La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Marie-Nicole Lemieux au Festival Palazzetto Bru Zane

Dans le cadre du Festival Palazzetto Bru Zane à Paris, la contralto Marie-Nicole Lemieux donnait un récital de mélodies françaises accompagnée par son vieux complice Daniel Blumenthal au Théâtre des Bouffes du Nord. Un concert mémorable entre rires et émotion.



© DR.
© DR.
Le Palazzetto Bru Zane, Centre de musique romantique française installé à Venise, a pour vocation de favoriser la redécouverte et le rayonnement international du répertoire français - parfois méconnu ou oublié - des années 1780-1920. Pour cette 4e édition de son festival se tenant début juin, certains des concerts vénitiens de l'année ont été ainsi donnés à Paris, mais aussi des nouveautés. Ce ne sont pas moins de huit soirées qui ont embelli les soirées de la capitale avec une recréation d' "Olympie" un opéra de 1819 de Gaspare Spontini, des concerts de musique de chambre pour des formations à géométrie variable (duo, trio, quatuor, quintette) et enfin ce récital très attendu de la chanteuse québécoise Marie-Nicole Lemieux.

Une soirée d' "Invitation au voyage" donc pour une promenade sur les terres de la mélodie française avec des compositeurs plus ou moins en vogue, tous inspirés par des poètes tels Charles Baudelaire, Théodore de Banville ou Paul Verlaine - qui se taille la part du lion avec pas moins de douze poèmes mis en musique sur un programme de vingt-quatre airs. Programme que la contralto connaît bien sur scène et sur disque. Parmi les compositeurs majeurs, Gabriel Fauré et ses "Cinq mélodies de Venise" (1891), Henri Duparc avec quatre mélodies dont cette fameuse "Invitation au voyage", mais aussi une "Sérénade florentine" (1881) de Henri Cazalis (le grand ami de Mallarmé), une superbe "Phidylé" (1882) d'après Leconte de Lisle et bien-sûr Claude Debussy avec quelques chefs-d'œuvre extraits du livre II des "Fêtes galantes".

© DR.
© DR.
Mais le programme mettait aussi l'accent sur un répertoire moins arpenté avec l'élève de Fauré, Charles Koechlin, inexplicablement oublié malgré ses cent mélodies composées ; Guillaume Lekeu (un élève de César Franck et Vincent d'Indy) disparu à vingt-quatre ans, auteur des textes comme de la musique (ses ravissants "Trois Poèmes" 1892), et Reynaldo Hahn, compositeur précoce dont la postérité n'a retenu que la liaison avec Marcel Proust - à tort. En témoignent ces quatre magnifiques mélodies dont de sublimes "Heure exquise" (1890) et (en troisième bis de la chanteuse) "A Chloris".

Pour ces pièces raffinées, où s'enrichissent le piano allègre ou rêveur et la magie des vers, quelle autre voix pouvait mieux que celle de Marie-Nicole Lemieux les porter à ce haut degré d'intensité avec ce somptueux art du chant ? Malgré une légère gêne à la gorge (et une petite difficulté dans la plénitude de l'aigu), son timbre rare, pénétrant, généreux et sa faculté à ciseler chaque mot sans forcer les sentiments ont envoûté le public. Prompte à rire du moindre incident (Daniel Blumenthal se trompant une fois d'ordre dans le programme), sa personnalité exubérante ravit mais Marie-Nicole Lemieux impressionne aussi par son implication absolue et son art subtil du récit avec ce répertoire charmant, et parfois poignant.

© DR.
© DR.
Concert entendu le 6 juin 2016.

Diffusion prévue ultérieurement sur France Musique.

Festival Palazzetto Bru Zane à Paris.
4e édition du 3 au 9 juin 2016.
>> bru-zane.com

Prochains spectacles de la Fondation Bru Zane :

11 octobre 2016 : "Proserpine" (1872) de C. Saint-Saëns à l'Opéra Royal de Versailles.
Du 16 décembre 2016 au 7 janvier 2017 : "Les Chevaliers de la Table Ronde" (1866) de Hervé au Théâtre de l'Athénée (Paris).

Christine Ducq
Lundi 13 Juin 2016

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.







