La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2018

•Avignon Off 2018• Les poètes sont des hommes comme tout le monde : blessés, ils saignent eux aussi

"Le Nouveau Monde", dans le cadre de "L'Occitanie fait son Cirque en Avignon"

Un titre qui pourrait passer pour une jolie formule littéraire… Et pourtant c'est bien ainsi que "Le Nouveau Monde" nous invite : la réalité est pleine de piques et de broches et de verres et de bétons brisés et de flammes, d'explosions, de noyades, alors comment créer encore le rêve ? la beauté ? la poésie ?



© Claire Bossuet.
© Claire Bossuet.
Gilles Cailleau nous offre avec ce spectacle hors normes l'invitation à réfléchir. Réfléchir sur notre siècle. Le XXIe. D'où prend-il naissance ? Dans les ruines laissées par le XXe siècle ? Dans les bouleversements économiques et politiques du début du XXIe ? À quel événement faut-il se référer pour comprendre ce monde aux certitudes ébranlées, fissurées, instables ?

Tout cela paraît bien sérieux pour un spectacle de cirque mais qu'on se rassure, nous sommes ici à l'opposé total de la conférence. Il s'agit bien d'un spectacle, dans un chapiteau, sur une piste… Une piste un peu spéciale pourtant : pas de séparation entre public, espace de jeu, pas de sable ni de sciure sur le sol mais une topographie de places de parking dessinée et des bancs faits d'une mosaïque de sièges, canapés, tabourets, chaises d'enfants, hétéroclites, bric et broc, purgé de toutes références sinon une idée de récupération, d'accumulation et d'anti-uniformisation et de non-conformisme.

Gilles Cailleau est déjà en piste, il range quelques couteaux de lancer sur un fût en chêne, va de-ci de-là, dit un mot à droite à gauche quand le public s'installe. Pas d'effet de scène pour commencer ce qui va être le partage d'un moment, d'un spectacle, d'un spectacle qui va être unique puisqu'il va se faire ensemble.

© Claire Bossuet.
© Claire Bossuet.
Pour ce début, c'est comme si nous étions assis dans les loges avant le début de la représentation. Gilles Cailleau s'adresse à nous en bons camarades, prêt à partager ses sensations, son trac qu'il ressent un peu plus fort dans cet Avignon Off : "Ce doit être à cause de Jean Vilar qui me regarde de là-haut !". Yeux en l'air pour un salut à Jeannot. Au-dessus de nos têtes, le ciel poudroie effectivement d'étoiles. Un chapiteau ouvert sur le ciel. Sans chapeau. Une manière d'être inclus dans l'univers.

C'est ainsi qu'est construit l'espace : des murs de toiles translucides et peintes de structures de pont sur un paysage montagneux entourent le public. Une forme évasée vers les cieux, comme un entonnoir, un porte-voix vers les étoiles. Une forme un peu comme un vaisseau incongru, ancré dans le bitume du parking avec les voiles de toiles pour rejoindre une nature potentiellement accueillante, pure, respirable. Un entre-deux monde. Une tentative d'évasion, d'élévation.

© Claire Bossuet.
© Claire Bossuet.
Et cela continue ainsi, entre musiques qu'il crée à mesure, chansons, poèmes forts, scènes reconstitutions des tours jumelles abattues par le crash des avions de ligne le 11 septembre ; ou errance des migrants entre les côtes sanguinaires de Méditerranée chaque jour sous une pluie de violence et d'indifférence… et tant d'autres moments comme porter en triomphe une enfant ! Porter en triomphe une enfant ! Images symboliques, images fortes qui sèment leurs chemins de sens et creusent des sillons de questions.

Rares sont les spectacles qui ne sont ni accusation, ni plaidoyer, ni plainte, ni exhibition facile, pressoir à larmes superficielles et prétextes à la bonne conscience. "Le Nouveau Monde" fait partie de ces exceptionnels instants, inclassables, où le temps semble s'être arrêté pour laisser libre espace à la pensée, au cœur, à l'intime.

Gilles Cailleau réussit l'exploit de nous inviter à réfléchir, pas à juger, pas à regretter, non, réfléchir, chacun, pour soi, à son exemple, dans une simplicité exigeante et une énergie jamais vacillante, pour que le XXIe trouve quelque part en lui, ce nouveau monde.

"Le Nouveau Monde"

© Claire Bossuet.
© Claire Bossuet.
De Gilles Cailleau.
Metteuse en scène : Julie Denisse.
Avec : Gilles Cailleau, Thibaut Boislève.
Régie lumières : Philippe Germaneau, Christophe Bruyas.
Accessoires : Christophe Brot.
Costumes : Virginie Breger
Compagnie Attention Fragile.
À partir de 9 ans.
Durée : 2 h.

•Avignon Off 2018•
Du 18 au 21 juillet 2018.
Tous les jours à 22 h 30.
L'Occitanie fait son cirque en Avignon, Île Piot,
22, chemin de l'île Piot, Avignon.
Tél. : 04 90 83 66 09.
>> la-grainerie.net

© Claire Bossuet.
© Claire Bossuet.

Bruno Fougniès
Jeudi 19 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives








À découvrir

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !

