La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•Off 2023• "Œdipe/Enquête" Œdipe et son double, une quête sans âge… et sans fin

Si "le rêve est à la mythologie privée du dormeur, ce que le mythe est au rêve éveillé des peuples" (Paul Ricœur), la toute nouvelle création de Jean-François Matignon, en projetant sur l'avant-scène du Théâtre Transversal son Œdipe revisité, nous emporte très loin dans les sphères oniriques à la rencontre du mythe fondateur. Reliant la version de Sénèque le Tragique à celle du roman noir de Didier Lamaison, croisant les deux visages du même, le metteur en jeu tel le devin qu'il sait ne pas être joue ici des ambiguïtés attachées à "l'homme aux pieds enflés". Et ce, pour mieux nous embarquer sur les traces d'une énigme à jamais irrésolue.



© Fraction.
© Fraction.
Œdipe en grec se dit "Oidipous" ("Οιδι-πους"), celui qui a les pieds enflés. Dans son nom même, la métaphore du Nom-du-père qui y est attachée, réside l'énigme originelle. Celle de sa naissance. "Exposé" sur un mont au nord d'Athènes, les chevilles percées pour pouvoir être arrimé à un arbre, il était destiné à mourir selon le vœu de ses parents, le roi Laïos et la reine Jocaste, afin que la prédiction de l'oracle de Delphes – il tuerait son père et épouserait sa mère – ne puisse se réaliser.

De cette histoire vieille comme le monde, le spectateur découvrira d'abord Tirésias, le devin aveugle de Thèbes, écoutant sur un petit récepteur radio les nouvelles du monde d'aujourd'hui, celles diffusées en direct par une chaîne d'infos en continu. Interrompant le flux incessant des tragédies égrenées, il sort de son silence pour commenter laconiquement : "Il s'en passe des choses. Le monde n'est pas tout rose… N'acceptez pas ce qui vous arrive comme une destinée… Soupçon, médisance, ignorance, peur, maladie s'abattent sur Thèbes. Laïos a été assassiné lâchement, qu'avez-vous fait pour trouver le meurtrier ?".

© Fraction.
© Fraction.
Œdipe fera alors son apparition, "On m'appelle Œdipe". Et la voix du metteur en scène (Jean-François Matignon), celui qui tire les fils de la tragédie ancienne pour les mêler à la présente, de commenter d'une travée de la salle où il a pris place : "C'est l'homme aux pieds enflés. Celui qui finira comme il a commencé, en exclu. Le trône du roi et le lit de la reine lui seront acquis. De même, il tuera la Sphinge après avoir résolu l'énigme". La Sphinge, un être mi-femme, mi-bête, le féminin de Sphinx…

Ainsi, d'emblée, le dispositif parle de lui-même… Nous sommes dans le domaine de la tragédie, les héros ne peuvent échapper au fatum. Ils vont devoir exécuter jusqu'au bout leur tâche d'hommes et femmes confrontés à un destin plus grand qu'eux. Ils le feront dans la douleur et la détermination, car ils portent en eux un message qui dépasse leur existence. Aussi vont-ils mourir devant nous, nous qui sommes confortablement installés dans nos fauteuils, afin que les choses soient dites et, peut-être, entendues. La voix du Chœur, par celle du metteur en scène, sera là pour mettre en abyme les enjeux en cours… et rappeler incidemment que les frontières entre ce qui se joue sur un plateau de théâtre et "la vraie vie" sont labiles.

© Fraction.
© Fraction.
Jocaste, la reine, apparaîtra alors, majestueuse dans sa robe d'apparat, immobile et digne. Elle aura aussi son rôle à jouer, avant d'accomplir devant nous le destin qu'est le sien, la corde d'ailleurs pend déjà des cintres. La voix off du Chœur délivre ce qu'elle découvrira plus tard… Son regard change, elle regarde sans le savoir celui qui a tué Laïos, son époux. Vingt ans se sont écoulés, elle enfanta quatre fois, Polynice et Etéocle, Antigone et Ismène. L'amour s'établit sur des réalités voilées…

Pour l'heure, une épidémie se répand sur Thèbes, un vent mauvais portant les miasmes de la peste souffle tandis que, sur scène, la reine effeuille nerveusement un bouquet bientôt réduit à ses tiges. "La dévastation, des morts que l'on brûle", fait entendre une voix d'enfant, amplifiant le désastre. Et Apollon d'exiger que la souillure causée par le meurtre de Laïos soit lavée par la découverte du coupable. S'il se dénonce, il devra quitter la ville. Quiconque l'hébergera, sera poursuivi sans répit.

