurs : Kerredine Soltani-Tryss / interprète : Zaz).
● Grand Prix de l'édition musicale : Éditions Levallois (Paul & Julien Banes).
● Prix Spécial de la Sacem : Jean-Louis Aubert.
● Grand Prix de l'auteur-réalisateur de l'audiovisuel : Yvon Gerault.
● Grand Prix de la musique pour l'image : Éric Serra.
● Grand Prix du jazz : Baptiste Trotignon.
● Grand Prix de l'humour : Nicolas Canteloup.
● Prix Francis Lemarque : Alexis HK.
● Grand Prix de la musique symphonique - carrière : Guillaume Connesson.
● Grand Prix de la musique symphonique - jeune compositeur : Yann Robin.
● Grand Prix des musiques électronique : Émilie Simon.
● Grand Prix des musiques du monde : Souad Massi.
● Grand Prix de la chanson française : Hubert-Félix Thiefaine.

Cérémonie en direct du Casino de Paris, lundi 14 novembre à 20 h 30 précises sur :
>> www.sacem.fr
>> www.dailymotion.com

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Hausse de la TVA sur les biens culturels : une mesure inattendue et néfaste pour la création et la diffusion des œuvres  10/11/2011

Tout en comprenant la nécessité d’un effort national dans le contexte actuel de la crise européenne, la SACD a pris connaissance avec surprise et déception de la décision du Gouvernement d’augmenter la fiscalité relative aux biens et services culturels.

La SACD regrette profondément cette initiative, prise sans aucune concertation, qui constitue un coup de canif dans la politique de soutien à la diversité culturelle.

D’ores et déjà, avec notamment le plafonnement global des ressources du CNC, le projet de budget pour 2012 contenait des dispositions de nature à assurer la participation significative du secteur culturel à l’effort national de redressement des comptes publics.

Cette nouvelle mesure, qui devra faire l’objet de discussions au Parlement, serait tout à la fois incohérente et inefficace. Inefficace car la dépense fiscale liée aux biens culturels reste très marginale dans le budget de l’État. Incohérente car elle va à l’encontre du traitement fiscal spécifique pour les œuvres culturelles, principe toujours défendu en France, quelles que soient les majorités en place.

La SACD espère enfin que ce relèvement de la fiscalité allégée ne s’accompagnera pas d’un renoncement de la France à poursuivre le combat engagé en Europe pour obtenir le droit pour chaque État d’établir une fiscalité spécifique pour tous les biens culturels, qu’ils soient numériques ou non. La SACD rappelle en effet qu’aujourd’hui, les œuvres culturelles ne peuvent bénéficier en Europe d’une fiscalité allégée si elles sont mises à disposition par voie numérique.

Elle encourage donc le Gouvernement à confirmer la continuité de son engagement européen en faveur d’une fiscalité numérique plus propice à favoriser le développement des offres légales et à permettre une politique des prix plus en phase avec les attentes des consommateurs.

Communiqué SACD du 7 novembre.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Tous Buzy... Un concept artistique à la rencontre du public  09/11/2011

© Blondie Photographe.
15 artistes indés pour 14 chansons de Buzy ! 15 artistes pour un concept original associant un album à un livre écrit par un jeune auteur à la plume rock et indé ; 15 artistes qui prennent le parti de choisir un circuit de distribution original, de proximité, qui maille parfaitement le territoire : les bureaux de tabac. À partir du 9 novembre, 25 000 exemplaires sont mis en place à Paris et en Île-de-France. Cette mise en place se fera dans la France entière à partir de la mi-novembre (50 000 à 100 000 exemplaires).

15 artistes à l'esprit rock et indé - Anatomie Bousculaire, Elliot, Nicolas Comment, Clarika, Prohom, La Bestiole, Les Figurants, Nadj, Fancy, Clarys, Pierre Faa, Karton, Ann’So M, Les Imprudents, Puss In Boots - se sont trouvés et fondus pour exploser en 15 nouveaux titres originaux. Pas de label, pas de calcul, juste l'envie, la générosité… Comme on fait un bœuf, pour la musique, pour un album qui sonne libre, qui sonne rock, qui sonne indé.

