La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2023

•In 2023• "Angela (a strange loop)" Un ovni, ça c'est sûr… mais génial ou… bof ? Telle est la question mon cher Watson

La référence à Shakespeare accouplé à Conan Doyle, ça, c'est du grand n'importe quoi à imputer au (dis)crédit de l'auteur de cet article. En effet, quel rapport ce renvoi peut-il bien entretenir avec ce que Susanne Kennedy et Markus Selg, les géniaux géniteurs avant-gardistes d'Angela, ont montré à Avignon ? Aucun, bien sûr ! Si ce n'est qu'après avoir assisté à ce gloubi-boulga (tiens, ce mot est fort daté…) de prétentions novatrices, on se sent tout permis… Pour un lecteur averti, cette accroche pourrait laisser penser que de sérieuses (!) réserves seraient à opposer au concert d'éloges s'élevant d'une certaine intelligentsia (oh la la, que n'ai-je dit là…), créant le buzz des soirées branchées de la Cité du Palais des Papes…



© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Immergé dans le décor naturel d'une pièce unique aux peintures criardes, où un matelas jeté contre une cloison accueille l'héroïne ayant pleine vue sur un écran suspendu, le spectateur va être absorbé par les méandres d'"une boucle étrange" mêlant jusqu'à plus soif réalité virtuelle et virtualité réelle, retour vers le futur et projection vers le passé, quand ce n'est pas le présent qui tonitrue de manière distordue (cf. plus loin). Ainsi, avalé littéralement par la débauche de vidéos futuristes projetées en boucle, et déstabilisé par l'éclatement des repères spatio-temporels de la dramaturgie – "Cette histoire s'est passée hier, mais je sais que c'est demain" – le spectateur serait sensé vivre une expérience sensorielle extraordinaire…

… expérience de si haute intensité qu'elle lui ouvrirait grand les portes d'un état quasi hypnotique lui permettant de percevoir ce qui se trame dans nos vraies vies. Attention danger ! Vous êtes sous la coupe des nouvelles technologies intrusives faisant confondre tous les plans, vous êtes sous influence, l'intelligence artificielle prend le contrôle de vos existences, semble-t-on lire entre les lignes… Quand on reprend nos esprits, sonné évidemment qu'on était par cette traversée fantastique du monde d'Angela, on est saisi d'effroi… Le scoop est révolutionnaire… jusque-là, on n'avait jamais pensé à ça…

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Cette jeune adulescente face à nous, les yeux rivés sur son portable, guettant les messages de ces followers, groupies inconditionnelles ("Je t'adore parce que tu es vraie") des vidéos qu'elle poste sur son site consacré à son étrange maladie, vit au travers d'une réalité recomposée qui lui échappe pour l'entrainer vers des paysages psychédéliques (très belles vidéos réalisées avec des logiciels "générateurs de fractales 3D" – lu dans le D.P.)… d'où elle reviendra pour retrouver sa mère, son petit ami et une amie, tous vivant dans un monde sans repères temporels. Ainsi la fille accouchera-t-elle d'un étrange fœtus retiré de sa bouche, cordon à l'appui pour donner naissance… à elle-même, ce bébé étant… celui de sa mère.

Sur l'écran de TV suspendu en hauteur, un chat speaker commentera les différents épisodes avec la hauteur de vue de celui qui connaît l'Histoire. N'est-il pas l'un des survivants de la planète lointaine où des bêtes savantes régnaient avant qu'une étoile n'implose, déversant un froid glacial anéantissant toute vie ? Un autre être énigmatique, celui-ci bien vivant sous sa tunique diaphane découvrant son anatomie, écho d'une figure mythologique et/ou de SF, crâne rasé, archet et violon en main, accompagnera silencieusement le drame en jeu.

Quant au quotidien de la pièce unique, se déroulant entre faux chat et statuettes de bouddhas, il bénéficiera lui aussi d'un traitement technologique particulier. En effet, les dialogues entre la mère, la fille et les deux personnages cités plus haut, nous parviendront enregistrés en studio afin que le playback rende compte de la distorsion entre le monde donné à voir et celui que l'on croit voir vivre en direct… même si l'indigence (assumée) des propos échangés pourrait laisser effectivement croire à des échanges "naturels".

