La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Sonoma Du cri primal aux tambours de Calanda, du folklore au contemporain, le charme indiscret d'un monde fragmenté

Dire les neuf danseuses vêtues des costumes traditionnels espagnols, robes-paniers et coiffes de dentelle, glissant et virevoltant tels des derviches tourneurs, ou bien les troquant pour des tenues blanches et noires sorties de l'imaginaire contemporain. Dire la croix monumentale occupant une place de choix dans la Cour d'Honneur et ses cordes auxquelles sont reliées les danseuses avant qu'elles ne s'en affranchissent. Dire les nappes sonores envoûtantes transportant des litanies psalmodiées aux tambours assourdissants. Dire enfin le charme indiscret d'un monde en continuelle rupture…



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie", écrivait Lautréamont dans "Les chants de Maldoror". Beau comme la rencontre fortuite sur le plateau mythique de la Cour d'Honneur d'univers dissemblables, réunis là par le seul "dé-lire" d'un homme… cet homme, Marcos Morau, s'appliquant à déconstruire frénétiquement ce que l'on nomme réalité pour la donner à lire sous forme de fragments éblouissants. Et que ceux qui voudraient trouver coûte que coûte une trame narrative dans cette profusion de tableaux vivants, en soient pour leurs frais.

Dans la mouvance du surréalisme et de l'un de ses géniaux inspirateurs, Luis Buñuel, le chorégraphe espagnol revendique, comme acmé créatrice, la liberté des associations libres dans les plis desquelles surgit - ou pas - un sens. Ainsi de l'ouverture et de ses danseuses montées sur patins, glissant comme des poupées de salon au mécanisme réglé n'offrant aucune liberté personnelle. Ainsi du tableau inaugural donnant à voir ses femmes ligotées à la croix gigantesque, celle de Jésus… puis portées par la grâce païenne, s'en délier, transformant leurs anciens liens en cordes d'évasion accrochées aux fenêtres hautes de la façade monumentale.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
La religion a cela de positif - Marcos Morau partage avec Luis Buñuel l'expérience inscrite dans sa chair d'avoir été élève d'un collège catholique - qu'elle permet à celles et à ceux qui y survivent de développer un imaginaire sans entraves. Car, en contradiction avec ce que l'on énonçait plus haut, s'il fallait finir par trouver un sens à cette heure un quart chorégraphiée, ce serait mettre en exergue l'itinéraire libératoire suivi par ces femmes danseuses, d'abord entravées à la croix, puis habitées par une énergie effrénée, les battements de tambours ne faisant plus qu'un avec leur corps résonnant de puissance. Des liens contraignants à la libération tonitruante…

Les paroles psalmodiées dévidant leurs litanies de préceptes à consonances religieuses, mâtinés d'une réécriture contemporaine s'affranchissant de toute morale prête-à-porter, font écho au langage libre des corps utilisant toutes les gammes à leur disposition pour dire collectivement l'indicible des pulsions les traversant. Ainsi, derrière leur façade vernissée, les chorégraphies mises en miroir par un immense tableau blanc où les ombres décuplent leurs mouvements, expriment au-delà des prouesses montrées l'indomptable désir d'être.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Et quand, sorties inopinément du bestiaire cinématographique du maître andalou, deux figures gigantesques de vieilles femmes apparaissent, elles seront reconduites avec douceur et détermination vers les malles à roulettes où, couvercles fermés et sans autre forme de procès, elles disparaîtront vers les coulisses. L'"à-venir" regorge de promesses vives transportant les danseuses au plateau vers d'autres contrées à explorer. D'autres séquences d'inspiration surréalistes viendront perturber l'ordre dès qu'établi en fournissant leur lot de parures excentriques, de rires à profusion et de formules incantatoires à décrypter.

De la soumission "ordonnée" des commencements au déchainement des tambours faisant écho à ceux du natif de Calanda, tout n'est que désordre et volupté afin que jaillisse dans la Cour d'Honneur le cri libérateur né du cri primal. Une fête des sens à valeur de bouquet final pour cette édition 2021 d'un festival enthousiasmant, riche de très belles surprises.

Vu le dimanche 25 juillet 2021 à 22 h dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes à Avignon.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Sonoma"
Créé le 24 juillet 2020 au Festival Grec de Barcelone (Espagne).
Texte : El Conde de Torrefiel, La Tristura et Carmina S. Belda.
Direction artistique : Marcos Morau.
Chorégraphie : Marcos Morau en collaboration avec les interprètes.
Avec : Alba Barral, Àngela Boix, Julia Cambra, Laia Duran, Ariadna Montfort, Núria Navarra, Lorena Nogal, Marina Rodríguez, Sau-Ching Wong.
Conseil dramaturgique : Roberto Fratini.
Répétition : Estela Merlos, Alba Barral.
Travail vocal : Mònica Almirall, Maria Pardo.
Scénographie : Bernat Jansà, David Pascual.
Lumière : Bernat Jansà.
Effets spéciaux : David Pascual.
Son : Juan Cristóbal Saavedra.
Costumes : Silvia Delagneau.
Couture : Ma Carmen Soriano.
Chapeau : Nina Pawlowski.
Masques : Juan Serrano.
Construction du géant : Martí Doy.
Accessoires : Mirko Zeni.
Par le collectif La Veronal.
Durée : 1 h 15.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 21 au 25 juillet 2021.
À 22 h, relâche le 23 juillet.
Cour d'Honneur du Palais des Papes, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Tournée
19 août 2021 : Festival Fresca !, Alicante (Espagne).
21 août 2021 : Festival Sagunt a Escena, València (Espagne).
28 août 2021 : Festival de Verano, San Lorenzo de El Escorial (Espagne).
13 au 14 septembre 2021 : La Bâtie - Festival de Genève, Genève (Suisse).
8 au 9 octobre 2021 : Le Pavillon Noir, Aix-en-Provence (13).
13 au 14 novembre 2021 : Staatstheater Darmstadt, Darmstadt (Allemagne).
21 novembre 2021 : Festival Temporada Alta, Gérone (Espagne).
15 janvier 2022 : Teatro Principal de Castelló de la Plana, Castelló de la Plana (Espagne).
20 au 28 janvier 2022 : Chaillot - Théâtre national de la Danse, Paris.

Yves Kafka
Jeudi 29 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022