La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.
Lyrique

"Don Giovanni" par les Solistes de l'Atelier Lyrique de l'Opéra de Paris à la MC93 - 26/03/2014

L'Atelier Lyrique de l'Opéra de Paris dirigé par Christian Schirm revient à la MC93 de Bobigny pour sa septième coproduction avec la maison de Patrick Sommier. Ils ont choisi le chef d'œuvre de Mozart "Don Giovanni". Jusqu'au 31 mars 2014, celui-ci renoue avec un public populaire pour un prix très abordable. C’est aussi l'occasion de rencontrer une jeune génération d'artistes plus...  

"La Flûte enchantée" à Bastille à l’ombre des Lumières - 17/03/2014

Nouvelle et excellente production à l’Opéra national de Paris du dernier opéra de Wolfgang Amadeus Mozart, "La Flûte enchantée", jusqu’au 15 avril 2014. Mise en scène audacieuse et novatrice, distribution enchanteresse, direction musicale inspirée pour une œuvre testamentaire d’une force énigmatique et musicale irrésistible. Courez-y : Dieu a existé et il s’est appelé Mozart ! Ne me demandez pas...  

Waltraud Meier dédie son récital parisien à Patrice Chéreau - 20/02/2014

Lundi 24 février 2014, la grande soprano wagnérienne Waltraud Meier offre aux Parisiens un unique récital dédié à la mélodie allemande. Temps fort de cette saison des Lundis du Théâtre du Palais-Royal, ce concert rendra hommage à son ami et complice Patrice Chéreau disparu le 7 octobre dernier. Après José van Dam et Felicity Lott notamment, le Théâtre du Palais-Royal invite pour son Lundi musical...  

"Madame Butterfly" à Bastille, un papillon aux ailes de plomb - 17/02/2014

L’Opéra national de Paris remet à l’affiche l’ouvrage de Giacomo Puccini dans la belle mise en scène de Robert Wilson jusqu’au 12 mars pour neuf représentations. Impressions mitigées en cette première soirée. Pas moins de trois opéras de Puccini en ce moment à l’Opéra de Paris : "La Fanciulla del West" avec Nina Stemme, "La Bohème" avec Piotr Beczala, et cette reprise donc d’une production de...  

Autour de Tristan : encore et toujours Wagner ! - 11/02/2014

Airs et duos d’opéras wagnériens sont au programme le 15 février salle Pleyel avec la soprano Anja Kampe, le ténor Robert Dean Smith et l’Orchestre national de Lille sous la direction de notre cher Jean-Claude Casadesus. Fêtons encore et toujours le compositeur allemand en 2014 ! Bonne nouvelle pour nous, les "Wagnerolâtres" ! Robert Dean Smith a accepté de remplacer Gary Lehman souffrant pour le...  

Le Mystère Bizet selon Éric-Emmanuel Schmitt - 06/02/2014

Le 14 février, Éric-Emmanuel Schmitt expose "Le Mystère Bizet" en nous racontant la vie et l’œuvre du compositeur de "Carmen" en compagnie de chanteurs et de musiciens. L’occasion de retrouver notamment les talents de la mezzo Karine Deshayes et du pianiste Nicolas Stavy. Il y aurait donc un mystère Bizet ? Oui et c’est un paradoxe... Qui ne connaît ou n’a déjà fredonné un air de son opéra...  

"Chat Perché, opéra rural" : fanfare et animaux en folie à Bastille ! - 21/01/2014

Cet "opéra rural" de Caroline Gautier et Jean-Marc Singier est de retour à l’Amphithéâtre de l’Opéra Bastille où il a été créé en 2011. Dès le 24 janvier, ce spectacle inspiré des "Contes du Chat Perché" de Marcel Aymé ravira "les enfants de quatre à soixante quinze ans" comme ce dernier l’avait malicieusement prévu. Une tournée en région Ouest débutera à partir du 4 février. "Chat Perché, opéra...  

"The Rape of Lucretia"... Une méditation chrétienne sur le sens du sacrifice - 17/01/2014

L’Athénée reprend une mise en scène de Stephen Taylor (de 2007) du "Viol de Lucrèce", l’opéra de Benjamin Britten, avec une distribution renouvelée. C’est l’occasion de retrouver les brillants solistes de l’Atelier Lyrique accompagnés de l’ensemble Le Balcon jusqu’au 19 janvier 2014. Miracle du chant et de l’opéra. Que se passe-t-il en nous quand soudain un chanteur (ici une chanteuse : la...  

