La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

FAB 2021 "Dimanche" et "Auréliens", des nouvelles de notre planète comme elle va… ou ne va pas ! Pour en parler, deux histoires : une belge et une suisse

D'un côté un (vrai) travail théâtral stimulant, de l'autre une fausse (vraie) conférence à effets narcotiques… En effet, la question posée - comment porter sur un plateau de théâtre, lieu dédié à la fiction, les réelles interrogations liées au réchauffement climatique et autres menaces "pesant comme un couvercle" sur l'avenir de notre planète ? - trouve là deux réponses à l'écriture et au retentissement diamétralement opposés.



"Dimanche" © Virginie Meigne.
"Dimanche" © Virginie Meigne.
Si les compagnies belges Focus et Chaliwaté, alliées autour d'une écriture collective convoquant avec bonheur théâtre d'objets, séquences vidéo projetées en direct et théâtre gestuel fourmillant d'inventivité décalée, nous ont littéralement transportés dans une fable onirique aux effets secondaires percutants, la Cie 2b de François Grémaud (le même qui nous avait séduits avec son "Phèdre !") nous a, quant à elle, plombés au sol dans un premier degré interdisant tout espoir de décollage…

"Dimanche" se présente comme une sorte d'ovni échappant à tous les genres tant il se plaît à puiser ses ressources dans le meilleur de chacun. Jouant sur les différences de tailles propres au théâtre d'objets (voiture miniature tous phares allumés gravissant le bras recouvert de sapins nains d'un scientifique venu étudier la banquise, modèle réduit de camion TV filmant l'expédition, ou canoë grandeur nature naviguant sur le plateau victime de la montée des eaux), mixant séquences jouées et vidéos (faux glacier se fissurant sous leurs vrais pieds), ou encore animant des marionnettes géantes (celle de la grand-mère juchée sur sa chaise monte-escaliers ou celle d'une maman ourse grognant à la mort en voyant sa progéniture partir à la dérive)… l'illusion théâtrale bat son plein pour délivrer un récit truffé de trouvailles.

"Dimanche" © Virginie Meigne.
"Dimanche" © Virginie Meigne.
Ce récit désopilant "mis en images" narre les mésaventures ubuesques d'une famille ordinaire dont le repas dominical se trouve immanquablement perturbé par des turbulences météorologiques hors normes, s'invitant "naturellement" entre la dinde et le dessert… Des bourrasques s'engouffrent pour plaquer à l'horizontal les habitants en lévitation, les pieds de la table se déforment sous l'effet des températures torrides, les volatiles sont délogés de leur réserve naturelle et viennent s'échouer le bec ouvert entre les couverts, la montée des eaux fait flotter les objets du quotidien et noie les demeures squattées par de charmantes mains-pieuvres… sans que pour autant les habitants ne s'en émeuvent le moins du monde.

Et c'est à cet endroit même, celui de la poésie débridée, que se love "l'extra-ordinaire" force suggestive de cette forme singulière où toute parole est bannie. Comme dans les pellicules muettes de Charlie Chaplin ("Les Temps Modernes"), ou encore celles de l'homme qui ne riait jamais alias Buster Keaton - films dans lesquels la mécanique du burlesque porté à son incandescence tient lieu de discours -, l'absence de paroles atteint le summum de l'éloquence. En effet, si l'on rit de bon cœur des effets des dérèglements climatiques poussés jusqu'à la farce, il n'en reste pas moins que leur effet de vérité est saisissant.

Après la lutte onirique menée par l'inénarrable Charlot afin de survivre "coûte que coûte" au monde industrialisé des "Temps Modernes", les tribulations de ces rescapés des temps contemporains confrontés au désastre climatique annoncé font figure de lanceurs d'alertes…

"Auréliens" © Mathilda Olmi.
"Auréliens" © Mathilda Olmi.
Rien de semblable dans "Auréliens"… Là, on déserte la rive du ludique décomplexé et (im)pertinent pour aborder celle, c'est du sérieux, du compact, du solide… même si le ton un tantinet enjoué et décalé du comédien s'évertue à vouloir introduire un zeste de distance ironique dans la longue litanie énoncée des catastrophes planétaires à venir.

