La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Madame Butterfly" à Bastille, un papillon aux ailes de plomb

L’Opéra national de Paris remet à l’affiche l’ouvrage de Giacomo Puccini dans la belle mise en scène de Robert Wilson jusqu’au 12 mars pour neuf représentations. Impressions mitigées en cette première soirée.



© Elisa Haberer/OnP.
© Elisa Haberer/OnP.
Pas moins de trois opéras de Puccini en ce moment à l’Opéra de Paris : "La Fanciulla del West" avec Nina Stemme, "La Bohème" avec Piotr Beczala, et cette reprise donc d’une production de 2009 pour "Madama Butterfly" avec une affiche renouvelée (sauf la Suzuki de Cornelia Oncioiu) et un rôle-titre qui peine à convaincre.

En cette soirée de Saint-Valentin, la foule des grands jours investit l’Opéra Bastille. "Madama Butterfly" est un de ces opéras populaires pour lesquels se déplace un public divers, enthousiaste, conquis d’avance. Et c’est tant mieux : viva l’opera ! Pour celui-ci, c’est à "une tragédie japonaise" en trois actes du compositeur de "Tosca" que nous assistons, créée à la Scala le 17 février 1904 - sans aucun succès dans une première version en deux actes. Les amours malheureuses entre la petite geisha Cio-Cio San (ladite Butterfly) et le vilain officier de marine B. J. Pinkerton ne trouvent grâce aux yeux et aux oreilles du public qu’un peu plus tard, dans la version définitive que nous connaissons (et sous la baguette du maestro Toscanini).

© Elisa Haberer/OnP.
© Elisa Haberer/OnP.
Pour nos temps, il faut bien avouer que le livret a pris un petit coup de vieux. Ce poème de l’âme, comme l’appellent ses inconditionnels, s’appuie sur un livret délicieusement démodé écrit par les habituels Luigi Illica et Giuseppe Giacosa pour plaire à l’auditoire de l‘époque : séduction, mariage, abandon de domicile conjugal, arrogance occidentale et cynisme masculin, aucun cliché ne manque. La pauvre Cio-Cio San, amoureuse folle et abandonnée, se voit même retirer l’enfant issu de ce mariage factice. La patience d’ange du beau papillon japonais ne fera rien à l’affaire et l’opéra se termine tragiquement comme vous le savez peut-être.

En cette soirée de février 2014 une autre tragédie nous attendait. Rien à redire évidemment à une belle mise en scène qui, selon le credo wilsonien, épure avec une élégance influencée par les arts de la scène asiatique le décor, les personnages, les gestes, les mains, les démarches. Les lumières du maître sont magnifiques, mouvantes et diaprées. Les tableaux aux couleurs symboliques se succèdent en un incessant flux et reflux transcendant ce mélodrame daté en un théâtre mental fascinant.

© Elisa Haberer/OnP.
© Elisa Haberer/OnP.
Non, la tragédie est ailleurs. N’est pas en cause le ténor roumain Teodor Ilincai dont la vaillance vocale convient bien au caractère présomptueux de Pinkerton. Et malgré un jeu un peu limité, il fait de chacune de ses apparitions un beau moment de musique. N’est pas davantage en cause la direction du chef Daniele Callegari. Tantôt subtile, tantôt impérieuse, elle rend justice à une partition expressive aux délicates couleurs orchestrales, aux chromatismes qui rappellent parfois la poésie wagnérienne. "Madama Butterfly" est un poème symphonique aux belles lignes mélodiques ponctué de séquences dramatiques très "zim badaboum" (et on adore ça bien-sûr !). Non, la déception vient du personnage principal interprété par la jolie soprano bulgare Svelta Vassileva pourtant spécialiste du rôle.

Le premier acte est une quasi torture : ce papillon-là hurle son rôle, gratifie l’auditoire de vibratos déchirants et se livre à une bataille désespérée pour éclipser son partenaire et l’orchestre. Après l’entracte aux deuxième et troisième actes (sans doute sur le conseil avisé du chef), la chanteuse baissera de quelques tons mais nous laissera de marbre. Aucune émotion, aucune sincérité, rien de lyrique et de touchant dans cette interprétation. Seul l’orchestre de l’Opéra de Paris sera en mesure de révéler le drame intérieur du personnage et faire vivre ce théâtre d’ombres crépusculaire. Espérons que Madame Vassileva connaisse d’ici la fin des représentations les déchirements de l’amour (je plaisante). Je n’avais gardé aucun souvenir de sa "Francesca da Rimini" dans ce même Bastille en 2011, et ça ce n’était pas bon signe.

Spectacle vu le 14 février 2014.

Lundi 17, vendredi 21, lundi 24, jeudi 27 février 2014, samedi 1er, mardi 4, vendredi 7, mercredi 12 mars 2014 à 19 h 30.
Opéra national de Paris - Bastille, 08 92 89 90 90.
Place de la Bastille, Paris 12e.
>> operadeparis.fr

"Madama Butterfly" (1904).
Musique : Giacomo Puccini (1858 – 1924).
Livret : Luigi Illica et Giuseppe Giacosa.
En langue italienne, surtitrée en français.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Daniele Callegari, direction musicale.
Robert Wilson, décors et mise en scène.
Frida Parmeggiani, costumes.
Heinrich Brunke et Robert Wilson, lumières.
Suzushi Hanayagi, chorégraphie.
Holm Keller, dramaturgie.
Alessandro di Stefano, chef de chœur.

Svelta Vassileva, Cio-Cio San.
Cornelia Oncioiu, Suzuki.
Teodor Ilincai, F. B. Pinkerton.
Gabriele Viviani, Sharpless.
Carlo Bosi, Goro.
Florian Sempey, Il Principe Yamadori.
Marianne Crebassa, Kate Pinkerton.
Scott Wilde, Lo Zio Bonzo.

Orchestre et Chœur de l’Opéra national de Paris.

Christine Ducq
Lundi 17 Février 2014

Concerts | Lyrique




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021