La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2022 "Bocas de oro" Une chorégraphie restée dans les limbes de sa création

L'artiste chilienne Marcela Santander Corvalán, associée à La Manufacture CDCN, est sans nul doute une chorégraphe authentique nourrissant ses ambitieux projets du regard avisé qu'elle porte sur notre monde présent, celui des ancêtres et celui d'après. Cependant, en assistant à sa dernière création, "Bocas de oro", un sentiment d'ennui profond peut nous gagner comme si on avait affaire au brouillon d'un brouillon, une forme informe où les généreuses intentions développées dans son discours hors plateau (cf. sa présentation) se trouvaient - à l'épreuve de la scène - réduites à peau de chagrin.



© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
En effet, une longue heure durant, les quatre danseurs s'ébattent autour de vêtements - sortes de secondes peaux - qu'ils remuent de concert face à un rocher gigantesque, lieu d'un rituel que l'on devine tout aussi mystérieux. Leurs gesticulations désordonnées et grimaçantes prétendant traduire de manière brute les tentatives réitérées à l'envi pour entrer en contact avec cet étranger à nous même, cet autre semblable sans qui l'espèce ne pourrait perdurer.

Aucun mouvement élaboré pour donner à voir, dans une progression chorégraphiée, les relations mises en miettes. En lieu et place, une juxtaposition de figures répétitives - séries de touchers pour appréhender l'existence de l'inconnu - partant en tous sens (et les privant au final de sens), comme si la création s'était délibérément fixée au stade d'une recherche tous azimuts, une recherche qui balbutierait.

Bien sûr, on n'est pas sans remarquer que leurs cheminements sur place interagissent avec les sons (peu audibles) diffusés en toile de fond leur servant de guide hypothétique. De même, on ne peut ignorer que les épisodes proches des transes ou encore la cérémonie du feu renvoient à la célébration de rites en lien avec la nature ancestrale. Mais il faudrait beaucoup d'imagination pour se laisser emporter vers des sphères éthérées tant ce qui nous est présenté est ancré au sol, rendant vain tout espoir de "décollage".

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Où trouve-t-on en effet traces du mantra annoncé dans le programme : "désirer pour résister" ? Où sent-on vibrer chez les artistes le désir de l'autre créant en miroir une émotion susceptible d'enclencher en nous l'urgence du contact constructeur de liens ? Aucun "antidote joyeux" à la morosité d'une époque marquée par le repli conservateur, mais une impression de lassitude irrépressible qui gagne inexorablement du terrain au fur et à mesure de la représentation.

Non, décidément, cette performance n'a éveillé en nous aucun sursaut salutaire, même pas celui de quitter la salle, espérant toujours un miracle chorégraphique qui ne vint pas.

Vu le jeudi 6 octobre 2022 à La Manufacture CDCN de Bordeaux, dans le cadre du FAB - Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.

"Bocas de Oro"

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
Danse - Chili, création 2022.
Chorégraphie : Marcela Santander Corvalán.
Créé en collaboration et interprété par : Bettina Blanc Penther, Erwan Ha Kyoon Larcher, Luara Learth Moreira, Marcela Santander Corvalán.
Collaboration artistique : Carolina Mendonça.
Composition musicale : Gérald Kurdian.
Création sonore : Vanessa Court.
Lumière et espace : Leticia Skrycky.
Costumes : Marine Peyraud.
Production : Fabrik Cassiopée.
Durée : 1 h 30.

Tournée
Du 8 au 12 novembre 2022 : Atelier 210, Bruxelles - Charleroi Danse (Begique).
Les 16 et 17 novembre 2022 : TU - Nantes (44).
11 mars 2023 : Théâtre de Vanves - Ardanthé, Vanves (92).
11 avril 2023 : Le Vivat, Armentières (59).
3 mai 2023 : La Scène nationale d'Orléans (45).

© Pierre Planchenault.
© Pierre Planchenault.
FAB - 7e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 16 octobre 2022.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 06 63 80 01 48.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mardi 11 Octobre 2022

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021 | Avignon 2022


Brèves & Com



Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






À découvrir

"Salle des Fêtes" Des territoires aux terroirs, Baptiste Amann arpente la nature humaine

Après le choc de sa trilogie "Des Territoires", dont les trois volets furent présentés en un seul bloc de sept heures à Avignon lors du Festival In de 2021, le metteur en scène se tourne vers un autre habitat. Abandonnant le pavillon de banlieue où vivait la fratrie de ses créations précédentes, il dirige sa recherche d'humanités dans une salle des fêtes, lieu protéiforme où se retrouvent les habitants d'un village. Toujours convaincu que seul ce qui fait communauté peut servir de viatique à la traversée de l'existence.