Partant d'une vraie communication autour de l'urgence écologique - conférence prononcée en 2019 par l'astrophysicien Aurélien Barrau - l'acteur Aurélien Patouillard (d'où le "s" des Auréliens du titre) délivre une vraie-fausse conférence reprenant à s'y méprendre les termes de l'originale fort savamment documentée.

Indépendamment de l'intérêt que pourraient revêtir les chiffres cités (intérêt tout relatif : leur profusion en affaiblit beaucoup l'impact), des constats tous azimuts délivrés et des conclusions "écolo-politique" à déduire urgemment sur les responsabilités qui échoient à chacun, là où le bât blesse, c'est que nous sommes présumés être venus au théâtre pour découvrir un "spectacle vivant". Le contrat implicite passé entre "le théâtre et son spectateur" supposerait, en effet, de produire une mise en jeu… des enjeux planétaires, si réels soient-ils, afin que le spectateur puisse s'en emparer de là où il est ce soir : à savoir, une salle de spectacle et non de conférence.

"Auréliens" © Mathilda Olmi.
"Auréliens" © Mathilda Olmi.
Mais que nenni… En la circonstance, la mise en jeu comme la scénographie est réduite à peau de chagrin, aucun effort pour "mettre en lumière" et/ou "dramatiser" le propos qui, s'il l'est au sens commun de "tragique" (et là on concèdera que la barque est particulièrement chargée…), ne l'est aucunement au sens théâtral du terme.

Que l'on en juge… Aucune transposition du texte d'origine mais un semblant de copié-collé, aucune échappée vers l'imaginaire (et ce n'est pas la "pause poétique" (sic) d'un extrait fort opaque de "L'Ombilic des Limbes" d'Antonin Artaud qui va changer la donne, pas plus que l'utilisation d'une citation approximative d'Héraclite clôturant la communication), aucune créativité pour inventer des éléments de mise en jeu (mis à part l'indigent chariot de supermarché choisi pour ironiser sur le désir de décapotable et le dérisoire magazine voulant figurer le podium de la course à l'échalote des nations engagées dans la production exponentielle des gaz à effet de serre)…

Alors, en écho au vrai-faux conférencier déclamant : "la conclusion est sans appel, la vie est en chute libre dans à peu près tous les secteurs", on serait tenté de convoquer Magritte pour lui rétorquer : "la conclusion est sans appel, ceci n'est pas du théâtre", mais une représentation de conférence sans grand relief. Si l'habit ne fait pas le moine, la tenue de sportif du dimanche, revêtue par le faux conférencier affublé d'un short, d'un sweat et chaussé de tennis, ne fait pas non plus l'acteur.

On l'aura sans nul doute compris, des deux histoires (la belge et la suisse) de dérèglement climatique, on retiendra la première, celle sans parole, beaucoup plus "parlante" que la seconde, inutilement bavarde. Oui, l'histoire belge, une fois.

"Dimanche"

"Dimanche" © Virginie Meigne.
"Dimanche" © Virginie Meigne.
Écriture et mise en scène : Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Heyraud.
Avec : Julie Tenret, Sicaire Durieux, Sandrine Heyraud ou, en alternance, Muriel Legrand, Thomas Dechaufour, Shantala Pèpe ou Christine Heyraud.
Regard extérieur, Alana Osbourne.
Marionnettes : Joachim Jannin (WAW Studio!) et Jean-Raymond Brassinne.
Collaboration marionnettes : Emmanuel Chessa, Aurélie Deloche, Gaëlle Marras.
Scénographie : Zoé Tenret.
Construction décor : Zoé Tenret, Bruno Mortaignie (LS Diffusion), Sébastien Boucherit, Sébastien Munck.
Création lumière : Guillaume Toussaint Fromentin.
Création sonore : Brice Cannavo.
Réalisation vidéo et direction photographique : Tristan Galand.
Assistant caméra : Alexandre Cabanne.
Chef machiniste : Hatuey Suarez.
Prise de vue sous-marine : Alexandra Brixy.
Prise de vue vidéo : JT Tom Gineyts.
Post-production vidéos : Paul Jadoul.