"Cabaret Louise", Théâtre Le Funambule Montmartre, Paris

Reprise Grandes ignorées de nos scolarités boutonneuses, la Commune et sa compagne Louise Michel sont tirées du passé et ici convoquées à une célébration festive et effrontée, bâtie sur un cinquantenaire soixante-huitard bienfaisant, où se réunissent de manière intempestive, ou pas, Rimbaud, Hugo, Léo et Théophile Ferré, Louise Attaque, Johnny Hallyday, Jules Ferry et Adolphe Thiers, etc., prenant vie grâce aux joyeux jeux virtuoses de Charlotte Zotto et Régis Vlachos.

Si Louise Michel m'était contée… Cabaret peu orthodoxe sur l'art de la rébellion !
En une forme de cabaret drolatique, foutraque, jouissif et impertinent, est rendu hommage à la révolte, à l'espérance d'une toujours future révolution, au souvenir de celles qui ont eu lieu - sans malheureusement toujours beaucoup d'efficience -, à celles et ceux - communards ou soixante-huitards - qui les imaginèrent sur le terreau de folles utopies. Régis Vlachos nous offre à nouveau un insolent et hilarant éloge d'une nouvelle rébellion à inventer, nous incitant, dans le respect de nos libertés individuelles, à nous indigner encore et toujours.

Cet hommage audacieux et - forcément - libertaire est associé subtilement, dans un intelligent second plan et en un judicieux contrepoint, à nos désespérantes actualités. Et, tour de force réussi, est généré, en complément inattendu et croustillant, une approche de mise en abyme conjugale du couple tentant de représenter le spectacle tout en l'interrompant de tempétueuses disputes, de tentatives de réconciliation… ou de négociation de définitive séparation... Instillant ainsi dans tous les tiroirs narratifs, une revendication féminine et féministe émanant historiquement de Louise Michel et, dans une contemporanéité militante, celle de la femme d'aujourd'hui que sont les comédiennes Charlotte Zotto et Johanna Garnier.

Gil Chauveau
22/01/2019
Spectacle à la Une

"Cassandra", cruauté et infinie tendresse pour conter le métier de comédienne

La chronique d'Isa-belle L

"Cassandra", C majuscule s'il vous plaît. Pas uniquement parce que c'est un prénom qui, aussi, introduit une phrase ou parce que c'est le titre du spectacle, mais parce que Cassandra, qu'elle soit moderne ici, mythique là-bas, mérite en capitale (C) cette jolie troisième lettre de l'alphabet à chaque recoin de mon papier. La lettre "C" comme Cassandra et comme le nom de famille de l'auteur. Rodolphe Corrion.

Deux C valent pour un troisième : Coïncidence. L'auteur, masculin, très habile répondant au nom de "Corrion" a écrit pour une comédienne à multiples facettes ce seul(e) en scène. Nous voilà à 3 C et trois bonnes raisons d'aller découvrir et applaudir ce spectacle mené de main de maîtresse par la comédienne Dorothée Girot. Jolie blonde explosive, sincère et talentueuse.

Inspiré du mythe de Cassandre, Rodolphe Corrion nous propose aujourd'hui, dans son texte à l'humour finement brodé, un personnage - Théodora -, comédienne enchaînant les castings avec peine, se retrouvant d'ailleurs en intro de spectacle, face à une conseillère Pôle Emploi. Excellent moment et monologue réjouissant. Théodora sent que quelque chose va se produire dans la vie de cette conseillère, quelque chose de… bah ! Oui. Il va se passer quelque chose… elle l'avait sentie, on ne l'a pas écoutée puis… la conseillère, elle ne l'a plus jamais revue.

Isabelle Lauriou
27/03/2019
Sortie à la Une

"An Irish Story" Une histoire des Irlandais, ces derniers bardes

"An Irish Story", Théâtre de Belleville, Paris

Son grand-père Peter 0'Farrel a disparu sans laisser d'adresse. Dans "An irish story", Kelly Rivière, la petite fille, est partie en quête puisque sa mère Margaret n'a pas voulu révéler le secret de la famille. Volubile, Kelly raconte sur scène ce qui devient vite, par elle et pour elle, une épopée. Don ou atavisme familial ? Au spectateur de décider mais il est comblé devant le collier de perles théâtrales qui lui est présenté.

Trimballé de Lyon à Dublin via Londres. Au départ, Kelly s'y prend un peu, faussement, gauchement, par un timide stand up mais l'histoire accroche. Il y a la personnalité de cet aïeul "so Irish" rejoignant étonnamment Londres pour reconstruire la ville dévastée par la guerre, qui a eu une fille, et a disparu comme bien d'autres… Disparus dans une mer d'alcool ? Peut-être… Que peut-on attendre de ces diables d'hommes, seuls garçons de fratries de filles (nombreuses) et eux–mêmes géniteurs de légendes…

À mesure que l'histoire avance, le récit devient dialogue. Le personnage est de plus en plus échauffé, de plus en plus passionné. Comme ébrié. Des paroles prises sur le vif, des personnages incarnés. Les accents à couper au couteau, ces îles de par delà la Manche ou le channel, de la mer d'Irlande Muir Éireann ou Irish sea, les rituels de la "cup of Tea", de la Guinness, la mère, les cousines, les voisins, le pub, tout y passe.

Jean Grapin
14/05/2019