La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•Off 2023• "À cheval sur le dos des oiseaux" Le jeune enfant et la mère, une histoire de la violence sociale ordinaire

Être née quelque part et ne plus le savoir, avoir perdu tout repère, dessaisie de soi pour n'être plus qu'un cas social géré comme ils peuvent par les travailleurs du social. Telle est Carine Bielen, un dossier avant d'être une femme, un être sans âge mais pas sans âme, qui se raccroche à son enfant comme à une bouée de sauvetage. Ce fils qu'elle a enfanté, suite à l'un des accidents de la vie constituant son lot depuis qu'elle est née, avec un QI en deçà de la norme, la rendant ipso facto "a-normale". Alors ce fils qui change sa vie, qui donne enfin sens à sa traversée, si on venait à le lui retirer suite à un "accident", que resterait-il d'elle ?



© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
Céline Delbecq a donné à sa compagnie un nom des plus explicites : "La Bête noire". Fondant ses choix d'écriture sur un questionnement en profondeur de ce qui dysfonctionne dans la relation aux précaires et exclus de tous genres, elle explore avec finesse et sans concession aucune les parcours improbables de celles et ceux que notre société s'efforce, faute de pouvoir leur accorder une écoute suffisante, de rendre invisibles. Carine Bielen est une création de composition, un personnage de papier, et pourtant elle est la fidèle réplique de nombre de femmes invisibles auxquelles, le temps d'une représentation, elle prête sa voix.

Une femme – impressionnante Ingrid Heiderscheidt – émerge de l'obscurité où le noir de la scène confidentielle de La Chapelle du Théâtre des Halles avait gommé son existence. Ses gestes désarticulés traduisent le trouble qui l'habite. Quant à ses paroles, tels les fragments d'un discours lui-même désarticulé, elles jaillissent comme des éclats de conscience acérés comme des lames. "Je l'avais pas fait exprès, je dormais… La dame, elle dit, elle dit qu'il faut… qu'il faut pas dormir avec lui…". Ayant trouvé là un auditoire – nous, les spectateurs – la parole, réamorcée, peut désormais se couler dans le flot des émotions qui la submergent, au risque de la noyer corps et âme.

Elle le met dans son lit l'enfant, son enfant, et elle lui chante – regard attendri de l'actrice berçant dans ses bras un bébé imaginaire – les petits bateaux… "L'alcool, ça fait de la misère"… Instantanément, le regard s'assombrit. À la maison, il n'y avait pas le courant. Alors la nuit, comme elle a peur des bêtes, elle prend un petit verre de rouge. Et voilà. Et même quand il y a du vent, elle en prend plusieurs… C'est son échappatoire à elle, avec les magazines peuplés de stars sur des plages de luxe… La nuit, l'enfant pousse des cris à faire peur. "Laissez-le pleurer", elle lui a dit la dame, mais elle n'aime pas que son petit oiseau ait "la terreur dans sa tête". Il hurle quand elle fait ce que la dame lui dit. Alors, elle le prend dans son lit et le réchauffe. Cette nuit-là il y avait eu du vent, et elle l'a serré fort contre elle…

© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
Éclats de voix, éclats de vie percutant de plein fouet la zone de confort où se retranche le public, microcosme représentant de la société. La femme mère reprend ses confidences heurtées pour confier comme il est gentil son bébé. Le jour, jamais il ne pleure, même une fois, elle s'est assise sur lui et il n'a même pas bronché. Il est né coiffé, ça porte bonheur ! Il n'a pas crié non plus quand on lui a enlevé la poche des eaux qui coiffait sa tête. La dame de l'échographie, elle, elle pleurait. Si ça se trouve, c'était son chat qui était mort…

L'innocence empreinte d'une humanité à fleur de peau non quantifiable dans la performance chiffrée d'un QI catégorisant. La débilité légère actée dans un dossier comme on grave dans le marbre d'une concession funéraire perpétuelle, ajoutant à l'exclusion sociale des précaires celle des handicapés mentaux à vie. D'ailleurs son propre frère n'avait-il pas un frelon dans la tête ? Et de rire, pour son fils, "il faudrait une moustiquaire !". Logan, un enfant conçu un jour comme beaucoup d'autres où elle avait trop bu. D'ailleurs, du père, elle n'a aucun souvenir. Et puis maintenant, c'est du passé tout ça, elle ne boit plus, enfin presque plus… sauf les jours où il y a du vent.

