La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, propose Stéphane Braunschweig au poste de directeur du Théâtre National de l’Odéon  17/12/2015

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, a proposé au Président de la République la nomination de Stéphane Braunschweig à la direction du Théâtre National de l’Odéon.

Actuellement directeur du théâtre national de la Colline, Stéphane Braunschweig y mène une aventure artistique qui témoigne depuis toujours de son ambition pour le théâtre et de son rayonnement européen.

Après des études de philosophie à l'École normale supérieure, Stéphane Braunschweig rejoint en 1987 l'École du Théâtre National de Chaillot dirigée par Antoine Vitez. Il est directeur du Centre Dramatique national d'Orléans de 1993 à 1998 où sont joués et créés de nombreux spectacles d’auteurs européens majeurs.

Directeur du Théâtre National de Strasbourg et de son école nationale supérieure de 2000 à 2008, il y développe fortement la dimension internationale en invitant de grands metteurs en scène et en y construisant un festival de très jeunes metteurs en scène européens. Il crée de nombreux spectacles dont "Brand" d'Ibsen, prix du Syndicat de la critique. Il met en scène de nombreux spectacles de théâtre à l'étranger, notamment "Mesure pour Mesure" de Shakespeare en anglais au Festival d'Edimbourg (1997), "Le Marchand de Venise" en italien au Piccolo teatro de Milan, et "Woyzeck" de Büchner en allemand au Bayerisches Staatsschauspiel de Munich.

Il s'est également tourné vers la mise en scène d'opéras pour lesquels il a signé de nombreuses productions, au Théâtre du Châtelet, pour le Festival d'Aix en Provence, le Staatsoper de Berlin, la Scala de Milan, l'Opéra Comique ou le Théâtre des Champs Élysées.

Depuis janvier 2010, directeur du Théâtre National de la Colline, il y poursuit avec succès son engagement pour un théâtre en prise avec son temps. Il présente des pièces d’Ibsen, de Wedekind, d’Arne Lygre ("Tage Unter, Jours souterrains", créé à Berlin et joué en langue en allemande à La Colline). En 2014, il met en scène "Le Canard Sauvage" d’Henrik Ibsen, présenté depuis au théâtre national d’Oslo, et "Glückliche Tage" ("Oh les beaux jours") de Samuel Beckett, créé à Düsseldorf. Cette saison, après "Les Géants de la montagne" de Pirandello à La Colline, il mettra en scène "Britannicus" de Racine à la Comédie-Française.

Stéphane Braunschweig souhaite que l’Odéon, Théâtre de l’Europe, puisse être le lieu militant d’un idéal européen que les artistes peuvent incarner : une Europe ouverte au reste du monde et en dialogue avec lui.

Il entend que l’Odéon, Théâtre de l’Europe, soit attentif aux enjeux générationnels, porteur d’un élan pour une meilleure représentation de la parité et de la diversité, sur les scènes comme dans les publics.

Le Théâtre National de l’Odéon, qui continuera à accueillir des noms prestigieux de la scène européenne, sera ainsi ouvert aux nouvelles générations de créateurs et à des artistes et auteurs encore peu connus en France. À ce titre, il souhaite associer des artistes étrangers de ces nouvelles générations au projet qu’il développera pour l’Odéon.

Il succédera à Luc Bondy disparu le 28 novembre dernier. La ministre rappelle l'hommage unanime qui lui a été rendu pour son engagement au service de l’ambition artistique et européenne du Théâtre.

Communiqué de presse du 16 décembre 2015.

Photo : Philippe Fourdan.
La Rédaction

Nomination de Fabienne Lorong à la direction du Carreau, Scène Nationale de Forbach et de l'Est mosellan  11/12/2015

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, et Laurent Kalinowski, maire de Forbach, en plein accord avec le Conseil régional de Lorraine, ont donné leur agrément à la proposition unanime du jury, réuni le 4 décembre 2015, de nommer Fabienne Lorong à la direction du Carreau, Scène Nationale de Forbach et de l'Est mosellan.

Depuis 2005, Fabienne Lorong dirige le Centre culturel Pablo Picasso, scène conventionnée pour le jeune public à Homécourt, où elle a été, dans un premier temps, conseillère à la programmation jeune public. Elle a auparavant dirigé le Festival des Ribambelles de Lorraine, Biennale jeune public après avoir été administratrice de tournées pour plusieurs compagnies.

À travers une programmation pluridisciplinaire d'œuvres exigeantes, choisies dans le souci d'être comprises par le plus grand nombre et tenant compte de la diversité socioculturelle et linguistique des populations vivant sur ce territoire transfrontalier, le projet de Fabienne Lorong pour Le Carreau se veut ouvert et accessible à tous, réservant chaque saison une part significative à l'enfance et la jeunesse. Un important programme d'éducation artistique et culturelle irriguant l'ensemble de l'Eurodistrict SaarMoselle sera mené en compagnie des artistes dont elle souhaite "partager la route", notamment ceux de la région.

En multipliant les partenariats avec les structures de création et de diffusion, de chaque côté de la frontière, jusqu'à la Belgique et au Luxembourg, en favorisant la rencontre et les croisements entre professionnels, amateurs et publics, Fabienne Lorong ambitionne de tisser pour Le Carreau, Scène Nationale de Forbach et de l'Est mosellan, un projet fédérateur dans une volonté de placer l'émotion artistique et la réflexion au cœur du débat citoyen.

Communiqué de presse du 10 décembre 2015.
La Rédaction

Une aide exceptionnelle de 1 million d’euros au spectacle vivant  30/11/2015

Une aide exceptionnelle de 1 million d’euros au spectacle vivant
Suite aux attentats du 13 novembre dernier, le Conseil d’administration de l’Adami, réuni le 26 novembre, a décidé d’apporter une aide exceptionnelle de 1 million d’euros au spectacle vivant.

Au-delà du choc et de l’émoi ressentis par les artistes pour toutes les victimes de ces actes odieux, le monde de la culture doit désormais se relever et faire face à de nouveaux défis. Nous devons tous, solidairement, le soutenir. Cette aide, très importante pour une société comme l’Adami, est à la hauteur des enjeux et de la profonde émotion exprimée par les artistes.

