La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Shakespeare, fragments nocturnes", le beau théâtre du monde de Will

Le premier spectacle de la nouvelle saison des jeunes artistes en résidence à l'Académie de l'Opéra de Paris,"Shakespeare, Fragments nocturnes", s'impose délicatement à la croisée du théâtre et de l'art lyrique grâce au talent des chanteurs et à une proposition scénique réussie.



© Studio J'adore Ce Que Vous Faites/OnP.
© Studio J'adore Ce Que Vous Faites/OnP.
La nuit shakespearienne - et ses personnages devenus légendaires - est la source d'inspiration vertigineuse du nouveau spectacle de l'Académie. Embrassant plusieurs siècles d'histoire de l'opéra la belle mise en scène de Maëlle Dequiedt offre un bel écrin aux jeunes chanteurs et artistes en résidence à l'Opéra de Paris.

Cette académie, dont le but est d'accompagner l'émergence de jeunes professionnels qui feront la scène lyrique de demain, offre à des chanteurs, des techniciens, des artisans d'art et des musiciens venus du monde entier l'opportunité d'enrichir les missions de création de l'Opéra de Paris. L'Académie est donc à la fois un conservatoire et un laboratoire pour les métiers de l'opéra.

Et la qualité des spectacles proposés ne s'est pas démentie avec des opéras du répertoire ou comme aujourd'hui, la proposition d'un théâtre lyrique rêvé et réalisé à partir du monde shakespearien, ce grand pourvoyeur d'œuvres pour des compositeurs de toutes les époques. Un choix s'imposait d'abord pour Maëlle Dequiedt et son dramaturge Simon Hatab dans ce répertoire très riche - car l'opéra inspiré par le dramaturge élisabéthain est un genre en soi.

© Studio J'adore Ce Que Vous Faites/OnP.
© Studio J'adore Ce Que Vous Faites/OnP.
C'est donc à partir de la déclinaison d'un thème fort que ces"fragments" de styles, de langues et d'époques différents ont été retenus. Il s'agit ici de la Nuit propice aux merveilles et métamorphoses dont les quatre extraits du "Songe d'une nuit d'été" de Benjamin Britten font l'armature ; mais aussi de la nuit cauchemardesque que de nombreux opéras mettent en scène - ici réunis autour des rares "Ophelia Lieder" de Richard Strauss - qu'on est ravi de pouvoir redécouvrir.

Sept extraits d'œuvres composées entre le XVIIIe et le XXe siècle de Henry Purcell à Aribert Reimann constituent ainsi autant de variations et de contrastes autour de ces deux sommes que sont l'opéra de Britten et les lieder de Strauss. Un choix qui se révèle intéressant dans ses partis-pris : l'air du saule ("Assisa a piè d'un salice") de la Desdemona dans l'"Otello" de Rossini (plutôt que celle de Verdi), les deux facettes inspirées de la Juliette shakespearienne (celle qui veut vivre chez Gounod, faisant écho au désespoir de la Giulietta de Bellini) ou encore les émouvants personnages royaux d'Ambroise Thomas (Hamlet) et de A. Reimann (Lear), entre autres extraits des semi-opéras de Purcell, "The Tempest" et "The Fairy Queen".

Plongé dans une nuit constellée des prestiges de la magie d'un Oberon ou dans la nuit maléfique noyant des êtres torturés, le plateau dessine un territoire en perpétuelle reconfiguration fictionnelle. Ces "Fragments nocturnes" affirment dans le même moment leurs possibles liens et leur altérité grâce à quelques accessoires simples (objets, meubles), des textes rappelant des mises en scènes mythiques évoquées avec des extraits de journaux ou de pièces de Claude Esteban, Heiner Müller (entre autres), grâce à l'intervention parlée de personnages tels Puck ou Oberon et aux incrustations de la vidéo. Une scénographie des plus réussies grâce à une équipe manifestement douée.