La poésie charmante de "Lakmé" à l’Opéra Comique - 13/01/2014

Si vous voulez "cueillir des lotus bleus" et redécouvrir certains des airs français les plus charmants, précipitez-vous à l’Opéra Comique qui présente en ce moment "Lakmé" (opéra de Léo Delibes) dans une mise en scène de Lilo Baur "et avec Sabine Devieilhe dans le rôle-titre. Musique charmante disais-je ? Assurément. Certains des airs (comme ceux de "La Chauve-souris" de Johann Strauss fils) sont...  

On lave son linge en prison avec l’opéra "Les Lessiveuses" - 11/11/2013

Le 15 novembre 2013, "Les Lessiveuses", l’opéra de Thierry Machuel, sera créé aux Ulis avec l’Ensemble 2e2m et la Piccola Cie. Un théâtre musical original dont le livret a été confié à Yamina Zoutat, d’après les notes de tournage en 2009 de son propre documentaire consacré à ces "Lessiveuses", ces mères qui s’occupent du linge de leurs fils incarcérés. Tout destinait Thierry Machuel, compositeur...  
1 ... « 15 16 17 18 19 20 21 » ... 23



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

Les modèles des artistes sont-elles vraiment des modèles de vie ? À en croire ces "Muses", non, et tant mieux !

La racine étymologique de musée est "temple des Muses", du nom de ces neuf déesses qui président aux arts. Ici, elles ne sont que quatre (mais neuf en alternance, tiens ? Hasard…) et l'histoire qu'elles incarnent se déroule effectivement dans un musée après la fermeture, dans la torpeur de la nuit. Dans ce spectacle très vivant, incarner est le verbe idéal pour définir ces créations de personnages, puisque ceux-ci ne sont faits, au tout début, que des figures faites de pigments, de colle, de toiles et de cire.

© Xavier Cantat.
Des figures suspendues dans leurs cadres et posées sur un socle qui sont des chefs-d'œuvre : la "Joconde" de Léonard de Vinci, la "Naissance de Vénus" de Botticelli, la "Petite danseuse" de Degas et le "Diptyque Marilyn" d'Andy Warhol… Magie du théâtre, lorsque le dernier visiteur sort, suivi par le dernier gardien, ces muses renaissent, reprennent vie, voix et chair. Alors commence une longue nuit qui va révéler les caractères surprenants, parfois volcaniques et débordants de ces personnages si sages le jour.

Besoin de se dérouiller un peu les jambes, de se plaindre de la cohue qu'elles subissent tous les jours, de se rappeler des souvenirs "d'enfance" ou de se réchauffer les nerfs aux rivalités les plus classiques, rivalités de notoriété, de séduction ou d'âge, car ces quatre figures font bien partie des représentations de l'idéal féminin en compétition, telle sera la course qu'elles mènent avec fougue et sensualité.

L'idée de départ aurait pu devenir banale et vaine sans l'inventivité que les autrices, les interprètes et le metteur en scène ont déployé. Le texte de Claire Couture et Mathilde Le Quellec ancre résolument son ton dans la fantaisie, le jeu de répliques et l'humour. Les deux autrices ont laissé libre cours à leur imaginaire en gardant un point de vue moderne. Elles dessinent des tempéraments rugueux, explosifs et inattendus, qui tranchent avec les idées convenues que l'on forme face à ces représentations idéalisées de la femme : ce que cache le visage, l'apparence, l'esthétique.

Bruno Fougniès
18/10/2022
Spectacle à la Une

"Huis clos" Sommes-nous acteurs de notre destin ou de simples marionnettes ?

Garcin, Inès et Estelle, un homme et deux femmes, se retrouvent enfermé(es) dans un salon où la lumière ne s'éteint pas et duquel il est impossible de sortir. Ils comprennent qu'ils se trouvent en Enfer et se racontent leurs histoires. Ainsi se noueront entre eux des relations complexes qui ne se révèleront pas toujours réciproques.

© Anthony Dausseur.
Est-ce bien raisonnable de retourner assister à une énième représentation de "Huis clos", ce texte incontournable du théâtre français écrit, fin 1943 - début 1944, par le célèbre philosophe Jean-Paul Sartre ? Une de ses plus belles œuvres et aussi une des plus jouées.
Quand on aime, on ne compte pas, semble-t-il.

Au Laurette Théâtre, une petite salle intimiste de quartier, se joue une nouvelle version de cette célèbre pièce, interprétée par deux comédiennes et un comédien attachant(es) et investi(es) : Sebastian Barrio, Karine Battaglia et Laurence Meini.

La proximité du public avec la scène et, de ce fait, le contact très proche avec les personnages renforcent très largement la thématique de la pièce. Rares ont été les fois où cette sensation d'enfermement a pu nous envahir autant, indépendamment des relations tendues qui se tissent progressivement entre les personnages et qui de ce fait sont décuplées.

Brigitte Corrigou
24/10/2022
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
20/09/2022