La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•Off 2023• "À cheval sur le dos des oiseaux" Le jeune enfant et la mère, une histoire de la violence sociale ordinaire

Être née quelque part et ne plus le savoir, avoir perdu tout repère, dessaisie de soi pour n'être plus qu'un cas social géré comme ils peuvent par les travailleurs du social. Telle est Carine Bielen, un dossier avant d'être une femme, un être sans âge mais pas sans âme, qui se raccroche à son enfant comme à une bouée de sauvetage. Ce fils qu'elle a enfanté, suite à l'un des accidents de la vie constituant son lot depuis qu'elle est née, avec un QI en deçà de la norme, la rendant ipso facto "a-normale". Alors ce fils qui change sa vie, qui donne enfin sens à sa traversée, si on venait à le lui retirer suite à un "accident", que resterait-il d'elle ?



© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
Céline Delbecq a donné à sa compagnie un nom des plus explicites : "La Bête noire". Fondant ses choix d'écriture sur un questionnement en profondeur de ce qui dysfonctionne dans la relation aux précaires et exclus de tous genres, elle explore avec finesse et sans concession aucune les parcours improbables de celles et ceux que notre société s'efforce, faute de pouvoir leur accorder une écoute suffisante, de rendre invisibles. Carine Bielen est une création de composition, un personnage de papier, et pourtant elle est la fidèle réplique de nombre de femmes invisibles auxquelles, le temps d'une représentation, elle prête sa voix.

Une femme – impressionnante Ingrid Heiderscheidt – émerge de l'obscurité où le noir de la scène confidentielle de La Chapelle du Théâtre des Halles avait gommé son existence. Ses gestes désarticulés traduisent le trouble qui l'habite. Quant à ses paroles, tels les fragments d'un discours lui-même désarticulé, elles jaillissent comme des éclats de conscience acérés comme des lames. "Je l'avais pas fait exprès, je dormais… La dame, elle dit, elle dit qu'il faut… qu'il faut pas dormir avec lui…". Ayant trouvé là un auditoire – nous, les spectateurs – la parole, réamorcée, peut désormais se couler dans le flot des émotions qui la submergent, au risque de la noyer corps et âme.

Elle le met dans son lit l'enfant, son enfant, et elle lui chante – regard attendri de l'actrice berçant dans ses bras un bébé imaginaire – les petits bateaux… "L'alcool, ça fait de la misère"… Instantanément, le regard s'assombrit. À la maison, il n'y avait pas le courant. Alors la nuit, comme elle a peur des bêtes, elle prend un petit verre de rouge. Et voilà. Et même quand il y a du vent, elle en prend plusieurs… C'est son échappatoire à elle, avec les magazines peuplés de stars sur des plages de luxe… La nuit, l'enfant pousse des cris à faire peur. "Laissez-le pleurer", elle lui a dit la dame, mais elle n'aime pas que son petit oiseau ait "la terreur dans sa tête". Il hurle quand elle fait ce que la dame lui dit. Alors, elle le prend dans son lit et le réchauffe. Cette nuit-là il y avait eu du vent, et elle l'a serré fort contre elle…

© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
Éclats de voix, éclats de vie percutant de plein fouet la zone de confort où se retranche le public, microcosme représentant de la société. La femme mère reprend ses confidences heurtées pour confier comme il est gentil son bébé. Le jour, jamais il ne pleure, même une fois, elle s'est assise sur lui et il n'a même pas bronché. Il est né coiffé, ça porte bonheur ! Il n'a pas crié non plus quand on lui a enlevé la poche des eaux qui coiffait sa tête. La dame de l'échographie, elle, elle pleurait. Si ça se trouve, c'était son chat qui était mort…

L'innocence empreinte d'une humanité à fleur de peau non quantifiable dans la performance chiffrée d'un QI catégorisant. La débilité légère actée dans un dossier comme on grave dans le marbre d'une concession funéraire perpétuelle, ajoutant à l'exclusion sociale des précaires celle des handicapés mentaux à vie. D'ailleurs son propre frère n'avait-il pas un frelon dans la tête ? Et de rire, pour son fils, "il faudrait une moustiquaire !". Logan, un enfant conçu un jour comme beaucoup d'autres où elle avait trop bu. D'ailleurs, du père, elle n'a aucun souvenir. Et puis maintenant, c'est du passé tout ça, elle ne boit plus, enfin presque plus… sauf les jours où il y a du vent.

