La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Guérillères ordinaires Trois femmes puissantes, voyage poétique et sans retour au pays des violences ordinaires

Trois silhouettes immergées dans la nuit du plateau, trois femmes fragiles et fortes qui, tour à tour, trouent la pénombre pour dire l'impensable vécu. Les inflexions de leurs voix, leurs silences, les mouvements de leur corps en tension, nous les donnent à voir, nous, leurs confidents anonymes protégés par l'obscurité des travées. Résonnent leur impérieux désir d'exister en dehors des injonctions adressées par ces hommes abusant de leur statut de mari, de patron, de père, pour en faire "leur chose". Si quelqu'un pouvait entendre la plainte sortie de leurs entrailles… Une quête (sur)humaine dont le coût à payer peut être "démentiel"…



© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Trois femmes puissantes qui, comme celles imaginées par Marie NDiaye, trouvent en elles la force de dire l'indicible tourment. Dans une langue aux accents poétiques envoûtants, ne gommant rien des violences furieuses dont elles sont les objets, mais les rendant encore plus "innommables" en les nommant, leurs confidences nous trouvent à l'endroit même où l'assourdissant silence de plomb patriarcal est percé par cette urgence à dire. Leur force à ces femmes, c'est de ne pas hausser le ton, d'éviter l'agressivité primaire, mais de se couler dans leur histoire pour mieux, en la dépliant, en faire entendre la monstruosité.

Lilith, la première de ces héroïnes de l'ombre, nous parle du quartier français de Seorae, dans l'estuaire du Han, en Corée du Sud, quels beaux noms aux sonorités porteuses d'exotisme asiatique… Plus exactement, elle nous parle de la buanderie de la maison de Seorae où son mari, malgré ses réticences - mais connaît-elle, elle, une femme, ce qui peut lui convenir ? -, a ouvert grand le mur pour installer une baie vitrée. Elle pourrait ainsi repasser avec vue donnant sur les arbres de Seorae, des arbres démembrés par le vent fort qui souffle en rafales.

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Plein d'égards pour elle, il a même prévu de placer la baie de telle manière que le soleil ne donne pas en plein sur le congélateur… Au creux de son abri contre le monde, le bruit rassurant du congélateur, celui sur lequel elle calque les battements de son cœur, désir d'être en phase avec ses petits princes, conservés là, bien au froid. Dix ans qu'elle subit les sollicitations putrides de cette tête hideuse de chauve dégageant une odeur prégnante d'alcool, de ce sexe répugnant qu'il lui fourre mécaniquement dans son intimité de femme dont il se pense le propriétaire… Alors, comment aurait-elle pu ne pas garder pour elle ceux qu'elle ne pouvait légitimement lui reconnaître, fruits du viol conjugal ?

Accompagnée par une nappe sonore et des lumières idoines évoquant tour à tour le vent mordant, la pluie insistante, le crépitement des flammes purificatrices et le ressac de l'océan, l'héroïne progresse sur un chemin mouvant la conduisant, elle et ses petits princes, vers un dénouement radical où, Mater dolorosa païenne libérée du joug, elle trouvera enfin le repos salvateur. Bouleversant…

Tout aussi bouleversant l'éprouvant chemin dans la neige du tapis blanc recouvrant le plateau, aboutissant près d'un lac gelé où un cygne - écho divin d'une fourberie masculine - déploie ses ailes. Ce sentier conduira Léda Burdy, hôtesse d'accueil dévouée corps et âme à l'entreprise Egon Framm - que les lois du marché, au corps défendant du patron d'industrie, contraignent à exiger de sa salariée modèle une restructuration de son corps à elle, l'injonction de passer du 42 actuel au 34 normalisé -, vers le chalet de montagne d'Egon pour lequel elle a infligé à son corps soumis, sans aucun retour sur investissement, anneau gastrique, liposuccion, farines alimentaires et autres bandages et épreuves du même tonneau.

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
À travers la Forêt-Noire blanchie par les flocons, elle progresse les pieds transis, faisant corps avec les affres du désastre qui la ronge de l'intérieur, trou béant qui menace de l'engloutir à chaque effort. Ses idées de meurtre réparateur devront faire avec l'épuisement d'un corps détruit partant en lambeaux. Là encore, l'élément liquide - celui même où la vie est apparue, tout est cycle - sera peut-être "la solution" pour dissoudre l'impossible souffrance.