L'envie, la générosité, la liberté… Voilà des concepts bien nobles, courageux et remarquables, Mais in fine, où ? Avec qui ? Comment faire connaître "Tous Buzy" ? Où ? Avec qui ? Comment le distribuer ? Quel avenir pour l'esprit rock indé à l'extérieur des home studios ? Quel avenir pour sa liberté, sa vérité, ses convictions, ses aspirations et ses ambitions rebelles ?

le CD "Tous Buzy" est différent, ailleurs, loin des produits et des ambitions préformatés ; il n'a de comptes à rendre qu'à lui seul ; il est libre, libre de penser différent, libre de faire différent, libre de transgresser, libre d'ouvrir d'autres voies, libre d'inventer de nouveaux modèles, de faire bouger les lignes…"Tous Buzy" est libre de surprendre, de changer de forme, d'être le premier à..
Une expérience musicale qui est libre d'aller à la rencontre de ses publics, au plus près, de la capitale aux petites villes de province souvent oubliées par les circuits traditionnels.

Dans ce nouveau circuit de distribution, "Tous Buzy" gagne, au delà de sa dimension musicale, une portée sociétale. Ce n'est pas qu'un album, mais un concept, un mouvement qui dicte les formes d'un nouveau produit musical : il est packagé avec un livre de 32 pages, "Vive le Rock !", écrit par un jeune auteur a la plume rock et indé.

CD "Tous Buzy" + Livre "Vive le Rock !" : 8 euros.
Distribution dans les bars tabac !
Paris IDF des le 9 novembre (25 000 exemplaires).
France à partir de mi-novembre (50 000 à 100 000 exemplaires).
>> www.buzy.net

Photo : © Blondie Photographe.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

La Comédie-Française s’expose  09/11/2011

Un entracte à la Comédie Française un soir de première, en 1885 - Édouard Joseph Dantan © Patrick Lorette/Comédie Française.
Le Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, accueille Molière et la Comédie-Française ! L’exposition propose au visiteur de découvrir l’envers du décor : les trésors d’une institution vieille de trois siècles, d’ordinaire conservés dans le secret de ses salons, bureaux, couloirs et foyers…

De la Comédie-Française, on connaît la scène, les comédiens, le Répertoire qui marie les textes du passé et l’avant-garde littéraire… mais qui sait que le portrait de Molière par Nicolas Mignard ou le tableau représentant Les Farceurs français et italiens, illustrant les manuels scolaires, sont conservés par elle ?

Deux cents œuvres présentées au Petit Palais racontent cette célèbre maison : peintures, sculptures, documents d’archives, objets personnels, accessoires et maquettes sont autant de témoignages qui font revivre les grandes heures de la Comédie-Française. On redécouvre les comédiens dans leurs emplois, les grands auteurs dramaturges, les séances du Comité de lecture, le travail de la scène, les accessoires les plus prestigieux, tel le fauteuil dans lequel Molière joua son dernier rôle…
Il s’agit bien d’un musée dans le théâtre, qui dévoile aussi la relation particulière entre les artistes de la scène et des peintres ou sculpteurs aussi fameux que Mignard, Coypel, Houdon, Delacroix, Ingres, Renoir, Rodin, Cocteau…

L’exposition regroupe ainsi tout un patrimoine artistique, en grande partie inédit, qui témoigne de l’histoire d’une grande famille, celle de la troupe de Molière, du XVIIe siècle à nos jours !

