La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•Off 2023• "InKarnè" Une marionnette en miroir d'une danseuse pour une métamorphose colorée et virevoltante !

Théâtre de l'atmosphère et de l'étrange, l'univers de Deraïdenz se veut fantastique, mystérieux et merveilleux. Le spectateur est immergé dans une sorte de monde parallèle grâce à l'esthétique, la musique et les dynamiques qui sont souvent déréalisées ; des temps de lenteur s'entremêlent à des dynamiques très hautes et très soulignées. Le tout est lié à la marionnette qui détient une présence majeure dans leurs créations. Les chemins empruntés par Deraïdenz mènent tous à l'émotion, frissons garantis…



© Serge Gutwirth.
© Serge Gutwirth.
Cette compagnie avignonnaise fut créée en 2017 par quatre membres fondateurs : Coline Agard (comédienne) Léa Guillec (Metteur en scène, comédienne), Baptiste Zsilina (marionnettiste, musicien, metteur en scène), Sarah Rieu (comédienne, costumière).

Rencontre avec Léa Guillec…

Quelle est l'essence de la Compagnie Deraïdenz ?

Dans nos créations, nous ne partons pas de sujet ou de thème, plutôt d'une nécessité.
Pour "Inkarné", c'est parti du rouge, d'une personne et son double, exactement pareil, avec obligatoirement Marion Gassin au plateau et voilà, on y va, quoi ! Ce qui fait que nous prenons des risques à chaque création et parce que la façon de raconter les choses est différente aussi pour chaque pièce. Celui-ci est notre seul spectacle chorégraphique. Le prochain est de la marionnette à fil, le seul aussi. Le spectacle "Les souffrances de Job" est une distribution tournante ; c'est le public qui vote pour qui joue à chaque représentation. Nous ne faisons pas cela pour montrer que nous réalisons une forme différente à chaque spectacle, il se trouve que c'est la forme qui s'impose à la pièce.

© Serge Gutwirth.
© Serge Gutwirth.
Il vous tient à cœur l'œuvre totale, qu'entends-tu par cela ?

Ce que je mets derrière la création totale est une forme d'écriture qui prend en compte tous les aspects d'un spectacle vivant, c'est-à-dire d'écrire ce qu'il se passe, pas forcément avec des mots. Ce peut être visuel et chorégraphique. Le fait d'écrire ce qui se passe sur scène, de penser et de construire la scénographie, de penser et de fabriquer les costumes, de penser et de construire les marionnettes, le langage propre à chaque spectacle, penser, composer et enregistrer la musique, et d'essayer, pour chaque pièce, d'être dans une composition d'univers qui concourt à la création totale et englobante.

Nous essayons d'aller aussi dans le sensible en sollicitant tous les sens du spectateur. D'entrer par les oreilles, par les yeux, par l'inconscient, par l'énergie, et même si ce n'est que par vagues et si ce n'est pas en continu. Parce que nous laissons, notamment dans "InKarnè", de gros espaces de respiration où les gens se racontent ce qu'ils veulent, ce n'est pas du "tout cuit".

© Serge Gutwirth.
© Serge Gutwirth.
In karné = "éprouver dans sa chair". Quels sont les messages que vous avez souhaité exprimer ?

C'est parti d'une nécessité de se rencontrer différemment avec Marion par un chemin de création jamais emprunté.

Il y eut beaucoup de temps où nous partions du néant. Le commencement fut chorégraphique. Je posais des sensations sur des petits papiers par terre. Marion était toujours en mouvement, elle devait découvrir les mots, les interpréter, s'en charger et passer à un autre mot. Nous avons beaucoup travaillé sur la transformation des émotions et comment faire circuler l'énergie. L'envie de parler de féminité sous toutes ses formes était prégnante aussi. Sans faire ni de catalogue ni de documentaire, mais d'évoquer les émotions traversées en tant que femme juste en creusant et en mettant des mots de plus en plus précis sur certaines choses.

