La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le Requiem de Mozart au Festival de Saint-Denis : le jugement et la grâce !

Qui n’a pas une relation spéciale, intime et sacrée avec le Requiem de Mozart ? Qui n’a pas eu un frisson en écoutant pour la énième fois les sept mesures initiales en ré mineur de l’Introitus ? Les chanceux du concert donné dans la basilique de Saint-Denis se souviendront en tout cas longtemps de l’interprétation remarquable qu’en a proposée le chef britannique Sir Colin Davis.



Sir Colin Davis © Matthias Creutziger.
Sir Colin Davis © Matthias Creutziger.
Cette création de spiritualité pure - inachevée - a été composée par l’enfant prodige, devenu un musicien reconnu à Vienne, sur son lit d’agonie en novembre 1791. C’est la commande du comte Walsegg - qui tentera de s‘approprier l’œuvre. Mais une sévère dépression - due au surmenage, à la maladie, au chagrin causé par la perte d’un enfant quelques années plus tôt - plonge le musicien dans une véritable transe : il croit écrire une Messe des Morts pour son propre enterrement.

Miracle de la musique, miracle de la voix, miracle de l’excellence de l’interprétation, c’est par une soirée exceptionnelle que s’est ouverte la 44e édition du Festival, devenu un rendez-vous incontournable de la vie musicale. Cioran conseillait à Dieu de remercier Jean-Sébastien Bach pour sa contribution à son culte. Il ne faudrait pas oublier non plus Wolfgang Amadeus et ses œuvres religieuses des années 1787-1791 : le Kyrie en ré mineur - déjà - K. 341 et le motet "Ave verum corpus" K. 618 donnés en prologue ce 31 mai au "Requiem".

© Matthias Creutziger.
© Matthias Creutziger.
Même achevée par ses élèves Joseph Leopold Eybler et Franz Xaver Süssmayer, la "Messe des Morts" est l’ultime cri de celui que Richard Wagner appelait "le plus prodigieux génie" - et le Maître n’était pas prodigue de compliments. Au seuil de sa mort, survenue dans la nuit du 4 au 5 décembre, Mozart va frapper les oreilles humaines pour l’éternité avec cette fameuse tonalité dramatique en ré mineur - déjà utilisée entre autres pour les apparitions du Commandeur dans "Don Giovanni". Et nous offrir un chef-d’œuvre qui décourage les superlatifs, sur le fil de contrastes marqués : horreur sacrée ressentie le jour du Jugement dernier (le "Dies irae"), terreur de l’avertissement martelée par le solo de trombone du "Tuba mirum", et douceur des voix féminines des Élus priant dans le "Confutatis" pour le salut des pécheurs, aux accents poignants environnés des flammes - partition infernale des cordes - dévorant les Maudits.

L’auditeur, jeté hors de lui-même dans les fureurs préromantiques du Sturm und Drang d’une partition en crescendo, trouve enfin l’apaisement avec l’andante en si mineur du "Benedictus", si mozartien, puis le repos dans l’adagio final baigné d’une lumière ineffable, "Lux perpetua luceat". Le paradis accessible par la musique. Le passeur ce soir-là, c’est Sir Colin Davis, 85 ans et un air de Sage antique. Il impose impérialement à son cher Orchestre national de France - dont il vante les mérites dans toutes ses interviews - et au remarquable Chœur de Radio France, son oreille infaillible, son charisme enchanteur et sa compréhension absolue de la partition. Ce qu’il obtient des solistes - mentions au mezzo Stéphanie d’Oustrac, à la soprano suédoise Eli Rombo, à la basse John Relyea - des chanteurs du Chœur, des musiciens, cela ne se décrit pas, cela s’écoute religieusement, chapeau bas. Son utilisation de l’espace de la basilique - pourtant si problématique en terme d’acoustique - est inoubliable, quand il fait systématiquement résonner les derniers échos des voix dans la nécropole des Rois.

D’autres rendez-vous attendent le mélomane classique, le curieux en balade, l’insatiable amateur de musique d’Ailleurs au Festival de Saint-Denis jusqu’à la fin du mois de juin. Le Liban et la Grèce sont à l’honneur avec deux créations - commandes de Radio France et du Festival -, celle d’un concerto pour trompette orientale d’Ibrahim Maalouf le 5 juin ; ou encore ce "Ciel d’Athènes à New York" le 15 juin - en création française. De grands chefs sont également au rendez-vous avec des formations prestigieuses, Sir John Eliot Gardiner entre autres, mais aussi de jeunes chefs prometteurs comme Fayçal Karaoui ou Jérémie Rhorer. N’omettons pas les jeunes artistes à découvrir ou déjà confirmés tels la mezzo Nora Gubisch, le pianiste Thomas Adès… pour ne citer qu’eux. Tous à Saint-Denis !

"Requiem" de Mozart

Le Requiem de Mozart au Festival de Saint-Denis : le jugement et la grâce !
Kyrie en ré mineur K. 368a ;
Ave Verum Corpus K. 618 ;
Requiem K. 626.

Avec : Elin Rombo, soprano ; Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano ; Werner Güra, ténor ; John Relyea, basse.
Chœur de Radio France : Matthias Brauer, directeur musical.
Orchestre National de France : Daniele Gatti, directeur musical.
Sir Colin Davis, direction.
Coproduction Radio France/Festival de Saint-Denis

A été donné, dans le cadre du Festival de Saint-Denis,
les jeudi 31 mai et samedi 2 juin 2012 à 20h30,
Basilique Cathédrale, Saint-Denis (93).
Rediffusion du "Requiem" sur Arte Live Web pendant tout l’été.