La Comédie-Française s’expose
Du 13 octobre 2011 au 15 janvier 2012.
Commissariat :
Gilles Chazal, conservateur général, directeur du Petit Palais.
Agathe Sanjuan, conservatrice-archiviste de la Comédie-Française.
Petit Palais, Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris,
Avenue Winston Churchill, Paris 8e, 01 53 43 40 00.
Ouvert tous les jours, de 10 h à 18 h, sauf les lundis et jours fériés.
Nocturne les jeudis jusqu’à 20 h.
>> www.petitpalais.paris.fr

Photo : Un entracte à la Comédie Française un soir de première, en 1885 - Édouard Joseph Dantan © Patrick Lorette/Comédie Française.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Les Appels d’Offres : Piège et Arnaque en bande organisée  07/11/2011

"L'ombre des jumeaux", chorégraphie de Michel Kelemenis © Gil Chauveau.
Depuis quelques années, nous recevons toutes sortes d’appels d’offres relayés par des institutions comme les Centres de Ressources et le CND. Ce système, apparemment bienveillant car ouvert à tous, peut s’avérer un piège redoutable lorsque l’appel ne respecte pas le code du travail de notre profession.

En effet, certains organisateurs peu scrupuleux utilisent ces appels d’offres pour sélectionner des œuvres et les intégrer dans leur programmation sans aucune rémunération.

Par exemple, dans l’intitulé d’une offre, nous lisons que, sous des prétextes fallacieux de "la rencontre des arts, de l’ouverture et l’accessibilité à tous en offrant une large diversité de propositions, de l’expérimentation de processus de création artistique autour du thème qui lui est cher : le Corps", les conditions pour être programmé sont les suivantes : "le lieu étant mis à disposition, les participants bénéficieront d’un temps de répétition, de création lumière, d’échanges en amont et en aval de l’événement. Le Théâtre met également en place un programme de communication et une mise en réseau auprès des diffuseurs".

Il est déjà peu honorable qu’un théâtre fasse jouer l’offre et la demande pour construire un événement au lieu de faire un réel travail de programmation. Nous estimons encore plus honteux de considérer les œuvres comme des marchandises en se cachant derrière de bons sentiments.
Nous voyons de plus en plus souvent ce type de proposition de programmation à moindre coût.
Nous considérons qu’il est scandaleux d’envisager une programmation artistique sans aucune contrepartie pour les artistes. Par contre, l’organisateur verse les salaires des techniciens et de l’administrateur du lieu : Cherchez l’erreur !

Le syndicat Chorégraphes Associés dénonce ces abus et exige des théâtres et des organisations, qui pratiquent les appels d’offres, une conformité aux règles du droit du travail dans le spectacle vivant, c’est-à-dire une rémunération des structures produisant des spectacles, dans le cadre d’une programmation organisée avec une billetterie.
Le syndicat demande à tous les organismes d’État tels que les DRAC, le Centre National de la Danse ainsi qu’à toutes les institutions, de ne pas relayer ces appels d’offres frauduleux afin de ne pas favoriser ces pratiques douteuses, malveillantes et illégales.

Le syndicat Chorégraphes Associés maintiendra sa vigilance et appelle tous les chorégraphes à s’insurger contre ces pratiques. Les accepter, c’est signer la mort de notre métier à brève échéance.

Chorégraphes, ne vous laissez pas tenter, ce sont des illusions conçues par des programmateurs qui se font une réputation sur notre dos. Merci de nous tenir informés lorsqu’une situation semblable se présente.

Communiqué du syndicat Chorégraphes Associés, le 6 novembre 2011.

Chorégraphes Associés - Maison des Auteurs
7, rue Ballu, Paris 9e.
choregraphes.associes@yahoo.fr
>> www.choregraphesassocies.org

Photo : "L'ombre des jumeaux", chorégraphie de Michel Kelemenis © Gil Chauveau.
La Rédaction

La carte musique évolue pour offrir plus de découverte musicale aux 12-25 ans  03/11/2011

La carte musique évolue pour offrir plus de découverte musicale aux 12-25 ans
Le Ministère de la Culture et de la Commu-nication fait évoluer la carte musique pour offrir aux jeunes de 12 à 25 ans de nouvelles expériences de découvertes musicales. Pour répondre aux attentes de ces publics, la carte musique se dote de nouveaux services et avantages exclusifs. La carte musique sera également commercialisée dans les boutiques partenaires, à partir du 25 novembre 2011.