Évidemment, en apparence, le plus simple, serait de dire que c'est un spectacle sur le double avec une danseuse… Ce double n'étant qu'un prétexte à parler de soi tout simplement et de ce qui s'opère lorsque nous sommes face à soi et face à son propre poids. Nous parlons aussi de corps parce que c'est dansé, mais c'est symbolique ; qu'est-ce que ça dit et qu'est-ce que ça donne ? La marionnette est légèrement plus âgée que Marion parce qu'on voulait évoquer aussi le lien générationnel, de la transmission et notamment celle relative à la féminité.

Ce lien nous charge de beaucoup d'amour, mais aussi de non-dits parce que souvent la féminité, d'une génération à l'autre, n'est pas abordée. Nous souhaitions aussi souligner des choses basiques comme la vie, la mort, l'accouchement, les sensations d'amitié, d'amour, de perdre pied aussi jusqu'à ne plus savoir qui nous sommes, où nous allons, jusqu'au dégoût du corps et qu'à ces instants il nous faut prendre le large, soit dans la tête, soit dans le corps. Des chemins de réconciliation sont alors à trouver dans ce cycle pour s'accompagner soi-même à être bien.

"InKarnè" : Tel un processus d'individuation ?

Oui, trouver sa place dans le monde mais d'abord en soi. Au début, ce personnage de pseudo ballerine est très beau, mais surfait. Il arrive tout de suite devant le public et est donc en construction par rapport aux autres. Il va très rapidement se déconstruire, se rouiller et sentir qu'il n'est pas à son bon endroit. Comprendre qu'il faille d'abord faire un chemin énorme dans le paysage de soi, de son intériorité. Nous ne nous rendons pas toujours compte que nous allons mal. C'est souvent un élément extérieur, quelqu'un ou nous-mêmes qui nous fait réaliser que… Une fois que nous sommes réconciliés avec soi, c'est beaucoup plus facile de retourner vers l'autre.

© Serge Gutwirth.
© Serge Gutwirth.
Le rouge sang comme symbole de la vie ?

J'ai toujours été très attirée par cette couleur, mais je n'avais jamais réalisé un décor complet en nuances de rouge. L'envie de rouge était directement liée au textile, comparé à d'autres spectacles plus "trash" où le rouge fut associé au sang. Là, c'était un besoin de douceur, le tapis ressemble à un grand tapis de jeu pour enfants, avec une notion de paysage à traverser aussi dans ce décor, avec des chemins, des cours d'eau, une matrice ; quelque chose d'organique entre le paysage intérieur et extérieur.

Donc, oui, c'est le rouge du feu, de la vie, du sang, de la douleur, de la colère et celui des entrailles ; de là d'où nous venons… Cette matrice est telle une sorte de berceau et d'endroit où tout se passe.

Marion Gassin, danseuse et seule interprète au plateau…

Je n'aurais jamais fait ce spectacle sans elle. Quand j'en ai parlé à Baptiste, je lui ai dit : cette création, c'est Marion en ballerine avec le double d'elle-même. Je voulais quelqu'un qui soit à la fois danseuse, comédienne, qui est un rapport avec la marionnette ou à l'objet scénique, et qui ne soit pas qu'autocentrée. Marion a tout ça et c'est ce qui contribue à toucher les gens. Cela a rendu le travail passionnant et l'est encore, car c'est toujours en train de se travailler, de respirer par l'articulation des moments chorégraphiés et la naissance d'une émotion, soit du mouvement, soit du paysage intérieur et le rapport à la marionnette. Voilà, elle est exceptionnelle !

"InKarnè"

© Serge Gutwirth.
© Serge Gutwirth.
Texte : Cie Deraïdenz.
Mise en scène : Léa Guillec.
Interprète(s) : Marion Gassin.
Compositeur et constructeur marionnette : Baptiste Zsilina.
Création décor et costume : Salvatorè Pascapè, Barbara Fougnon, Sarah Rieu.
Création lumière : Loris Lallouette.
Régie Plateau : Coline Agard.
Photographe : Serge Gutwirth.
Mixage musique : Arthur Bohl.
À partir de 12 ans.
Durée : 55 minutes.

•Avignon Off 2023•
Du 7 au 27 Juillet 2023.
Tous les jours à 20 h 15. Relâche le lundi.
Théâtre Golovine, 1 bis, rue Sainte-Catherine, Avignon.
Réservations : 04 90 86 01 27.
>> theatre-golovine.com

Audrey Scotto
Samedi 15 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024