Quantcast
La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Festivals

Du 11 au 13 mai, Musicora est de retour !

Musicora, le salon de la musique classique, fait peau neuve et se déroulera la semaine prochaine au Palais Brongniart, place de la Bourse à Paris. Après avoir connu quelques petits soucis, malgré ses vingt-cinq ans d'existence, il renaît de ses cendres grâce à deux jeunes passionnées - et musiciennes -, Marianne Gaussiat et Isabelle Gillouard (cogérantes de l'agence Sequenza).



Didier Lockwood - Ames Prod. 2009 © Philippe Levy-Stab.
Didier Lockwood - Ames Prod. 2009 © Philippe Levy-Stab.
Celles-ci ont décidé d'assurer un avenir à ce grand rendez-vous du monde classique où public et professionnels aiment à partager leur passion. Les premiers peuvent ainsi découvrir les métiers de la musique, assister à des concerts, des ateliers, des cours d’interprétation, rencontrer des artistes, acheter des disques, des partitions, etc. Les seconds, exposants et professionnels, se rencontrent et échangent, confrontant leur pratique professionnelle, profitant dans un même lieu d'un dynamique constructive et projective leur permettant de développer et de valoriser leurs activités.

Le lieu choisi pour cette nouvelle édition est le Palais Brongniart qui, situé au cœur de Paris, offre plus de 2 500 m2 de surfaces d'expositions, deux salles de concerts à l'excellente acoustique - le Grand Auditorium (600 places) et le Salon d'Honneur (120 places) - et des espaces de réunion modulables. Le prestige et la beauté du lieu, inscrit aux Monuments historiques, sont en parfait accord avec l'ambition de qualité voulue par le "nouveau" Musicora.

Orchestre Français des Jeunes Baroque © OFJB Droits Réservés.
Orchestre Français des Jeunes Baroque © OFJB Droits Réservés.
La logique veut, bien sûr, que le principal "passeur de la musique", l'artiste, soit au cœur du salon. C'est ici la plus intéressante des ambitions de Musicora : créer cette passerelle, cette mise en relation entre l'artiste (musicien, interprète, compositeur, instrumentiste, etc), le professionnel (éditeur, producteur, diffuseur, facteur, fabricant, directeur de salle, etc.) et le public. Recréer ce lien indissociable dont l'un des paris les plus nobles est de décloisonner, d'ouvrir au plus grand nombre, de "populariser" cet art qui reste aujourd'hui encore trop "élitiste". Pour cela, Musicora joue la carte de l'artiste comme fil rouge de ces trois jours avec des concerts de prestige, mais aussi des concerts-tremplins - permettant de découvrir les stars de demain et des amateurs de très haut niveau -, des rencontres avec le public lors de signatures de disques et de livres, l'écoute en avant-premières de nouveautés, etc.

Pour finir (provisoirement), le salon Musicora propose à l'ensemble de la filière musicale - pour la première fois ! - deux journées de rencontres professionnelles, le vendredi et le samedi. Le premier étage du Palais Brongniart sera un espace "réservé" (ou "pavillon des pros") avec des salles de réunion et un petit auditorium de 100 places. Cet espace dédié permettra ainsi l'organisation de conférences autour des métiers de la musique (alternance, droit d'auteur, droits des artistes, etc.), des nouvelles technologies, de la communication, la tenue d'assemblées générales, d'apéritifs. Deux matinées de rendez-vous express - ou "speed-meetings" - sont également mises en place avec une dizaine de professionnels européens : agents, tourneurs, attachés de presse… en partenariat avec le Bureau Export.

Informations complètes sur le site de Musicora :
>> musicora.com

Musicora, le salon de la musique classique

Du vendredi 11 mai au dimanche 13 mai 2012.
Vendredi 11 et samedi 12 mai 2012 : 9 h 30 à 20 h.
Dimanche 13 mai 2012 : 9 h 30 à 18 h 30.
Palais Brongniart, place de la Bourse, Paris 2e.
Entrée gratuite pour les enfants de moins de 12 ans.

Photo 1 :
Dimanche 13 mai de 18 h à 19 h, Grand Auditorium.
"Variations sur Debussy",
Didier Lockwood (violon), Jean-François Zygel (piano).
Photo 2 :
Samedi 12 mai de 19 h à 20 h 30, Grand Auditorium.
Orchestre Français des Jeunes baroque, dirigé par Reinhard Goebel.
Œuvres de Marc Antoine Charpentier, Jacques Aubert, Michele Mascitti, Joseph Bodin de Boismortier, Johann-Bernhard Bach.

Gil Chauveau
Vendredi 4 Mai 2012

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives


Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.






    Aucun événement à cette date.



À découvrir

Huit pièces de théâtre d'Agatha Christie éditées chez L'Œil du Prince

L'œuvre théâtrale d'Agatha Christie est très peu connue en France, ses pièces n'ayant quasiment jamais été publiées en français. C'est chose partiellement réparée avec la publication de huit textes - constituant une partie de son œuvre dramatique -, entre 2018 et 2020, aux Éditions L'Œil du Prince* dont deux, "Reconstitution" et "Le Point de rupture", le 12 novembre dernier.

