La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2018

•Avignon Off 2018• Brassens par Mardjane Chemirani, une vision féminine, à la fois espiègle et intimiste, portée par le jeu vif et fluide du pianiste René Brion

"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?", L'Entrepôt, Avignon

Brassens chanté par une femme, l'idée pourrait paraître saugrenue ! Il n'en est rien… Célébrée, portée, par la très féminine Mardjane Chemirani, accompagnée du talentueux pianiste René Brion, l’œuvre du poète de Sète affirme sa vocation universelle et sa capacité à assumer sa part de féminité !



© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
Pour ce voyage au pays de Brassens, si la moustache semble absente (quoique ! voir le final !), l'impertinence, l'humour et l'émotion sont, eux, bien là. Et c'est un vrai duo tout en complicité et complémentarité dont il s'agit... à une voix - fois deux - ou à deux voix. En effet, si la majorité des chansons sont interprétées avec talent - sans mimétisme aucun - par Mardjane Chemirani, René Brion nous offre notamment - avec un plaisir non feint - une version du "gorille" "aux petits oignons", avec une petite touche bluesy bienvenue ; et un "Saturne" où sa voix grave apporte de la profondeur et une légère pointe mélancolique.

Et pour, entre autres, "Pauvre Martin", "L'orage" et "Les Philistins", c'est à deux voix que la poésie du barde Sétois nous est donnée. Les deux tonalités (masculine et féminine) s'accordent parfaitement bien, trouvant un équilibre tout en finesse, étonnant, avec un relief inattendu qui sonne harmonieusement à nos oreilles.

Mardjane Chemirani a un timbre personnel, identifiable, qui fait d'elle une chanteuse interprète à part entière, loin du style "choriste" véhiculé par les télé-crochets actuels. Avec une tessiture profonde couvrant bien, sans forcer et avec aisance, l'ensemble de la gamme, elle pose sur "Jeanne" ou "Les passantes", un phrasé tout en douceur et intimité, parfois sur l'équilibre d'une fêlure laissant poindre l'émotion.

© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
Et sur des rythmiques plus soutenues aux accents plus jazzy, elle ne faillit pas et s'appuie sur la cadence imposée par la partition musicale parfaitement transcrite par René Brion au fait de son ouvrage, imposant parfois le tempo propre à des titres comme "Brave Margot", très enlevé sur un rythme ragtime, sachant même embellir d'accents mutins "La fessée" ou à "Quatre-vingt-quinze pour cent".

Un doigté fluide et léger, souple, allant d'envols aériens à une fluidité quasi aquatique, comme posant ses notes sur la surface d'un ruisseau, tel est le jeu que nous offre René Brion au piano. Tout à fait remarquable sur "Don Juan", délicatement mélodique, presque façon ritournelle, avec une main droite agile et vive, générant des notes claires, sonores, brillantes, voire cristalline.

Parfois celui-ci se fait plus "appuyé", vif et percussif sur des titres demandant une rythmique plus affirmée et marquée. On sent ici le talent et l'incroyable expérience de ce pianiste tout autant rompu à l’exercice difficile du piano-bar qu'à la pratique du rock ou de la musique improvisée. Il y a véritablement une forme de virtuosité chez ce musicien qui égrène, comme autant de perles, avec subtilité et aisance, les compositions de Brassens.

Ainsi grâce à nos deux artistes provençaux est prouvé une fois de plus que réinterpréter un créateur tel que Brassens est possible tant sa musique et sa poésie sont universelles.

"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?"

© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
Spectacle musical.
Chant : Mardjane Chemirani.
Piano et chant : René Brion.
Arrangements : Brion, Chemirani.
Cie la Luette s’Entête.
Durée : 1 h 10.

•Avignon Off 2018•
Du 7 au 27 juillet 2018.
Tous les jours à 15 h 30, relâche le mercredi.
L'Entrepôt,
1 ter, boulevard Champfleury, Avignon.
Réservation : 04 90 86 30 37.
>> misesenscene.com

© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
● Mardjane Chemirani et René Brion.
"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?"

Label : MGO.
Distribution : EPM.
Sortie : 2018.

Gil Chauveau
Jeudi 19 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle

Le théâtre, au-delà de la scène, du plateau, de l'expression et des mouvements de ses protagonistes, de la représentation imagée, symbolique, imaginée des décors, c'est le texte, les sons, la musique et la voix, les voix… Le théâtre peut donc être écouté… et a été écouté ! Dans l'exercice de son rôle patrimonial, la BnF (associée au CNRS) crée un site et une série de podcasts dédiés à la dimension acoustique de cet art.

Entendre le théâtre… Un voyage sonore dans le théâtre français au XXe siècle
Le théâtre est bien évidemment un art évolutif, en perpétuelle mutation. La manière dont on le perçoit a changé quand lui-même bouleverse en permanence ses manières de représentation, ses codes, ses modes internes d'expression. Mais quel était-il au XXe siècle ? Comment l'a-t-on écouté ? Comment l'entendait-on ? Comment y parlait-on ?