© Studio J'adore Ce Que Vous Faites/OnP.
© Studio J'adore Ce Que Vous Faites/OnP.
Accompagnés au piano (par les habiles Benjamin Laurent, Federico Tibone : deux Will, alter ego du dramaturge) puis par le violoncelle de Saem Heo, les chanteurs sont tous dignes d'éloge. Déjà entendus l'année dernière dans divers spectacles, ils confirment dans ce spectacle tout le bien qu'on pense d'eux. Les deux Juliette interprétées par Marianne Croux et Angélique Boudeville sont adorables.

Les barytons Danylo Matviienko et Vladimir Kapshuk sont, quant à eux, impressionnants. Le premier est un Hamlet à la diction impeccable et à la ligne vocale artiste ; le second se montre inoubliable dans le superbe "Roi Lear" de Reimann. On retiendra encore la Desdemona de Farrah El Dibany, magnifique mezzo qui émeut sans peine dans ce rôle suspendu. Enfin toute la troupe se retrouve pour un chœur final extrait de "The Tempest" ("No stars again shall hurt you") concluant avec faste ce fascinant nocturne.

Du 9 au 17 octobre 2018 à 20 h.

Le 26 octobre 2018 à 19 h 30 à La Grange au Lac, Evian.

Amphithéâtre Bastille.
Place de la Bastille Paris 12e.
Tél. : 08 92 89 90 90.
>> operadeparis.fr

"Shakespeare, Fragments nocturnes" (2018).
Théâtre musical.
Durée : 1 h 30 sans entracte.

Maëlle Dequiedt, mise en scène.
Benjamin Laurent, Federico Tibone, direction musicale.
Heidi Folliet, décors.
Caroline Trossevin, costumes.
Laurence Magnée, lumières.
Lou Reichling, graphisme et vidéo.
Jeanne Desoubeaux, assistante mise en scène.

Solistes de l'Académie :
Angélique Boudeville, Marianne Croux, Liubov Medvedeva, Sarah Shine, Farrah El Dibany, Jeanne Ireland, Maciej Kwasnikowski, Danylo Matviienko ; Alexander York, Vladimir Kapshuk.

Christine Ducq
Mardi 16 Octobre 2018

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique








À découvrir

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine

Ça commence limite "foutage de gueule", genre numéro de cirque en guise d'attraction préambulaire… Après le combat de catch de nains, pourquoi un match de foot féminin pour ouvrir la kermesse annuelle du journal L'Union à Reims ! Sauf que… les choses vont prendre une tournure inattendue… Avec une coupe du monde à la clé ! C'est la nouvelle et formidable histoire de femmes que nous racontent Pauline Bureau et sa compagnie.

Ah le foot, le foot, le foot… Oui, mais en version féminine, pour une étonnante aventure humaine
Reims, été 68. Dans la perspective d'un événement footballistique important, coach et cadres de l'équipe locale cherche une attraction en préambule de la confrontation sportive… Et pourquoi pas des femmes courant après un ballon, c'est original et rigolo, du jamais vu !* Des filles sur un terrain de foot, voilà un divertissement apte à régaler les mâles… majoritaires sur les gradins.

S'ensuit un appel à candidates qui, à la grande surprise de l'initiateur (Nicolas Chupin), répondent présentes. Mais son étonnement est total quand il les voit taper dans le ballon ; et jouer avec enthousiasme, aisance, rapidité et une immense liberté, sans retenue. Elles ont entre 16 et 32 ans, venant d'horizons différents, et sont bien décidées à faire de cette mauvaise plaisanterie divertissante l'aventure de leur vie.

Et, ici, Pauline Bureau nous rappelle que l'histoire du football féminin est indissociable de l'évolution de la société et de ses luttes. Femmes footballeuses, femmes ouvrières, l'un peut être l'échappatoire de l'autre, enquête historique, en quête d'histoire… Plusieurs aspects de la condition de la femme sont abordés, montrés. Et dans les années soixante, de la famille à l'usine, les exemples ne manquent pas, actualités sociales sur fond de rendement à la chaîne, de taux horaires, flagrantes et énormes disparités de salaires entre les hommes et les femmes (ça a changé ?), etc.

