La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Lyrique

Le Requiem de Mozart au Festival de Saint-Denis : le jugement et la grâce !

Qui n’a pas une relation spéciale, intime et sacrée avec le Requiem de Mozart ? Qui n’a pas eu un frisson en écoutant pour la énième fois les sept mesures initiales en ré mineur de l’Introitus ? Les chanceux du concert donné dans la basilique de Saint-Denis se souviendront en tout cas longtemps de l’interprétation remarquable qu’en a proposée le chef britannique Sir Colin Davis.



Sir Colin Davis © Matthias Creutziger.
Sir Colin Davis © Matthias Creutziger.
Cette création de spiritualité pure - inachevée - a été composée par l’enfant prodige, devenu un musicien reconnu à Vienne, sur son lit d’agonie en novembre 1791. C’est la commande du comte Walsegg - qui tentera de s‘approprier l’œuvre. Mais une sévère dépression - due au surmenage, à la maladie, au chagrin causé par la perte d’un enfant quelques années plus tôt - plonge le musicien dans une véritable transe : il croit écrire une Messe des Morts pour son propre enterrement.

Miracle de la musique, miracle de la voix, miracle de l’excellence de l’interprétation, c’est par une soirée exceptionnelle que s’est ouverte la 44e édition du Festival, devenu un rendez-vous incontournable de la vie musicale. Cioran conseillait à Dieu de remercier Jean-Sébastien Bach pour sa contribution à son culte. Il ne faudrait pas oublier non plus Wolfgang Amadeus et ses œuvres religieuses des années 1787-1791 : le Kyrie en ré mineur - déjà - K. 341 et le motet "Ave verum corpus" K. 618 donnés en prologue ce 31 mai au "Requiem".

© Matthias Creutziger.
© Matthias Creutziger.
Même achevée par ses élèves Joseph Leopold Eybler et Franz Xaver Süssmayer, la "Messe des Morts" est l’ultime cri de celui que Richard Wagner appelait "le plus prodigieux génie" - et le Maître n’était pas prodigue de compliments. Au seuil de sa mort, survenue dans la nuit du 4 au 5 décembre, Mozart va frapper les oreilles humaines pour l’éternité avec cette fameuse tonalité dramatique en ré mineur - déjà utilisée entre autres pour les apparitions du Commandeur dans "Don Giovanni". Et nous offrir un chef-d’œuvre qui décourage les superlatifs, sur le fil de contrastes marqués : horreur sacrée ressentie le jour du Jugement dernier (le "Dies irae"), terreur de l’avertissement martelée par le solo de trombone du "Tuba mirum", et douceur des voix féminines des Élus priant dans le "Confutatis" pour le salut des pécheurs, aux accents poignants environnés des flammes - partition infernale des cordes - dévorant les Maudits.

L’auditeur, jeté hors de lui-même dans les fureurs préromantiques du Sturm und Drang d’une partition en crescendo, trouve enfin l’apaisement avec l’andante en si mineur du "Benedictus", si mozartien, puis le repos dans l’adagio final baigné d’une lumière ineffable, "Lux perpetua luceat". Le paradis accessible par la musique. Le passeur ce soir-là, c’est Sir Colin Davis, 85 ans et un air de Sage antique. Il impose impérialement à son cher Orchestre national de France - dont il vante les mérites dans toutes ses interviews - et au remarquable Chœur de Radio France, son oreille infaillible, son charisme enchanteur et sa compréhension absolue de la partition. Ce qu’il obtient des solistes - mentions au mezzo Stéphanie d’Oustrac, à la soprano suédoise Eli Rombo, à la basse John Relyea - des chanteurs du Chœur, des musiciens, cela ne se décrit pas, cela s’écoute religieusement, chapeau bas. Son utilisation de l’espace de la basilique - pourtant si problématique en terme d’acoustique - est inoubliable, quand il fait systématiquement résonner les derniers échos des voix dans la nécropole des Rois.

