La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2018

•Avignon Off 2018• Brassens par Mardjane Chemirani, une vision féminine, à la fois espiègle et intimiste, portée par le jeu vif et fluide du pianiste René Brion

"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?", L'Entrepôt, Avignon

Brassens chanté par une femme, l'idée pourrait paraître saugrenue ! Il n'en est rien… Célébrée, portée, par la très féminine Mardjane Chemirani, accompagnée du talentueux pianiste René Brion, l’œuvre du poète de Sète affirme sa vocation universelle et sa capacité à assumer sa part de féminité !



© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
Pour ce voyage au pays de Brassens, si la moustache semble absente (quoique ! voir le final !), l'impertinence, l'humour et l'émotion sont, eux, bien là. Et c'est un vrai duo tout en complicité et complémentarité dont il s'agit... à une voix - fois deux - ou à deux voix. En effet, si la majorité des chansons sont interprétées avec talent - sans mimétisme aucun - par Mardjane Chemirani, René Brion nous offre notamment - avec un plaisir non feint - une version du "gorille" "aux petits oignons", avec une petite touche bluesy bienvenue ; et un "Saturne" où sa voix grave apporte de la profondeur et une légère pointe mélancolique.

Et pour, entre autres, "Pauvre Martin", "L'orage" et "Les Philistins", c'est à deux voix que la poésie du barde Sétois nous est donnée. Les deux tonalités (masculine et féminine) s'accordent parfaitement bien, trouvant un équilibre tout en finesse, étonnant, avec un relief inattendu qui sonne harmonieusement à nos oreilles.

Mardjane Chemirani a un timbre personnel, identifiable, qui fait d'elle une chanteuse interprète à part entière, loin du style "choriste" véhiculé par les télé-crochets actuels. Avec une tessiture profonde couvrant bien, sans forcer et avec aisance, l'ensemble de la gamme, elle pose sur "Jeanne" ou "Les passantes", un phrasé tout en douceur et intimité, parfois sur l'équilibre d'une fêlure laissant poindre l'émotion.

© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
Et sur des rythmiques plus soutenues aux accents plus jazzy, elle ne faillit pas et s'appuie sur la cadence imposée par la partition musicale parfaitement transcrite par René Brion au fait de son ouvrage, imposant parfois le tempo propre à des titres comme "Brave Margot", très enlevé sur un rythme ragtime, sachant même embellir d'accents mutins "La fessée" ou à "Quatre-vingt-quinze pour cent".

Un doigté fluide et léger, souple, allant d'envols aériens à une fluidité quasi aquatique, comme posant ses notes sur la surface d'un ruisseau, tel est le jeu que nous offre René Brion au piano. Tout à fait remarquable sur "Don Juan", délicatement mélodique, presque façon ritournelle, avec une main droite agile et vive, générant des notes claires, sonores, brillantes, voire cristalline.

Parfois celui-ci se fait plus "appuyé", vif et percussif sur des titres demandant une rythmique plus affirmée et marquée. On sent ici le talent et l'incroyable expérience de ce pianiste tout autant rompu à l’exercice difficile du piano-bar qu'à la pratique du rock ou de la musique improvisée. Il y a véritablement une forme de virtuosité chez ce musicien qui égrène, comme autant de perles, avec subtilité et aisance, les compositions de Brassens.

Ainsi grâce à nos deux artistes provençaux est prouvé une fois de plus que réinterpréter un créateur tel que Brassens est possible tant sa musique et sa poésie sont universelles.

"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?"

© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
Spectacle musical.
Chant : Mardjane Chemirani.
Piano et chant : René Brion.
Arrangements : Brion, Chemirani.
Cie la Luette s’Entête.
Durée : 1 h 10.

•Avignon Off 2018•
Du 7 au 27 juillet 2018.
Tous les jours à 15 h 30, relâche le mercredi.
L'Entrepôt,
1 ter, boulevard Champfleury, Avignon.
Réservation : 04 90 86 30 37.
>> misesenscene.com

© Ch. Milord.
© Ch. Milord.
● Mardjane Chemirani et René Brion.
"Vous reprendrez bien un peu de Brassens ?"

Label : MGO.
Distribution : EPM.
Sortie : 2018.

Gil Chauveau
Jeudi 19 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB

PUB

PUB

PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Festival au village : "Des coulisses à la scène"

C'est un village sur la route entre Niort et la Rochelle. Objet d'une halte pour le délassement des jambes, le temps d'un égaiement des enfants, d'une course à la supérette. Brioux est un village ordinaire de ceux que l'on traverse sous le soleil sur la route des vacances. Que l'on mésestime…

Festival au village :
Et c'est bien dommage car les habitants qui savent qu'il n'est de richesses que d'hommes,(comme disait Jean Bodin à la Renaissance) vivent comme un Bonheur à préparer, à organiser d'une année sur l'autre un festival bref mais constant dans la durée. Derrière les murs, sous les toits. Sous un chapiteau, sur la place, dans les granges. C'est la 30e édition du festival au village et Jean Pierre Bodin (autre Bodin), de la Compagnie La Mouline en est le directeur artistique.

