La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Guérillères ordinaires Trois femmes puissantes, voyage poétique et sans retour au pays des violences ordinaires

Trois silhouettes immergées dans la nuit du plateau, trois femmes fragiles et fortes qui, tour à tour, trouent la pénombre pour dire l'impensable vécu. Les inflexions de leurs voix, leurs silences, les mouvements de leur corps en tension, nous les donnent à voir, nous, leurs confidents anonymes protégés par l'obscurité des travées. Résonnent leur impérieux désir d'exister en dehors des injonctions adressées par ces hommes abusant de leur statut de mari, de patron, de père, pour en faire "leur chose". Si quelqu'un pouvait entendre la plainte sortie de leurs entrailles… Une quête (sur)humaine dont le coût à payer peut être "démentiel"…



© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Trois femmes puissantes qui, comme celles imaginées par Marie NDiaye, trouvent en elles la force de dire l'indicible tourment. Dans une langue aux accents poétiques envoûtants, ne gommant rien des violences furieuses dont elles sont les objets, mais les rendant encore plus "innommables" en les nommant, leurs confidences nous trouvent à l'endroit même où l'assourdissant silence de plomb patriarcal est percé par cette urgence à dire. Leur force à ces femmes, c'est de ne pas hausser le ton, d'éviter l'agressivité primaire, mais de se couler dans leur histoire pour mieux, en la dépliant, en faire entendre la monstruosité.

Lilith, la première de ces héroïnes de l'ombre, nous parle du quartier français de Seorae, dans l'estuaire du Han, en Corée du Sud, quels beaux noms aux sonorités porteuses d'exotisme asiatique… Plus exactement, elle nous parle de la buanderie de la maison de Seorae où son mari, malgré ses réticences - mais connaît-elle, elle, une femme, ce qui peut lui convenir ? -, a ouvert grand le mur pour installer une baie vitrée. Elle pourrait ainsi repasser avec vue donnant sur les arbres de Seorae, des arbres démembrés par le vent fort qui souffle en rafales.

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Plein d'égards pour elle, il a même prévu de placer la baie de telle manière que le soleil ne donne pas en plein sur le congélateur… Au creux de son abri contre le monde, le bruit rassurant du congélateur, celui sur lequel elle calque les battements de son cœur, désir d'être en phase avec ses petits princes, conservés là, bien au froid. Dix ans qu'elle subit les sollicitations putrides de cette tête hideuse de chauve dégageant une odeur prégnante d'alcool, de ce sexe répugnant qu'il lui fourre mécaniquement dans son intimité de femme dont il se pense le propriétaire… Alors, comment aurait-elle pu ne pas garder pour elle ceux qu'elle ne pouvait légitimement lui reconnaître, fruits du viol conjugal ?

Accompagnée par une nappe sonore et des lumières idoines évoquant tour à tour le vent mordant, la pluie insistante, le crépitement des flammes purificatrices et le ressac de l'océan, l'héroïne progresse sur un chemin mouvant la conduisant, elle et ses petits princes, vers un dénouement radical où, Mater dolorosa païenne libérée du joug, elle trouvera enfin le repos salvateur. Bouleversant…

Tout aussi bouleversant l'éprouvant chemin dans la neige du tapis blanc recouvrant le plateau, aboutissant près d'un lac gelé où un cygne - écho divin d'une fourberie masculine - déploie ses ailes. Ce sentier conduira Léda Burdy, hôtesse d'accueil dévouée corps et âme à l'entreprise Egon Framm - que les lois du marché, au corps défendant du patron d'industrie, contraignent à exiger de sa salariée modèle une restructuration de son corps à elle, l'injonction de passer du 42 actuel au 34 normalisé -, vers le chalet de montagne d'Egon pour lequel elle a infligé à son corps soumis, sans aucun retour sur investissement, anneau gastrique, liposuccion, farines alimentaires et autres bandages et épreuves du même tonneau.

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
À travers la Forêt-Noire blanchie par les flocons, elle progresse les pieds transis, faisant corps avec les affres du désastre qui la ronge de l'intérieur, trou béant qui menace de l'engloutir à chaque effort. Ses idées de meurtre réparateur devront faire avec l'épuisement d'un corps détruit partant en lambeaux. Là encore, l'élément liquide - celui même où la vie est apparue, tout est cycle - sera peut-être "la solution" pour dissoudre l'impossible souffrance.

Quant à la dernière guérillère, elle n'a pas de nom, elle est la sœur inconnue (comme on parle du "soldat inconnu") de milliers de lesbiennes anonymes, victimes de la haine de mâles mis dans tous leurs états par cette sexualité à fleur de peau dont ils sont, de fait, exclus… Deux raisons en une de leur en vouloir à mort, le cocktail meurtrier du sexisme et de l'homophobie. Elles, deux adolescentes désirantes, s'étaient aimées follement, découvrant le plaisir de la chair, le goût de la langue glissée, celui de la tête enfouie dans l'intimité de l'autre. Personne n'aurait dû savoir ce qui s'était passé derrière ce tas de bois, au bout des étendues de cette terre rendue lourde par les pluies…

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Mais elles avaient été vues, des copains chasseurs en particulier, entrainant la colère du père, humilié dans sa virilité d'homme et de chasseur, du moins le vivait-il ainsi le père. Pour échapper au pire, tremblante de honte héritée, elle avait dû dire que c'était l'autre fille qui l'y avait forcée… Pour laver l'affront, le père chasseur lui ordonna d'être dorénavant de toutes les battues. Jusqu'à la dernière où, derrière "leur" tas de bois, couchée sur le flanc déjà recouvert en partie de feuilles mortes… Souvenir du "Dormeur du Val" d'Arthur Rimbaud, sauf que là c'est elle qui avait "choisi"…

Trois histoires de violences ordinaires faites à trois femmes qui, si puissantes soient-elles, face aux démences patriarcales ne peuvent trouver le repos dans ce monde régi par des hommes s'adjugeant des prérogatives sauvages. La beauté somptueuse de la langue faisant corps avec le sens, alliée à une scénographie, une mise en jeu sonore et lumineuse et une interprétation tout aussi envoûtantes, font de ces "Guérillères ordinaires" un puissant mémorandum théâtral afin que la cause des femmes ne sombre pas dans l'oubli paresseux des pères.

Vu le lundi 26 juillet au Théâtre Artéphile à Avignon.

"Guérillères ordinaires"

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.
Texte, Magali Mougel (publié aux Éditions Espaces 34).
Mise en scène : Anna Zamore.
Avec : "Lilith à l'estuaire du Han", Evelyne Torroglosa ; "Léda, le sourire en bannière", Frédérique Dufour ; "La dernière battue", Lou Heyman.
Création lumière : Natacha Boulet-Räber.
Paysage sonore : Tony Bruneau, avec la voix d'Émilienne Chouadossi.
Scénographie et costumes : Alexandra Ancel et Nicolas Marquet.
Chorégraphie pour "La dernière battue" : Leonardo Montecchia.
Construction et régie plateau : Olivier Vanhée.
Par la Cie Les Grisettes.
Durée : 1 h 30.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 8 au 28 juillet 2021.
Tous les jours pairs à 16 h 10.
Théâtre Artéphile, 5 bis et 7, rue du Bourg Neuf, Avignon.
Tél. : 04 90 03 01 90.
>> artephile.com

© Marc Ginot.
© Marc Ginot.

Yves Kafka
Vendredi 30 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022