Le réalisme des spasmes secouant l'héroïne dont les urines sont noires, du sang qu'elle crache, de l'accouchement sanguinolent – la vidéo préférée du chat de l'écran ! – mêlé aux traces mnésiques d'un monde blanc où la forêt brûlait et elle dans le soleil, constituent une seule et même entité… indémêlable comme le bébé qu'elle "tousse" (dixit le petit ami). Et le chat prophète d'un monde SF de commenter : "Et les éléments fondront dans la chaleur brûlante". Avec un dernier tableau, renversant encore les perspectives entre la réalité de ce qui s'est joué et le perçu que l'influenceuse youtubeuse a pu en avoir.

"Beau comme la rencontre fortuite sur une table de dissection d'une machine à coudre et d'un parapluie", écrivait, inspiré, Lautréamont dans "Les Chants de Maldoror" au XIXe siècle, repris en chœur au XXe par les surréalistes faisant de lui "le prince des poètes" en écho à son lyrisme noir et à sa liberté de (dé)composition. Cependant, au XXIe débutant, il ne suffit pas de convoquer l'appareillage des nouvelles technologies digitales dites intelligentes et autres logiciels de modélisation, pour prétendre proposer une forme surréaliste aux accents poétiques.

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Une forme nouvelle… "Il faut des formes nouvelles. Des formes nouvelles, voilà ce qu'il faut, et, s'il n'y en a pas, alors, tant qu'à faire, plutôt rien", ainsi parlait Konstantin Treplev, le jeune dramaturge au destin tragique imaginé par Anton Tchekhov. Ici, la forme nouvelle conçue par la (pro)metteuse en scène Susanne Kennedy et l'artiste multimédia Markus Selg, forme nouvelle susceptible de subvertir nos consciences assoupies afin de les éclairer par une expérience sensorielle hors du commun, ne semble hélas n'avoir été qu'un leurre laissant sur la touche celles et ceux (et ils sont nombreux parmi les festivaliers, mais, il est vrai, beaucoup moins audibles que les ténors qui s'expriment dans les colonnes spécialisées) qui ne vouent pas aux dieux numériques une adoration immodérée.

Et que l'on ne fasse pas de ce point de vue – pas plus "objectif" que les autres ne le sont… – un énième prétexte pour rallumer la querelle ancienne… des Anciens et des Modernes. Là n'est pas le sujet. Philippe Quesne, Geneviève Vienne, Angelica Liddell, Romeo Castellucci, et d'autres précurseurs chroniqués dans les colonnes de cette même revue savent à quel point on apprécie leur vision d'un art en perpétuel mouvement.

Vu le lundi 17 juillet 2023 au Gymnase du Lycée Aubanel à Avignon.

"Angela (a strange loop)"

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.
Allemagne/Création 2023. Spectacle en anglais surtitré en français.
Conception, texte et mise en scène : Susanne Kennedy.
Conception et scénographie : Markus Selg.
Avec : Tarren Johnson, Ixchel Mendoza Hernández, Dominic Santia, Kate Strong et Diamanda La Berge Dramm (musique en direct).
Voix : Ethan Braun, Tarren Johnson, Rita Kahn Chen, Susanne Kennedy, Diamanda La Berge Dramm, Ixchel Mendoza Hernández, Ruth Rosenfeld, Dominic Santia, Marie Schleef, Rubina Schuth, Cathal Sheerin, Kate Strong.
Dramaturgie : Helena Ecker.
Musique : Richard Alexander, Diamanda La Berge Dramm.
Lumière : Rainer Casper.
Son : Richard Alexander.
Vidéo : Rodrik Biersteker, Markus Selg.
Costumes : Andra Dumitrascu.
Assistantes artistiques aux costumes : Anna Jannicke, Anastasia Pilepchuk.
Direction technique : Sven Nichterlein.
Construction de décor : Stefan Pilger.
Collaboration artistique : Friederike Kötter.
Stagiaire mise en scène : Tobias Klett.
Durée : 1 h 45.