Ce soutien sera réparti à parts égales entre le fonds déjà créé par l’État et le Centre National des Variétés et du Jazz, et un fonds géré directement par l’Adami orienté plus spécifiquement vers les professionnels non concernés par le fonds État-CNV.

Communiqué de presse du lundi 30 novembre 2015.

L’Adami, société des artistes-interprètes, gère et fait progresser leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques.

>> adami.fr
La Rédaction

Le Prix Théâtre Adami 2015 à Laurence Février pour la Compagnie Chimène  14/11/2015

Le Prix du Théâtre Adami 2015, doté d’un montant de 35 000 €, sera remis au Théâtre du Rond-Point jeudi 10 décembre 2015 (à 11 h 30), à Laurence Février par Bruno Boutleux, directeur général de l’Adami, Jean-Jacques Milteau, président du Conseil d'administration et Sergi Lopez, parrain du Prix 2015.

Depuis 2012, le Prix du Théâtre Adami créé à l’initiative du conseil d’administration de l’Adami, a pour objet d’aider financièrement une compagnie pour la diversité de son activité, son talent d’interprétation et l’originalité de ses créations. Le jury, composé des membres du collège dramatique, a choisi, en 2015, d’attribuer le Prix à la compagnie Chimène de Laurence Février. Pour la première fois, une femme est récompensée ; en tant qu’interprète et metteure en scène, Laurence Février accomplit depuis des années un travail de création original et engagé comme en témoigne son spectacle "Tabou"*.

L’Adami, société des artistes-interprètes, gère et développe leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques.

Comédienne et metteure en scène, Laurence Février débute sa carrière dans les années soixante-dix, et joue avec Antoine Vitez, Robert Hossein, Armand Gatti, Stuart Seide, Jean-Michel Rabeux, Claude Régy, Philippe Adrien, Jean-Paul Wenzel…
En 1980, elle fonde sa compagnie Chimène et met en scène Pirandello, O’Neill, Italo Svevo, Michel Tremblay, Marivaux, etc. Au cinéma, elle tourne avec Étienne Chatilliez, Raul Ruiz, Steven Spielberg…
À partir de 2002, elle recherche de nouvelles formes d'expression scénique et commence une série de spectacles de théâtre-documentaire en allant à la rencontre des habitants de différents quartiers. "Quartiers Nord" se joue au Novaja Drama à Moscou et, la même année, Luc Bondy programme le spectacle au Festwochen de Vienne en Autriche.

Parallèlement à cette recherche sur la parole vivante et l’oralité, elle poursuit son travail sur les textes dramatiques et les adaptations littéraires avec "En attendant Godot" de Samuel Beckett, "Les belles âmes" de Lydie Salvayre créé au Théâtre National de Chaillot, "Oiseaux" de Saint-John Perse joué par un chœur de 18 acteurs à la Cartoucherie, "Yes, peut-être" de Marguerite Duras… En 2014, elle monte "Presqu'ils" de Michèle Guigon dans "Alter Egaux", elle reprend
"Suzanne", un spectacle sur la philosophie du droit et sur la parité et elle part en résidence à la Guadeloupe pour une nouvelle production de théâtre-documentaire : "Ils habitent les Antilles".

*Actuellement sa pièce "Tabou", créée en 2012, est jouée au Lucernaire jusqu’au 5 décembre 2015 et sera reprise en mars 2016 au Théâtre de l’Opprimé.

Voir la chronique d'Isabelle Lauriou sur "Tabou" en septembre 2012.

Photo : Laurence Février © Margot Simonney.
La Rédaction

Appel à candidatures : Talents Adami Paroles d'acteurs 2016  26/10/2015

Ouverture des inscriptions le 15 octobre 2015. Clôture le 30 novembre 2015.

Cette opération s'adresse aux comédiens(nes) qui auront 30 ans maximum au 31 décembre 2016, justifiant d'une formation théâtrale de 2 ans minimum et d'expériences professionnelles préalables.

À la clôture de l'appel à candidature, le Maître de Théâtre de l'opération choisira les comédiens sur la base des candidatures reçues.

Les personnes intéressées par cette opération sont priées d'envoyer leur candidature via le site Talents 3A avant le 30 novembre 2015.

>> talents3a.adami.fr

Les documents suivants seront demandés :
• un curriculum vitae, une/des photo(s), une lettre de motivation,
• une/des démo(s) vidéo (non obligatoire).

Cette opération est organisée par l'Association artistique de l'Adami, régie par la loi du 1er juillet 1901, subventionnée par l'Adami.

Association artistique de l'Adami
Tél. : 01 44 63 10 00.
3a@adami.fr

Toute l'actualité des artistes-interprètes sur >> adami.fr

L'Adami, société des artistes-interprètes, gère et fait progresser leurs droits en France et dans le monde pour une plus juste rémunération de leur talent. Elle les accompagne également par ses aides financières aux projets artistiques.

Photo : Talents Adami Paroles Acteurs 2014 © Florent Drillon.
La Rédaction

Nomination de Sylviane Manuel à la direction de la Verrerie d’Alès, Pôle National des Arts du Cirque Languedoc-Roussillon  22/10/2015

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, nomme Sylviane Manuel à la direction de la Verrerie d'Alès, Pôle National des Arts du Cirque Languedoc-Roussillon (PNAC). Ce choix a été proposé, de manière unanime et avec l’aval du président du PNAC, par le jury réunit le 15 octobre 2015 et composé de l’ensemble des partenaires du pôle : la ville d’Alès, Alès Agglomération, le Conseil départemental du Gard, le Conseil régional de Languedoc-Roussillon et le ministère de la Culture et de la Communication.

Nourrie par une solide expérience d’accompagnement d’artistes et de développement de projets territoriaux dans les domaines du cirque mais également du théâtre, des arts de la rue et des nouvelles technologies, Sylviane Manuel fonde son projet sur un esprit de partage et de convivialité.