Enfant, elle montait à cheval sur le dos des oiseaux. Mère, les petits oiseaux, une kermesse, et son bébé et elle sont contents. Le visage de l'artiste, un instant, est traversé par un sourire lumineux. Il va bien son enfant, il réagit ! Regardez-le Madame ! D'ailleurs ne fait-elle pas tout bien comme il faut pour qu'on ne lui enlève pas son fils ? Elle qui a grandi dans un home (huit enfants, c'était trop à élever), avant d'être placée chez les handicapés. Non pas que dans les homes, elle ait été maltraitée, oh non, on lui donnait à manger et on lui apprenait à être propre, ou encore, on lui enseignait la vie des petits oiseaux, mais ça coupe de la famille, alors pas question d'abandonner Logan… Colère et effondrement qui s'ensuit.

© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
"Vous savez à quoi je pense, vous le dites si je parle trop…", l'adresse frontale implique sans échappatoire possible dans l'histoire de cette femme au bord de la rupture avec ce qui motive son existence, la rattache à elle. Une histoire prise dans la compulsion de répétitions de celles et ceux qui ne peuvent échapper à leur destin de misère. Ainsi de Patrick, son frère protégé ressemblant d'ailleurs beaucoup à Logan, qu'elle prenait dans son lit avant… avant qu'il ne saute par la fenêtre. Et puis, l'accident de la route et le cancer, qui font que sa fratrie décimée ne se retrouvera désormais qu'au cimetière des pauvres.

Alors quand ce matin-là, la dame du centre est venue cogner à sa porte, faisant intrusion dans sa sphère intime, et qu'elle n'a pas voulu qu'elle lui donne le sein parce qu'elle avait bu de l'alcool – bien sûr, c'était une nuit où le vent avait soufflé très fort – et qu'elle a voulu lui prendre son bébé, alors elle l'a retenu par un bras, son fils… Ce bras qu'on l'accuse maintenant de lui avoir cassé… Le juge, il la soupçonne, elle qui "a reçu le monde entier d'avoir ce petit", c'est une erreur... Mais comme tous les gens modestes, elle est prête à penser que, finalement, ce sont les personnes haut placées qui savent mieux qu'elles… Alors, même si au fond d'elle, elle croit qu'elle s'en occupe bien de ce bébé, sa raison de vivre, elle acquiesce : "C'est vous, monsieur le juge, qui le savez mieux, que je m'en occupe pas bien". Quant à la chute, cette signature à apposer à la fin d'une déposition non lue, car elle "n'aime pas lire", elle résonnera longtemps dans nos mémoires d'alphabètes.

Percutant monologue interprété avec force par une actrice accomplie, qui, comme un puzzle à reconstituer pièce par pièce, donne à voir et à entendre le parcours chaotique de l'héroïne. Un récit de vie que cette laissée pour compte de l'existence, en marge de "la vie normale", tente de s'approprier devant nous. Elle qui, du plus loin qu'elle s'en souvienne, a toujours "été parlée" par d'autres qu'elle, parle enfin avec ses mots à elle…

Et c'est là la force "extra-ordinaire" du théâtre que de faire entendre la parole de celles et ceux qui sont privés de leur voix. Comme s'il fallait le recours de "l'art-ifice" pour dire le réel vécu. Une représentation bouleversante qui parle au plus profond de chacun en faisant vibrer les sensations refoulées face aux invisibles que l'on côtoie sans les voir.

Vu le mercredi 26 juillet 2023, à la Chapelle du Théâtre des Halles, Avignon.

"À cheval sur le dos des oiseaux"

© Alice Piemme.
© Alice Piemme.
Texte : Céline Delbecq (publié aux éditions Lansman).
Mise en scène : Céline Delbecq.
Assistant à la mise en scène : Delphine Peraya.
Avec : Ingrid Heiderscheidt.
Scénographie : Thibaut de Coster et Charly Kleinermann.
Dramaturgie : Christian Giriat.
Création lumière et régie générale : Aurélie Perret.
Création son : Pierre Kissking.
Régie lumière et son : Valentine Bibot.
Décors : Vincent Rutten.
Costumes : Thibaut de Coster et Charly Kleinermann.
Compagnie de la Bête Noire.
Spectacle à partir de 16 ans.
Durée : 1 h.

•Avignon Off 2023•
A été représenté du 7 au 26 juillet 2023.
Tous les jours à 16 h 30 (Relâche le jeudi).
Théâtre des Halles, Chapelle, 22, rue du Roi René, Avignon.
>> theatredeshalles.com

Tournée
11 octobre 2023 : Festival Voix de Femmes, Liège (Belgique).
14 octobre 2023 : Centre Culturel, Braine-l'Alleud (Belgique).
Les 19 et 20 octobre 2023 : Théâtre, Namur (Belgique).