"Dimanche" © Virginie Meigne.
"Dimanche" © Virginie Meigne.
Sons vidéos : Jeff Levillain (Studio Chocolat-noisette) et Roland Voglaire (Boxon Studio).
Aide costumes : Fanny Boizard.
Régisseur général : Léonard Clarys.
Régisseurs : Léonard Clarys avec Isabelle Derr ou Hugues Girard ou Guillaume Toussaint Fromentin.
Un spectacle des compagnies Focus et Cie Chaliwaté, Belgique.
Durée : 1 h 20.

Vu le dimanche 3 octobre 2021 à 18 h aux Colonnes de Blanquefort (33), dans le cadre du festival FAB 2021.
Autres représentations données : samedi 2 à 19 h et lundi 4 octobre à 14 h.

Tournée
Du 12 au 30 octobre 2021 : Théâtre des Tanneurs, Bruxelles (Belgique).
9 novembre 2021 : Théâtres en Dracénie, Draguignan (83).
12 et 13 novembre 2021 : Le Théâtre de Fos, Fos-sur-Mer (13).
Du 16 au 28 novembre 2021 : Théâtre Monfort, Paris (75).
2 et 3 décembre 2021 : Ma Scène nationale, Montbéliard (25).
7 et 8 décembre 2021 : Les Scènes du Jura - Scène nationale, Lons-le-Saulnier (39).
11 et 12 décembre 2021 : Équilibre : Nuithonoe, Villars-sur-Glâne (Suisse).
Du 16 au 18 décembre 2021 : Le Quartz, Scène nationale, Brest (29).

"Auréliens"

"Auréliens" © Mathilda Olmi.
"Auréliens" © Mathilda Olmi.
Création 2020.
Conception et mise en scène : François Grémaud.
Texte conférence : Aurélien Barrau.
Adaptation : François Grémaud.
Avec : Aurélien Patouillard.
2b company, Suisse.
Durée : 1 h.

Vu le mercredi 6 octobre à 20 h 30 au Cube de Villenave-d'Ornon (33), dans le cadre du festival FAB 2021.
Autres représentations données : mardi 5 octobre à 20 h 30.

FAB – 6e Festival International des Arts de Bordeaux Métropole.
Du 1er au 23 octobre 2021.
9 rue des Capérans, Bordeaux (33).
Billetterie : 09 82 31 71 30.
contact@festivalbordeaux.com

>> fab.festivalbordeaux.com

Yves Kafka
Dimanche 17 Octobre 2021

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives | Avignon 2021




    Aucun événement à cette date.
Partenariat



À découvrir

Succès mérité pour CIRCa, le cirque dans tous ses états !

Premier week-end à chapiteaux pleins à Auch sous le soleil occitan pour la 34e édition du festival du cirque actuel. Dans une ambiance éminemment festive, le public avait investi les différents espaces du festival, tant le Dôme de Gascogne et la salle Bernard Turin que les toiles édifiées à proximité ou sur d'autres lieux de la commune gersoise, pour découvrir des propositions artistiques riches et variées, d'une grande diversité de formes et de styles.

On pouvait ainsi apprécier, lors de ces deux premières journées, l'espiègle énergie et la bonne humeur des jeunes acrobates australiens de la Cie Gravity and Others Myths, "PANDAX", le cirque narratif de Cirque La Compagnie, la Cie H.M.G. avec son onirique et carrément magique "080" ou encore "Les hauts plateaux", la création 2019 de Mathurin Bolze/Cie MPTA (Compagnie les Mains les Pieds et la Tête Aussi).

Proposition forte au programme de ce week-end introductif, "Les hauts plateaux" offraient une scénographie originale, mystérieuse et très technique faite de trampolines, de plateaux volants et d'agrès en suspension. Dans une vision aux couleurs d'apocalypse, sur fonds de ruines passées, présentes ou imaginaires, ces hauts plateaux se dessinent comme autant d'îles défiant les lois de la gravité… où des êtres, silhouettes parfois irréelles, artistes de l'aérien, de la légèreté, embrassent d'éphémères, mais sans cesse renouvelés, moments acrobatiques, entre deux équilibres, portés, guidés par les rebonds d'efficaces trampolines.