Sous son impulsion, la Verrerie sera cette "maison commune pour les artistes et pour les gens" où seront accueillies deux compagnies régionales associées - Cirque VOST et Pierre-Jean Bréaud - , plusieurs artistes en résidences, avec une attention particulière aux générations émergentes et aux compagnies itinérantes sous chapiteau.

Des "gestes d’hospitalité" à l’adresse des populations, en particulier des jeunes avec "un café des enfants", favoriseront une nouvelle dynamique sur le site de Rochebelle, mais aussi dans les quartiers de la ville.

La diffusion territoriale, axe fort déployée par la Verrerie depuis sa fondation, sera repensée à l’échelle de la grande région, en consolidant les partenariats avec les autres opérateurs de cirque que sont le PNAC Circa, la Grainerie, le Lido ou l’école Balthazar.

Tout en traçant de nouvelles perspectives, le projet de Sylviane Manuel s’inscrit dans la continuité du sillon tracé par le directeur-fondateur sortant, Guy Périlhou, auquel il faut rendre hommage pour sa force de conviction et sa pugnacité, qui ont permis un ancrage et une irrigation exceptionnels du cirque de création sur le territoire régional.

Communiqué de presse du 19 octobre 2015.
La Rédaction

Grands Prix Sacem 2015 : les lauréats sont…  16/10/2015

Grands Prix Sacem 2015 : les lauréats sont…
Chaque année, la Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) honore ses auteurs, compositeurs, éditeurs, auteurs-réalisateurs, humoristes... lors de la cérémonie de remise des Grands Prix Sacem.

Cette cérémonie distingue la carrière de celles et ceux dont les mots, les notes, les œuvres ont marqué la création dans tous les répertoires représentés par la Sacem. Pour cette 7e édition hors les murs, la cérémonie de remise des Grands Prix Sacem 2015 se déroulera aux Folies Bergère, le lundi 30 novembre à 20 h (sur invitation). Soirée à suivre en direct sur sacem.fr et sur twitter : #PrixSacem

Le palmarès
Véronique Sanson - Prix spécial de la Sacem.
Alain Chamfort - Grand Prix de la chanson française, créateur-interprète.
Alice Dona - Grand Prix de la chanson française, auteur-compositeur.
Biréli Lagrène - Grand Prix du jazz.
François Goetghebeur - Grand Prix de l’auteur-réalisateur de l’audiovisuel.
Magic System - Grand Prix des musiques du monde.
Alexandre Desplat - Grand Prix du répertoire Sacem à l’export.
Le Quatuor - Grand Prix de l’humour.
Vianney - Prix Francis Lemarque.
Pierre Adenot - Grand Prix de la musique pour l’image.
Caroline Molko, Warner Chappell Music France - Grand Prix de l’édition musicale.
Richard Dubugnon - Grand Prix de la musique symphonique, carrière.
Camille Pépin - Grand Prix de la musique symphonique, jeune compositeur.
Bob Sinclar - Grand Prix des musiques électroniques.
“Christine” de Christine and The Queens - Prix Rolf Marbot de la chanson de l’année.
La Rédaction

Nomination de Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois à la direction du Centre Chorégraphique national (CCN) de Grenoble  02/10/2015

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, en plein accord avec Éric Piolle, Maire de Grenoble, avec le soutien unanime de Jean-Jack Queyranne, Président de la Région Rhône-Alpes, et de Jean-Pierre Barbier, Président du Conseil départemental de l’Isère, a donné son agrément à la nomination de Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois à la direction du Centre Chorégraphique national (CCN) de Grenoble, à compter du 1er janvier 2016, pour succéder à Jean-Claude Gallotta.

Nés respectivement en 1971 à Nîmes et 1981 dans le Jura, Rachid Ouramdane et Yoann Bourgeois sont danseurs, chorégraphes, acrobates, acteurs et jongleurs. Diplômé du Centre National de Danse Contemporaine d’Angers en 1992 pour l’un, du Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne qu'il aura traversé en alternance avec le Centre National de Danse Contemporaine d’Angers pour l’autre, ils se lancent tous deux dans le processus de création dès la fin de leurs études.

Artistes reconnus au plan national et international, ils proposent une association inédite entre danse et cirque dans un esprit d’innovation artistique et d’ouverture. Leur projet, baptisé Les horizons mobiles, repose sur les notions de rencontre, d’altérité, d’élargissement et de relais. Leur ambition est de créer un véritable pôle de production chorégraphique permettant la création au sein du CCN d’une "ruche d’artistes". Les collaborations envisagées offrent un éventail large d’esthétiques en lien direct avec les enjeux de société et une large ouverture aux jeunes générations à travers la mise en place d’un pôle numérique pour un plateau augmenté.

Fondé en 1984 autour de la compagnie de Jean-Claude Gallotta, le CCN de Grenoble entretient un rapport étroit avec la Maison de la culture de Grenoble, aujourd’hui devenue MC2. Avec le départ de Jean-Claude Gallotta, c’est une page importante qui se tourne avec un enjeu fort pour inventer une nouvelle relation avec la MC2 mais aussi avec les partenaires nombreux sur le plan local et régional.

La Ministre tient particulièrement à saluer l’engagement exceptionnel et exemplaire de Jean-Claude Gallotta depuis l'origine à la direction de Centre chorégraphique national de Grenoble. Il poursuivra sa carrière artistique en compagnie, soutenue par l'Etat et les collectivités territoriales.

Communiqué du 30 septembre 2015 du ministère de la Culture et de la Communication.

Photo : "Celui qui tombe" de Yoann Bourgeois, du 22 septembre au 10 octobre 2015 au Monfort (Paris) © Géraldine Aresteanu.
La Rédaction

"Rue Libre !" : Journée internationale des arts de la rue et de la libre expression dans l’espace public  30/09/2015

Quelle est la situation de la création artistique et de la diffusion dans l’espace public ?
Samedi 24 octobre, rejoignez-nous Place de la République pour une marche militante et un rassemblement avec les citoyens et les élus !


