La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 La fabuleuse ouverture du Festival des Arts de Bordeaux : arrêt sur images venues d'ailleurs…

… un ailleurs résolument fléché cette année vers Le Liban, pays dévasté par une crise économique et humanitaire générée par une corruption politique débouchant sur la répression sanglante des mouvements populaires de 2019 ; les explosions du 4 août 2020 éventrant Beyrouth faisant quant à elles figures de coup de grâce.



"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
Dans cet univers chaotique, un collectif d'artistes réunis dans un lieu mythique dédié aux arts - Hammana Artist House, non loin de la capitale libanaise - donnent à voir et à entendre leur pays au travers de leur vitalité créatrice, redonnant ainsi aux "arts vivants" le sens dont ils sont étymologiquement porteurs. Plusieurs d'entre eux sont les invités d'honneur de cette sixième édition, alliant scènes internationales et régionales, inaugurée sous leur égide.

Le vernissage de "Stillness in the fall", exposition photos et vidéos regroupant les regards singuliers de ces artistes utilisant chacun leur propre focale pour traduire un vécu suggestif, est à prendre comme le ressaisissement juste avant la chute. On sort littéralement bouleversé par ces témoignages à fleur de peau sous lesquels on sent battre le pouls d'un pays en situation de "sur-vie". Ce travail in situ, consistant à collecter des clichés personnels sur une réalité intime ensuite partageable, a le grand mérite d'écarter tout lieu commun émergeant de métadonnées écrasant la réalité de terrain. C'est bel et bien des cris à la tessiture palpable qui parviennent jusqu'à nous, trouant nos représentations et nous extirpant du protocole compassionnel d'usage. Une expérience sensible à haute valeur intelligible ajoutée.

"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
Beaucoup plus festif mais non moins fort, "Love and Revenge" au titre prometteur égaye la seconde partie de soirée consacrée à un concert électro explosif "animant" vidéos projetées sur grand écran. Revisitant les moments glorieux du cinéma arabe arrachés au temps, la filmographie "au grain argentique" est à prendre comme autant de clins d'œil délicieux à une époque où le glamour tentait de faire oublier les vicissitudes du quotidien. Ainsi le rythme effréné de péloches d'anthologie, soutenu par le remixage sur le vif de standards populaires "dés-oriente" l'assistance gagnée par les pulsations festives des musiques du monde arabe.

Cette ouverture sera prolongée par d'autres formes qui - au-delà de la lisibilité ô combien nécessaire à donner à la scène artistique libanaise minée par les crises à répétition - participe à la création d'une communauté d'attentes. En effet, si l'art survivant aux frontières et aux diktats oppressifs ne peut pas tout, il constitue une force de résistance à cultiver.

Ainsi le trompettiste Ibrahim Maalouf viendra interpréter ses mélodies enivrantes, tandis que la danseuse chorégraphe Khouloud Yassine présentera deux de ses créations chevillées au corps, "Dance me" et "Heroes". Quant à l'architecte et plasticien Charbel Samuel Aoun, associé au collectif bordelais Cancan, il transfigurera sur toute la durée du festival les rives du fleuve Garonne. Ce riche focus consacré au Liban, terre de cultures menacées de déshérence, n'étant qu'une des pièces majeures de la trentaine de spectacles internationaux et régionaux proposés durant les trois semaines de cette manifestation artistique hybride. À suivre…

"Stillness in the fall"

"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
"Stillness in the fall" © Pierre Planchenault.
Collectif de photographes et vidéastes.
Tarek Haddad ("Still Life"), Rima Maroun ("Dans le silence de Beyrouth"), Walid Nehme ("Désincarnation"), Leva Saudargaité Douaihi ("Les dernières graines"), Roger Mokbel ("De rouge et de noir"), Laura Menassa ("En quête d'identité"), Elsie Haddad ("Perturbation"), Betty Ketchedjian ("Hors de contrôle"), Paul Gorra ("Regard sur la ville, après l'explosion"), Manu Ferneini ("Le Naufrage"), Omar Gabriel ("Quatre murs"), Myriam Boulos ("C'est ma maison")

Du 1er au 23 octobre 2021.
La Fabrique Pola à Bordeaux (33), 05 56 40 62 85.
Le vernissage a eu lieu le vendredi 1er octobre.

"Love and Revenge"

"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
"Love and Revenge" © Pierre Planchenault.
Concert électro hybride.
Conception : Randa Mirza (La Mirza) et Wael Koudaih (Rayess Bek).
Composition musicale : Wael Koudaih (Rayess Bek).
Machines : Mehdi Haddab, oud électrique, et Julien Perraudeau, claviers.
Composition vidéo : Randa Mirza (La Mirza).
Ingénieur du son : Ludovic Joyeux.
Lumières : Rima Ben Brahim.

Vu le vendredi 1er octobre 2021 à La Fabrique Pola, Bordeaux.

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Mercredi 6 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Vidéos les plus récentes



À découvrir

"Les femmes de la maison" L'épopée des luttes féminines sous le prisme d'une maison très spéciale

Voici la dernière pièce de Pauline Sales (écriture et mise en scène) qui a été présentée au Théâtre Paul Scarron du Mans devant un public professionnel restreint. Un privilège que d'assister à cette histoire que l'on sent chevillée au corps de sa créatrice. Il y est question de femmes artistes. Question également des femmes non artistes. Question de la liberté que les femmes ont peu à peu conquis depuis bientôt un siècle. Arrachant bribe après bribe le droit d'agir, de s'exprimer, le droit sur leur corps, leur sexualité, leurs choix. Et trouver enfin la puissance pour se détacher du diktat masculin si bien bétonné.

