La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•In 2021• Sonoma Du cri primal aux tambours de Calanda, du folklore au contemporain, le charme indiscret d'un monde fragmenté

Dire les neuf danseuses vêtues des costumes traditionnels espagnols, robes-paniers et coiffes de dentelle, glissant et virevoltant tels des derviches tourneurs, ou bien les troquant pour des tenues blanches et noires sorties de l'imaginaire contemporain. Dire la croix monumentale occupant une place de choix dans la Cour d'Honneur et ses cordes auxquelles sont reliées les danseuses avant qu'elles ne s'en affranchissent. Dire les nappes sonores envoûtantes transportant des litanies psalmodiées aux tambours assourdissants. Dire enfin le charme indiscret d'un monde en continuelle rupture…



© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie", écrivait Lautréamont dans "Les chants de Maldoror". Beau comme la rencontre fortuite sur le plateau mythique de la Cour d'Honneur d'univers dissemblables, réunis là par le seul "dé-lire" d'un homme… cet homme, Marcos Morau, s'appliquant à déconstruire frénétiquement ce que l'on nomme réalité pour la donner à lire sous forme de fragments éblouissants. Et que ceux qui voudraient trouver coûte que coûte une trame narrative dans cette profusion de tableaux vivants, en soient pour leurs frais.

Dans la mouvance du surréalisme et de l'un de ses géniaux inspirateurs, Luis Buñuel, le chorégraphe espagnol revendique, comme acmé créatrice, la liberté des associations libres dans les plis desquelles surgit - ou pas - un sens. Ainsi de l'ouverture et de ses danseuses montées sur patins, glissant comme des poupées de salon au mécanisme réglé n'offrant aucune liberté personnelle. Ainsi du tableau inaugural donnant à voir ses femmes ligotées à la croix gigantesque, celle de Jésus… puis portées par la grâce païenne, s'en délier, transformant leurs anciens liens en cordes d'évasion accrochées aux fenêtres hautes de la façade monumentale.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
La religion a cela de positif - Marcos Morau partage avec Luis Buñuel l'expérience inscrite dans sa chair d'avoir été élève d'un collège catholique - qu'elle permet à celles et à ceux qui y survivent de développer un imaginaire sans entraves. Car, en contradiction avec ce que l'on énonçait plus haut, s'il fallait finir par trouver un sens à cette heure un quart chorégraphiée, ce serait mettre en exergue l'itinéraire libératoire suivi par ces femmes danseuses, d'abord entravées à la croix, puis habitées par une énergie effrénée, les battements de tambours ne faisant plus qu'un avec leur corps résonnant de puissance. Des liens contraignants à la libération tonitruante…

Les paroles psalmodiées dévidant leurs litanies de préceptes à consonances religieuses, mâtinés d'une réécriture contemporaine s'affranchissant de toute morale prête-à-porter, font écho au langage libre des corps utilisant toutes les gammes à leur disposition pour dire collectivement l'indicible des pulsions les traversant. Ainsi, derrière leur façade vernissée, les chorégraphies mises en miroir par un immense tableau blanc où les ombres décuplent leurs mouvements, expriment au-delà des prouesses montrées l'indomptable désir d'être.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Et quand, sorties inopinément du bestiaire cinématographique du maître andalou, deux figures gigantesques de vieilles femmes apparaissent, elles seront reconduites avec douceur et détermination vers les malles à roulettes où, couvercles fermés et sans autre forme de procès, elles disparaîtront vers les coulisses. L'"à-venir" regorge de promesses vives transportant les danseuses au plateau vers d'autres contrées à explorer. D'autres séquences d'inspiration surréalistes viendront perturber l'ordre dès qu'établi en fournissant leur lot de parures excentriques, de rires à profusion et de formules incantatoires à décrypter.

De la soumission "ordonnée" des commencements au déchainement des tambours faisant écho à ceux du natif de Calanda, tout n'est que désordre et volupté afin que jaillisse dans la Cour d'Honneur le cri libérateur né du cri primal. Une fête des sens à valeur de bouquet final pour cette édition 2021 d'un festival enthousiasmant, riche de très belles surprises.

Vu le dimanche 25 juillet 2021 à 22 h dans la Cour d'Honneur du Palais des Papes à Avignon.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
"Sonoma"
Créé le 24 juillet 2020 au Festival Grec de Barcelone (Espagne).
Texte : El Conde de Torrefiel, La Tristura et Carmina S. Belda.
Direction artistique : Marcos Morau.
Chorégraphie : Marcos Morau en collaboration avec les interprètes.
Avec : Alba Barral, Àngela Boix, Julia Cambra, Laia Duran, Ariadna Montfort, Núria Navarra, Lorena Nogal, Marina Rodríguez, Sau-Ching Wong.
Conseil dramaturgique : Roberto Fratini.
Répétition : Estela Merlos, Alba Barral.
Travail vocal : Mònica Almirall, Maria Pardo.
Scénographie : Bernat Jansà, David Pascual.
Lumière : Bernat Jansà.
Effets spéciaux : David Pascual.
Son : Juan Cristóbal Saavedra.
Costumes : Silvia Delagneau.
Couture : Ma Carmen Soriano.
Chapeau : Nina Pawlowski.
Masques : Juan Serrano.
Construction du géant : Martí Doy.
Accessoires : Mirko Zeni.
Par le collectif La Veronal.
Durée : 1 h 15.

•Avignon In 2021•
A été représenté du 21 au 25 juillet 2021.
À 22 h, relâche le 23 juillet.
Cour d'Honneur du Palais des Papes, Avignon (84).
>> festival-avignon.com
Réservations : 04 90 14 14 14.

© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
© Christophe Raynaud de Lage/Festival d'Avignon.
Tournée
19 août 2021 : Festival Fresca !, Alicante (Espagne).
21 août 2021 : Festival Sagunt a Escena, València (Espagne).
28 août 2021 : Festival de Verano, San Lorenzo de El Escorial (Espagne).
13 au 14 septembre 2021 : La Bâtie - Festival de Genève, Genève (Suisse).
8 au 9 octobre 2021 : Le Pavillon Noir, Aix-en-Provence (13).
13 au 14 novembre 2021 : Staatstheater Darmstadt, Darmstadt (Allemagne).
21 novembre 2021 : Festival Temporada Alta, Gérone (Espagne).
15 janvier 2022 : Teatro Principal de Castelló de la Plana, Castelló de la Plana (Espagne).
20 au 28 janvier 2022 : Chaillot - Théâtre national de la Danse, Paris.

Yves Kafka
Jeudi 29 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021