Samedi 24 octobre se tiendra "Rue Libre !", journée internationale des arts de la rue et de la libre expression dans l’espace public, afin de faire connaître l’univers des arts de la rue - ses esthétiques, ses valeurs et ses métiers – à tous les usagers de l’espace public, citoyens et élus.

Événement militant et artistique, "Rue Libre !" porte les valeurs de "l’Art est public", appel pour une politique culturelle réinventée signé par plus de 500 élus sympathisants et 8 500 citoyens. François Hollande l’avait signé en 2011 et les professionnels attendent encore qu’il applique ses engagements.

2015 est et restera comme une année noire pour la culture, en particulier pour les arts vivants dans la rue : de nombreux festivals et manifestations ont été annulés pour raisons diverses, parfois oiseuses. La répercussion des baisses de dotation sur les budgets culturels ne saurait être une excuse suffisante. La culture ne doit pas être la variable d'ajustement des budgets des collectivités.

Samedi 24 octobre, les élus seront à nos côtés Place de la République pour débattre de ces bouleversements. Nous sommes créateurs de lien par nature et notre présence dans l’espace public participe au ciment d’une cohésion sociale où la culture relève de l’intérêt général et d’un service public accessible à tous.

Samedi 24 octobre, les professionnels des Arts de la Rue, les citoyens et les élus sympathisants œuvreront ensemble durant toute une journée, découvrez-nous à cette occasion !
Des actions préalables seront organisées les jeudi 1er, 8 et 15 octobre après-midi (lieux à définir).

Communiqué de la Fédération des arts de la rue en Île-de-France
c/o Maison des réseaux artistiques et culturels,
221, rue de Belleville, Paris 19e.
Tél : 01 56 98 12 41/06 30 23 98 81
coordination@federationartsdelarueidf.org

>> federationartsdelarueidf.org
La Rédaction

Nomination d’Yveline Rapeau à la direction du Cirque-Théâtre d’Elbeuf, Pôle national des arts du cirque (Haute-Normandie)  18/09/2015

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, a donné son agrément à la nomination d’Yveline Rapeau à la direction de l’établissement public de coopération culturelle (EPCC) Cirque-Théâtre d’Elbeuf, pôle national des arts du cirque de Haute-Normandie, par le conseil d’administration du 17 septembre 2015. Ce choix a été proposé à l’unanimité par le jury composé de l’ensemble des partenaires publics de l’établissement : la Ville d’Elbeuf, la Métropole Rouen Normandie, le Département de l’Eure, la Région Haute-Normandie et l’État, ainsi que d’une personnalité qualifiée.

Yveline Rapeau gardera ses actuelles fonctions de directrice de La Brèche, Pôle national des arts du cirque de Basse-Normandie. Tout en préservant la singularité de chaque établissement, le projet d’Yveline Rapeau configure une plate-forme commune de production et de diffusion, en capacité de répondre aux ambitions du territoire élargi de la nouvelle région, la Normandie, et de ses points de force, métropolitains et départementaux.

Ce projet permettra notamment à la manifestation "Spring" initiée par La Brèche de s'étendre à l’ensemble du territoire. Les partenariats avec les établissements artistiques et culturels présents sur le territoire viendront consolider cette action. La force d'accompagnement des créations, la richesse des propositions adressées aux publics en sera démultipliée dans le cadre d'un nouveau rythme de saison.

Cette nouvelle configuration est un atout pour soutenir le fort développement du cirque de création dans la richesse de ses démarches et l’ampleur de ses attentes. Le respect de la diversité des techniques et des expressions circassiennes, à laquelle le ministère de la Culture et de la Communication attache une grande importance, pour l’ensemble du réseau des pôles nationaux des arts du cirque (PNAC) comme pour tout réseau labellisé, sera le garant de la réussite de ce projet.

Fleur Pellerin tient à rendre hommage à Roger Le Roux qui a porté le développement du Cirque-Théâtre d’Elbeuf de façon remarquable au cours de ses neuf ans à la direction de l’établissement.

Communiqué du 18 septembre 2015 du ministère de la Culture et de la Communication.
La Rédaction

La Sacem, sur la route des festivals : Le festival d’Avignon  12/07/2015

Cloître Saint-Louis © Christophe Raynaud de Lage.
Rendez-vous du 4 au 25 juillet 2015. Tout l’été, l’action culturelle de la Société des Auteurs, Compositeurs et Editeurs de Musique, investit les festivals. Renouvellement des répertoires, soutien au spectacle vivant et aide à la professionnalisation des jeunes auteurs et compositeurs constituent, encore et toujours, ses priorités. La Sacem apporte une aide aux spectacles dans le Off et le IN et propose différents rendez-vous tout au long du festival.

Rendez-vous professionnels
Permanences Sacem

Du 11 au 18 juillet - 10 h à 18 h, à la Maison Professionnelle du Spectacle Vivant (Cloître Saint-Louis - 20 rue du Portail Boquier).
Et à la Délégation Sacem d’Avignon (46, rue de la Balance).

Horaires d’ouverture étendus : du 4 au 26 juillet, incluant (sur rendez-vous) les week-ends et les jours fériés.
dl.avignon@sacem.fr
Tél. : 04 86 06 32 30.

Les débats de la Maison professionnelle, proposés en partenariat avec la Scène :
- Lundi 13 juillet à 11 h, "Droit d'auteur, droits voisins et diversités culturelle : un combat permanent ?".
Avec David El Sayegh, Secrétaire général de la Sacem.

- Samedi 18 juillet à 11 h, "Comment évoluent les dispositifs de soutien à la création artistique ?".
Avec François Besson, Directeur de l’Action culturelle de la Sacem.

Des ateliers pratiques sont proposés :
- Mardi 14 juillet à 16 h 30, Atelier Sacem - Gestion des droits pour le spectacle vivant.
La déclaration des œuvres interprétées pendant un spectacle permet à la Sacem de répartir les droits d'auteur aux auteurs, compositeurs et éditeurs. Comment déclarer les œuvres d’un spectacle pour les organisateurs ou les auteurs-compositeurs-interprètes ?
Avec : Philippe Mattelon, Direction du réseau et Bernard Téolis, Direction régionale Sud-Méditerranée.