© Jean-Louis Fernandez.
L'histoire des "femmes de la maison" commence dans les années cinquante et se termine de nos jours. Elle va mettre en jeu une dizaine de personnages féminins sur trois périodes symboliques : les années cinquante, les années soixante-dix et 2022. Pour cela, Pauline Sales invente une maison qui sera le moyen de traverser le temps et l'espace. Cette maison est celle de Joris, un amoureux, par ailleurs cinéaste militant contre les méfaits des guerres. Il achète cette maison par amour pour une photographe, l'amour s'en va, il ne sait qu'en faire, alors il la prête à des artistes. Le hasard veut au départ que ce ne soit que des femmes - peintres, poètes, sculptrices… et cela se transforme en règle : seules des femmes artistes pourront venir un temps pour créer ici.

Première période, maison fermée entourée de bois. C'est l'après-guerre et l'artiste que Joris installe dans la maison dessine. Dessine en mode combat contre elle-même. Contre la pensée que chez elle, son mari, sa fille sont là comme une destinée de femme au foyer qu'elle refuse. Combat contre le mal que cela peut faire.

Bruno Fougniès
25/08/2021
Spectacle à la Une

"Marilyn Inside" Dévoiler Marilyn pour tenter de retrouver l'intimité secrète de Norma Jean

Qui était-elle, réellement ? Être dual, aux structures intimes complexes, celles d'une âme en quête de sérénité, de sincérité. D'un côté Marilyn, sex-symbol fabriqué par le cinéma hollywoodien des années cinquante, ou Norma Jeane, femme-enfant à la vie chaotique, ballotée entre une mère atteinte de troubles psychologiques graves et les placements dans de multiples familles d'accueil. Confrontation ou rencontre imaginaire entre ces deux fantômes, souvenirs de ces deux réalités successives, tentative de traversée du miroir, c'est ce que nous propose l'étonnant et réussi "Marylin Inside".

© Clarisse Bianco.
Incarnation féminine idéalisée jusqu'à en devenir une icône planétaire, tempête sensuelle à la robe blanche virevoltante, blonde écervelée à la jeunesse intemporelle… Elle fut tout cela tout en restant une femme mystérieuse, secrète que seules la captation de regards fugaces, la perception de fragiles coups d'œil éphémères laissaient deviner. Actrice quasi vénérée malgré ses extravagances conjugales, ses dépressions et, parfois, ses excès de consommation d'alcool et/ou de médicaments, elle était à la fois saisissante et insaisissable.

L'auteure, Céline Barcaroli, nous propose une traversée intérieure dans la dualité d'une femme publique où se confronte et se rencontre les deux faces de celle qui bouleversa à jamais la représentation cinématographique féminine - registre "blonde incendiaire" - tout en exposant involontairement, puis volontairement, ce que peuvent être les fragilités et les failles d'un être sublimé. Son propos, fondé sur du réel, nous emporte dans le fictionnel pour effleurer, parfois approcher, ce qu'ont pu être les mystères, les fêlures indicibles, les tourments naissant d'une continuelle et insatiable quête d'amour.

Gil Chauveau
01/10/2021
Spectacle à la Une

"L'âne et la carotte"… Siège de chaises !

Dans un spectacle qui mêle l'humour à la réflexion, Lucho Smit se livre à une série de numéros circassiens où, autour d'un récit, l'artiste raconte ses doutes, sa vision du monde et celle du cirque.

© František Ortmann - Letní Letná.
L'un des nombreux attraits du nouveau cirque, nommé aussi cirque contemporain, est sa capacité à surprendre et à faire découvrir aux spectateurs des arts de la scène aussi différents que du théâtre, de la chanson et/ou de la musique en plus des acrobaties. Le décor est aussi très important. Dans "L'âne & la carotte", le plateau découvre une colonne de chaises, ce dernier élément étant la matrice même de la scénographie. Ionesco aurait pu se retrouver dans celle-ci où leur amoncellement tient lieu d'œuvres de construction.

Lucho Smit tient l'équilibre pour un art, mais aussi pour une compagne du déséquilibre, les deux sont sœurs d'armes à chaque instant dans sa création. Cela démarre en trombe dans une course sur des chaises où celles-ci s'écroulent bien que l'artiste finisse assis sur la dernière de la rangée. Ce pourrait être le résumé de la représentation. Tout est en équilibre au travers des déséquilibres et s'il ne devait en restait qu'un, ce serait une et elle aurait quatre pieds et un dossier.

La voix off de Lucho Smit accompagne le spectacle pour raconter ses états d'âme, sa vision du monde et du cirque. On peut aimer cette narration comme en être agacé. J'ai eu les deux sentiments, agacé au début puis intéressé par le récit à la fin avec quelques longueurs toutefois. Les choses sont dites avec humour, même si ce n'est pas là où il excelle le plus, l'acrobatie du trait d'esprit n'étant pas celui du corps.

Safidin Alouache
05/10/2021