La Bibliothèque nationale de France et le CNRS s'associent donc pour explorer, grâce à des archives exceptionnelles et souvent inédites, la diversité des voix et des sons du théâtre, ainsi que leurs évolutions dans la seconde moitié du XXe siècle. De Jean Vilar à Rosy Varte, en passant par Habib Benglia, Antoine Vitez ou encore Maria Casarès, on y découvre ou redécouvre les voix puissantes, profondes et singulières de celles et ceux qui ont marqué les différentes scènes françaises.

Sous l'influence de la radio, du cinéma, ou encore du cabaret, les scènes françaises se sont mises, dans les années cinquante-soixante, à exposer de nouvelles façons, plus accessibles, de dire les textes dramatiques, tandis qu'étaient explorés de nouveaux territoires de l'oralité. Ce sont ces différents aspects, novateurs à l'époque, que permet de découvrir le site "Entendre le théâtre".

Gil Chauveau
25/02/2020
Spectacle à la Une

"Vies de papier" Un road-movie immobile, une épopée de l'autodérision

Leur tournée passe peut-être pas loin de chez vous. Il faut aller voir Benoît Faivre et Tommy Laszlo et leur manière de rendre palpitant l'examen d'un album-photos anonyme et intrigant trouvé dans une brocante belge…

Dans "Vies de papier", ces documentaristes, ces nouveaux Dupond et Dupont mènent une enquête qui, par étapes, avec ses impasses, ses indices, ses objets déconcertants, toutes ces miettes d'un passé inconnu voit s'ajuster des miettes de mémoire et se constituer en une histoire allemande, une destinée. Celle d'une femme allemande pendant la guerre.

Le scénario développé est improbable et véridique, le récit est haletant. Il a la dimension d'un témoignage de chasseurs de trésors qui tatônnent et se trouvent transformés eux- même par la chasse. Par la résolution de l'énigme, les ressorts secrets de la quête.

Scéniquement, tous les codes convergent vers la réalité avec, en prime dans la présence des comédiens, cette dimension de passion délivrée par des enquêteurs devenus de magnifiques conférenciers. Qui, dans leur manière de faire la liaison entre les images et les objets, cèdent à une touchante tendance à l'auto-célébration. Comme une joie, une satisfaction, une fierté à faire partager.

"Vies de papier" est un road-movie immobile, une épopée avec ce sens de l'autodérision qui fait douter jusqu'au bout et tiens les rennes du rire. Alors cet album-photos ? Cette femme, on y croit ou on n'y croit pas ? C'est la question d'un spectateur comblé.

Jean Grapin
08/01/2020
Sortie à la Une

"Macbeth" Deux clowns donnent un éclat de rire à Shakespeare

C'est un petit bijou que ce spectacle. Le mariage réussi de deux grandes écoles apparemment éloignées : la tragédie élisabéthaine et l'art du clown. Politiques, conflits historiques, guerres et meurtres d'un côté, dérision, naïveté lumineuse, enfance et poésie de l'autre. Les deux mêlés font exploser le drame de Macbeth en feu d'artifice, entre rire et effroi.

"Macbeth", faut-il le rappeler, ce sont les trois célèbres sorcières surgies des brumes de la lande écossaise qui prédisent l'avenir royal au noble Macbeth, l'assassinat d'un roi pendant son sommeil, l'exil de ses fils, le meurtre de Banco, le rival désigné dans les prédictions, des apparitions et, enfin, une guerre sanglante. Aux manettes de cette machine, un couple : Macbeth et sa femme, lady Macbeth. Pas vraiment de quoi rire face à ces passions violentes : cupidité, trahison, remords. Seulement, lorsque les regards de clowns se posent sur la triste saleté de l'existence humaine, la perception des événements les plus noirs se transfigure.

Les deux clowns, Francis (Louis-Jean Corti) et Carpatte (Maria Zachenska), incarnent tous les personnages essentiels de la tragédie. Aucune partie de l'histoire ne manque. Chaque épisode est raconté, joué, et offert avec cette distance capable à la fois de percevoir le grave et d'en retirer dans le même temps le rire grandiose de la truculence. C'est du théâtre de clowns où le mime alterne avec le jeu issu de la comédie et la narration.

Mais comment s'étonner que cette manière de mettre en scène l'écriture de Shakespeare, lui qui n'a jamais cessé d'introduire dans la plupart de ses pièces, un fou, un bouffon, un clown ou un personnage tiré de la simplicité du peuple qui avec ses mots simples, ose dire ce que les autres n'osent pas. En cela, les deux clowns de cette histoire sont des passeurs entre ces héros tragiques et le public.

Bruno Fougniès
11/02/2020