La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 La fabuleuse ouverture du Festival des Arts de Bordeaux : arrêt sur images venues d'ailleurs…

… un ailleurs résolument fléché cette année vers Le Liban, pays dévasté par une crise économique et humanitaire générée par une corruption politique débouchant sur la répression sanglante des mouvements populaires de 2019 ; les explosions du 4 août 2020 éventrant Beyrouth faisant quant à elles figures de coup de grâce.



"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
Dans cet univers chaotique, un collectif d'artistes réunis dans un lieu mythique dédié aux arts - Hammana Artist House, non loin de la capitale libanaise - donnent à voir et à entendre leur pays au travers de leur vitalité créatrice, redonnant ainsi aux "arts vivants" le sens dont ils sont étymologiquement porteurs. Plusieurs d'entre eux sont les invités d'honneur de cette sixième édition, alliant scènes internationales et régionales, inaugurée sous leur égide.

Le vernissage de "Stillness in the fall", exposition photos et vidéos regroupant les regards singuliers de ces artistes utilisant chacun leur propre focale pour traduire un vécu suggestif, est à prendre comme le ressaisissement juste avant la chute. On sort littéralement bouleversé par ces témoignages à fleur de peau sous lesquels on sent battre le pouls d'un pays en situation de "sur-vie". Ce travail in situ, consistant à collecter des clichés personnels sur une réalité intime ensuite partageable, a le grand mérite d'écarter tout lieu commun émergeant de métadonnées écrasant la réalité de terrain. C'est bel et bien des cris à la tessiture palpable qui parviennent jusqu'à nous, trouant nos représentations et nous extirpant du protocole compassionnel d'usage. Une expérience sensible à haute valeur intelligible ajoutée.

"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
Beaucoup plus festif mais non moins fort, "Love and Revenge" au titre prometteur égaye la seconde partie de soirée consacrée à un concert électro explosif "animant" vidéos projetées sur grand écran. Revisitant les moments glorieux du cinéma arabe arrachés au temps, la filmographie "au grain argentique" est à prendre comme autant de clins d'œil délicieux à une époque où le glamour tentait de faire oublier les vicissitudes du quotidien. Ainsi le rythme effréné de péloches d'anthologie, soutenu par le remixage sur le vif de standards populaires "dés-oriente" l'assistance gagnée par les pulsations festives des musiques du monde arabe.

Cette ouverture sera prolongée par d'autres formes qui - au-delà de la lisibilité ô combien nécessaire à donner à la scène artistique libanaise minée par les crises à répétition - participe à la création d'une communauté d'attentes. En effet, si l'art survivant aux frontières et aux diktats oppressifs ne peut pas tout, il constitue une force de résistance à cultiver.

Ainsi le trompettiste Ibrahim Maalouf viendra interpréter ses mélodies enivrantes, tandis que la danseuse chorégraphe Khouloud Yassine présentera deux de ses créations chevillées au corps, "Dance me" et "Heroes". Quant à l'architecte et plasticien Charbel Samuel Aoun, associé au collectif bordelais Cancan, il transfigurera sur toute la durée du festival les rives du fleuve Garonne. Ce riche focus consacré au Liban, terre de cultures menacées de déshérence, n'étant qu'une des pièces majeures de la trentaine de spectacles internationaux et régionaux proposés durant les trois semaines de cette manifestation artistique hybride. À suivre…

"Stillness in the fall"

"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
Collectif de photographes et vidéastes.
Tarek Haddad ("Still Life"), Rima Maroun ("Dans le silence de Beyrouth"), Walid Nehme ("Désincarnation"), Leva Saudargaité Douaihi ("Les dernières graines"), Roger Mokbel ("De rouge et de noir"), Laura Menassa ("En quête d'identité"), Elsie Haddad ("Perturbation"), Betty Ketchedjian ("Hors de contrôle"), Paul Gorra ("Regard sur la ville, après l'explosion"), Manu Ferneini ("Le Naufrage"), Omar Gabriel ("Quatre murs"), Myriam Boulos ("C'est ma maison")

Du 1er au 23 octobre 2021.
La Fabrique Pola à Bordeaux (33), 05 56 40 62 85.
Le vernissage a eu lieu le vendredi 1er octobre.

"Love and Revenge"

"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
Concert électro hybride.
Conception : Randa Mirza (La Mirza) et Wael Koudaih (Rayess Bek).
Composition musicale : Wael Koudaih (Rayess Bek).
Machines : Mehdi Haddab, oud électrique, et Julien Perraudeau, claviers.
Composition vidéo : Randa Mirza (La Mirza).
Ingénieur du son : Ludovic Joyeux.
Lumières : Rima Ben Brahim.

Vu le vendredi 1er octobre 2021 à La Fabrique Pola, Bordeaux.

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mercredi 6 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021