Face aux enjeux de l’émergence des nouveaux usages et des modes de consommation de la musique en ligne, la carte musique permet aux 12-25 ans de découvrir l’offre légale, plébiscitée par les consommateurs, mais aussi d’élargir le champ de leurs connaissances musicales. En permettant à tous les jeunes de doubler leur capacité d'achat sur des services de musique en ligne, la carte musique offre à tous les 12-25 ans un passeport pour la découverte de nouveaux artistes.

Aujourd’hui, la carte musique évolue pour offrir de nouveaux privilèges et offres exclusives à ses publics. Rencontres avec les artistes, informations sur l’actualité musicale, accès aux coulisses des concerts, visite des studios d’enregistrement : les détenteurs de la carte musique retrouveront dorénavant sur le site internet www.lacartemusique.fr de nouveaux avantages pour vivre plus intensément leur passion pour la musique tout au long de l’année.

Pour plus d’accessibilité, la carte musique se matérialise et sera aussi disponible à la vente dans les réseaux Fnac, Carrefour, Casino, Monoprix et Game, à partir du 25 novembre 2011. En 3 clics sur le site Internet de la carte musique, les jeunes publics pourront activer la carte musique et faire leur choix parmi les millions de titres disponibles sur les plates-formes partenaires. La matérialisation de la carte musique permet également à tous les français d’offrir de la musique aux jeunes de 12/25 ans, en doublant le montant des crédits investis.

Ces évolutions s’inscrivent dans un dialogue avec l’ensemble des professionnels de la musique, des opérateurs de plate-forme légale de téléchargement et de streaming, mobilisés pour proposer aux détenteurs de la carte musique de nouvelles expériences de découverte.

Pour repartir à la conquête de tous ses publics, la carte musique renouvelle intégralement sa communication, avec l’agence Euro RSCG C&O. Un dispositif original, composé d’un film documentaire sur la découverte musicale, d’abribus interactifs présentant les choix musicaux d’artistes de renom (Ayo, BB Brunes, Kitsuné, Oxmo Puccino et PonyPonyRunRun), ainsi qu’un nouveau site internet, a été conçu pour proposer aux publics des expériences musicales immersives.

À propos de la carte musique
Première proposition du rapport "Création et Internet", cette carte en ligne est une mesure de sensibilisation aux nouveaux usages et modes de consommation légaux de la musique en ligne et au respect du travail des artistes et des auteurs. En s’inscrivant sur le site www.carte-musique.gouv.fr, chaque souscripteur constitue sa carte musique en faisant le choix entre des crédits de 5, 10 ou 25 euros et de multiples plates-formes sur lesquelles les utiliser. L’État double le montant des crédits, dans une limite de 25 euros par carte. Valable un an, la carte musique peut-être rechargée tant que les 50 euros d’achat, subvention incluse, ne sont pas atteints.
Communique du ministère du 2 novembre 2011.

Photo : Les BB Brunes, Depuis le 14 octobre, le live "Nico Teen Live" est disponible. © BB Brunes.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Démenti - Théâtre de la Ville Paris/Romeo Castellucci  30/10/2011

Le Théâtre de la Ville, en sa qualité de producteur du spectacle, en accord avec Romeo Castellucci, tient à démentir formellement une information fausse d’abord émise par les opposants aux représentations du spectacle "Sul concetto di volto nel figlio di Dio", puis relayée par certains médias, selon laquelle "des excréments sont jetés, durant la représentation, sur le visage du Christ". Romeo Castellucci affirme au contraire, dans un communiqué daté du 22 octobre dernier que nous avons largement diffusé : "Il est complètement faux qu’on salisse le visage du Christ avec les excréments dans le spectacle. C’est faux et je trouve cette idée horrible. Ceux qui ont assisté à la représentation ont pu voir la coulée finale d’un voile d’encre noire descendant tel un suaire nocturne".