Gil Chauveau
26/10/2021
Spectacle à la Une

Un large déploiement de créations pour la 29e édition du Festival Marmaille

Pour la vingt-neuvième fois, l'association Lillico organise, dans Rennes, la métropole rennaise et l'Ille-et-Vilaine, le Festival Marmaille, événement consacré à la jeunesse, à l'enfance et à la prime-enfance, mais aussi aux spectacles "tout public" qui se déroulent durant deux semaines. Un festival pluridisciplinaire puisqu'il accueille théâtre, danse, chant, films, etc., dans différents lieux partenaires. Cette diversité permet aux enfants comme aux adultes de tous y trouver leur compte, d'autant que l'axe de programmation vise non seulement l'éclectisme, mais le sens, l'importance du propos autant que le plaisir de l'instant.

L'édition 2021 de Marmaille révèle vingt-deux propositions artistiques destinées à toutes les tranches d'âge puisque certains spectacles s'adressent à des bébés (comme le spectacle "Chuchoterie" pour un public accepté dès la naissance ou "Touche" à partir de 18 mois dont nous reparlerons plus bas). Elle rayonne dans une galaxie de lieux dans Rennes et dans les alentours. Et elle est riche de quatorze créations.

Des créations que Lillico connaît bien pour beaucoup d'entre elles puisqu'une des missions de l'association est d'accompagner tout au long de l'année des compagnies tournées vers le jeune public. Ceci depuis trente-deux. C'est certainement la raison pour laquelle ce festival révèle des propositions d'une très grande originalité et d'une grande valeur artistique. Accompagnés par l'association Lillico et révélés lors de cette quinzaine, ces spectacles continuent leur chemin sur tout le territoire pour des tournées importantes. Vous pourrez certainement en voir programmés près de chez vous.

Peut-être aurez-vous ainsi l'occasion de découvrir "Vendredi", une pièce inspirée de "Robinson Crusoé" de Daniel Defoe, qui s'attache à mettre en images l'évolution de la relation entre Robinson, l'homme civilisé et Vendredi, le sauvage. Dans un décor construit comme une île en miniature, les deux comédiennes qui interprètent les rôles racontent sans un mot le mimétisme dont Vendredi fait preuve face à Robinson, abandonnant ainsi une partie de sa personnalité. Toute cette histoire nous parvient ainsi par le mime, avec une lenteur voulue, comme un rituel moitié absurde, moitié ludique.

Bruno Fougniès
29/10/2021
Spectacle à la Une

"Olympe et moi" Redécouvrir les écrits d'Olympe de Gouges pour mieux envisager les combats restant à mener

Olympe de Gouges, courtisane, royaliste, puis républicaine, insoumise et revendicatrice, connut son heure de gloire avant de mourir sous la lame meurtrière de la Terreur en 1793 et de tomber dans l'oubli. Elle a réapparu à juste titre aux côtés des grandes féministes contemporaines, il y a quelques décennies. Véronique Ataly et Patrick Mons nous proposent une rencontre attachante, généreuse, avec celle-ci où est associée avec intelligence l'actualité de la Femme telle qu'elle est aujourd'hui.

© Philippe Delacroix.
En fond sonore, bruits confus d'une foule probablement en mouvement, séquence révolutionnaire suggérée. Et cette phrase jetée comme une réplique provocatrice aux événements que l'on imagine en cours : "Femmes, quels bénéfices avez-vous tirés de la révolution ?"… telle est l'adresse d'Olympe à la foule… Et le début du singulier spectacle imaginé par Véronique Ataly où une comédienne, Florence, doit interpréter l'Occitane émancipée et insoumise qui cultiva une révolte permanente contre l'injustice et surtout l'hypocrisie.

L'interprète ainsi désignée de la féministe révolutionnaire donne tout de suite la temporalité du récit envisagé : 1793, la montée vers la guillotine d'Olympe de Gouges. Mais si, ici, cette dernière y perdit la tête, pour Florence, c'est de perte de mémoire dont il s'agit, un énorme trou, l'oubli total de son texte sans souffleur pour la secourir, le métier n'existant plus depuis longtemps.

Perte de mémoire contre perte de tête, le procédé pourrait sembler "facile", cousu de fil blanc - j'avoue que telle fut ma première impression -, mais Véronique Ataly, usant avec subtilité et humour de la trame conçue par Patrick Mons à l'aide notamment des différents écrits d'Olympe, va découdre cette facilité avec beaucoup de talent.

Gil Chauveau
15/11/2021