D’autres rendez-vous attendent le mélomane classique, le curieux en balade, l’insatiable amateur de musique d’Ailleurs au Festival de Saint-Denis jusqu’à la fin du mois de juin. Le Liban et la Grèce sont à l’honneur avec deux créations - commandes de Radio France et du Festival -, celle d’un concerto pour trompette orientale d’Ibrahim Maalouf le 5 juin ; ou encore ce "Ciel d’Athènes à New York" le 15 juin - en création française. De grands chefs sont également au rendez-vous avec des formations prestigieuses, Sir John Eliot Gardiner entre autres, mais aussi de jeunes chefs prometteurs comme Fayçal Karaoui ou Jérémie Rhorer. N’omettons pas les jeunes artistes à découvrir ou déjà confirmés tels la mezzo Nora Gubisch, le pianiste Thomas Adès… pour ne citer qu’eux. Tous à Saint-Denis !

"Requiem" de Mozart

Le Requiem de Mozart au Festival de Saint-Denis : le jugement et la grâce !
Kyrie en ré mineur K. 368a ;
Ave Verum Corpus K. 618 ;
Requiem K. 626.

Avec : Elin Rombo, soprano ; Stéphanie d’Oustrac, mezzo-soprano ; Werner Güra, ténor ; John Relyea, basse.
Chœur de Radio France : Matthias Brauer, directeur musical.
Orchestre National de France : Daniele Gatti, directeur musical.
Sir Colin Davis, direction.
Coproduction Radio France/Festival de Saint-Denis

A été donné, dans le cadre du Festival de Saint-Denis,
les jeudi 31 mai et samedi 2 juin 2012 à 20h30,
Basilique Cathédrale, Saint-Denis (93).
Rediffusion du "Requiem" sur Arte Live Web pendant tout l’été.

Festival de Saint-Denis, Seine-Saint-Denis.
Du 31 mai au 30 juin 2012.
Information/réservations : 01 48 13 06 07
>> festival-saint-denis.com
Programme complet :

Christine Ducq
Mercredi 6 Juin 2012

Nouveau commentaire :

Concerts | Lyrique




    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Au 41e Festival de la Vézère souffle l’esprit de la musique

Le festival de référence en Corrèze poursuit son aventure malgré la disparition de sa regrettée fondatrice. Il offrira cette saison encore de très beaux rendez-vous musicaux.

Festival de la Vézère 2020, concert de la famille Pidoux © 28mmphoto.
Pour sa 41e édition, le Festival de la Vézère fera vivre l'esprit des lieux puisque Diane du Saillant poursuit la belle mission que s'étaient fixés ses parents, Isabelle et Guy : donner la plus grande audience à la musique et à l'opéra en Corrèze en région Nouvelle-Aquitaine. Elle est donc à la tête depuis cette année du festival fondé en 1981 et entend même le développer. Dix-neuf événements forts rassemblant 150 artistes dans treize lieux remarquables sont offerts dès le début de juillet et ce, pour plus d'un mois.

Fidèle à son esprit alliant exigence et éloge de la beauté, invitant nouveaux venus et artistes fidèles, la manifestation entend rassembler un public très divers : jeunes, familles, mélomanes avertis et amateurs estivaux de sensations nouvelles. De nombreux lieux patrimoniaux se sont ajoutés au cours des quatre décennies mettant le public aux premières loges de l'excellence musicale. En cette année 2022 s'y ajoutent deux nouveaux : les Ardoisières de Travassac et les Jardins de Colette à Varetz. Ce dernier accueillera le 20 juillet Alex Vizorek et le Duo Jatekok, les talentueuses sœurs pianistes, pour un "Carnaval des animaux" de Saint-Saëns attendu.

Outre le désormais traditionnel week-end lyrique des 5, 6 et 7 août au Château du Saillant, rendu possible grâce à la formidable compagnie du pianiste Bryan Evans, Diva Opéra (avec "Tosca" et "Cosi fan tutte" cet été), voici une petite sélection d'évènements inratables chinés au cœur d'un riche programme.