En adaptant elle-même ses romans, Agatha Christie se révèle en dramaturge précise, maîtrisant parfaitement la tension dramatique du huis clos. Sa plume de romancière perce à travers des didascalies fournies, qui permettent de traverser les pièces comme des récits. On a pu le voir l'année dernière à La Pépinière Théâtre avec "La Souricière" mise en scène par Ladislas Chollat.

Ici, pour ces huit parutions, la traduction a été assurée par Gérald Sibleyras, auteur de quelques beaux succès dont "Un Petit Jeu sans conséquence" (co-écrit avec Jean Dell) et Sylvie Perez, journaliste et essayiste.

Gérald Sibleyras est l'auteur de nombreuses pièces : "Le Vent des peupliers", "La Danse de l'albatros", etc. Nommé quatre fois aux Molières comme meilleur auteur, il a gagné le Laurence Olivier Award de la meilleure comédie à Londres en 2006 pour l'adaptation du "Vent des peupliers". Il a reçu en 2010 le Molière de l'adaptateur pour "Les 39 marches". Gérald Sibleyras est également l'adaptateur de la pièce à succès "Des fleurs pour Algernon".

Gil Chauveau
27/11/2020
Spectacle à la Une

Lou Casa CD "Barbara & Brel" À nouveau un souffle singulier et virtuose passe sur l'œuvre de Barbara et de Brel

Ils sont peu nombreux ceux qui ont une réelle vision d'interprétation d'œuvres d'artistes "monuments" tels Brel, Barbara, Brassens, Piaf et bien d'autres. Lou Casa fait partie de ces rares virtuoses qui arrivent à imprimer leur signature sans effacer le filigrane du monstre sacré interprété. Après une relecture lumineuse en 2016 de quelques chansons de Barbara, voici le profond et solaire "Barbara & Brel".

© Alicia Gardes.
Comme dans son précédent opus "À ce jour" (consacré à Barbara), Marc Casa est habité par ses choix, donnant un souffle original et unique à chaque titre choisi. Évitant musicalement l'écueil des orchestrations "datées" en optant systématiquement pour des sonorités contemporaines, chaque chanson est synonyme d'une grande richesse et variété instrumentales. Le timbre de la voix est prenant et fait montre à chaque fois d'une émouvante et artistique sincérité.

On retrouve dans cet album une réelle intensité pour chaque interprétation, une profondeur dans la tessiture, dans les tonalités exprimées dont on sent qu'elles puisent tant dans l'âme créatrice des illustres auteurs que dans les recoins intimes, les chemins de vie personnelle de Marc Casa, pour y mettre, dans une manière discrète et maîtrisée, emplie de sincérité, un peu de sa propre histoire.

"Nous mettons en écho des chansons de Barbara et Brel qui ont abordé les mêmes thèmes mais de manières différentes. L'idée est juste d'utiliser leur matière, leur art, tout en gardant une distance, en s'affranchissant de ce qu'ils sont, de ce qu'ils représentent aujourd'hui dans la culture populaire, dans la culture en général… qui est énorme !"

Gil Chauveau
03/12/2020
Sortie à la Une

Vingt-huit personnalités du monde culturel et intellectuel déposent une demande au Conseil d'État : leur droit fondamental à la culture

© DR.
L'ensemble des acteurs du théâtre, cinéma, cirque, privés, publics, compagnies, organismes publics, syndicats, associations… seront présents ou représentés lundi matin devant le Conseil d'État pour demander au gouvernement la réouverture des lieux de Culture.

À l'occasion de cette audience, 28 personnalités du monde culturel et intellectuel se sont jointes hier à la procédure en déposant une demande pour invoquer, en tant que citoyen, leur droit fondamental d'accès à la culture.

Ils souhaitent que le Conseil d'État se saisisse de ce moment historique et consacre le droit à la Culture comme une liberté fondamentale en France.

Mireille Delmas Marty, Edgar Morin, Isabelle Adjani, Karin Viard, Juliette Binoche, Jean Nouvel, David Dufresne, Jean-Michel Ribes, Virigine Efira, Rokhaya Diallo, Charles Berling, Pauline Bureau, Philippe Torreton, Julie Gayet, Rebecca Zlotowski, François Morel, Nadège Beausson-Diagne, Nancy Huston, Bulle Ogier, Bernard Latarjet, Laurence Lascary, Patrick Aeberhard, Marcial Di Fonzo Bo, Anna Mouglalis, José-Manuel Gonçalves, Zahia Ziouani, Anny Duperey, Paul B. Preciado.

Cabinet en charge du dossier :
Cabinet Bourdon & Associés – Avocats, 01 42 60 32 60.
contact@bourdon-associes.com

Communiqué de presse du 20 décembre 2020.

La Rédaction
20/12/2020