La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le Requiem de Mozart au Festival de Saint-Denis : le jugement et la grâce !

Qui n’a pas une relation spéciale, intime et sacrée avec le Requiem de Mozart ? Qui n’a pas eu un frisson en écoutant pour la énième fois les sept mesures initiales en ré mineur de l’Introitus ? Les chanceux du concert donné dans la basilique de Saint-Denis se souviendront en tout cas longtemps de l’interprétation remarquable qu’en a proposée le chef britannique Sir Colin Davis.



Sir Colin Davis © Matthias Creutziger.
Sir Colin Davis © Matthias Creutziger.
Cette création de spiritualité pure - inachevée - a été composée par l’enfant prodige, devenu un musicien reconnu à Vienne, sur son lit d’agonie en novembre 1791. C’est la commande du comte Walsegg - qui tentera de s‘approprier l’œuvre. Mais une sévère dépression - due au surmenage, à la maladie, au chagrin causé par la perte d’un enfant quelques années plus tôt - plonge le musicien dans une véritable transe : il croit écrire une Messe des Morts pour son propre enterrement.

Miracle de la musique, miracle de la voix, miracle de l’excellence de l’interprétation, c’est par une soirée exceptionnelle que s’est ouverte la 44e édition du Festival, devenu un rendez-vous incontournable de la vie musicale. Cioran conseillait à Dieu de remercier Jean-Sébastien Bach pour sa contribution à son culte. Il ne faudrait pas oublier non plus Wolfgang Amadeus et ses œuvres religieuses des années 1787-1791 : le Kyrie en ré mineur - déjà - K. 341 et le motet "Ave verum corpus" K. 618 donnés en prologue ce 31 mai au "Requiem".

© Matthias Creutziger.
© Matthias Creutziger.
Même achevée par ses élèves Joseph Leopold Eybler et Franz Xaver Süssmayer, la "Messe des Morts" est l’ultime cri de celui que Richard Wagner appelait "le plus prodigieux génie" - et le Maître n’était pas prodigue de compliments. Au seuil de sa mort, survenue dans la nuit du 4 au 5 décembre, Mozart va frapper les oreilles humaines pour l’éternité avec cette fameuse tonalité dramatique en ré mineur - déjà utilisée entre autres pour les apparitions du Commandeur dans "Don Giovanni". Et nous offrir un chef-d’œuvre qui décourage les superlatifs, sur le fil de contrastes marqués : horreur sacrée ressentie le jour du Jugement dernier (le "Dies irae"), terreur de l’avertissement martelée par le solo de trombone du "Tuba mirum", et douceur des voix féminines des Élus priant dans le "Confutatis" pour le salut des pécheurs, aux accents poignants environnés des flammes - partition infernale des cordes - dévorant les Maudits.

L’auditeur, jeté hors de lui-même dans les fureurs préromantiques du Sturm und Drang d’une partition en crescendo, trouve enfin l’apaisement avec l’andante en si mineur du "Benedictus", si mozartien, puis le repos dans l’adagio final baigné d’une lumière ineffable, "Lux perpetua luceat". Le paradis accessible par la musique. Le passeur ce soir-là, c’est Sir Colin Davis, 85 ans et un air de Sage antique. Il impose impérialement à son cher Orchestre national de France - dont il vante les mérites dans toutes ses interviews - et au remarquable Chœur de Radio France, son oreille infaillible, son charisme enchanteur et sa compréhension absolue de la partition. Ce qu’il obtient des solistes - mentions au mezzo Stéphanie d’Oustrac, à la soprano suédoise Eli Rombo, à la basse John Relyea - des chanteurs du Chœur, des musiciens, cela ne se décrit pas, cela s’écoute religieusement, chapeau bas. Son utilisation de l’espace de la basilique - pourtant si problématique en terme d’acoustique - est inoubliable, quand il fait systématiquement résonner les derniers échos des voix dans la nécropole des Rois.

D’autres rendez-vous attendent le mélomane classique, le curieux en balade, l’insatiable amateur de musique d’Ailleurs au Festival de Saint-Denis jusqu’à la fin du mois de juin. Le Liban et la Grèce sont à l’honneur avec deux créations - commandes de Radio France et du Festival -, celle d’un concerto pour trompette orientale d’Ibrahim Maalouf le 5 juin ; ou encore ce "Ciel d’Athènes à New York" le 15 juin - en création française. De grands chefs sont également au rendez-vous avec des formations prestigieuses, Sir John Eliot Gardiner entre autres, mais aussi de jeunes chefs prometteurs comme Fayçal Karaoui ou Jérémie Rhorer. N’omettons pas les jeunes artistes à découvrir ou déjà confirmés tels la mezzo Nora Gubisch, le pianiste Thomas Adès… pour ne citer qu’eux. Tous à Saint-Denis !

"Requiem" de Mozart

Le Requiem de Mozart au Festival de Saint-Denis : le jugement et la grâce !
Kyrie en ré mineur K. 368a ;
Ave Verum Corpus K. 618 ;
Requiem K. 626.

Avec : Elin Rombo, soprano ; Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano ; Werner Güra, ténor ; John Relyea, basse.
Chœur de Radio France : Matthias Brauer, directeur musical.
Orchestre National de France : Daniele Gatti, directeur musical.
Sir Colin Davis, direction.
Coproduction Radio France/Festival de Saint-Denis

A été donné, dans le cadre du Festival de Saint-Denis,
les jeudi 31 mai et samedi 2 juin 2012 à 20h30,
Basilique Cathédrale, Saint-Denis (93).
Rediffusion du "Requiem" sur Arte Live Web pendant tout l’été.

Festival de Saint-Denis, Seine-Saint-Denis.
Du 31 mai au 30 juin 2012.
Information/réservations : 01 48 13 06 07
>> festival-saint-denis.com
Programme complet :

Christine Ducq
Mercredi 6 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022