L’assertion erronée n’est pas un détail, car elle est continuellement mise en avant par ceux qui, depuis le 20 octobre dernier, tentent d’empêcher les représentations du spectacle au Théâtre de la Ville (jets de lacrymogènes, d’huile de vidange et d’œufs sur les spectateurs, tentatives d’empêchement de l’entrée du public, représentations interrompues temporairement par des perturbateurs, etc.)

Nous avons par ailleurs enregistré avec satisfaction les propos tenus par le Cardinal André Vingt-Trois, archevêque de Paris, en date du 29 octobre, à Radio Notre-Dame, à propos de ces manifestants : "On est en face de gens qui sont organisés pour des manifestations de violence". Et, à propos des "idiots" qui les suivent "de bonne foi" : "Ce n’est pas parce qu’ils sont de bonne foi que ce qu’ils font est juste. Leur appartenance à des groupes politisés et très militants y compris sur le plan religieux, ne favorise pas leur formation mais au contraire les déforme." (Entretien hebdomadaire accordé à Radio Notre-Dame le matin du 29 octobre 2011).

Ces propos décrivent exactement la situation que nous rencontrons chaque soir.

Dans le cadre du partenariat avec le Théâtre de la Ville, le spectacle sera repris au Centquatre du 2 au 6 novembre 2011.

Le Théâtre de la Ville - Communiqué du 30 octobre 2011.
La Rédaction

Nomination de Christophe Maltot à la direction du Nouveau Théâtre de Besançon, centre dramatique national  29/10/2011

© Elisabeth Carecchio
Frédéric Mitterrand, ministre de la Culture et de la Communication, en accord avec Jean-Louis Fousseret, maire de Besançon, et Marie-Guite Dufay, présidente du Conseil régional de Franche-Comté, a nommé Christophe Maltot à la direction du Nouveau Théâtre de Besançon - Centre dramatique national.

Formé au Conservatoire national supérieur d’art dramatique, Christophe Maltot a joué sous la direction de Stéphane Braunschweig, Giorgio Barberio Corsetti, Christian Schiaretti. Metteur en scène, il fonde sa compagnie "Articule" en 1999, accueillie en résidence au théâtre Gérard Philipe d’Orléans de 2005 à 2008. Formateur, il initie en 2007 le Jeune théâtre régional d’Orléans, structure de professionnalisation en région.

Son projet pour le centre dramatique national de Besançon accorde une place centrale à l’artiste interprète au sein du dispositif théâtral comme de l’action dans la cité, avec une attention permanente à la langue. Il envisage de mettre en place une équipe permanente de cinq artistes sous le parrainage de Michel Bouquet, qui constituera le corps d’action du centre dramatique. Il envisage également le développement d’un dialogue transfrontalier et affiche une ambition européenne forte.

Christophe Maltot succédera le 1er janvier 2012 à Sylvain Maurice qui poursuivra à compter de cette date son activité de création au sein d'une compagnie indépendante.

Photo : Nouveau Théâtre de Besançon © Elisabeth Carecchio.
La Rédaction

"Sur le concept du visage du fils de Dieu" : Communiqué de presse de Bertrand Delanoë, Maire de Paris  28/10/2011

"Sul concetto di volto nel Figlio di Dio" (Sur le concept du visage du fils de Dieu) © Klaus Lefebvre.
Depuis une semaine, chaque soir, des militants fanatisés tentent d’empêcher la tenue du spectacle de Romeo Castellucci, "Sur le concept du visage du fils de Dieu", au Théâtre de la Ville.

Je tiens à exprimer ma consternation et mon inquiétude face à ces faits inacceptables qui se reproduisent chaque soir et devant la manifestation prévue demain par les groupements qui en sont à l'origine. Elle prendra de toute évidence fin par une nouvelle confrontation entre le public et les manifestants place du Châtelet, pouvant donner lieu, encore une fois, à des dérives, des dérapages, voire à des violences.

