La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Cirque & Rue

"Cuisine & confessions"… Du grand art sur de belles pâtes !

"Les 7 doigts", collectif de créateurs créé en 2002 et basé à Montréal, présente un spectacle dans l'intimité des cuisines. Autour des univers culinaire et circassien, les interprètes se mettent à table pour nous raconter leurs histoires.



© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
La représentation porte bien son nom car c'est autour de la cuisine et de la confession des artistes composant la troupe qu'est bâtie celle-ci. Chacun raconte un moment fort de son existence. La scénographie découvre une batterie d'ustensiles avec un four, de larges tables et de chaises qui sont utilisés soit pour préparer un plat soit pour que chaque interprète se confesse avant ou pendant un numéro, en racontant un bout de sa vie. Nous sommes ainsi dans un cadre intimiste, autour de portraits et de pâtes à pétrir et à cuire. Quoi de mieux que de se mettre à table.

L'humour est au rendez-vous et la troupe joue avec délice de ses multiples origines linguistiques. Le spectacle est traduit dans la langue du pays d'accueil. Il a déjà été joué en anglais, italien, espagnol, russe, suédois, allemand et français. Tout peut devenir humour, aussi bien la langue, les rencontres avec le public qui est intégré dans la représentation que l'histoire des artistes où se mêle indéniablement au récit une composante nostalgique. Le fil rouge de celle-ci est basé sur le rapport à l'autre.

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Cette création est très belle dans sa composition où s'enchaînent, à tour de rôle, en solo, en duo, en trio ou en groupe, les numéros dans des acrobaties chorégraphiées. La danse s'immisce dans les différents tableaux en apportant à chacun une poésie corporelle. Les corps glissent sur le sol, se courbent telles des virgules, on se rattrape des pieds, des mains, on s'appuie les uns aux autres, jambes allongées vers le haut, un corps glisse sur celles-ci pour s'appuyer tête contre fessiers et se retrouver plantes des pieds au sol.

Ce sont aussi des sauts, à la trajectoire courbe, dans des carrés où l'un peut devenir tremplin pour l'autre. La scénographie est quasi architecturale et les interprètes ne sont jamais seuls car toujours appuyés par l'autre ou les autres. Le déséquilibre est chassé car l'équilibre est toujours en appui.

C'est un cirque poétique où les jongleries ont une allure artistique indéniable. Immanquablement, les ustensiles de cuisine sont utilisés avec bonheur. C'est du grand art avec des chorégraphies acrobatiques où ce n'est pas que l'adresse des corps qui interpelle mais leur mariage. Les séquences sont rarement des solos mais quand ils le sont, juste après une "confession", la troupe ou un compagnon de jeu vient tout de suite se greffer de façon harmonieuse.

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
La musique et les chansons accompagnent avec délice le spectacle donnant une note un brin nostalgique, un brin de recueillement. Ce sont des reprises de chansons pop rock très connues, souvent au piano, dans un rythme très dépouillé.

Il y a aussi ce superbe numéro de sangles avec des voiles suspendues ou cette séquence avec un, deux puis trois diabolos. La maîtrise est certes totale, c'est ce qui est attendu, mais les performances sont toujours faites avec beaucoup de poésie, de grâce, de légèreté comme si chaque numéro était la pièce d'un puzzle construit autour de la rencontre et de l'intimité. Le rapport à l'autre et à soi fait toute la différence.

C'est un sommet de création avec une écriture corporelle qui range le cirque dans le rayon du ballet chorégraphié. Le spectacle est gourmand dans tous les sens du terme et le partage est son maître mot. Il se finit avec un gâteau à la banane ainsi que des pâtes servis au public.

"Cuisine et confessions"

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Les 7 doigts de la main - Collectif de création.
Création et mise en scène : Shana Carroll et Sébastien Soldevila.
Assistance à la mise en scène : Mathias Plaul.
Mishannock Ferrero (jeux icariens, porteur ; main à main, porteur ; banquine, porteur), Anna Kichtchenko (tissu aérien ; contorsion ; jeux icarien, voltigeuse ; accordéon), Pablo Pramparo (jeux icariens, porteur ; jonglerie ; banquine, porteur ; accro-dance ; guitare), Soen Geirnaert (main à main, voltigeuse ; jeux icariens, voltigeuse ; banquine, voltigeuse), Nella Niva (acrobatie au sol), Terrance Robinson (anneaux chinois, mât chinois), Enmeng Song (diabolo, anneaux chinois, jeux icariens).