Enfant, elle montait à cheval sur le dos des oiseaux. Mère, les petits oiseaux, une kermesse, et son bébé et elle sont contents. Le visage de l'artiste, un instant, est traversé par un sourire lumineux. Il va bien son enfant, il réagit ! Regardez-le Madame ! D'ailleurs ne fait-elle pas tout bien comme il faut pour qu'on ne lui enlève pas son fils ? Elle qui a grandi dans un home (huit enfants, c'était trop à élever), avant d'être placée chez les handicapés. Non pas que dans les homes, elle ait été maltraitée, oh non, on lui donnait à manger et on lui apprenait à être propre, ou encore, on lui enseignait la vie des petits oiseaux, mais ça coupe de la famille, alors pas question d'abandonner Logan… Colère et effondrement qui s'ensuit.

© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
"Vous savez à quoi je pense, vous le dites si je parle trop…", l'adresse frontale implique sans échappatoire possible dans l'histoire de cette femme au bord de la rupture avec ce qui motive son existence, la rattache à elle. Une histoire prise dans la compulsion de répétitions de celles et ceux qui ne peuvent échapper à leur destin de misère. Ainsi de Patrick, son frère protégé ressemblant d'ailleurs beaucoup à Logan, qu'elle prenait dans son lit avant… avant qu'il ne saute par la fenêtre. Et puis, l'accident de la route et le cancer, qui font que sa fratrie décimée ne se retrouvera désormais qu'au cimetière des pauvres.

Alors quand ce matin-là, la dame du centre est venue cogner à sa porte, faisant intrusion dans sa sphère intime, et qu'elle n'a pas voulu qu'elle lui donne le sein parce qu'elle avait bu de l'alcool – bien sûr, c'était une nuit où le vent avait soufflé très fort – et qu'elle a voulu lui prendre son bébé, alors elle l'a retenu par un bras, son fils… Ce bras qu'on l'accuse maintenant de lui avoir cassé… Le juge, il la soupçonne, elle qui "a reçu le monde entier d'avoir ce petit", c'est une erreur... Mais comme tous les gens modestes, elle est prête à penser que, finalement, ce sont les personnes haut placées qui savent mieux qu'elles… Alors, même si au fond d'elle, elle croit qu'elle s'en occupe bien de ce bébé, sa raison de vivre, elle acquiesce : "C'est vous, monsieur le juge, qui le savez mieux, que je m'en occupe pas bien". Quant à la chute, cette signature à apposer à la fin d'une déposition non lue, car elle "n'aime pas lire", elle résonnera longtemps dans nos mémoires d'alphabètes.

Percutant monologue interprété avec force par une actrice accomplie, qui, comme un puzzle à reconstituer pièce par pièce, donne à voir et à entendre le parcours chaotique de l'héroïne. Un récit de vie que cette laissée pour compte de l'existence, en marge de "la vie normale", tente de s'approprier devant nous. Elle qui, du plus loin qu'elle s'en souvienne, a toujours "été parlée" par d'autres qu'elle, parle enfin avec ses mots à elle…

Et c'est là la force "extra-ordinaire" du théâtre que de faire entendre la parole de celles et ceux qui sont privés de leur voix. Comme s'il fallait le recours de "l'art-ifice" pour dire le réel vécu. Une représentation bouleversante qui parle au plus profond de chacun en faisant vibrer les sensations refoulées face aux invisibles que l'on côtoie sans les voir.

Vu le mercredi 26 juillet 2023, à la Chapelle du Théâtre des Halles, Avignon.

"À cheval sur le dos des oiseaux"

© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
Texte : Céline Delbecq (publié aux éditions Lansman).
Mise en scène : Céline Delbecq.
Assistant à la mise en scène : Delphine Peraya.
Avec : Ingrid Heiderscheidt.
Scénographie : Thibaut de Coster et Charly Kleinermann.
Dramaturgie : Christian Giriat.
Création lumière et régie générale : Aurélie Perret.
Création son : Pierre Kissking.
Régie lumière et son : Valentine Bibot.
Décors : Vincent Rutten.
Costumes : Thibaut de Coster et Charly Kleinermann.
Compagnie de la Bête Noire.
Spectacle à partir de 16 ans.
Durée : 1 h.

•Avignon Off 2023•
A été représenté du 7 au 26 juillet 2023.
Tous les jours à 16 h 30 (Relâche le jeudi).
Théâtre des Halles, Chapelle, 22, rue du Roi René, Avignon.
>> theatredeshalles.com

Tournée
11 octobre 2023 : Festival Voix de Femmes, Liège (Belgique).
14 octobre 2023 : Centre Culturel, Braine-l'Alleud (Belgique).
Les 19 et 20 octobre 2023 : Théâtre, Namur (Belgique).

Yves Kafka
Mardi 22 Août 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023