© Pierre Planchenault.
Si, dans "La vie mode d'emploi", Georges Perec avait imaginé l'existence des habitants d'un bâtiment haussmannien dont il aurait retiré la façade à un instant T, Baptiste Amann nous immerge dans la réalité auto-fictionnelle d'une communauté villageoise réunie à l'occasion de quatre événements rythmant les quatre saisons d'une année. Au fil de ces rendez-vous, ce sont les aspirations de chacun qui se confrontent à la réalité - la leur et celle des autres - révélant, au sens argentique d'une pellicule que l'on développe, des aspérités insoupçonnées.

Tout commence à l'automne avec l'exaltation d'un couple de jeunes femmes s'établissant à la campagne. Avec le montant de la vente de l'appartement parisien de l'une d'elles, écrivaine - appartement acquis grâce au roman relatant la maladie psychiatrique du frère qui les accompagne dans leur transhumance rurale -, elles viennent de s'installer dans une usine désaffectée flanquée de ses anciennes écluses toujours en service. Organisée par le jeune maire survient la réunion du conseil consultatif concernant la loi engagement et proximité, l'occasion de faire connaissance avec leur nouvelle communauté.

Yves Kafka
17/10/2022
Spectacle à la Une

Appel à candidatures pour la création d'un spectacle patrimonial de divertissement

La ville d'Orange a confié depuis le 1er avril 2022, la gestion et la valorisation du Théâtre antique, du Musée d'art et d'histoire et de l'Arc de triomphe, à la société Edeis pour une durée de 10 ans.

© Edéis Orange février 2023 - DR pour l'appel à projet.
Dans le cadre de sa délégation, Edéis l'allié des territoires, a pour ambition :
- De donner sa pleine envergure au Théâtre antique à la fois en tant que monument du Patrimoine mondial riche d'un attrait historique et scientifique majeur mais aussi en sa qualité de porte-étendard de tout un territoire et de son art de vivre ;
- De proposer des approches novatrices et expérimentales afin d'améliorer significativement l'expérience visiteur ;
- D'agir en pleine cohérence et en parfaite synergie avec la politique culturelle de la ville.

Le projet décennal est de faire d'Orange, la scène de l'innovation sonore.
Une place forte et incontournable de la culture et de l'innovation.

1. Reprise des éléments du contrat de Délégation de service public entre la ville d'Orange et la société Edéis :
Article 2 – Définition des missions confiées au délégataire.
"Le délégataire sera notamment chargé des activités suivantes :
La création de contenus culturels, d'animations, d'évènements et de spectacles adaptés et cohérents avec la politique culturelle, patrimoniale et touristique de la ville et en lien avec les propositions des services concernés (Culture, Musée, Office de tourisme) ainsi que le développement significatif des flux de visiteurs. De manière générale, il s'agit de faire évoluer le Théâtre antique vers un statut de lieu de vie aux animations multifacettes (diurne et nocturne, saison, hors-saison, ailes de saison…) ouvert à différents types de publics cibles.

Gil Chauveau
02/02/2023
Spectacle à la Une

Dans "Nos jardins Histoire(s) de France #2", la parole elle aussi pousse, bourgeonne et donne des fruits

"Nos Jardins", ce sont les jardins ouvriers, ces petits lopins de terre que certaines communes ont commencé à mettre à disposition des administrés à la fin du XIXe siècle. Le but était de fournir ainsi aux concitoyens les plus pauvres un petit bout de terre où cultiver légumes, tubercules et fruits de manière à soulager les finances de ces ménages, mais aussi de profiter des joies de la nature. "Nos Jardins", ce sont également les jardins d'agrément que les nobles, les rois puis les bourgeois firent construire autour de leurs châteaux par des jardiniers dont certains, comme André Le Nôtre, devinrent extrêmement réputés. Ce spectacle englobe ces deux visions de la terre pour développer un débat militant, social et historique.

Photo de répétition © Cie du Double.
L'argument de la pièce raconte la prochaine destruction d'un jardin ouvrier pour implanter à sa place un centre commercial. On est ici en prise directe avec l'actualité. Il y a un an, la destruction d'une partie des jardins ouvriers d'Aubervilliers pour construire des infrastructures accueillant les JO 2024 avait soulevé la colère d'une partie des habitants et l'action de défenseurs des jardins. Le jugement de relaxe de ces derniers ne date que de quelques semaines. Un sujet brûlant donc, à l'heure où chaque mètre carré de béton à la surface du globe le prive d'une goutte de vie.

Trois personnages sont impliqués dans cette tragédie sociale : deux lycéennes et un lycéen. Les deux premières forment le noyau dur de cette résistance à la destruction, le dernier est tout dévoué au modernisme, féru de mode et sans doute de fast-food, il se moque bien des légumes qui poussent sans aucune beauté à ses yeux. L'auteur Amine Adjina met ainsi en place les germes d'un débat qui va opposer les deux camps.

Bruno Fougniès
23/12/2022