La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• No Way, Veronica, du théâtre rock-and-roll, version remix, high level performance !

Ce spectacle n'est absolument pas correct ! Il va même à l'encontre de toutes les morales, de toutes les courtoisies. Il est sans vergogne, sans cache-sexe. Un opéra du "tout fout le camp", je vous assure. Un nid de langues vipérines, de voluptés misogynes et même d'orgies. Mais on nous dira que c'est du second degré ! Bien sûr !



© Square & Martins Production.
© Square & Martins Production.
Quel est son but, au fond, à ce spectacle ? Se moquer des femmes ? Parce qu'elles sont profondément hétérosexuelles ? C'est ça ? Et quel mal y a-t-il à être hétérosexuelle ? Mais ça ne s'arrête pas là : il faut les montrer coquettes, rusées comme illusionnistes et, surtout, surtout prêtes à tout pour dominer les hommes en grande tentatrice et en jouant de tous leurs charmes ! Est-ce bien noble de s'en prendre ainsi aux femmes ? Mais sachez-le, cet objectif pervers est raté, fatalement, oui, car l'image des femmes, et en particulier l'image de Veronica Evans, est ici finalement bien plus pure, plus conforme à la bienséance, aux devoirs de la femme que celles des hommes de cette pièce !

Car on nous les raconte, on nous les montre, ces hommes, comme dire ? On nous les montre s'occupant à des activités sans intérêt, sans véritable virilité : jouant aux échecs, écoutant de la musique, regardant la télé, lisant des livres ! Prenant des douches ! Et surtout refusant, avec une violence folle, toute présence féminine, au point d'assassiner ou de tenter d'assassiner cette pauvre Veronica. Ah ça, ils ne sont pas très… pas très gentils ces hommes qui ont l'air si satisfaits d'être homosexuels ! Y a-t-il de quoi ?

Alors, on nous dira qu'il faut penser tout cet opéra corrosif au deuxième degré !

Mais voyez par vous-même : la pièce se déroule dans une station météo sur une île en Antarctique. Il gèle, évidemment, au pôle. Ils sont on ne sait pas combien dans cette station. De mémoire, il y a Stanley Baker, Richard Crenna, Peter Falk, William Holden, Bob Hoskins, Jock Mahoney, James Mason, Craig T. Nelson, Daniel J. Travanti, Jean-Christophe Quenon… Rendez-vous compte : Peter Falk, William Holden, James Mason, pour ne citer que les acteurs les plus connus du cinéma hollywoodien ! Ils attendent la relève, qui ne viendra qu'au printemps, je crois.

© Square & Martins Production.
© Square & Martins Production.
Quand, soudain, apparaît sous différents déguisements et avec différents stratagèmes pour entrer dans la station météo : Gina Lollobrigida en personne. Que du beau monde ! Car dans cette histoire, Veronica Evans est interprétée par l'immense, la sculpturale, la callipyge Gina Lollobrigida ! Rien de moins ! Une Gina, elle-même interprétée par Isabelle Ronayette. Oui, c'est un peu complexe, torturé, emboîté…

Bref, vous l'avez bien senti, ressenti, pressenti, cette pauvre héroïne, Veronica Evans, pourtant si saine de corps et d'esprit, bien qu'apparemment un peu nymphomane - mais quel mal cela fait-il, et à qui ? -, cette innocente Veronica est tour à tour suspendue à un filin sous un hélicoptère, envoyée à travers l'océan Antarctique sur un ridicule Zodiac, puis jetée à l'eau (glacée) comme un sac, et enfin bardée de fusées de détresse et envoyée s'exploser dans les airs.

Mais vous ne verrez rien de toutes ces vilenies qui sont pourtant bel et bien dans ce texte sulfureux d'Armando Llamas, extrait du recueil "14 pièces piégées" (piégées, on comprend). Une certaine retenue du metteur en scène Jean Boillot, je pense (tout de même), une pudeur l'a empêché de réaliser en vrai ces scènes apocalyptiques (et sans doute aussi les moyens financiers, car réunir tant d'acteurs connus sur un plateau aurait coûté bonbon… mais on me dit que la plupart de ces fameux acteurs ne sont plus de ce monde, alors cela résout l'équation, Rip). Non, rassurez-vous, nos yeux sont épargnés, mais pas notre imaginaire.

L'univers sonore (le responsable est Christophe Hauser, sachez-le), les voix des quatre interprètes, les musiques (méfaits de David Jisse), les bruitages les plus surprenants (en direct émis par la bouche de Philippe Lardaud), les riffs de guitare rock (Hervé Rigaud ne fait pas que dire, jouer et chanter, eh oui), les morceaux interprétés et chantés en live (et Jean-Christophe Quenon, au synthé, en fait partie, on l'a entendu), tout cela emmailloté dans les lumières d'ambiance (œuvres de Ivan Mathis), des lumières vitales et toniques, et psychédéliques qui agissent intensément sur notre imaginaire. Et l'on voit tout de cette histoire délirante avec essentiellement un univers sonore d'une précision, d'une efficacité diabolique !