- Samedi 18 juillet à 16 h 30, Atelier Sacem - Action culturelle.
Depuis plus de 50 ans, la Sacem soutient le spectacle vivant dans toutes les esthétiques. Les auteurs compositeurs, les éditeurs, les salles, les producteurs de spectacles, les festivals, les talents émergents peuvent bénéficier d’aides financières mais aussi de conseils. Comment obtenir des aides ? A qui sont-elles destinées ? Quels sont les démarches à entreprendre ?
Avec les équipes de l'action culturelle : pôles jeune public, humour et musiques actuelles.

À propos de la Sacem
La Société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (Sacem) a pour vocation de représenter et défendre les intérêts de ses membres en vue de promouvoir la création musicale sous toutes ses formes (de la musique contemporaine au jazz, rap, hip-hop, chanson française, musique de films, musique à l’image, etc.) mais également d’autres répertoires (humour, poésie, doublage-sous titrage, etc.)
Sa mission essentielle est de collecter les droits d’auteur et de les répartir aux créateurs et éditeurs dont les œuvres ont été diffusées ou reproduites. Organisme privé, la Sacem est une société à but non lucratif gérée par les créateurs et les éditeurs de musique qui composent son Conseil d’administration.
Elle compte 153 000 sociétaires dont 18 530 sociétaires étrangers (4 330 nouveaux membres en 2014) et représente plus de 90 millions d’œuvres du répertoire mondial.
En 2014, la Sacem a réparti des droits à 276 000 auteurs, compositeurs et éditeurs dans le monde.

Photo : Cloître Saint-Louis © Christophe Raynaud de Lage.
La Rédaction

La SPEDIDAM en Avignon : Droits des artistes et aides au secteur culturel  27/06/2015

La SPEDIDAM en Avignon : Droits des artistes et aides au secteur culturel
La SPEDIDAM, partenaire du Festival d’Avignon et d’Avignon Festival & Cies le OFF, vous donne rendez-vous pour trois réunions d’information les :

Lundi 13 juillet 2015 de 16 h à 18 h.
Village du OFF - 1, rue des écoles, Avignon.

Mardi 14 juillet 2015 de 17 h à 18 h 30.
Salle de commission 1 - ISTS Cloître Saint Louis, 20, rue du Portail Boquier, Avignon.

Mercredi 15 juillet 2015 de 11 h à 13 h.
Village du OFF - 1 rue des écoles, Avignon.

Trois rendez-vous clés animés par Jean-Paul Bazin, administrateur de la SPEDIDAM et Pierre De Baecque, responsable du service spectacle vivant.
Thèmes abordés:
- Présentation des droits des artistes, perception, répartition et enjeux des utilisations sur Internet ;
- Les aides de la SPEDIDAM au secteur culturel.


La SPEDIDAM tiendra également une permanence au Village du OFF du 4 au 26 juillet.
1, rue des écoles, Avignon.

À propos de la SPEDIDAM
La SPEDIDAM (Société de Perception et de Distribution des Droits des Artistes-Interprètes), fondée en 1959, est une société de gestion collective des droits de Propriété Intellectuelle des artistes-interprètes. Elle gère les droits des artistes en matière d’enregistrement, de diffusion et de réutilisation des œuvres. En conformité avec le Code de la Propriété Intellectuelle, la SPEDIDAM affecte une part des sommes qu’elle perçoit à des aides à la création, à la diffusion du spectacle vivant et à la formation d’artistes. La SPEDIDAM répartit des droits à 100 000 artistes, elle compte aujourd’hui plus de 34 000 associés. Pour l’année 2014, la SPEDIDAM estime avoir participé au financement d’environ 40 000 manifestations culturelles en France et au-delà.

>> spedidam.fr/
La Rédaction

Prix de la Critique - Palmarès 2014/2015 - Musique  22/06/2015

MUSIQUE :
Grand Prix (meilleur spectacle lyrique de l’année) : "Dardanus", opéra de Jean-Philippe Rameau, direction musicale Raphaël Pichon à la tête de l’Ensemble Pygmalion, mise en scène Michel Fau. Co-production de l’Opéra de Bordeaux/Centre Français de Musique Baroque de Versailles/Opéra de Versailles (création à l’Opéra de Bordeaux).

Prix Claude Rostand (meilleur spectacle lyrique créé en province) : "Les Caprices de Marianne", opéra-comique d’Henri Sauguet, direction musicale en alternance Claude Schnitzler/Gwennolé Rufet, mise en scène Oriol Tomas. Co-production de 15 scènes lyriques françaises et du Centre Français de Promotion Lyrique (création à l’Opéra de Reims).

Meilleure Création Musicale : "Penthesilae", opéra de Pascal Dusapin, livret Pascal Dusapin et Beate Haecl, direction musicale Franck Ollu, mise en scène Pierre Audi. Co-production avec l’Opéra du Rhin de Strasbourg (création mondiale au Théâtre de la Monnaie de Bruxelles).

Meilleurs Créateurs d'éléments scéniques : Hélène Kritivos pour la scénographie et les costumes et Yann Chapotel pour la vidéo. "Avenida de los Incas 3518", opéra de chambre de Fernando Fiszbein et "Lohengrin", opéra de Salvatore Sciarrino, direction musicale Maxime Pascal, Ensemble Le Balcon, mise en scène Jacques Osinski (Théâtre de l’Athénée Louis Jouvet).

Personnalité Musicale de l'année : Laurent Bayle, directeur général de la Cité de la Musique et Président de la Philharmonie de Paris.

Révélations Musicales :
- Catégorie instrumentale : le Quator Hermès ;
- Catégorie lyrique : le ténor Stanislas de Barbeyrac.

Meilleurs Livres sur la musique :
- Essai : "Listen to this", la musique dans tous ses états, par Alex Ross (éditions Actes Sud) ;
- Monographie : "Musique au Château du Ciel, Jean-Sébastien Bach", par John Eliot Gardiner (Éditions Flammarion).