Christine Ducq
25/06/2022
Spectacle à la Une

•Off 2022• "Fantasio" L'expression contemporaine d'un mal-être générationnel

"Buvons l'ami et songeons à ce mariage point désiré." Éternel sujet maintes fois traité par nos grands auteurs classiques, l'union "forcée" reste encore d'actualité et l'acte de résistance qu'opposent les femmes, quel que soit le pays, peut induire une forme de rébellion et une revendication d'indépendance, d'autonomie, de liberté qui traversent facilement le prisme de la modernité.

© Andreas Eggler.
Il y a des compagnies et des metteurs en scène que l'on a particulièrement plaisir à suivre, à retrouver. Qui nous offre des moments où l'on aime sans crainte laisser se glisser nos oreilles, nos yeux, notre attention dans le confort d'une nouvelle création dont on sait quasiment par avance qu'elle nous régalera, ravira tous nos sens. Un spectacle de la Cie de L'Éternel fait assurément partie de ces petits bonheurs qui sont résolument inscrits dans une pratique novatrice, fougueuse, audacieuse et talentueuse de l'art des saltimbanques… celui qui réjouissait les foules au temps des tréteaux, des "sauteurs de bancs"*.

Au cœur de la pièce de Musset se joue le mariage politique de la princesse Elsbeth, enjeu d'un pays/royaume, décevant, sans vigueur et sans perspective pour les jeunes générations, à la gouvernance désabusée. En contrepoint, Fantasio, jeune homme désespéré - fuyant la routine, l'ennui qui naît du quotidien, la lassitude du "rien faire" -, désargenté et à l'avenir incertain, se joue des conventions, peu respectueux de la gente bien-pensante. Endossant de manière inattendue la posture et le costume de bouffon, habité d'une folle énergie soudaine et d'excès de lucidité bénéfique, il bouleverse la donne, sème un joyeux et revigorant bordel, boosté par un esprit vif et pertinent, et fait imploser sans violence le mariage.

Gil Chauveau
23/06/2022
Spectacle à la Une

Les 67e Nuits de la Citadelle à Sisteron

À partir du 22 juillet, les Nuits de la Citadelle de Sisteron accueilleront de beaux spectacles consacrés à la musique, à la danse et au théâtre sous l’égide du nouveau directeur artistique du festival, Pierre-François Heuclin.

Carmina Latina © Cappella Mediterranea.
Après la disparition tragique d'Édith Robert, c'est donc à Pierre-François Heuclin de reprendre le flambeau des Nuits de la Citadelle de Sisteron, dans les Alpes-de-Haute-Provence. Le plus ancien festival (avec les Chorégies d'Orange) propose, pour sa 67e édition, un programme varié assuré par certains des meilleurs artistes français et européens.

Dès le 22 juillet, le chef Leonardo Garcia Alarcon à la tête de son orchestre, la Cappella Meditterranea, et du Chœur de chambre de Namur, offrira un concert consacré à des œuvres espagnoles et sud-américaines des XVIe et XVIIe siècles. Ce sera une soirée "Carmina Latina" emmené par la soprano Mariana Flores.

Au cloître Saint-Dominique, une superbe voix retentira encore le 27 juillet avec la venue du ténor britannique Freddie de Tommaso. Le premier prix du concours Plàcido Domingo donnera des airs de Verdi, de Puccini mais aussi des mélodies de Liszt, accompagné du pianiste Jonathan Papp.

Le Duo Jatekok pour "Un Carnaval de Animaux pas comme les autres" (le 7 août) et les sœurs Camille et Julie Berthollet (le 13 août) se produiront ensuite sur la scène du très beau théâtre de verdure pour les premières et celle du cloître Saint-Dominique pour les autres. Des rendez-vous musicaux qui ne manqueront donc pas de charme.

Christine Ducq
18/07/2022