La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2021

•Off 2021• Le cabaret des absents Pousser grand les portes d'un théâtre, lieu de tous les possibles…

François Cervantes, connu pour la passion qu'il voue aux vies minuscules, n'a de cesse d'explorer le monde océanique des vivants ordinaires. Après son poignant "Prison possession" et son non moins engagé "Le rouge éternel des coquelicots", il poursuit sa recherche du temps contemporain en l'orientant vers les exclus des lieux culturels. Ces existences grises que l'on ne remarque pas. Ou alors si peu. Ou alors si on en fait cas, c'est pour les moquer, voire les stigmatiser.



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Si, dans ses précédentes créations, l'auteur-metteur en scène partait de la réalité stricto sensu de la prison du Pontet et de celle des quartiers nord de Marseille pour la transfigurer en la donnant à voir poétiquement, là, c'est la réalité déjà romanesque du destin improbable du théâtre du Gymnase qui va offrir à la ligne dramatique son point d'ancrage. Dans sa soif de rendre visibles les gens de rien, de leur ouvrir grand les portes qu'ils n'osent eux-mêmes franchir - assignés qu'ils sont à une place sans autre horizon d'attente que leur quotidien - il convoque délibérément les ressources de la fiction pour libérer les possibles, coincés en eux.

Adoptant une position frontale, les porte-voix des sans voix, six acteurs en quête d'autres humains, racontent à la troisième personne des bribes d'existences. Leurs paroles, douces et mélodieuses, délivrent une galerie de portraits se mettant à exister dans notre imaginaire… Ce pilote de port qui ce soir dormira à Corfou. Cet homme qui attend son ami d'enfance, un danseur à plumes, lequel, aux effluves du café traditionnel - sa madeleine à lui - se retrouvera soudain à sept ans chez sa grand-mère. Ou encore, hors du temps présent, cet enfant qui attend son père, il lui a promis de l'emmener au théâtre le père, sauf que, l'enfant ne le sait pas encore, mais dès le lendemain il doit rentrer en Kabylie, sans lui…

Ces esquisses humaines après avoir été évoquées prennent corps. On retrouvera le danseur à plumes en chair et en os dans un numéro chorégraphié époustouflant. Une créature toute de noir vêtue, démesurément grande, chantera, elle, en playback une chanson d'amour à tue-tête. Et toutes ces apparitions fabuleuses de se retrouver dans le lieu magique qu'est le théâtre pour l'animer de leurs rêves les plus fous. Le paradoxe - seulement apparent -, c'est que ce lieu libérateur de joie créatrice existe lui réellement…

Lors des répétitions au Théâtre du Gymnase à Marseille © Christophe Raynaud de Lage.
Lors des répétitions au Théâtre du Gymnase à Marseille © Christophe Raynaud de Lage.
C'est l'histoire véridique du Théâtre du Gymnase à Marseille, sauvé dans les années quatre-vingt de sa destruction par un vieux milliardaire américain ayant été conçu grâce à l'existence de ces murs. Théâtre devenu depuis lieu d'accueil et de convivialité, "le cabaret des absents". Comme quoi, les frontières entre réel et rêve sont fragiles, perméables, pour peu que l'on s'autorise à les subvertir.

Ainsi, du destin de l'enfant Tagada qui, pour avoir dégoté dans les malles du grenier dudit théâtre une robe de soirée échancrée, se voit s'en revêtir pour se livrer, outrageusement maquillé, à un numéro d'une sensualité à fleur de peau. Réalité et rêverie confondues sur la scène des représentations, on est pris dans un tourbillon "merveilleux" nous émancipant - comme les personnages - de la pesanteur terrestre. Même de sublimes clowns feront leur apparition, comme une effraction, ô combien salutaire, dans le monde des convenances figées.

Ces destinées humaines, semblant (ou pas) sortir d'un rêve éveillé - échos vivants du monde fabuleux d'Amélie Poulain - auxquelles nous nous attachons au-delà de toute raison, ont quelque chose à voir avec nos destinées… Afin de nous affranchir des assignations étroites nous contenant dans des rôles prescrits, nous sommes joyeusement invités à franchir le pas de tous les seuils que nous nous interdisons. Ces vies minuscules à résonance tragi-comique, doubles des êtres de papier en littérature, nous ont ce soir montré la voie en poussant grand les portes du théâtre leur permettant de naître à eux-mêmes.

Vu au Théâtre Le 11, Salle 1, le mercredi 7 juillet 2021 à 22 h 30 (première).

"Le cabaret des absents"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Création 2021.
Texte et mise en scène : François Cervantes.
Avec : Théo Chédeville, Louise Chevillotte, Emmanuel Dariès, Catherine Germain, Sipan Mouradian, Sélim Zahrani.
Création son et régie générale : Xavier Brousse.
Création lumière : Christian Pinaud.
Régie lumière : Bertrand Mazoyer.
Création costumes, masques et perruques : Virginie Breger.
Construction : Cyril Moulinié.
Durée : 1 h 45.

•Avignon Off 2021•
Du 7 au 29 juillet 2021.
Tous les jours à 22 h 30, relâche les 12, 19 et 26 juillet.
Théâtre Le 11, 11, boulevard Raspail, Avignon.
Réservations : 04 84 51 20 10.
>> 11avignon.com

Tournée 2021/2022
23 au 30 septembre 2021 : Théâtre du Gymnase, Marseille (13).
5 et 6 octobre 2021 : Le Domaine d'O, Montpellier (34).
12 octobre 2021 : Le Cratère - Scène nationale, Alès (30).
15 et 16 octobre 2021 : Le Liberté - Scène nationale, Toulon (83).
13 janvier au 4 février 2022 : Friche La Belle de Mai, Marseille (13).

Yves Kafka
Dimanche 11 Juillet 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022