Meilleure Diffusion musicale audiovisuelle : DVD "Lulu", opéra d’Alban Berg, direction musicale Paul Daniel, mise en scène Krzystof Warlikowski. Captation de la production du Théâtre de la Monnaie de Bruxelles (Éditions Bel air Classique).

Prix de l'Europe Francophone : "Les Joyeuses Commères de Windsor", opéra d’Otto Nicolaï, direction musicale Christian Zacharias, mise en scène David Hermann, co-production avec l’Opéra de Lausanne (Opéra Royal de Liège Wallonie).

Photo : François Rougier et Marc Scoffoni dans "Les Caprices de Marianne" © Alain Julien.
La Rédaction

Prix de la Critique - Palmarès 2014 / 2015 - Théâtre  22/06/2015

Emmanuelle Devos dans "Platonov" © Jean-Louis Fernandez.
THÉÂTRE :
Grand Prix (meilleur spectacle théâtral de l'année) : "Henry VI", de Shakespeare, mise en scène Thomas Jolly (Théâtre national de Bretagne, Festival d’Avignon, Odéon Théâtre de l’Europe).

Prix Georges-Lerminier (meilleur spectacle théâtral créé en province) : "Affabulazione" de Pier Paolo Pasolini, mise en scène Stanislas Nordey (Théâtre de Vidy-Lausanne, Théâtre national de Bretagne, Théâtre de la Colline).

Meilleure création d'une pièce en langue française : "Vanishing Point", conception et mise en scène Marc Lainé (La Boutique Obscure, Théâtre national de Chaillot).

Meilleur spectacle étranger : "La Cerisaie", d’Anton Tchekhov, mise en scène Lev Dodine (Festival Le Standard Idéal MC 93, au Monfort théâtre)

Prix Laurent-Terzieff (meilleur spectacle présenté dans un théâtre privé) : "The Servant" de Robin Maugham, mise en scène Thierry Harcourt (Théâtre de Poche-Montparnasse)

Meilleure Comédienne : Emmanuelle Devos dans "Platonov", d’Anton Tchekhov, par le collectif Les Possédés, direction Rodolphe Dana (Théâtre du Nord, Théâtre national de la Colline).

Meilleur Comédien : Micha Lescot dans "Ivanov", d’Anton Tchekhov, mise en scène Luc Bondy (Odéon Théâtre de l’Europe).

Prix Jean-Jacques Lerrant (révélation théâtrale de l’année) : Manon Thorel dans "Henry VI", mise en scène Thomas Jolly (Théâtre national de Bretagne, Festival d’Avignon, Odéon Théâtre de l’Europe).

Meilleur Créateur d'éléments scéniques : Laurent Pelly pour les décors et costumes de "L’Oiseau Vert" de Carlo Gozzi, mise scène de Laurent Pelly (Théâtre national de Toulouse).

Meilleurs Compositeurs de musique de scène : Le Groupe Moriarty (Charles Carmingnac, Thomas Puéchavy, Vincent Talpaert, Stephan Zimmerli) pour "Vanishing Point", conception et mise en scène Marc Lainé (Théâtre national de Chaillot).

Meilleur Livre sur le théâtre : "Le Théâtre du Soleil, les cinquante premières années" par Béatrice Picon-Vallin (Actes Sud).

Photo : Emmanuelle Devos dans "Platonov" © Jean-Louis Fernandez.
La Rédaction

21e édition du tremplin "Vive la Reprise !"  18/06/2015

21e édition du tremplin "Vive la Reprise !"
Les inscriptions pour l'édition 2015 du tremplin "Vive la Reprise !" sont ouvertes. Pour sa 21e édition, le tremplin du Centre de la Chanson continue d'encourager les artistes de chanson française et d'étendre son rayonnement au niveau national.

Les chansons des Ogres de Barback, parrains de cette 21e édition, seront mises à l'honneur et Claude Lemesle sera le président du jury.

"Vive la Reprise !" est ouvert à tous les artistes - auteurs, compositeurs, interprètes - de chanson française. Les candidats sont invités à concourir avec un disque comprenant trois titres : un titre de l'artiste parrain, une chanson du répertoire et une création originale.

Après cette première étape de sélection sur CD, les artistes se présenteront aux auditions publiques en région : au Forum Léo Ferré à Ivry-sur-Seine (sélections Nord), au Bijou à Toulouse (sélections Sud-Ouest), à la Salle des Rancy à Lyon (sélections Sud-Est), au Mans Cité Chanson au Mans (sélection Nord-Ouest).

La finale se déroulera à Paris lundi 2 novembre en compagnie de STEF ! qui présentera la soirée. Le jury décernera notamment le Grand Prix du Centre de la Chanson (2 000 €), le Prix d'interprétation de l'ADAMI (2 000 €), le Prix de la meilleure chanson originale de l'UNAC (500 €).

Un jury composé de nombreux programmateurs offrira des dates de concert aux artistes de leur choix.

>> Informations complètes
>> Téléchargez le bulletin d'inscription
La Rédaction

7e Coordination Nationale les 10, 11 et 12 avril à Lille  10/04/2015

Les coordinations et collectifs d'interluttant(e)s, d'intermittent(e)s et précaires se réunissent à Lille pour leur 7e Coordination Nationale depuis l'accord UNEDIC du 22 mars 2014.

60 à 80 délégués de 27 collectifs sont attendus.

Cette Convention Unedic fait des ravages. Elle est un outil de paupérisation massive. Tout cela est une question de choix politiques et non une question économique : les solutions que nous préconisons ne coûtent pas plus cher mais elles ont le défaut, aux yeux du pouvoir et du patronat, de donner les moyens de vivre dignement à tous.

Au programme : 3 jours de débats, ateliers, réflexions, spectacles et rencontres.

Les ateliers et débats porteront sur les luttes en cours, les méthodes, les perspectives. Sont invités des représentants venant d'Espagne, de Grèce et de Belgique, de la lutte contre les politiques d'austérité.

Spectacles et séances publiques

Vendredi soir : 19 h 30/00 h 30.
A la maison de quartier Vauban Esquermes - Spectacle
Conférence gesticulée de Franck Lepage "Inculture".
(Au cours de l'entracte, un repas de lutte est proposé par les habitants du quartier).

