La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

George Enescu Festival, le rendez-vous de la planète musicale

Pour sa 24e édition, titrée "The World in Harmony", le Festival George Enescu a encore une fois donné rendez-vous aux meilleurs artistes et orchestres de la planète.



Marc-André Hamelin, Auditorium Hall © Andrei Gindac.
Marc-André Hamelin, Auditorium Hall © Andrei Gindac.
Le Festival George Enescu invite tous les musiciens qui comptent - artistes et orchestres internationaux - tous les deux ans. Sa mission ? Faire connaître les œuvres du compositeur George Enescu (il fut longtemps appelé en France George Enesco, cette France où il a étudié, vécu et repose pour l'éternité). Autre mission d'importance : inviter les meilleures phalanges et musiciens du monde tout en donnant une grande visibilité aux compositeurs des XXe et XXIe siècles.

Du baroque au contemporain, le spectre des répertoires est large en termes de programmation des concerts. Notons aussi qu'un Forum international des Compositeurs est organisé pour la seconde fois depuis la création du festival (du 6 au 21 septembre) - un forum dirigé par Dan Dediu où se sont exprimés entre autres Eric Montalbetti, Krysztof Penderecki, Philippe Manoury ou encore Xiagang Ye (par ailleurs joués et dirigeant).

Durant vingt-trois jours dès la fin du mois d'août, quatre-vingt-quatre concerts (à raison de deux à cinq par jour), deux mille cinq cents musiciens étrangers, mille artistes roumains ont donné plus de trois cents œuvres de cent quarante neuf compositeurs à Bucarest et dans d'autres grandes villes de Roumanie (Bacau, Cluj, Sibiu…) sans oublier quelques capitales étrangères pour un festival hors les murs (Florence, Berlin, Toronto, Montréal, etc.). Tous portant haut le bonheur et le rayonnement de la musique.

Orchestre Philharmonique de Liège, Athenaeum © Christine Ducq.
Orchestre Philharmonique de Liège, Athenaeum © Christine Ducq.
Une belle et ambitieuse manifestation, dont Zubin Mehta est le président d'honneur et Vladimir Jurowski le directeur artistique, qui permet au mélomane de varier son point de vue et ses perspectives habituelles sur le monde musical. Outre les copieux concerts de plus de deux heures parfois dédiés à des formations de dimension variée ("Great Orchestras of the world", "Recitals and Chamber Music", "Music of the XXI Century"), de nombreux opéras en version non scénique ont été donnés en journée et dans le cadre des "Midnight Concerts".

L'occasion rêvée d'entendre (entre nombreux autres artistes) Diana Damrau, Xavier de Maistre, Joyce di Donato, Sir Bryn Terfel, Denis Matsuev, Torsten Kerl ou encore Kristine Opolais, Nelson Freire, David Grimal et Elisabeth Leonskaja ; certains accompagnés par les orchestres les plus prestigieux. Ouvert en fanfare avec le Berliner Philharmoniker dirigé par Kirill Petrenko, le festival ne s'est-il pas achevé avec le Royal Concertgebouw Orchestra dirigé le 21 septembre par Mariss Jansons et le 22 par Tugan Sokhiev ?

Entre-temps auront été admirés (entre autres) Le London Symphony Orchestra, l'Orchestre Philharmonique de Monte-Carlo, l'Orchestre national de France - sans oublier la découverte d'orchestres nationaux tels que le Romanian Youth Orchestra, le Sibiu Philharmonic Orchestra - ou le Radio Romania National Orchestra dirigé par l'excellent Paul Daniel dans "Peter Grimes" de Britten. Parmi les nombreux opéras programmés donc, la "Léonore" de Beethoven par le Freiburger Barockorchester sous la baguette de René Jacobs et "La Femme sans ombre" de R. Strauss par le Rundfunk-Sinfonieorchester Berlin (dirigé par Vladimir Jurowski).

Moments forts à retenir de l'avant-dernier week-end de la manifestation : la stratosphérique interprétation du Concerto pour piano opus 16 d'Edvard Grieg par le pianiste norvégien Leif Ove Andsnes dialoguant avec l'Oslo Philharmonic Orchestra mené par son directeur musical au bras d'acier Vasily Petrenko ; le prodigieux récital consacré à Enescu et Feinberg par le pianiste canadien Marc-André Hamelin mais aussi le programme de musique contemporaine offrant l'"Elegia minacciosa" du compositeur Dan Dediu et le Concerto pour piano, "Island Nation Free", du brillant Francesco Tristano par le Sibiu Philharmonic Orchestra séduisant de plasticité et d'engagement sous la baguette de Cristian Lupes à la radio nationale.