Né en 1988... tout , tout petit avec sa poignée de bénévoles, le festival a fêté ses 10 ans au son des violons de Bratsch. ses 20 ans avec un livre témoin, ses 25 ans avec 25 artistes et 150 bénévoles qui se sont applaudis mutuellement.

Pour ses 30 ans il sera précédé d'un prologue démesuré. Trente artistes et les bénévoles passeront 30 heures ensemble du samedi 7 juillet à 17 h au dimanche 8 juillet 23 h avec, en vrac, spectacle de cirque, théâtre, chanson, apéro-concert, illuminations de Carabosse, grand bal... Pour l'amateur de marathon est prévu un dortoir à la belle étoile, avec lits et couvertures.

Jean Grapin
28/06/2018
Spectacle à la Une

•Avignon Off 2018• "Barbara amoureuse"… Ah qu'il est doux le temps des amours

Caroline Montier chante "Barbara amoureuse", L'Atypik Théâtre, Avignon

Chanter l'amour comme une femme, chanter l'amour de toutes les femmes, et interpréter celle qui sut tant aimer les hommes ainsi que son public. Dans une belle et élégante simplicité, Caroline Montier nous offre quelques joyaux mélodiques et poétiques de la grande Barbara, éternelle amoureuse.

•Avignon Off 2018•
Parti-pris judicieux, Caroline Montier a puisé dans le répertoire de jeunesse de la dame en noir, époque L’Écluse, Bobino (en première partie de Félix Marten en 61 et de Brassens en 64, puis en vedette en 65), et des premiers Olympia… Période Barbara jeune, tendre, passionnée ou orageuse amante. Une femme qui, à ses débuts, fut tout aussi timide et réservée que mutine et fougueuse, aimant tant l'amour que les hommes qui souvent l'ont comblée.

De titres connus ("Dis, quand reviendras-tu", 1ère version 1962 ou "La Solitude", 1965) à ceux qui le sont moins ("Pierre", 1964 ou "Gare de Lyon", 1964), Caroline Montier a construit un récital sur ces aventures qui ont jalonné sa vie, mais ici avec un choix de chansons enregistrées par Barbara entre 1962 et 1968, avec une prédilection pour des compositions de 64 ("Toi l'homme", "Je ne sais pas dire", "Septembre"…) ou de 68 ("Du bout des lèvres", "Amoureuse", "Le Testament", "Tu sais"…).

Dans cette exploration originale, Caroline Montier fait le choix d'aller croquer un rayon de soleil dans les amours de Barbara, apportant, avec subtilité et talent, une touche de grâce à l'ensemble.

Gil Chauveau
22/06/2018
Sortie à la Une

"Dévaste-moi"… Persuasion et précision artistique… Pour une nouvelle façon de percevoir un spectacle

"Dévaste-moi", International Visual Theatre, Paris

Airs célèbres d'opéra, chansons rock, romances populaires. Dans son dernier spectacle "Dévaste moi"*, Emmanuelle Laborit chante et danse, livre des confidences à son public, elle fait le show. Avec ses musicos, (ses boys), tout le tralala et ses effets, les surtitrages qui ponctuent avec humour le tour de chant.

Elle met en place avec le soutien de Johanny Bert (qui met en scène) une forme éclectique de théâtre-danse et de music-hall mêlés. Le spectacle est à bien des égards vertigineux.

C'est que, au cas présent, l'artiste ne peut parler ni entendre les sons. Les mots et le sens ne peuvent pas sortir de la bouche. Tout le spectacle est en langage des signes. Interprété, pas traduit. En chantsigne.

Ce qui donne quelque chose de déroutant d'étonnamment maîtrisé qui dépasse très largement la notion de mimodrame et oblige le spectateur qui fait parti des "entendants" à reconsidérer sa manière de percevoir un spectacle.

Car à l'inverse des repères traditionnels qui élaborent un espace scénique dans lequel le sens circule entre les deux bornes de l'indicible : celles de l'obscène et du sublime, la prestation d'Emmanuelle Laborit passe par le bout des doigts et se transmet à tout le corps sans tabous avec la seule force de la persuasion et de la précision artistique. C'est toute la personne qui exprime le poids des sensations, la raison des sentiments ainsi que les effets de style.

Jean Grapin
15/11/2017