La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"La Flûte enchantée" à Bastille à l’ombre des Lumières

Nouvelle et excellente production à l’Opéra national de Paris du dernier opéra de Wolfgang Amadeus Mozart, "La Flûte enchantée", jusqu’au 15 avril 2014. Mise en scène audacieuse et novatrice, distribution enchanteresse, direction musicale inspirée pour une œuvre testamentaire d’une force énigmatique et musicale irrésistible. Courez-y : Dieu a existé et il s’est appelé Mozart !



© Agathe Poupeney/OnP.
© Agathe Poupeney/OnP.
Ne me demandez pas de résumer l’argument de cet ultime opéra de Amadeus, c’est coton et d’ailleurs personne n’en a vraiment jamais débrouillé tous les fils. Ce qui permet à des metteurs en scène intelligents - c’est-à-dire qui savent lire un livret et écouter la musique - comme Robert Carsen de nous faire de nouvelles propositions éclairantes (si je puis dire… concernant cette production entièrement hantée par les ombres du sépulcre et qui nous entraîne de forêts en tombeaux).

Essayons tout de même. Un jeune prince Tamino va subir moultes épreuves pour trouver l’amour et la sagesse, rencontrant sur son chemin un oiseleur burlesque, Papageno - ici un routard des Eaux et Forêts -, Pamina, la fille aimable d’une Reine de la Nuit, future belle-mère (hystérique dudit prince) ressemblant à une veuve type Jackie Kennedy, et un grand prêtre bienveillant nommé Sarastro. Entre autres Égyptiens folkloriques.

© Agathe Poupeney/OnP.
© Agathe Poupeney/OnP.
Vous l’aurez compris, c’est le combat de l’Ombre et de la Lumière, de la superstition contre la raison : Tamino manque dans la première scène de se faire dévorer par un énorme serpent - comprenez "l’Infâme" dénoncé par exemple par Voltaire. Œuvre initiatique inspirée au librettiste Schikaneder, compagnon de loge maçonnique de Wolfgang Amadeus, par un conte oriental de Wieland paru en 1786 (un genre furieusement à la mode au XVIIIe siècle depuis la traduction des "Mille et une Nuits"), c’est un singspiel* populaire et philosophique alliant sérieux et comique, sublime et grotesque.

Surclassant de loin la version de la Furia del Baus de 2009 en ce même opéra Bastille, commandée par le regretté Gerard Mortier**, la ténébreuse mise en scène de Robert Carsen utilisant les moyens de la vidéo et une scénographie épurée souligne la dimension méditative de l’opéra, créé à Vienne en 1791, deux mois avant la mort de Mozart (à trente-cinq ans). Cette méditation, musicalement riche d’une carrière de composition exceptionnelle synthétisée ici, exhorte à apprivoiser sereinement la mort en revendiquant liberté, égalité, fraternité et les vertus du pardon et de l’amour.

© Agathe Poupeney/OnP.
© Agathe Poupeney/OnP.
Plus que tout, c’est le pouvoir de la musique qui est célébré, son pouvoir enchanteur de "pharmakon népenthès" sur nos âmes, cet incroyable baume apaisant et joyeux qui nous dispense avec libéralité équilibre et bonheur - et que la direction vif-argent de Philippe Jordan exalte. A-t-on entendu meilleure sonorité de l’orchestre de l’Opéra de Paris se hissant de sa fosse (tombale car elle fait partie du plateau) pour nous sauver tous, chanteurs et public ? La troupe s’asseyant tout autour de lui dans la dernière scène le caresse du regard dans un accord final d’une tendresse irrépressible. Juste hommage.

Et puis, dominant une très bonne distribution, c’est la révélation du jeune ténor lyrique slovaque Pavol Breslik dans le rôle de Tamino. Parfait musicien, doué d’une voix au timbre solaire et au phrasé idéalement belcantiste, il nous a jeté un véritable charme. Nous voilà enchantés pour toujours.

*Le singspiel, un genre inventé en Allemagne au XVIIIe siècle, fait alterner musique et dialogues parlés (en allemand).
**Gerard Mortier, génial directeur de l’Opéra de Paris de 2004 à 2009, nous a quittés le week-end dernier. La première de "Tristan et Isolde", le 8 avril 2014, lui sera dédiée.

© Agathe Poupeney/OnP.
© Agathe Poupeney/OnP.
Spectacle vu le 14 mars 2014.

Représentations les 17, 20, 22, 25, 29 mars 2014 à 19 h 30.
Les 1er, 6, 10, 13, 15 avril 2014 à 19 h 30.

Opéra national de Paris, 08 92 89 90 90.
Place de la Bastille Paris 12e.
>> operadeparis.fr

"La Flûte enchantée" (1791).
Singspiel en deux actes.
Musique : W. A. Mozart (1756 - 1791).
Livret : Emmanuel Schikaneder.
En langue allemande surtitrée.
Durée : 2 h 45 avec entracte.

Philippe Jordan, direction musicale.
Robert Carsen, mise en scène.
Michael Levine, décors.
Petra Reinhardt, costumes.
Robert Carsen, Peter van Praet, lumières.
Martin Eidenberger, vidéo.
Ian Burton, dramaturgie.
Patrick Marie Aubert, chef de chœur.

© Agathe Poupeney/OnP.
© Agathe Poupeney/OnP.
Pavol Breslik, Tamino.
Julia Kleiter, Pamina.
Daniel Schmutzhard, Papageno.
Regula Mühleman, Papagena.
Franz Josef Selig, Sarastro.
François Piolino, Monostatos.
Sabine Devieilhe, Königin der Nacht.

Chœur et Orchestre de l’Opéra de Paris.

Christine Ducq
Lundi 17 Mars 2014

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique







À découvrir

"Tropique de la violence" Une forme d'opéra rock comme un cri de détresse des oubliés de Mayotte

Cent-unième département de France, Mayotte, petite île au nord-ouest de Madagascar, souffre. Loin des clichés de lagons tropicaux et de végétation luxuriante, elle est devenue l'endroit de France le plus peuplé en immigrés, officiels mais surtout clandestins, qui débarquent régulièrement des Comores à bord de kwassa-kwassa (bateaux de pêche à fond plat) quand ils ne finissent pas noyés. C'est dans ce plus grand bidonville de France, situé à Mamoudzou (préfecture du département), que se situe l'action de la pièce. Bienvenue à Kaweni, surnommé bien à propos Gaza, décharge humaine où survivent comme ils peuvent une partie des échoués de notre monde.

© Victor Tonelli.
Et parmi eux de nombreux jeunes isolés, comme le héros de cette histoire, Moïse, 15 ans, abandonné par sa mère lorsqu'elle débarqua sur une plage de sable noir, bien des années auparavant. Un enfant recueilli par une infirmière venue du continent, morte depuis. Dans ce contexte pire qu'une jungle, zone de non-droit où l'ordre est aux mains de gangs, Moïse va devoir se débrouiller, survivre et subir la pression de Bruce Wayne, jeune voyou autoproclamé roi de Gaza.

De cet univers décomposé jusqu'aux dans les veines des habitants coule la violence, mieux que le sang. Violence née du manque de tout. D'une pauvreté sans mesure. D'un abandon total. D'un avenir interdit. Aucun repère. Sur le plateau, les projections gigantesques de visages interpellent le minuscule Moïse enfermé dans une cellule de prison. Fantômes imaginaires de la taille de dieux ou de démons. La mise en scène extrêmement élaborée d'Alexandre Zeff fait se caramboler sur scène les mondes intérieurs et les événements de l'histoire.

Bruno Fougniès
05/09/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022