La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

"Così fan tutte"… Une version moderne de l'opéra de Mozart revisité par Dmitri Tcherniakov

"Così fan tutte", l'un des trois opéras italiens créés par Mozart avec le librettiste Lorenzo Da Ponte, est à l'honneur au théâtre du Châtelet. Dmitri Tcherniakov, le metteur en scène russe, en donne une lecture simple, limpide et audacieuse où, le temps de la représentation, le XVIIIe devient le XXIe siècle autant dans les décors, les costumes, les gestiques que dans les états d'esprit.



© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
Le rideau se lève. Nous sommes comme projetés en plein milieu du XXIe siècle. La mise en scène de Dmitri Tcherniakov installe une modernité autant dans les attitudes que la scénographie et les costumes. Le décor est composé de deux chambres aux portes glissantes où un rideau beige foncé laisse apparaître pour chacun d'eux un lit blanc. Côté jardin se trouve une discrète cheminée noire en forme de bouche quand, côté cour, un escalier mène vers un premier étage interdit à la vue du public où seule la soubrette Despina (Patricia Petibon) monte et descend les marches de celui-ci.

Le début de l'opéra, nimbé de silence, annonce une démarche surprenante avant que les premiers chants et répliques ne s'entendent, comme si le temps était allié à une phase de réflexion. Sans doute lié au traquenard que nos deux comparses, Ferrando (Rainer Trost) et Guglielmo (Russell Braun), avec leur maître de jeu Don Alfonso (Georg Nigl), appuyés par Despina, veulent faire à leurs amoureuses respectives, Fiordiligi (Agneta Eichenholz) et Dorabella (Claudia Mahnke).

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
"Così fan tutte" est un opera buffa, à savoir un opéra italien traitant d'un sujet comique, en deux actes de Mozart (1756-1791) sur un livret de Lorenzo da Ponte (1749-1838), créé le 26 janvier 1790 au Burgtheater de Vienne. Il marque la troisième et dernière collaboration entre Mozart et Da Ponte, après Les Noces de Figaro (1786) et Don Giovanni (1787).

Dans ce jeu théâtral à dessein apprêté et de mise à distance de ce qui se dit, les chants lyriques bousculent tout ce qui se trame. Ils portent la quintessence des sentiments ou des passions sous cloche, quand les corps n'en deviennent à dessein que les compagnons peu dispendieux. Nous sommes ainsi dans une théâtralité qui met en exergue la duplicité des rôles. Chacun est dans une double incarnation inversée où la voix exprime ce que le corps cache.

Seule Despina (Patricia Petibon), très souvent entourée de nos trois protagonistes masculins, dessine un caractère aux déhanchements très marqués. Sa démarche ondulée et lascive, avec son timbre de soprano qui en fait écho, nous emmène dans des modulations lyriques riches, plantant un personnage presque fantasque. Toute sa présence scénique s'inscrit à présenter un caractère un peu dévergondé ayant toutefois une certaine élégance.

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
Quant à l'incarnation de Fiordiligi d'Agneta Eichenholz, en soprano colorature, sa voix, à l'opposé de Despina, dévoile une personnalité plus en décalage avec son aspect des plus convenus, même si le flirt amoureux l'inscrit dans un double registre, passionné dans la puissance vocale et apprêté dans sa relation à son amoureux. C'est ainsi toute une gamme d'émotions qui se dévoile. Convenus, contenus, refoulés, habillés et mis à nu, les sentiments prennent des détours au travers de la farce et du comique.

Pour Claudia Mahnke avec Dorabella, la mezzo-soprano allemande incarne un rôle aussi convenu et discret qu'Agneta Eichenholz avec un spectre lyrique qui découvre un personnage incarnant ses sentiments mêlés avec parfois déchirement. Sa puissance vocale nous transporte dans un registre dans lequel le drame devient presque une tragédie.

Quant à Don Angelo (Georg Nigl), c'est l'espièglerie et la rouerie faites homme. Le protagoniste le plus expressif dans ses attitudes, il déploie une maîtrise autant théâtrale que corporelle d'un personnage où le rire et sa présence scénique en font un caractère aussi attachant et hypnotique que détestable dans son stratagème de séduire nos deux amoureuses avec le concours de leurs amoureux respectifs déguisés.

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
La musique reste l'alpha et l'oméga d'une trame où, côté orchestre – situé, comme il se doit, dans la fosse –, Christophe Rousset, directeur des "Talens Lyriques", dirige une nouvelle fois avec cet ensemble "Così fan tutte", comme en 2012 à l'Opéra de Dijon.

Nous sommes dans un rapport à l'espace et à l'autre faussement proche. Le bisou sur la joue, l'éclat de rire, les masques utilisés, les discussions loin des autres et pourtant si proches, tout alterne dans une mise à distance du désir amoureux. Mozart reste toujours moderne, car immortel. Et Dmitri Tcherniakov, avec l'orchestre de Christian Rousset, en donne une lecture audacieuse dans une approche décalée où l'épanchement des désirs ne s'habille d'aucun costume d'époque.

"Così fan tutte"

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.
Dramma giocoso en deux actes de Wolfgang Amadeus Mozart.
En italien surtitré en français et en anglais.
Livret : Lorenzo Da Ponte.
Direction musicale : Christophe Rousset.
Mise en scène, scénographie : Dmitri Tcherniakov.
Avec : Agneta Eichenholz, Claudia Mahnke, Rainer Trost, Russell Braun, Georg Nigl, Patricia Petibon.
Costumes : Elena Zaytseva.
Lumières : Gleb Filshtinsky.
Orchestre : Les Talens Lyriques.
Chœur : Stella Maris.
Chef de chœur : Olivier Bardot.
Production : Festival d'Aix-en-Provence (2023).
Durée : 3 h 20 (avec entracte).

Du 2 au 22 février 2024.
Mardi, jeudi, vendredi et samedi à 19 h 30, dimanche à 15 h.
Théâtre du Châtelet, Paris 1er, 01 40 28 28 40.
>> chatelet.com

© Thomas Amouroux.
© Thomas Amouroux.

Safidin Alouache
Jeudi 22 Février 2024

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024