Festival de Saint-Denis, Seine-Saint-Denis.
Du 31 mai au 30 juin 2012.
Information/réservations : 01 48 13 06 07
>> festival-saint-denis.com
Programme complet :

Christine Ducq
Mercredi 6 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




Partenariat



À découvrir

"Underground" Éloge du risque amoureux

L'amour comme les angelots n'a pas de sexe. Même les amours les plus charnels, les plus dévastateurs, les plus profonds, les plus troublants. Oui, c'est étrange d'énoncer cela. Mais c'est ici le propos central d'"Underground". Underground, le métro en anglais, et plus symboliquement ici, telle l'image des entrailles sinueuses et enfouies de l'être intime, là où dorment les désirs cachés, indiscrets, inavouables, mais surtout les désirs inconnus et les peurs.

"Underground" explore cette faille des êtres humains, que l'ordre établi, la conscience et la puissance de l'éducation morale dissimulent pour que les normes sociales dominent. La jeune femme, interprétée avec une sensibilité troublante par Clémentine Bernard, seule sur scène, semble pourtant extrêmement classique, anodine, assise dans sa rame de métro. Mais c'est son discours intérieur qu'elle nous partage alors, une voix grâce à laquelle elle va nous emporter vers l'histoire qui l'attend et l'émotion qui va faire résonner son corps, de sa peau jusqu'au plus profond de son être.

Le début du texte la saisit au moment de sa rupture avec l'homme convenable et convenu que la vie lui destinait. Une vie normale, faite de projets d'enfants et de vacances, faite d'un quotidien bien balisé, d'un ordinaire applaudi par tous : familles, amis, rencontres. Une ouverture qui semble comme le début d'un exil obligé. Elle a perdu ce conventionnel qui l'habillait comme une armure. Elle est égarée dans ce métro comme dans un dédale sans issue.

Bruno Fougniès
11/01/2022
Spectacle à la Une

Piquer en plein cœur au théâtre La Flèche, Paris, Jeudi 6 Janvier, 21 heures…

Comment démarrer cette chronique ? Par une citation ? "Un seul être vous manque et tout est dépeuplé", Lamartine. Oui ! Qu'en dirait Laurent Orry ?

© Fabien Montes.
Ah ! Oui. Laurent Orry, c'est l'acteur impeccable vêtu d'un vieux manteau usé et poussiéreux qui, pendant 1 h 15, déploie toute sa force, son énergie mais surtout sa palette d'émotions au service de ce délicieux texte écrit par Alessandro Baricco : "Novecento".

Il interprète Tim Tooney, trompettiste, qui pendant plusieurs années jouera aux côtés de son grand ami Novecento, pianiste génial et hallucinant dont les notes dépasseront même l'océan !

Novecento est donc le héros. C'est dans un carton à chaussures déposé sur le piano de la salle de bal d'un paquebot que Novecento commence sa vie, recueilli par un homme d'équipage… et c'est là que démarre l'histoire.

Et ! Quand Novencento rencontre Tim Tooney, comme une tempête en pleine mer, la secousse est grande, les oreilles agitées et le regard fixe pour ne rien manquer de ce spectacle de vague… à l'âme…

Si ! Car le cœur de Tim Tooney est lourd de peine quand il repense à son ami disparu qui jamais n'avait de son vécu touché la terre ferme. Novecento, sa vie, c'était le paquebot, la mer, les visages des voyageurs entre l'Europe et l'Amérique qui l'inspiraient et ont fait de lui un virtuose mais aussi un homme perdu au milieu de l'océan qui n'a jamais su d'où il venait, qui il était et, de la terre ferme, en a développé une vraie névrose.

Isabelle Lauriou
10/01/2022
Spectacle à la Une

"Fragments" d'Hannah Arendt Du 5 au 8 février 2022 à l'Espace Rachi

Bérengère Warluzel et Charles Berling nous invitent, à travers les mots d'Hannah Arendt, à aimer cette faculté inhérente à la nature humaine : penser. Non, penser n'est pas réservé à une élite, bien au contraire. Penser peut être une aventure joyeuse pour chacun, en plus d'être une jubilation et un enthousiasme qui se partagent.

© Vincent Berenger/Châteauvallon-Liberté - Scène Nationale.
"L'essentiel pour moi, c'est de comprendre : je dois comprendre", dit Hannah Arendt. Au fil de ses textes philosophiques et politiques, mais aussi, et c'est moins connu, ses escapades poétiques, Hannah Arendt a construit une œuvre singulière et inclassable. Bérengère Warluzel y a plongé, en a choisi ces Fragments qui résonnent particulièrement aujourd'hui.

Une table, des chaises, les notes d'un piano… ce n'est pas une biographie, mais un parcours ludique, une traversée partagée et qui ouvre l'accès à la liberté de penser pour soi-même autant qu'à une volonté de comprendre en tant que citoyen et citoyenne dans le monde que nous habitons.

Celle qui voulait avant tout "penser sans entraves" s'adresse à nous et nous invite à penser avec elle.

"La pensée (…), conçue comme un besoin naturel de la vie (…) n'est pas la prérogative d'une minorité, mais une faculté constamment présente en chacun de nous."
François Rodinson.

Annonce
14/01/2022