La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•Off 2023• "Alsacienne d'Origine Contrôlée" Voyage immersif AOC dans "l'alsatitude" et l'exactitude d'une vraie vie menée tambour battant

Comment réussir à Paris avec un accent ? Comment faire "Strasbourg Saint-Denis" en passant par le Kosovo ? Pourquoi faut-il se méfier des cigognes, du made in Turquie, de la schneck et de Valérie Damidot ? Quels sont les prérequis pour survivre en Alsace ? Et enfin, qui est vraiment Mat Pokora ? Autant de questions que soulève la comédienne Catherine Sandner dans un one-woman-show pittoresque et interculturel, avec l'accent alsacien forcément, réjouissant comme une gorgée de vin "vendanges tardives".



© Christophe Dercourt.
© Christophe Dercourt.
Chacun, chacune d'entre nous pourrait-il ou elle, à la manière de Catherine Sandner, faire de son parcours de vie un spectacle ? Pas certain, tant la vie de cette comédienne quinqua encore bien trop peu connue à notre avis est amplement remplie, hétéroclite et pour le moins captivante. Certains(es) humoristes bien plus médiatisés(es) mériteraient peut-être plus d'humilité et moins de tapage pour lui laisser un peu de place sur le haut du pavé.

Boris Vian disait : "cette histoire est vraie parce que je l'ai inventée". Cette célèbre pensée du romancier pourrait convenir aussi à Catoch'… sauf que, pratiquement, tout ce que la virevoltante comédienne nous raconte dans ce one-woman-show est exact. Ou presque, comme elle le précise à la fin du spectacle ! C'est parfois un peu difficile d'y croire par moments, notamment lorsqu'elle raconte son immersion hilarante dans la famille kosovare de son mari duquel elle divorcera. Alors autant faire de sa vie un spectacle dans ces conditions. Et bien lui en a pris.

Tout au long de ce stand-up tourbillonnant, le public ne perd pas une miette des expériences de vie de cette alsacienne expatriée, auparavant experte en communication. Il est vraisemblable qu'en communication, les choses devaient avancer très vite avec elle parce que Catoch' parle beaucoup, beaucoup et rien ne semble l'arrêter ! Ses performances professionnelles ne devaient pas laisser sans voix ! Ses soixante heures de travail par semaine en tant que consultante ne lui ont certainement pas fait peur…

Catoch' adore faire rire, tout le temps, du matin jusqu'au soir, alors pourquoi ne pas le faire en parlant d'elle ? Mais humoriste, c'est un métier et comme tous les autres métiers, ça s'apprend dans le doute et la sueur. Et elle est passée par là Catherine Sandner !

"Je suis la preuve vivante que, dans la vie, tout est toujours possible, notamment se lancer dans le one-woman-show" à 50 ans, sans avoir jamais suivi de cours de théâtre. Qu'on n'a pas besoin d'être une Miss France lisse et sans aspérité pour représenter la France et ses régions. Que c'est en cultivant sa différence, en persévérant, qu'on trouve sa place dans l'univers, "parce qu'à force de vouloir entrer dans un moule, on finit par devenir tarte".

Au cours de sa création, en passant par Eichhoffen et Brodway, Catoch' nous relate son (pas si) fabuleux destin et c'est là aussi toute la force de l'expérience de vie partagée, surtout lorsqu'il est exécuté avec autant de brio. Aucun moment de flottement dans cette prestation virtuose dont le texte, taillé au cordeau et exécuté dans une fougue marathonienne exceptionnelle, relève de la performance.

"À 20 ans, ma vie d'expatriée alsacienne à Paris commence, sans jamais perdre mon accent, ni mon caractère "brut de fonderie" et j'avance dans la comédie. Surtout la comédie humaine".
On découvre l'Alsace à l'occasion de ce spectacle, qu'il ne faut pas confondre l'accent alsacien avec l'allemand, mais Catoch', derrière le rire franc et communicatif, traite aussi de la tolérance, de l'acceptation et de la différence.

Dans l'émission "Douce France", Catherine Sandner, qui n'était pas encore la Catoch' d'aujourd'hui, a dansé un rock endiablé avec Jean Dujardin. C'était de toute évidence le début de quelque chose qui était en gestation et allait naître. Plusieurs années plus tard, ce one-woman-show est né. Comme quoi, le rock mène à tout, notamment quand, à la base, la vie est déjà plus que rock'and roll.

Faites vite un saut au "Paris de l'humour" applaudir Catherine Sandner alias Catoch' et vous oublierez les petits tracas de votre vie, ne penserez plus aux poubelles désastreuses qui s'entassent sur les trottoirs, ni ne vous morfondrez autour de la réforme des retraites !

Pour sûr, de notre côté, on aimerait bien que Catherine Sandner nous fasse rire encore et encore ! Jusqu'à ses 64 ans, par exemple. Ou même davantage. Parce que le rire n'a pas d'âge, surtout lorsqu'il s'agit du sien, si franc et si libérateur !

"Alsacienne d'Origine Contrôlée (AOC)"

Stand-up.
Texte : Catherine Sandner.
Avec : Catoch'.
Mise en scène : Nathalie Viard.
Durée : 1 h.