Nous ne pouvons tolérer au cœur de Paris, ville qui promeut à travers le monde les valeurs humanistes de liberté et de démocratie, de telles expressions d'intégrisme et d'intolérance. C'est pourquoi, depuis une semaine, la Ville de Paris et le Théâtre de la Ville ont décidé de déposer systématiquement plainte contre toute personne qui tente de perturber les représentations de la pièce.

Ces évènements graves, ces agissements et ces menaces, ont mis une pression violente sur le public, le personnel du théâtre, les artistes et le metteur en scène. Face à cette brutalité, tous ont fait front, avec le soutien constant de la Ville de Paris et de mon adjoint chargé de la culture, Christophe Girard. Je remercie le public pour sa patience et sa compréhension, le personnel du théâtre et le personnel municipal pour la détermination qu’ils ont montré dans cette épreuve ainsi que les forces de police d’avoir maintenu l’ordre public. Grâce à la mobilisation de tous, le spectacle a pu continuer. L’œuvre de Romeo Castellucci a pu être vue par des milliers de spectateurs qui ont été, pour la plupart, bouleversés par son humanité.

Je souhaite également réaffirmer ma gratitude et ma confiance à Emmanuel Demarcy- Mota qui, avec la plus grande fermeté, ainsi que diplomatie et sang froid, a rempli la mission qui lui a été confiée : faire vivre le théâtre.

À Paris comme ailleurs, nous défendrons toujours, ensemble, la liberté de création et d’expression, valeurs suprêmes de notre République et condition de notre vivre ensemble.
Bertrand Delanoë, Maire de Paris

Photo : "Sul concetto di volto nel Figlio di Dio" (Sur le concept du visage du fils de Dieu) © Klaus Lefebvre.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

Le Théâtre contre le Fanatisme - Comité de soutien à la liberté de représentation du spectacle de Romeo Castellucci au Théâtre de la Ville  28/10/2011

"Sul concetto di volto nel Figlio di Dio" (Sur le concept du visage du fils de Dieu) © Klaus Lefebvre.
Depuis le 20 octobre, date de la première, les représentations de "Sur le concept du visage du fils de Dieu", de Romeo Castellucci, au Théâtre de la Ville, donnent lieu à des événements graves.

Un groupe organisé d'individus qualifiés d'intégristes chrétiens, se réclamant en partie de l'Action française, a tenté d'empêcher l'accès au Théâtre de la Ville en bloquant les portes, en agressant le public, en le menaçant, en l'aspergeant d'huile de vidange, de gaz lacrymogènes et en lui jetant œufs et boules puantes, tandis que leurs complices, militants du Renouveau Français, entrés dans la salle, ont interrompu la représentation dès le début en occupant la scène et en déployant leur mot d'ordre : "La christianophobie, ça suffit".

L'AGRIF avait demandé par voie de justice l'interdiction du spectacle et avait été déboutée de sa demande par le Tribunal de Grande Instance le 18 octobre 2011.

La police doit donc intervenir chaque jour à l'entrée du théâtre, et nous nous sommes vus dans l'obligation de l'appeler à l'intérieur de la salle à plusieurs reprises pour qu'elle évacue ceux qui occupaient la scène, ce qui s'est fait sans heurts, parce que nous avons veillé à éviter des affrontements entre ces envahisseurs et le public outré de tels agissements.

Le personnel du théâtre s'est montré résolu et efficace en ces pénibles circonstances, et, malgré les nombreux incidents et interruptions, les représentations ont pu, jusqu'à présent, avoir lieu.

Que ces groupes d'individus violents et organisés, qui se réclament de la religion contre une soi-disant "christianophobie", obéissent à des mouvements religieux ou politiques, demande une enquête ; pour nous, en tout cas, ces comportements relèvent à l'évidence du fanatisme, cet ennemi des Lumières et de la liberté contre lequel, à de glorieuses époques, la France a su si bien lutter. Le théâtre a d'ailleurs très souvent été pour ces luttes, un lieu décisif.