Yves Kafka
Mardi 22 Août 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter


Brèves & Com



















À Découvrir

•Off 2024• "Momentos" Créativité à l'honneur avec des chorégraphies où s'exprime parfois une poésie intime et universelle

Le Flamenco est une force brute et pure qui nous touche en plein cœur, car il est l'art dans lequel le chant, la musique et la danse se questionnent, se répondent et se mêlent dans une totale intimité. Pour l'essentiel, le répertoire du flamenco a été codifié au cours du dernier tiers du XIXe siècle et du premier tiers du XXe. De cette époque, la guitare est son instrument emblématique, à la fois pour l'accompagnement du chant, de la danse et pour le concert soliste. Depuis, son évolution a été marquée par quelques grandes tendances esthétiques.

© Sandrine Cellard.
La musique et la danse flamencas sont basées sur des "palos" (formes) prescrivant pour chacune un mode et un cycle métrique avec accents ou "compas" (accents obligés) spécifiques. Une mécanique de précision qui convoque malgré tout une dimension artistique forte et étourdissante.

Sur scène, une danseuse, deux danseurs, trois musiciens et un chanteur-musicien envoûtant le public dès les premiers instants du spectacle. Que vous soyez novice ou aficionado du flamenco, vous vous laisserez embarquer dès les premiers instants du spectacle et impossible de ressortir déçu de cette éblouissante prestation flamenca de Valérie Ortiz.

Certes, le flamenco est sensiblement ancré dans la culture espagnole et d'aucuns diront que ce dernier ne les interpelle pas, qu'ils n'en perçoivent pas les codes, n'en mesurent aucunement les mouvements dansés à leur juste valeur. Ça peut être exigeant, en effet, de suivre "à la lettre" une prestation flamenca, comme le jazz aussi, par exemple, et ça demande une certaine phase d'initiation. Ceci n'est pas faux. Difficile d'entendre cette possible réticence, néanmoins… le flamenco revêt une portée universelle réunissant à lui seul un large éventail de situations allant de la tristesse à la joie, en passant par l'amour ou la souffrance. Alors, comment y rester indifférent ?

Brigitte Corrigou
27/05/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• Lou Casa "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Betül Balkan.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
19/06/2024
Spectacle à la Une

•Off 2024• "Un Chapeau de paille d'Italie" Une version singulière et explosive interrogeant nos libertés individuelles…

… face aux normalisations sociétales et idéologiques

Si l'art de générer des productions enthousiastes et inventives est incontestablement dans l'ADN de la compagnie L'Éternel Été, l'engagement citoyen fait aussi partie de la démarche créative de ses membres. La présente proposition ne déroge pas à la règle. Ainsi, Emmanuel Besnault et Benoît Gruel nous offrent une version décoiffante, vive, presque juvénile, mais diablement ancrée dans les problématiques actuelles, du "Chapeau de paille d'Italie"… pièce d'Eugène Labiche, véritable référence du vaudeville.

© Philippe Hanula.
L'argument, simple, n'en reste pas moins source de quiproquos, de riantes ficelles propres à la comédie et d'une bonne dose de situations grotesques, burlesques, voire absurdes. À l'aube d'un mariage des plus prometteurs avec la très florale Hélène – née sans doute dans les roses… ornant les pépinières parentales –, le fringant Fadinard se lance dans une quête effrénée pour récupérer un chapeau de paille d'Italie… Pour remplacer celui croqué – en guise de petit-déj ! – par un membre de la gent équestre, moteur exclusif de son hippomobile, ci-devant fiacre. À noter que le chapeau alimentaire appartenait à une belle – porteuse d'une alliance – en rendez-vous coupable avec un soldat, sans doute Apollon à ses heures perdues.

N'ayant pas vocation à pérenniser toute forme d'adaptation académique, nos deux metteurs en scène vont imaginer que cette histoire absurde est un songe, le songe d'une nuit… niché au creux du voyage ensommeillé de l'aimable Fadinard. Accrochez-vous à votre oreiller ! La pièce la plus célèbre de Labiche se transforme en une nouvelle comédie explosive, électro-onirique ! Comme un rêve habité de nounours dans un sommeil moelleux peuplé d'êtres extravagants en doudounes orange.

Gil Chauveau
26/03/2024