Gil Chauveau
06/12/2019
Spectacle à la Une

"Le Pas Grand Chose" Un regard de côté pour illuminer le monde

Subvertir la pensée commune par des postures intellectuelles radicales, propres à faire passer ce pseudo conférencier circassien pour un autiste Asperger des plus performants, semble le crédo existentiel de cet artiste hors normes. Par le biais de son regard décalé, il recrée sous nos yeux un monde fabuleux, enchantant notre imaginaire et stimulant nos neurones assoupis.

Johann Le Guillerm, dès son apparition sur le plateau, poussant une improbable carriole-bureau à tiroirs, en impose. Son costume, sa cravate, sa tresse impeccable, sa voix monocorde… tout en lui dégage une inquiétante étrangeté mâtinée d'une sérénité au-dessus de tout soupçon. Comme si cet homme d'un autre temps, d'une autre époque, avait accumulé dans les plis de son être un savoir qui nous faisait défaut, nous les prisonniers de la caverne platonicienne condamnés à ne voir en toutes choses que le pâle reflet de nos vies formatées.

"Est-ce que quelqu'un dans la salle pourrait m'indiquer le chemin qui n'irait pas à Rome ?"… Dès sa première adresse au public, le ton est donné : si quelqu'un d'aventure, fort de ses nouveaux savoirs, s'était égaré là, conforté dans l'idée que la terre est ronde (suprême révélation datant d'à peine cinq cents ans) et que l'homme n'est pas maître en sa demeure (Freud, et la découverte de l'inconscient au début des années 1900), il pourrait illico "battre en retraite". Copernic, Galilée, Freud n'ont fait qu'ouvrir la voie… à nous de la poursuivre.

"La science de l'idiot" chevillée au corps, Johann Le Guillerm va faire exploser littéralement le prêt-à-penser confortant des idées manufacturées, fussent-elles actualisées, dupliquées à l'envi par la nécessité d'une reproduction sociale garante de l'ordre décliné par le savoir officiel. Penser autrement le monde, c'est ce qu'il fut amené à faire, d'abord à son corps défendant. Diagnostiqué enfant dys+++ (dyslexique, dysorthographique, etc.), il fut conduit à la rébellion de l'esprit en dessinant d'autres épures. Réflexe de survie.

Yves Kafka
21/12/2019
Sortie à la Une

"À mon bel amour"… Urbain, classique, éclectique et artistique

C'est sous le prisme des danses urbaines, contemporaine et classique que la chorégraphe Anne Nguyen interroge les identités au travers du corps et de son rapport à l'espace où le waacking, le popping, le voguing, le locking et le krump portent leurs signatures au détour de pointes, de balancés, de lock et de bounce.

Noir sur scène, puis un groupe se détache dans une lumière tamisée qui vient dessiner les creux de leurs silhouettes. La musique démarre à un rythme effréné. Au début, tout est homogène, ils forment une seule et même entité dans une intimité qui est balayée par le tempo musical. Comme un pied-de-nez à la sensation scénique d'un sentiment intime qui s'extériorise violemment.

À tour de rôle, comme une réminiscence des années soixante, soixante-dix, quatre-vingt, le waacking, le popping, le voguing, le locking, le krump, en appui des danses contemporaine et classique, apparaissent autour d'un socle artistique commun dans lequel chacun vient se nourrir au même humus. Des différences ? Oui, bien sûr, dans le tempo, la gestique, le rapport au corps, à la scène et à l'autre, mais tout ceci puise dans un même objectif, celle de faire communiquer une sensation, un état d'âme, une volonté farouche ou timide de montrer quelque chose sur le plateau, un ce je-ne-sais-quoi qui fait de l'artiste un buvard aux émotions qui a besoin, pour notre plus grand plaisir, de s'épancher.

Safidin Alouache
10/12/2019