Alors, trouant le temps de la représentation, la voix du metteur en scène se fait à nouveau entendre : "Ce fut là le début de l'enquête. Créon, frère de Jocaste, suggéra au nouveau roi, Œdipe, de prendre conseil auprès de Tirésias…". Le conflit entre les deux prendra forme sur le plateau, un combat à mains nues où, poussé à bout par Œdipe, à la recherche de la vérité sur le nom de l'assassin, le vénérable vieillard, aveugle pour avoir surpris naguère la nudité d'Athéna, commettra l'erreur de dire ce qu'il n'avait pas vocation à révéler : "Plus jamais je ne t'adresserai la parole. Le roi n'a-t-il pas interdit d'adresser la parole à l'assassin ? L'homme que tu recherches est ici… devant moi". À ces mots, la reine, au second plan, hurle de douleur à l'annonce du crime de parricide et d'inceste.

© Fraction.
© Fraction.
Œdipe condamné à enquêter sur Œdipe… Deux Œdipe sur le plateau, tous les deux les pieds bandés pour soulager leurs pieds enflés, leur âme, elle, étant en proie aux affres d'une culpabilité ravageuse. Clivage face à l'impossible à admettre, l'un regardant l'autre se débattre convulsivement. Même si, soutenu par la voix du metteur en scène, Œdipe aurait de sérieuses circonstances atténuantes à présenter… à lui-même. En effet, quand il tue Laïos lors d'une rixe "accidentelle", n'était-il pas en état de légitime défense, le vieil homme, dont il ignorait par ailleurs l'identité, s'apprêtant à en faire autant ? Quant au fait qu'il ait épousé la reine, sa mère, là encore, il ignorait qui elle était pour lui, et c'est la loi de la Cité, la loi de Thèbes, qui a édicté que celui qui tuerait la Sphinge, aurait pour récompense le trône. Jean-François Matignon ira jusqu'à adresser la parole à Œdipe sur scène : "Banni de Thèbes, Interdit de Corinthe… Tu es comme le rêveur qui rêve et ensuite vit dans son rêve".

Un rêve se transformant en cauchemar lorsque, la fin de l'enquête approchant, le squelette d'Œdipe, extrait d'un coffre funéraire, se redresse et menace d'engloutir… son meurtrier, lui-même. Cris et déchirements. La mémoire d'Œdipe qui se tord de douleurs sur un air d'opéra (très beau tableau "vivant") lui revient… Retour sur images traumatiques acté par cette pellicule d'un film de Fellini qui, venant de la salle – les coulisses de l'inconscient –, se rembobine devant nous. Ne pouvant plus se dérober, le déni n'étant plus possible, il emportera avec lui les miasmes mortifères menaçant Thèbes alors que les yeux exorbités de Jocaste traduisent le nœud coulant passé à son cou.

© Fraction.
© Fraction.
Mise en jeu somptueuse où entre ombres et lumières se rejoue devant nous le drame mythique, porteur de vérités monstrueuses à jamais inélucidées car inélucidables. Force du propos où émotions et réflexions se conjuguent pour créer une matière éminemment vivante, oscillant entre tragédies anciennes et dérives présentes, les deux étant liées comme l'étaient les chevilles d'Œdipe.

Au début des années soixante, Pasolini (cité dans la pièce), sur une colline de Rome où il aimait se rendre, constatait la disparition des lucioles. Et avec elles, la disparition annoncée de la beauté vivifiante du monde. En 2023, pouvoir présenter des créations exigeantes comme "Œdipe/Enquête", ouvrant grand le champ des possibles, participe au réenchantement de la part d'imaginaire nécessaire à la survie de l'art et avec lui, du monde.

Vu le lundi 24 juillet 2023 au Théâtre Transversal à Avignon.

"Œdipe/Enquête"

© Fraction.
© Fraction.
Création 2023.
Textes : Sénèque, Didier Lamaison et Pier Paolo Pasolini.
Mise en scène et scénographie : Jean-François Matignon.
Avec : David Arribe, Michèle Dorlhac, Thomas Rousselot.
Lumières : Michèle Milivojevic.
Par la Compagnie Fraction.
Tout public dès 15 ans.
Durée : 1 h 15.

•Avignon Off 2023•
A été représenté du 7 au 25 juillet 2023.
Tous les jours à 21 h 30.
Théâtre Transversal, Salle 1, 10 rue d'Amphoux, Avignon.
>> theatretransversal.com

Yves Kafka
Mardi 1 Août 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023