Évidemment, si l'on regarde cela du 2e, voire du 3e degré (pour une station météo, c'est logique de parler de degrés, ha !), les énormes clichés sociaux et télévisuels sont bien tous caricaturés ici. Femmes serviles et objets sexuels, homos effrayés par toutes les féminités, Armando Llamas les dégomme tous. "No way Véronica" résonne aujourd'hui où les luttes homosexuelles contre la domination de l'hétéro-normalité voisinent avec les luttes féministes contre le patriarcat", nous dit le metteur en scène Jean Boillot. Oui, certainement, oui, vrai.

Ce qui est sûr, c'est que ce spectacle rock-and-roll sur la banquise ne laissera personne de glace.

"No Way, Veronica"

"Ou nos gars ont la pêche"
Texte : Armando Llamas.
Mise en scène : Jean Boillot.
Avec : Isabelle Ronayette , Jean-Christophe Quenon, Philippe Lardaud, Hervé Rigaud.
Création musicale : David Jisse, avec la complicité d'Hervé Rigaud et de Jean-Christophe Quenon.
Lumières : Ivan Mathis.
Sonographie : Christophe Hauser.
Costumes : Pauline Pô.
Régie générale : Perceval Sanchez.
Durée : 1 heure.
Ce spectacle est dédié à la mémoire de David Jisse.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 29 juillet 2021.
Tous les jours à 15 h 15, relâche les 12, 19 et 26 juillet.
Le 11, 11, boulevard Raspail, Avignon.
Réservations : 04 84 51 20 10.
>> 11avignon.com
© Square & Martins Production.
© Square & Martins Production.

Bruno Fougniès
Mercredi 30 Juin 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.



    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• Sales Gosses Une approche vertigineuse et bouleversante de la maltraitance à l'école

Harcèlement, maltraitance ponctuelle ou récurrente… à l'école, à la maison, au travail, comment le traiter sur scène, comment prendre ou pas position ? Ici d'ailleurs, pas de prise de position, mais une exposition des faits, du déroulé des événements, en une manière de monologue où la comédienne Claire Cahen habite tous les personnages principaux, offrant l'accès au public à différentes appréciations du drame - victime, tyran, prof, mère - menant à une mise en perspective vertigineuse !

© Théâtre du Centaure.
Pour l'écriture de "Sales gosses", Mihaela Michailov s’est inspirée de faits réels. Une enseignante ligota une élève dans sa salle de classe, les mains derrière le dos, suite à son manque d'attention pour la leçon sur la démocratie qu'elle était en train de donner. Elle exposera ainsi l'enfant saucissonnée en exemple. Les "camarades" de cette petite-fille de onze ans, pendant la récréation, la torturons à leur tour. Elle sera retrouvée sauvagement mutilée… attachée dans les toilettes…

Dans une mise en scène que l'on perçoit nerveuse et précise, millimétrée, visant à l'efficacité, les choix de Fábio Godinho font être immédiatement lisible, mettant en quasi-training sportif la comédienne Claire Cahen et son partenaire musicien chanteur Jorge De Moura qui assure avec énergie (et talent) les multiples interventions instrumentales et/ou vocales. Metteur en scène, mais également performeur, Fábio Godinho joue clairement la carte de l'école "théâtre de la violence", de l'arène/stade où la victime est huée, vilipendée par la foule, cherchant à exprimer la performance telle que demandée sur un ring de boxe. Claire Cahen et Jorge De Moura sont à la hauteur jouant en contre ou en soutien avec le troisième acteur qu'est le décor !

Gil Chauveau
19/07/2021
Spectacle à la Une

•Off 2021• L'Aérien Le fabuleux défi de l'insoupçonnable légèreté de l'être…

Solliciter ressources du corps et de l'esprit unis dans la même entité afin d'affranchir l'humaine condition aux semelles de plomb de la pesanteur la clouant au sol, c'est le prodige réalisé par Mélissa Von Vépy "à l'apogée" de son art. À partir d'une vraie-fausse conférence sur les rapports entre l'Homme et les airs depuis que la Terre est Terre - écrite avec légèreté par Pascale Henry, complice inspirée -, la circassienne rivalise de grâces ascensionnelles. De quoi damer le pion, du haut de son Olympe, à Hermès au casque et chaussures ailées…

© Christophe Raynaud de Lage.
La conférencière au look décontracté étudié, chaussée de lunettes à monture d'écailles et d'escarpins mettant en valeur ses longues jambes, mallette à la main renfermant les planches évocatrices des tentatives humaines pour vaincre la résistance des airs (l'utilisation d'un Powerpoint n'aurait pas été assez daté…), s'emploie avec naturel et humour à survoler cette histoire à tire-d'aile… S'arrêtant cependant sur une reproduction d'Icare, celui par qui la faute advint. Pour avoir voulu voler toujours plus haut, l'intrépide, aux plumes assemblées de cire, s'est brûlé les ailes… et depuis, cette question récurrente : voler est-ce humain ?

Joignant gestes et paroles, elle ôte son blouson libérant des plumes virevoltantes autour d'elle et s'adonne à quelques envolées autour de sa chaise devenant vite le second personnage en scène. D'ailleurs, lorsque, dans le déroulé de sa conférence, elle évoquera les fabuleuses machines volantes nées de l'imaginaire de Léonard de Vinci, on se dit que cette prouesse d'horlogerie fine - que l'on doit à Neil Price - permettant de projeter en douceur ladite chaise jusque dans les cintres, mériterait de les rejoindre au panthéon des créations volantes…

Yves Kafka
26/07/2021