•Avignon In 2023•
Du 14 au 17 juillet 2023.
Représenté à 19 h chaque soir (+ à 23 h les 15 et 16 juillet).
Gymnase du Lycée Aubanel, Avignon.
Réservations : 04 90 14 14 14 tous les jours de 10 h à 19 h.
>> festival-avignon.com

Tournée
19 et 20 septembre 2023 : Romaeuropa Festival, Rome (Italie).
14 et 15 octobre 2023 : Národní Divadlo - Théâtre National, Prague (République Tchèque).
Du 8 au 17 novembre 2023 : Festival d'Automne, Paris (France).
9 et 10 décembre 2023 : Volksbühne am Rosa-Luxembourg-Platz, Berlin (Allemagne).
28 et 29 février et le 1er mars 2024 :Théâtre Vidy-Lausanne, Lausanne (Suisse).
8 et 9 mars 2024 : Teatros del Canal, Madrid (Espagne).
15 et 16 mars 2024 : Teatro Nacional São João, Porto (Portugal).
20 et 21 mars 2024 : Teatro Aveirense, Aveiro (Portugal).

© Christophe Raynaud de Lage.
© Christophe Raynaud de Lage.

Yves Kafka
Jeudi 20 Juillet 2023

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022 | Avignon 2023 | À l'affiche ter







À découvrir

"Notre vie dans l'art", 1923-2023, "le siècle, il a passé"… et rien de nouveau à l'est… Un flamboyant Tchekhov contemporain

"La vie, elle a passé, on a comme pas vécu…", ainsi parlait Firs, le vieux valet de chambre de "La Cerisaie" d'Anton Tchekhov, pièce écrite dans le domaine de son ami comédien et metteur en scène Constantin Stanislavski… C'est ce même Constantin Stanislavski, auteur en son temps d'une "Notre vie dans l'art", qui se retrouve au cœur de la pièce éponyme écrite et mise en scène par Richard Nelson, auteur, metteur en scène américain et tchékhovien dans l'âme. Et si l'argument – "Conversations entre acteurs du Théâtre d'Art de Moscou pendant leur tournée à Chicago, 1923" – n'a pas changé d'un iota, ses échos contemporains sont eux particulièrement troublants.

© Vahid Amampour.
Quand, dans le cadre du Festival d'Automne, le Théâtre du Soleil ouvre grand ses portes monumentales de la Cartoucherie à cette nouvelle version de "Notre vie dans l'art", on se dit que ce choix ne peut rien devoir à un quelconque hasard… Et quand on découvre que c'est à Ariane Mnouchkine que l'on doit la traduction de la pièce, et que ce sont ses propres comédiens formés selon les canons artistiques animant son travail que dirige ici Richard Nelson, on n'est nullement surpris de reconnaître là le mantra commun à leurs deux univers : faire du théâtre une caisse de résonances de l'histoire en cours.

Dominant le plateau, comme dans un amphithéâtre antique, des rangées de gradins se font face. Entre une troupe de comédiens en costume de ville. Ils s'affairent à remettre en place les chaises renversées sur la longue table rectangulaire occupant l'espace central, ainsi qu'on peut le faire lorsque l'on revient dans une maison après absence. Il y a là Kostia (Constantin Stanislavski, directeur et acteur du Théâtre de Moscou), Vania, Richard (ancien acteur du même théâtre, exilé lui aux États-Unis), Olga (veuve d'Anton Tchekhov), Vassia et Nina (couple en proie aux tourments de la jalousie amoureuse), Lev et Varia, Masha et Lida, et Petia (jeune acteur soupçonné d'accointances avec les dirigeants de l'Union Soviétique).

Yves Kafka
29/12/2023
Spectacle à la Une

"L'Effet Papillon" Se laisser emporter au fil d'un simple vol de papillon pour une fascinante expérience

Vous pensez que vos choix sont libres ? Que vos pensées sont bien gardées dans votre esprit ? Que vous êtes éventuellement imprévisibles ? Et si ce n'était pas le cas ? Et si tout partait de vous… Ouvrez bien grands les yeux et vivez pleinement l'expérience de l'Effet Papillon !