On ne peut en rester là. De tels agissements sont graves, ils prennent une tournure nouvelle, nettement fascisante. Ces groupes d'individus s'empressent en outre de décréter blasphématoires, de façon automatique, des spectacles qui ne sont dirigés ni contre les croyants, ni contre le christianisme. Des critiques de journaux importants, qui ne font pas mystère de leur foi chrétienne, ont d'ailleurs loué sans réserve ce spectacle lors de sa présentation en Avignon. Nous vous invitons aussi à lire les déclarations de Romeo Castellucci, publiées dans le programme distribué chaque soir au public, pour comprendre ses intentions et son propos d'artiste (>> Lire nos autres brèves.)

Nous n'entendons pas céder à ces menaces odieuses, et ce spectacle sera maintenu malgré toutes les tentatives d'intimidation. Nous invitons le public à y assister, en toute liberté. Le spectacle, coproduit par le Théâtre de la Ville, y est présenté jusqu'au 30 octobre ; puis il sera repris, dans le cadre de notre partenariat, au Centquatre du 2 au 6 novembre.

Il est d'ailleurs à noter que ce spectacle a été présenté sans troubles en Allemagne, en Belgique, en Norvège, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Russie, aux Pays-Bas, en Grèce, en Suisse, en Pologne et en Italie, et que c'est en France qu'ont lieu ces manifestations d'intolérance.

Nous créons donc un comité de soutien s'adressant à toutes les personnes de bonne volonté - et cette expression est ici particulièrement bienvenue - pour défendre au-delà même du spectacle de Romeo Castellucci, la liberté d'expression, la liberté des artistes et la liberté de pensée, contre ce nouveau fanatisme.
Emmanuel Demarcy-Mota, directeur et l'équipe du Théâtre de la Ville.

Premiers signataires :
Patrice Chéreau, metteur en scène
Stéphane Hessel
Michel Piccoli, comédien
Sylvie Testud, comédienne
Sasha Waltz, chorégraphe, Berlin
Arnaud Desplechin, cinéaste
Luc Bondy, metteur en scène,
Jean-Michel Ribes, auteur, metteur en scène, directeur de théâtre
Bulle Ogier, comédienne
Barbet Schroeder, cinéaste
Juliette Binoche, comédienne
Elodie Bouchez, comédienne
Claude Régy, metteur en scène
Christophe Girard, Président du Centquatre
Joseph Melillo, directeur de la Brooklyn Academy of Music, New York
Stéphane Lissner, directeur de la Scala , Milan
Dominique Mercy, directeur du Tanztheater Wuppertal Pina Bausch
Brigitte Jaques Wajeman, metteur en scène
Jean-Claude Milner, philosophe
Pascal Bonitzer, cinéaste
Jacques-Alain Miller, psychanalyste
Judith Miller, philosophe
Marc Olivier Dupin, compositeur
Peter de Caluwe, directeur général de la Monnaie , Bruxelles
Christian Longchamp, Adjoint artistique & directeur de la dramaturgie, la Monnaie , Bruxelles
Jean-Luc Choplin, directeur du Théâtre du Châtelet
Yorgos Loukos, directeur du Festival d'Athènes
Simon McBurney, metteur en scène, Grande Bretagne
José Manuel Goncalves, directeur du Centquatre
François Le Pillouer, Président du SYNDEAC
Lloyd Newson, chorégraphe, Grande Bretagne
Anne Delbée, écrivain et metteur en scène
Jack Ralite, Ancien ministre
Ushio Amagatsu, chorégraphe, Japon
Georges Banu, Président d'honneur de lassociation internationale des critiques de théâtre
Monique Veaute, Présidente de la Fondation RomaEuropa
Fabrizio Grifasi, Directeur de RomaEuropa
Claus Peymann, directeur du Berliner Ensemble

Les soutiens peuvent être envoyés par e-mail à l'adresse suivante :

comite-de-soutien-castellucci@theatredelaville.com

Photo : "Sul concetto di volto nel Figlio di Dio" (Sur le concept du visage du fils de Dieu) © Klaus Lefebvre.

Lire les autres brèves.
La Rédaction

1 ... « 17 18 19 20 21 22 23 » ... 27




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022