Samedi soir : 20 h 30.
Au Cirque Hostel : Soirée Concert.
- Furieux Ferdinand : chansons slamées ;
- Chamot(s) : électro-Rock.

Dimanche : 14 h/17 h.
Au Tire-laine : Débat ouvert - Le nouveau modèle.
Dans le dossier ci-joint, vous trouverez plus de précisions et notamment trois fiches techniques sur :
>> La Convention Unedic, ses amendements, et le modèle que nous préconisons ;
>> La cohérence des réformes en cours : domestiquer les salariés et faire taire tout le monde, au nom de "l'austérité" ;
>> Nos luttes actuelles sur le terrain juridique.

intermittents5962@gmail.com
La Rédaction

Nomination de Martine Legrand à la direction de la scène nationale d'Albi  21/03/2015

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, et Stéphanie Guiraud-Chaumeil, maire d'Albi, en plein accord avec le Conseil régional de Midi-Pyrénées et le Conseil général du Tarn, ont donné leur agrément à la proposition unanime du jury réuni le 12 mars 2015 de nommer Martine Legrand à la direction de la scène nationale d'Albi.

Directrice de la scène conventionnée théâtre du Beauvaisis depuis 2002, après avoir été directrice de théâtre expression pour les enfants du Beauvaisis, Martine Legrand va piloter une scène nationale dotée d’un ensemble d’équipements artistiques remarquables : le Grand Théâtre conçu par Dominique Perrault et ouvert au public il y a un an, le cinéma "art et essai", et les lieux de création et de diffusion historiques à Albi.

Son action sera menée en liaison dynamique avec un important réseau de partenaires dans le département du Tarn.

Sous le titre "Une scène contemporaine en mouvement et en partage", Martine Legrand propose un projet pluridisciplinaire ambitieux porteur d'identité artistique et culturelle, fondé sur des valeurs d'exigence, d'ouverture sur le monde et de dialogue, au service des artistes et de toute la population, en particulier la jeunesse.

Martine Legrand succède à Pascal Paris qui a porté avec un grand professionnalisme le développement des outils et de la présence de la scène nationale à Albi et sur le territoire.

Communique de presse du ministère de la Culture et de la Communication.
La Rédaction

Daniele Rustioni nommé chef permanent de l'Opéra national de Lyon  12/03/2015

Le chef d'orchestre Daniele Rustioni est nommé chef permanent de l'Opéra national de Lyon. Succédant à Kazushi Ono, il prendra ses fonctions le 1er septembre 2017 pour un mandat de cinq ans. Il dirigera à Lyon au moins deux productions lyriques par saison, ainsi que des concerts symphoniques.



Daniele Rustioni est âgé de 32 ans. Après ses études à Milan, il est nommé en 2009 "chef associé" au Covent Garden de Londres où il assiste Antonio Pappano pendant 3 ans. En 2012, il débute une brillante carrière et dirige sur les plus grandes scènes internationales.

A l’Opéra de Lyon, il a dirigé pour la première fois en 2014 : "Simon Boccanegra" de Verdi. Avant de prendre ses fonctions de chef permanent, il reviendra en 2016 : au printemps pour "La Juive" de Halévy et pour les fêtes de fin d’année avec Une Nuit à Venise de Johann Strauss.



Au sujet de sa nomination à l'Opéra de Lyon : "Aujourd’hui, le chef d’orchestre est à la fois musicien parmi les musiciens et le premier d’entre eux - primus inter pares. Il doit savoir écouter, communiquer et stimuler. L’alliance du son, son identité, son homogénéité, sont le reflet de l’alliance entre le chef et ses musiciens. Cela implique un travail exigeant, construit sur la durée, la stabilité, la confiance ; tout cela, je le trouverai à l’Opéra de Lyon - une famille, une maison - qui me donnera aussi l’opportunité d’enrichir mon répertoire, au sein d’un projet artistique d’excellence et d’ouverture. Je serai très heureux de pouvoir m’y investir pleinement." Daniele Rustioni.



"Daniele Rustioni est un des plus beaux jeunes talents de notre époque. Jeune, prometteur, enthousiaste, comme le furent avant lui, ici à Lyon, John Eliot Gardiner, Kent Nagano, Louis Langrée, Iván Fischer et Kazushi Ono bien sûr, qui nous a beaucoup apporté par son art et qui, au-delà de 2017, restera notre hôte privilégié. Daniele Rustioni arrive à Lyon avec sa culture italienne, nourri de son expérience londonienne et internationale ; avec aussi son ouverture d’esprit, son envie de faire corps avec l’orchestre pour aller plus loin et explorer de nouveaux chemins. Je me réjouis de partager cette nouvelle aventure avec lui, et avec le public." Serge Dorny, directeur général de l'Opéra de Lyon.



Daniele Rustioni sera présent à Lyon le Samedi 14 mars à 11 h à la conférence de presse de la présentation de la saison 2015 - 2016 de l'Opéra de Lyon.

Communiqué de Presse Opéra de Lyon.
La Rédaction

Auteurs d'espaces : les lauréats de l’édition 2015  08/03/2015

Depuis près de dix ans, la SACD soutient la manifestation "Auteurs d'espaces" en partenariat avec un collectif de festivals.

La manifestation a pour objectif de présenter une sélection de spectacles d’auteurs "arts de la rue", textuels ou non textuels, fixes ou déambulant dont l’écriture spécifique se distingue du théâtre dans la rue. Sa vocation est également d’ouvrir les spectacles de rue à l’ensemble des répertoires du spectacle vivant, ainsi qu’aux artistes venus de tous horizons (transmedia, plasticiens, architectes, urbanistes, créateurs sonores, écrivains, etc.).