© Pics.
Vous avez certainement entendu parler de "l'effet papillon", expression inventée par le mathématicien-météorologue Edward Lorenz, inventeur de la théorie du chaos, à partir d'un phénomène découvert en 1961. Ce phénomène insinue qu'il suffit de modifier de façon infime un paramètre dans un modèle météo pour que celui-ci s'amplifie progressivement et provoque, à long terme, des changements colossaux.

Par extension, l'expression sous-entend que les moindres petits événements peuvent déterminer des phénomènes qui paraissent imprévisibles et incontrôlables ou qu'une infime modification des conditions initiales peut engendrer rapidement des effets importants. Ainsi, les battements d'ailes d'un papillon au Brésil peuvent engendrer une tornade au Mexique ou au Texas !

C'est à partir de cette théorie que le mentaliste Taha Mansour nous invite à nouveau, en cette rentrée, à effectuer un voyage hors du commun. Son spectacle a reçu un succès notoire au Sham's Théâtre lors du Festival d'Avignon cet été dernier.

Impossible que quiconque sorte "indemne" de cette phénoménale prestation, ni que nos certitudes sur "le monde comme il va", et surtout sur nous-mêmes, ne soient bousculées, chamboulées, contrariées.

"Le mystérieux est le plus beau sentiment que l'on peut ressentir", Albert Einstein. Et si le plus beau spectacle de mentalisme du moment, en cette rentrée parisienne, c'était celui-là ? Car Tahar Mansour y est fascinant à plusieurs niveaux, lui qui voulait devenir ingénieur, pour qui "Centrale" n'a aucun secret, mais qui, pourtant, a toujours eu une âme d'artiste bien ancrée au fond de lui. Le secret de ce spectacle exceptionnel et époustouflant serait-il là, niché au cœur du rationnel et de la poésie ?

Brigitte Corrigou
08/09/2023
Spectacle à la Une

"Deux mains, la liberté" Un huis clos intense qui nous plonge aux sources du mal

Le mal s'appelle Heinrich Himmler, chef des SS et de la Gestapo, organisateur des camps de concentration du Troisième Reich, très proche d'Hitler depuis le tout début de l'ascension de ce dernier, près de vingt ans avant la Deuxième Guerre mondiale. Himmler ressemble par son physique et sa pensée à un petit, banal, médiocre fonctionnaire.

© Christel Billault.
Ordonné, pratique, méthodique, il organise l'extermination des marginaux et des Juifs comme un gestionnaire. Point. Il aurait été, comme son sous-fifre Adolf Eichmann, le type même décrit par Hannah Arendt comme étant la "banalité du mal". Mais Himmler échappa à son procès en se donnant la mort. Parfois, rien n'est plus monstrueux que la banalité, l'ordre, la médiocrité.

Malgré la pâleur de leur personnalité, les noms de ces âmes de fonctionnaires sont gravés dans notre mémoire collective comme l'incarnation du Mal et de l'inimaginable, quand d'autres noms - dont les actes furent éblouissants d'humanité - restent dans l'ombre. Parmi eux, Oskar Schindler et sa liste ont été sauvés de l'oubli grâce au film de Steven Spielberg, mais également par la distinction qui lui a été faite d'être reconnu "Juste parmi les nations". D'autres n'ont eu aucune de ces deux chances. Ainsi, le héros de cette pièce, Félix Kersten, oublié.

Joseph Kessel lui consacra pourtant un livre, "Les Mains du miracle", et, aujourd'hui, Antoine Nouel, l'auteur de la pièce, l'incarne dans la pièce qu'il a également mise en scène. C'est un investissement total que ce comédien a mis dans ce projet pour sortir des nimbes le visage étonnant de ce personnage de l'Histoire qui, par son action, a fait libérer près de 100 000 victimes du régime nazi. Des chiffres qui font tourner la tête, mais il est le résultat d'une volonté patiente qui, durant des années, négocia la vie contre le don.

Bruno Fougniès
15/10/2023