Quant à la dernière guérillère, elle n'a pas de nom, elle est la sœur inconnue (comme on parle du "soldat inconnu") de milliers de lesbiennes anonymes, victimes de la haine de mâles mis dans tous leurs états par cette sexualité à fleur de peau dont ils sont, de fait, exclus… Deux raisons en une de leur en vouloir à mort, le cocktail meurtrier du sexisme et de l'homophobie. Elles, deux adolescentes désirantes, s'étaient aimées follement, découvrant le plaisir de la chair, le goût de la langue glissée, celui de la tête enfouie dans l'intimité de l'autre. Personne n'aurait dû savoir ce qui s'était passé derrière ce tas de bois, au bout des étendues de cette terre rendue lourde par les pluies…

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Mais elles avaient été vues, des copains chasseurs en particulier, entrainant la colère du père, humilié dans sa virilité d'homme et de chasseur, du moins le vivait-il ainsi le père. Pour échapper au pire, tremblante de honte héritée, elle avait dû dire que c'était l'autre fille qui l'y avait forcée… Pour laver l'affront, le père chasseur lui ordonna d'être dorénavant de toutes les battues. Jusqu'à la dernière où, derrière "leur" tas de bois, couchée sur le flanc déjà recouvert en partie de feuilles mortes… Souvenir du "Dormeur du Val" d'Arthur Rimbaud, sauf que là c'est elle qui avait "choisi"…

Trois histoires de violences ordinaires faites à trois femmes qui, si puissantes soient-elles, face aux démences patriarcales ne peuvent trouver le repos dans ce monde régi par des hommes s'adjugeant des prérogatives sauvages. La beauté somptueuse de la langue faisant corps avec le sens, alliée à une scénographie, une mise en jeu sonore et lumineuse et une interprétation tout aussi envoûtantes, font de ces "Guérillères ordinaires" un puissant mémorandum théâtral afin que la cause des femmes ne sombre pas dans l'oubli paresseux des pères.

Vu le lundi 26 juillet au Théâtre Artéphile à Avignon.

"Guérillères ordinaires"

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Texte, Magali Mougel (publié aux Éditions Espaces 34).
Mise en scène : Anna Zamore.
Avec : "Lilith à l'estuaire du Han", Evelyne Torroglosa ; "Léda, le sourire en bannière", Frédérique Dufour ; "La dernière battue", Lou Heyman.
Création lumière : Natacha Boulet-Räber.
Paysage sonore : Tony Bruneau, avec la voix d'Émilienne Chouadossi.
Scénographie et costumes : Alexandra Ancel et Nicolas Marquet.
Chorégraphie pour "La dernière battue" : Leonardo Montecchia.
Construction et régie plateau : Olivier Vanhée.
Par la Cie Les Grisettes.
Durée : 1 h 30.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 8 au 28 juillet 2021.
Tous les jours pairs à 16 h 10.
Théâtre Artéphile, 5 bis et 7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
Tél. : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.

Yves Kafka
Vendredi 30 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com








À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Qui a cru Kenneth Arnold ?" Une histoire à dormir… éveillé

Levant la tête vers le ciel, qui pourrait soutenir encore que le monde s'organise autour de la Terre centrale et immobile… depuis que Copernic et Galilée ont renversé magistralement la hiérarchie du système solaire, rejetant notre planète Terre - actrice décatie et déchue - au rang d'accessoire de l'étoile Soleil ? De même qui, de nos jours, pourrait être assez obtus pour affirmer que d'autres formes d'intelligences ne puissent exister dans l'univers… depuis que le GEIPAN (Groupe d'Études et d'Informations sur les Phénomènes Aérospatiaux Non-identifiés) a été scientifiquement créé pour démêler le vrai des infox entourant ces phénomènes ? Le collectif OS'O, la tête dans les étoiles (cf. "X", sa précédente création), s'empare de ce sujet ultrasensible pour apporter sa contribution… "hautement" artistique.

© Frédéric Desmesure.
Dans l'écrin du Studio de création du TnBA, une table avec, pour arrière-plan, un écran tendu plantent le décor de cette vraie fausse conférence sur les P.A.N. Mobilisant les ressources de la haute technologie - bricolée frénétiquement - un (vrai) acteur (faux) conférencier de haut vol, assisté d'une (vraie) actrice (fausse) scientifique coincée dans ses notes, et accompagné d'un (vrai) acteur complice, (faux) journaliste critique, incrusté dans les rangs du public, le maître ufologue va compiler les témoignages venus d'ici et d'ailleurs.

Sur le ton amusé des confidences, le conférencier introduit la session en livrant son étrange vision d'une nuit d'été où, à l'aube de ses quinze ans, à 23 h 23 précises, il fut témoin d'une apparition fulgurante alors qu'il promenait son chien sur une plage… Et, encore plus étranges, les deux heures qui suivirent et leur absence de souvenirs, comme s'il avait été "ravi à lui-même", enlevé par les passagers des soucoupes orange…

Suivent d'autres témoignages reposant eux sur des archives projetées. Ainsi, dans l'état du New Hampshire, du couple Betty et Barney Hill, témoignant "en gros plan" avoir été enlevé par des extraterrestres dans la nuit du 19 au 20 septembre 1961. Ainsi, au sud du Pérou, des géoglyphes de Nazca, photographies à l'appui montrant un système complexe de lignes géométriques seulement visibles du ciel… et ne pouvant avoir été tracées que par des extraterrestres…

Yves Kafka
09/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022