•Avignon Off 2023•
Du 7 au 29 juillet 2023.
Tous les jours à 13 h 45. Relâche le mardi.
Théâtre Les Étoiles, 54, rue Guillaume Puy, Avignon, Avignon.
Réservations : 04 13 39 07 78.
>> theatrelesetoiles.com

Brigitte Corrigou
Mardi 18 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | Avignon 2024 | À l'affiche ter





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Rimbaud Cavalcades !" Voyage cycliste au cœur du poétique pays d'Arthur

"Je m'en allais, les poings dans mes poches crevées…", Arthur Rimbaud.
Quel plaisir de boucler une année 2022 en voyageant au XIXe siècle ! Après Albert Einstein, je me retrouve face à Arthur Rimbaud. Qu'il était beau ! Le comédien qui lui colle à la peau s'appelle Romain Puyuelo et le moins que je puisse écrire, c'est qu'il a réchauffé corps et cœur au théâtre de l'Essaïon pour mon plus grand bonheur !

© François Vila.
Rimbaud ! Je me souviens encore de ses poèmes, en particulier "Ma bohème" dont l'intro est citée plus haut, que nous apprenions à l'école et que j'avais déclamé en chantant (et tirant sur mon pull) devant la classe et le maître d'école.

Beauté ! Comment imaginer qu'un jeune homme de 17 ans à peine puisse écrire de si sublimes poèmes ? Relire Rimbaud, se plonger dans sa bio et venir découvrir ce seul en scène. Voilà qui fera un très beau de cadeau de Noël !

C'est de saison et ça se passe donc à l'Essaïon. Le comédien prend corps et nous invite au voyage pendant plus d'une heure. "Il s'en va, seul, les poings sur son guidon à défaut de ne pas avoir de cheval …". Et il raconte l'histoire d'un homme "brûlé" par un métier qui ne le passionne plus et qui, soudain, décide de tout quitter. Appart, boulot, pour suivre les traces de ce poète incroyablement doué que fut Arthur Rimbaud.

Isabelle Lauriou
25/03/2024
Spectacle à la Une

"Le consentement" Monologue intense pour une tentative de récit libératoire

Le livre avait défrayé la chronique à sa sortie en levant le voile sur les relations pédophiles subies par Vanessa Springora, couvertes par un milieu culturel et par une époque permissive où ce délit n'était pas considéré comme tel, même quand celui-ci était connu, car déclaré publiquement par son agresseur sexuel, un écrivain connu. Sébastien Davis nous en montre les ressorts autant intimes qu'extimes où, sous les traits de Ludivine Sagnier, la protagoniste nous en fait le récit.

© Christophe Raynaud de Lage.
Côté cour, Ludivine Sagnier attend à côté de Pierre Belleville le démarrage du spectacle, avant qu'elle n'investisse le plateau. Puis, pleine lumière où V. (Ludivine Sagnier) apparaît habillée en bas de jogging et des baskets avec un haut-le-corps. Elle commence son récit avec le visage fatigué et les traits tirés. En arrière-scène, un voile translucide ferme le plateau où parfois V. plante ses mains en étirant son corps après chaque séquence. Dans ces instants, c'est presque une ombre que l'on devine avec une voix, continuant sa narration, un peu en écho, comme à la fois proche, par le volume sonore, et distante par la modification de timbre qui en est effectuée.

Dans cet entre-deux où le spectacle n'a pas encore débuté, c'est autant la comédienne que l'on voit qu'une inconnue, puisqu'en dehors du plateau et se tenant à l'ombre, comme mise de côté sur une scène pourtant déjà éclairée avec un public pas très attentif de ce qui se passe.

Safidin Alouache
21/03/2024
Spectacle à la Une

"Un prince"… Seul en scène riche et pluriel !

Dans une mise en scène de Marie-Christine Orry et un texte d'Émilie Frèche, Sami Bouajila incarne, dans un monologue, avec superbe et talent, un personnage dont on ignore à peu près tout, dans un prisme qui brasse différents espaces-temps.

© Olivier Werner.
Lumière sur un monticule qui recouvre en grande partie le plateau, puis le protagoniste du spectacle apparaît fébrilement, titubant un peu et en dépliant maladroitement, à dessein, son petit tabouret de camping. Le corps est chancelant, presque fragile, puis sa voix se fait entendre pour commencer un monologue qui a autant des allures de récit que de narration.

Dans ce monologue dans lequel alternent passé et présent, souvenirs et réalité, Sami Bouajila déploie une gamme d'émotions très étendue allant d'une voix tâtonnante, hésitante pour ensuite se retrouver dans un beau costume, dans une autre scène, sous un autre éclairage, le buste droit, les jambes bien plantées au sol, avec un volume sonore fort et bien dosé. La voix et le corps sont les deux piliers qui donnent tout le volume théâtral au caractère. L'évidence même pour tout comédien, sauf qu'avec Sami Bouajila, cette évidence est poussée à la perfection.

Toute la puissance créative du comédien déborde de sincérité et de vérité avec ces deux éléments. Nul besoin d'une couronne ou d'un crucifix pour interpréter un roi ou Jésus, il nous le montre en utilisant un large spectre vocal et corporel pour incarner son propre personnage. Son rapport à l'espace est dans un périmètre de jeu réduit sur toute la longueur de l'avant-scène.

Safidin Alouache
12/03/2024