La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Guérillères ordinaires Trois femmes puissantes, voyage poétique et sans retour au pays des violences ordinaires

Trois silhouettes immergées dans la nuit du plateau, trois femmes fragiles et fortes qui, tour à tour, trouent la pénombre pour dire l'impensable vécu. Les inflexions de leurs voix, leurs silences, les mouvements de leur corps en tension, nous les donnent à voir, nous, leurs confidents anonymes protégés par l'obscurité des travées. Résonnent leur impérieux désir d'exister en dehors des injonctions adressées par ces hommes abusant de leur statut de mari, de patron, de père, pour en faire "leur chose". Si quelqu'un pouvait entendre la plainte sortie de leurs entrailles… Une quête (sur)humaine dont le coût à payer peut être "démentiel"…



© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Trois femmes puissantes qui, comme celles imaginées par Marie NDiaye, trouvent en elles la force de dire l'indicible tourment. Dans une langue aux accents poétiques envoûtants, ne gommant rien des violences furieuses dont elles sont les objets, mais les rendant encore plus "innommables" en les nommant, leurs confidences nous trouvent à l'endroit même où l'assourdissant silence de plomb patriarcal est percé par cette urgence à dire. Leur force à ces femmes, c'est de ne pas hausser le ton, d'éviter l'agressivité primaire, mais de se couler dans leur histoire pour mieux, en la dépliant, en faire entendre la monstruosité.

Lilith, la première de ces héroïnes de l'ombre, nous parle du quartier français de Seorae, dans l'estuaire du Han, en Corée du Sud, quels beaux noms aux sonorités porteuses d'exotisme asiatique… Plus exactement, elle nous parle de la buanderie de la maison de Seorae où son mari, malgré ses réticences - mais connaît-elle, elle, une femme, ce qui peut lui convenir ? -, a ouvert grand le mur pour installer une baie vitrée. Elle pourrait ainsi repasser avec vue donnant sur les arbres de Seorae, des arbres démembrés par le vent fort qui souffle en rafales.

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Plein d'égards pour elle, il a même prévu de placer la baie de telle manière que le soleil ne donne pas en plein sur le congélateur… Au creux de son abri contre le monde, le bruit rassurant du congélateur, celui sur lequel elle calque les battements de son cœur, désir d'être en phase avec ses petits princes, conservés là, bien au froid. Dix ans qu'elle subit les sollicitations putrides de cette tête hideuse de chauve dégageant une odeur prégnante d'alcool, de ce sexe répugnant qu'il lui fourre mécaniquement dans son intimité de femme dont il se pense le propriétaire… Alors, comment aurait-elle pu ne pas garder pour elle ceux qu'elle ne pouvait légitimement lui reconnaître, fruits du viol conjugal ?

Accompagnée par une nappe sonore et des lumières idoines évoquant tour à tour le vent mordant, la pluie insistante, le crépitement des flammes purificatrices et le ressac de l'océan, l'héroïne progresse sur un chemin mouvant la conduisant, elle et ses petits princes, vers un dénouement radical où, Mater dolorosa païenne libérée du joug, elle trouvera enfin le repos salvateur. Bouleversant…

Tout aussi bouleversant l'éprouvant chemin dans la neige du tapis blanc recouvrant le plateau, aboutissant près d'un lac gelé où un cygne - écho divin d'une fourberie masculine - déploie ses ailes. Ce sentier conduira Léda Burdy, hôtesse d'accueil dévouée corps et âme à l'entreprise Egon Framm - que les lois du marché, au corps défendant du patron d'industrie, contraignent à exiger de sa salariée modèle une restructuration de son corps à elle, l'injonction de passer du 42 actuel au 34 normalisé -, vers le chalet de montagne d'Egon pour lequel elle a infligé à son corps soumis, sans aucun retour sur investissement, anneau gastrique, liposuccion, farines alimentaires et autres bandages et épreuves du même tonneau.

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
À travers la Forêt-Noire blanchie par les flocons, elle progresse les pieds transis, faisant corps avec les affres du désastre qui la ronge de l'intérieur, trou béant qui menace de l'engloutir à chaque effort. Ses idées de meurtre réparateur devront faire avec l'épuisement d'un corps détruit partant en lambeaux. Là encore, l'élément liquide - celui même où la vie est apparue, tout est cycle - sera peut-être "la solution" pour dissoudre l'impossible souffrance.

Quant à la dernière guérillère, elle n'a pas de nom, elle est la sœur inconnue (comme on parle du "soldat inconnu") de milliers de lesbiennes anonymes, victimes de la haine de mâles mis dans tous leurs états par cette sexualité à fleur de peau dont ils sont, de fait, exclus… Deux raisons en une de leur en vouloir à mort, le cocktail meurtrier du sexisme et de l'homophobie. Elles, deux adolescentes désirantes, s'étaient aimées follement, découvrant le plaisir de la chair, le goût de la langue glissée, celui de la tête enfouie dans l'intimité de l'autre. Personne n'aurait dû savoir ce qui s'était passé derrière ce tas de bois, au bout des étendues de cette terre rendue lourde par les pluies…

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Mais elles avaient été vues, des copains chasseurs en particulier, entrainant la colère du père, humilié dans sa virilité d'homme et de chasseur, du moins le vivait-il ainsi le père. Pour échapper au pire, tremblante de honte héritée, elle avait dû dire que c'était l'autre fille qui l'y avait forcée… Pour laver l'affront, le père chasseur lui ordonna d'être dorénavant de toutes les battues. Jusqu'à la dernière où, derrière "leur" tas de bois, couchée sur le flanc déjà recouvert en partie de feuilles mortes… Souvenir du "Dormeur du Val" d'Arthur Rimbaud, sauf que là c'est elle qui avait "choisi"…

Trois histoires de violences ordinaires faites à trois femmes qui, si puissantes soient-elles, face aux démences patriarcales ne peuvent trouver le repos dans ce monde régi par des hommes s'adjugeant des prérogatives sauvages. La beauté somptueuse de la langue faisant corps avec le sens, alliée à une scénographie, une mise en jeu sonore et lumineuse et une interprétation tout aussi envoûtantes, font de ces "Guérillères ordinaires" un puissant mémorandum théâtral afin que la cause des femmes ne sombre pas dans l'oubli paresseux des pères.

Vu le lundi 26 juillet au Théâtre Artéphile à Avignon.

"Guérillères ordinaires"

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Texte, Magali Mougel (publié aux Éditions Espaces 34).
Mise en scène : Anna Zamore.
Avec : "Lilith à l'estuaire du Han", Evelyne Torroglosa ; "Léda, le sourire en bannière", Frédérique Dufour ; "La dernière battue", Lou Heyman.
Création lumière : Natacha Boulet-Räber.
Paysage sonore : Tony Bruneau, avec la voix d'Émilienne Chouadossi.
Scénographie et costumes : Alexandra Ancel et Nicolas Marquet.
Chorégraphie pour "La dernière battue" : Leonardo Montecchia.
Construction et régie plateau : Olivier Vanhée.
Par la Cie Les Grisettes.
Durée : 1 h 30.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 8 au 28 juillet 2021.
Tous les jours pairs à 16 h 10.
Théâtre Artéphile, 5 bis et 7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
Tél. : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.

Yves Kafka
Vendredi 30 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023