En présence de Frédéric Fort, auteur et administrateur délégué aux arts de la rue (SACD) et de Catherine Cuenca, auteure scénariste et administratrice déléguée à la création interactive (SACD), le jury de la commission "Auteurs d'espaces" s’organise autour de cinq auteurs et trois programmateurs : Djamel Afnaï, auteur ; Hocine Chabira, auteur (Cie La Chose Publique) ; Pedro Garcia, directeur du Festival Chalon dans la rue ; Karin Holmström, membre du Begat Theater ; Babeth Joinet, auteure ; Philippe Macret, directeur du festival "La rue est à Amiens", Doriane Moretus, auteure ; et Jean-Marie Songy, directeur du Festival International de Théâtre de rue d’Aurillac.

La manifestation "Auteurs d'espaces" joue un rôle essentiel de levier, dans lequel la SACD incarne un label de qualité.

10 projets sont sélectionnés : encourager et accompagner tous les auteurs des arts de la rue.

Réuni le 21 janvier dernier, le jury a sélectionné sur 61 dossiers reçus, 10 projets dont deux spectacles interactifs multimedia.
"La commission, cette année, a choisi de soutenir en particulier de tou-te-s jeunes auteur-e-s, dont les premiers spectacles semblent prometteurs ; en espérant que cette aide les conforte dans le choix qu’ils ont fait de créer dans l’espace public. Mais également des compagnies dont les récents spectacles furent de beaux succès, trop confidentiels quelquefois. Puisse cette aide les aider à mener à bien le prolongement de leur travail, et leur assurer la reconnaissance d’un grand public", Frédéric Fort.

Les spectacles retenus bénéficient d’une aide à la création de 5 000 euros, les 2 spectacles multimedia interactifs bénéficient d’une aide particulière de 7 000 euros nécessaire aux applications et développements multimedia.

Tous seront diffusés dans les festivals partenaires.
Au Festival Chalon dans la rue à Chalon-sur-Saône :
● "Dévêtu(e)", de Sophie Mesnager et Amédée Renoux, Cie The à La rue.
● "Je suis un pur produit de ce siècle", de Gwenola Breton, Lise Casazza et Yoris Dutour, Cie Nue.
● "Murmures urbains", de Xavier Boissarie et Emmanuel Guez, Cie Orbe (Arts de la rue et Création interactive).
● "Out !", de Zineb Benzekri, David Gallon et David Picard, Collectif Random.

Au Festival international de théâtre de rue à Aurillac :
● " L’homme est un animal mobile", de Joanna Jéquier et Marc Ménager, Cie La Ménagerie (Projet 2014, reporté en 2015).
● "No visa for this country", d’Alix Denambride, Royal magic beans company (Arts de la rue et Création interactive).
● "The Baïha Trampa Fritz Fallen", de Guillaume Bautista, Florent Bergal, Sylvain Cousin, Jean-Yves Faury et François Juliot, Association le Georges Bistaki.
● "Trip(es) ou mes parents n’ont pas eu les couilles de faire des enfants", d’Alix Montheil, Cie Derrière le hublot.

Au Festival "La rue est à Amiens" d’Amiens :
● "Nous sommes", de Mathias Forge et Laure Terrier, Cie Jeanne Simone.
● "10 000 pas sans amour", de Françoise Guillaumond, Cie La Baleine Cargo.

La copie privée est une source de financement capitale pour les auteurs. Pour en savoir plus sur l'action culturelle et sur l’apport essentiel de la copie privée aux différents Fonds SACD, n’hésitez pas à consulter la page dédiée de la >> SACD et le site de l’association >> La culture avec la copie privée.

Photo : Lancement du 29ème Festival - Aurillac 2014 © Vincent Muteau.
La Rédaction

Benoît Lavigne succède à Philippe Person au poste de directeur du Lucernaire  26/02/2015

Après 6 ans passés à la direction du Lucernaire (détenu par les éditions L’Harmattan), le comédien metteur en scène Philippe Person part pour de nouvelles aventures. En septembre, il ouvrira notamment une école de théâtre toujours au sein du même lieu qu'il affectionne tant.

C'est dans une dynamique commune que Benoît Lavigne reprend la direction du Lucernaire. L'artiste metteur en scène, qui connait bien le Lucernaire et ses particularités pour y avoir monté plusieurs pièces telles que "La Salle 6" de Tchekhov, "La Jalousie du Barbouillé" de Molière et "Doit-on le Dire" de Labiche, confirme vouloir garder l'identité atypique du théâtre tout en valorisant toujours sa programmation éclectique.

Benoît Lavigne, aussi connu pour ses succès comme "Baby Doll" de Tennessee Williams au Théâtre de l ‘Atelier (avec Mélanie Thierry - sept nominations au Molières), ou encore "Love Letters" de A.R. Gurney au Théâtre Antoine avec Anouk Aimée et Gérard Depardieu, arrive avec sa proche collaboratrice Karine Letellier dans ce lieu qu’ils affectionnent tant ; et cela afin de poursuivre et de développer le projet magnifique et ambitieux du Lucernaire dans ses diverses activités artistiques durant les prochaines années.

À propos du Lucernaire :
Le Lucernaire, après avoir été créé en 1968 par Christian Le Guillochet et Luce Berthommé, s’installe en 1975 dans une ancienne usine de chalumeaux, rue Notre-Dame-des-Champs. Devenu un lieu de création incontournable, nombreux sont les comédiens qui ont fait leurs débuts au Lucernaire comme par exemple Laurent Terzieff, Gérard Depardieu ou Dany Boon. Des milliers d’artistes parmi lesquels Jacques Higelin, Gustave Parking, Michel Boujenah, Sylvie Joly, Michael Lonsdale, Claude Pieplu, plus récemment Chris Esquerre sont venus au Lucernaire présenter leur création.

De jeunes compagnies y ont également connu un fantastique succès comme "Le Tour du Monde en 80 jours" par Sébastien Azzopardi ou encore "Les fourberies de Scapin" par Arnaud Denis.


Repris par les éditions L'Harmattan en 2004, Le Lucernaire fédère aujourd’hui trois salles de théâtre, trois salles de cinéma, une librairie, un lieu d’exposition, un restaurant et un bar, où se rencontrent artistes, spectateurs et professionnels.


Photo : Façade du Lucernaire © Le Lucernaire.
La Rédaction

1 ... « 8 9 10 11 12 13 14 » ... 28




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022