À découvrir

Bernard Adamus "C'qui nous reste du Texas"… Blues et beau

Pour son quatrième album, Bernard Adamus, avec son style blues très marqué, fricote avec le rock pour nous mener vers le grand nord sur des chansons qui se nourrissent de différents tempos aux paroles truculentes.

Bernard Adamus
Bernard Adamus, d'origine polonaise, a débarqué à ses trois ans au Québec. Depuis maintenant plus de dix ans, il trace une ligne artistique saluée par la critique avec ses albums "Brun" (2009), "No2" (2012) et "Sorel soviet so what" (2015). Du premier jusqu'au dernier LP, "C'qui nous reste du Texas", la qualité est toujours chevillée aux accords.

Avec ses dix titres, cet opus a une allure toujours foncièrement blues aux relents parfois rock. L'artiste a laissé très majoritairement son harmonica dans son étui. Sa voix, caractéristique, traînante, presque criarde, est utilisée comme effet multiplicateur de ses émotions.

Les chœurs sont discrets bien que parfois appuyés comme pour "Chipotle". Certaines compositions telle que "L'erreur" excelle dans un blues avec la contrebasse de Simon Pagé très présente, accompagnée de quelques notes de piano pour rendre un son plus clair quand celui-ci est, à dessein, légèrement étouffé par des percussions. La voix monte haut perchée au refrain où claironne un saxophone donnant un tournis musical, tel le reflet d'un état d'âme où la tristesse se berce d'incompréhension. C'est dans ces cassures de rythme que se mêlent d'autres éléments musicaux et vocaux donnant une tessiture aboutie. Le début d'une chanson peut ainsi être décharné à dessein comme celui d'un désert, d'un seul à seul avec l'artiste.

Safidin Alouache
05/05/2020
Spectacle à la Une

"I Fratelli Lehman" par la Cie Tom Corradini Teatro de Turin

Captation intégrale Ce spectacle sans paroles (ou très peu) - mais pas sans bruitages ! - devait être présenté au Théâtre Ambigu durant le festival Off d'Avignon cet été. Du fait de l'annulation, la compagnie italienne Tom Corradini Teatro de Turin vous invite à visionner cette pièce burlesque sur l'argent, la cupidité et l'amour raconté avec le langage du clown, sans interaction verbale, adapté à un public de tous âges et de toutes nationalités.

Comédie visuelle et physique interprété par deux talentueux clowns turinois (Tom Corradini et Michele Di Dedda), "I Fratelli Lehman" (The Lehman Brothers) raconte l'histoire d'un couple de banquiers et de financiers dont les capacités et les compétences les ont rendus célèbres et respectés dans tout le monde.

Apparemment, ils ont tout, des voitures rapides, de beaux secrétaires, des bureaux luxueux, un style de vie somptueux. Cependant, un jour leur fortune est anéantie en quelques minutes après un plongeon désastreux du marché boursier. Des richesses à la misère, ils doivent maintenant transformer leur échec en opportunité et gravir de nouveau la montagne du succès.

Gil Chauveau
21/04/2020
Sortie à la Une

Soigne le monde "Heal The World" de Michael Jackson par les Franglaises

Les Franglaises vous souhaitent encore et toujours un joyeux confinement en vous offrant une reprise franglisée de "Heal The World" de Michael Jackson ou "Soigne Le Monde" de Michel Fils de Jacques. Bonne écoute !

Soigne le monde
"Même confinés, les Franglaises récidivent en traduisant littéralement le très à-propos "Heal the World" de Michael Jackson : "Soigne le Monde". Enregistré et réalisé 100 % en confinement, les trente-cinq membres de la troupe donnent de la voix pour "faire de ce monde une meilleure place". "Enjoy… Euh, appréciez !"

Les Franglaises… le spectacle
Comédie musicale à la façon d'un "opéra pop" à l'américaine, le spectacle propose de traduire les plus grands succès du répertoire anglophone… histoire de vérifier, à travers un "test-aveugle", la pertinence de ces grands tubes mondiaux, des Scarabées à Reine, en passant par Michel Fils-de-Jacques et les Filles Épices… et bien plus encore…
Se prenant les pieds dans les incohérences des traductions littérales au premier degré à la manière de "google-trad", et emportés par la fiction de ces pièces musicales, les interprètes offrent une tournure explosive au spectacle qui vire au cabaret fou version Monty Python !
Durée : 1 h 45

Gil Chauveau
31/03/2020