La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Requiem pour Pessoa Balade musicale et poétique au bout de l'intranquillité…

"J'aime les nuages… les nuages qui passent… là-bas… là-bas… les merveilleux nuages" laissait entendre l'énigmatique étranger de Charles Baudelaire dans le "Spleen de Paris". Bernardo Soares, le narrateur du "Livre de l'Intranquillité", sorti de l'imaginaire d'un autre poète de renom(s), Fernando Pessoa, a élu lui la ville natale de son auteur, Lisbonne et ses ciels chargés, comme lieu d'un voyage intérieur au long cours. Dans le dédale des ruelles montantes et descendantes de la cité aux sept collines parcourues par un tramway aussi mythique que le sont les taxis new-yorkais dont il partage la couleur, le poète lisboète échappe à toute exégèse tant il continue d'apparaître étranger à lui-même.



© Marion Bigorgne.
© Marion Bigorgne.
Aussi le voyageur tenté de saisir au vol les mille et une substances de celui qui s'est complu à s'inventer un nombre impressionnant d'hétéronymes - autant d'expansions de son moi, trop à l'étroit dans une seule enveloppe - doit-il lâcher prise, s'abandonner à une flânerie sans autre direction que sentir la vie, la ville, battre en lui. Ouvrir grand ses écoutilles afin de percevoir par tous ses sens mis en alerte les pulsations infimes des souvenances inscrites dans les plis des lieux parcourus. C'est à ce voyage immobile à la recherche du temps passé - il a grandi lui aussi à Lisbonne et fréquenté le fameux café Brasileira do Chiado - que nous convie Benjamin Perez, interprète sensible et passionné de cette bal(l)ade musicale et poétique au pays de Fernando Pessoa.

Mettre ses pas dans ceux d'un poète insaisissable - "Je suis le faubourg d'une ville qui n'existe pas, le personnage d'un roman pas encore écrit" - est une expérience à nulle autre pareille, ouvreuse de poésie potentielle. Laissant divaguer son imaginaire nourri des œuvres de Fernando Pessoa, il nous conduit au gré des musiques envoûtantes égrenées par le violon de Théodora Carla, sa complice au plateau, d'où s'échappent les accents du fado évoquant la saudade, cette douce mélancolie lisboète propre à celles et ceux qui ont connu l'exil. Mais aussi la frénésie de vivre libérée par les airs frénétiques de son accordéon venant prendre part à cette fête des sens.

© Marion Bigorgne.
© Marion Bigorgne.
La vie est ainsi faite qu'aucune sensation, qu'aucune idée, ne fasse dans l'instant surgir son contraire ; au lieu de l'annuler, par surprise elle l'enrichit. "Je ne suis rien… À part ça, je porte en moi tous les rêves du monde", sentiment du vide en soi créant "physiquement", en l'instant, un foisonnement d'aspirations. L'inquiétante étrangeté, ce sentiment océanique dont nous parle Romain Rolland, se diffuse alors en nappes sonores pour nous envelopper dans ses limbes…

Nous sommes avec eux - Fernando Pessoa et son visiteur d'un soir, Benjamin Perez - dans le tramway de Lisbonne ressentant dans nos bras les trépidations transmises par les pavés disjoints. Avec eux nous buvons sans compter des verres de ginjinha au pouvoir enivrant. Nous brûlons nos vies comme naguère le poète… avant de retomber dans le doute existentiel, que sommes-nous à part des passants solitaires bientôt oubliés… Pensée aussitôt contredite, ou plutôt complétée, par un autre rebond… Une vie, "deux dates - celle de ma venue au monde et celle de ma mort. Entre une chose et l'autre tous les jours sont à moi".

© Marion Bigorgne.
© Marion Bigorgne.
Parfois, dans l'intimité d'un intérieur modeste, se posant dans un fauteuil éclairé par la lumière tamisée d'une lampe de chevet, il se saisit pensivement d'un carnet d'où il extrait quelques aphorismes… "La veille de ne jamais partir, il n'y a rien à faire… Quelle tranquillité de n'être pas intranquille. … N'être arrivé à rien… Quelle joie de ne pas avoir à être joyeux…" Et ces mots prononcés prennent corps en lui pour "le mettre au monde", le relier à son guide. Son visage s'illumine alors, ou s'assombrit, c'est selon. Les sentiments contradictoires se bousculent au rythme de ses rencontres. Lorsqu'une cartomancienne de rue lui tire les cartes en lui prédisant un grand succès pour sa poésie, il exulte. Quand il pleut sur Lisbonne, il pleure en lui, "Je me suis aperçu que je n’étais personne. La ville déserte… On m'a volé le pouvoir d'être, avant que le monde soit".

Errance exaltée, déshérence abattue, le chemin parcouru dans Lisbonne - personnage fabuleux à elle seule - le ramène inexorablement vers son point de départ. Tout est boucle… La précieuse valise où furent retrouvés les manuscrits éparpillés de ce qui deviendra plus tard le "Livre de l'Intranquillité", est là, devant lui, elle l'attend recelant la somme des pensées d'un passé à recomposer. Une bible pour tenter d'approcher les mystères de ce poète ayant fait de la littérature son viatique, "la littérature est la preuve que la vie ne suffit pas".

© Marion Bigorgne.
© Marion Bigorgne.
Embarqués dans ce voyage immobile à deux voix (le Portugais et le Français), nous devenons à notre tour Fernando Pessoa coiffé de son chapeau légendaire… Sur nos lèvres, nous ressentons les baisers brûlants de toutes les rencontres, ceux de toutes les invites obscènes. À sa suite, nous avons couché avec tous les sentiments, avons été le maquereau de toutes les sensations. Les frontières entre identités et altérités ont volé en éclats et la fulgurance rimbaldienne "je est un autre" coule dans nos veines.

Si nous nous retrouvons flottant sur le nuage de l'énigmatique étranger à lui-même, si le transfert magique a pu se produire, c'est parce qu'un héritier des clochards célestes égaré dans Lisbonne, aussi convaincant dans ses transports exaltés que dans ses abattements de taiseux, s'est lui-même confondu en Fernando Pessoa. Pessoa dont - comme une mise en abyme subliminale de sa filiation généalogique - le nom en portugais signifie… "personne".

Vu le mercredi 28 juillet 2021 au Théâtre de la Carreterie à Avignon.

"Requiem pour Pessoa"

© Marion Bigorgne.
© Marion Bigorgne.
Texte : Benjamin Perez d'après Fernando Pessoa.
Metteur en scène : Benjamin Perez.
Avec : Benjamin Perez, Théodora Carla.
Musique : Théodora Carla.
Régisseur : Louis Marpinard.
Cie Ars Poetica - Cabo Mundo.
Durée : 1 h 05.

•Avignon Off 2021•
A été représenté du 6 au 30 juillet 2021.
Tous les jours à 16 h 20, jours pairs.
Théâtre de la Carreterie, 101, rue de la Carreterie, Avignon.
Tél. : 07 69 71 98 12 ou 04 90 87 39 58.
>> carreterie.com

Yves Kafka
Mercredi 4 Août 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021