Sibiu Philharmonic Orchestra, Radio Hall © Andrada Pavel.
Sibiu Philharmonic Orchestra, Radio Hall © Andrada Pavel.
Autre moment phare du festival, la redécouverte du chef-d'œuvre opératique de George Enescu, "Œdipe", créé à l'Opéra de Paris en 1936, programmé le 21 septembre au Bucharest National Opera House avec les forces de la maison dirigées par Tiberiu Soare. Outre l'énorme offre officielle, de nombreux événements sont organisés dans le pays pour associer le plus large public possible, y compris les enfants.

Plus de trois cents concerts gratuits sont ainsi organisés. Il faut bien avouer que Bucarest séduit particulièrement dans cet intense bain musical avec ces concerts joués aux quatre coins de la ville - et avant tout dans des lieux remarquables tels que l'Athenaeum au charme Art Nouveau, le Palace Hall et son gigantisme (témoin de l'apogée de l'ère communiste) ou l'Auditorium à l'acoustique idéale du Musée des Beaux-Arts.

Le mélomane curieux ne peut de surcroît manquer la visite du beau Palais Cantacuzino au 141 Calea Victorici, devenu en 1956 le Musée national George Enescu. La veuve du propriétaire, la Princesse Maria (Maruca Cantacuzino), avait en effet épousé en seconde noce le compositeur roumain et ils logèrent entre 1945 et 1946 dans un ravissant pavillon situé dans le jardin du palais. Le Palais-Musée hébergeant depuis longtemps la Société des Compositeurs Roumains dont G. Enescu fut un membre fondateur et le premier président.

Sibiu Philharmonic Orchestra, Radio Hall © Andrada Pavel.
Sibiu Philharmonic Orchestra, Radio Hall © Andrada Pavel.
L'enfant prodige, le violoniste et pianiste virtuose, professeur de Yehudi Menuhin, n'était-il pas le plus grand représentant (et fondateur) de l'école roumaine ? C'est ce que démontrent brillamment les concerts du festival donnant à entendre toute l'œuvre du compositeur né à Liveni et enterré au Père Lachaise. Un festival qui compte parmi les premiers en Europe.

Du 31 août au 22 septembre 2019.
George Enescu Festival,
Bucarest, Roumanie.
Tél. : (+40) 21 - 317 80 81
>> festivalenescu.ro
Prochaine édition en 2021.

Christine Ducq
Lundi 23 Septembre 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

"Play/replay" The Rat Pack Compagnie fait son cirque… et son cinéma... Action !

Après le succès mondial de "Speakeasy", la compagnie circassienne The Rat Pack est de retour avec une création intitulée "Play/Replay". Explorant précédemment le genre "films de gangsters" au cœur d'un bar clandestin - que l'on appelait, au temps de la prohibition, un "speakeasy" -, nous les découvrons pour ce nouveau spectacle sur un plateau en plein tournage d'une scène caractéristique des "films d'action", le cambriolage d'un objet précieux. On retrouve donc avec plaisir ce qui fait aujourd'hui leur marque de fabrique… un cocktail explosif mêlant acrobatie, musique et cinéma… plus, cette fois-ci, l'humour décalé de Jos Houben !

© Zenzel.
Imaginez un joyau convoité, un œuf précieux - façon œuf de Fabergé - protégé par des faisceaux verts que l'on perçoit bien dans une nuit noire et volontairement enfumée. Quoi de mieux pour exercer ses talents d'acrobate que le franchissement subtilement chorégraphié de ceux-ci. Ainsi débute "Play/Replay" avec cette scène ô combien classique digne d'un "Mission Impossible", d'un Ocean's Twelve (référence directe à l'œuf) ou d'un James Bond... Et la magie opère. Les six artistes de The Rat Pack - usant souvent du jeu d'ombres chinoises et de ses effets de mystères en "noir et blanc" - déploient humour et créativité pour se jouer des codes de ce genre cinématographique et les détourner avec espièglerie et autodérision.

Au fil des séquences - certaines reproduisant des cascades ou des défis réputés impossibles, improbables ou nécessitants de judicieux trucages -, ils réalisent des numéros s'enchaînant avec fluidité, sans temps mort, où il est fait appel à la roue Cyr, aux nombreuses déclinaisons du main à main, aux multiples variations du corps à corps, aux périlleux exercices de voltige, etc. Ainsi, culbutes, chutes, bagarres, explosions, ralentis, flashbacks, courses-poursuites - tout autant haletantes que burlesques -, attitudes figées clownesques alimentent l'histoire qui nous est contée et les coulisses qui nous sont dévoilées.

Gil Chauveau
20/12/2022
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022