Direction musicale : Sébastien Soldevila.
Sonorisation : Colin Gagné.
Éclairages : Éric Champoux.
Scénographie : Ana Cappelluto.
Accessoires : Cloé Alain-Gendreau.
Costumes : Anne-Séguin Poirier.

Design d'appareils acrobatiques : Yannick Labonté.
Conception acrobatique : Jérôme LeBaut.
Coaching acrobatique : Francisco Cruz.
Assistante scénographe : Clara Maria Gonzalez.

© Alexandre Galliez.
© Alexandre Galliez.
Conseils-cuisine : Mat & Alex Winnicki - Satay Brothers.
Direction de production : Alice Renucci et Luc Paradis.
Musiques originales : Nans Bortuzzo, Colin Gagné, Raphaël Cruz.

Du 19 septembre 2018 au 12 janvier 2019.
Du mercredi au samedi à 21 h, matinée supplémentaire le samedi à 16 h 30.
Bobino, Paris 14e, 01 43 27 24 24.
>> bobino.fr

Safidin Alouache
Jeudi 3 Janvier 2019

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

"Kanata" : conjuguer la réalité et l'illusion, et faire apparaître, sous l'apparence et la fiction, le réel et son intimité

"Kanata", Théâtre du Soleil, Paris

Mais que sont devenus les Hurons, la Grande Forêt, les canoës ? Tous ces rêves de Canada des petits garçons et petites filles ? Quand Ariane Mnouchkine et Robert Lepage, avec les comédiens du Soleil, envisagent de monter un spectacle sur le Canada et son Histoire, personne n'imaginait l'hostilité, la violence des réactions qu'engendrerait là-bas ce projet*.

Que l'ambition affichée de montrer le sort des Amérindiens dans le monde moderne aboutirait à une contestation brutale du droit à les représenter. Face aux insultes anonymes, forcément sur Internet, venant de tous les bords, la troupe du Soleil (dont les comédiens appartiennent au monde entier) a réagi de la meilleure façon. En montant le premier épisode de "Kanata" sur la controverse. La troupe intègre, intériorise tous les tenants de la querelle.

La pièce prend pour fil conducteur un couple de jeunes Français primo immigrants naïfs qui s'installant à Vancouver, découvrent les réalités cachées sous les cartes postales. Les rues sordides, la misère, la drogue, la prostitution, les Amérindiens déchus, le crime, l'impuissance d'une police, la déforestation, la disparition des traces du passé. Un melting-pot qui n'est qu'un agrégat de souffrances travaillées pourtant par l'instinct de survie et l'espoir de s'en sortir.

Jean Grapin
07/02/2019
Spectacle à la Une

"Botéro en Orient"… tout en rondeur !

C'est un voyage où le physique et l'esthétisme ont une place prépondérante et dans laquelle les rondeurs sont revendiquées et montrées. Autour d'une création picturale qui l'a guidé, Taoufiq Izeddiou place l'identité au centre de sa création.

Le titre du spectacle est dû au fait que Taoufiq Izeddiou a été inspiré par l'œuvre autour d'Abou Ghraïb (Irak) de Fernando Botero, peintre et sculpteur colombien, où l'artiste s'était insurgé. Il avait en effet dessiné de superbes planches où la torture, l'humiliation et la violence s'étalaient. Les personnages des œuvres de Botero sont toujours des êtres ronds et épais. C'est dans ce rapport aux volumes que le chorégraphe a bâti son spectacle.

À l'entame de la représentation, le silence habille le plateau puis des ombres se détachent d'une demi-obscurité. Les déplacements sont séparés, la gestuelle des trois danseurs est propre à chacun, ceux-ci perchés sur un bloc de bois. La scénographie est déplacée tout au long du spectacle, les blocs changeant de lieu, bousculés et balancés sur scène. C'est une œuvre de construction et de reconstruction où les chorégraphies se suivent dans des thématiques où l'identité de chaque interprète est posée par rapport à son corps, rond, "volumétrique" selon les propos de Taoufiq Izeddiou.

Safidin Alouache
28/02/2019
Sortie à la Une

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown

"Je demande la route", Théâtre de l'Œuvre, Paris

Roukiata Ouedraogo présente son spectacle "Je demande la route". Difficile de ne pas lui répondre que la route est droite et belle en saluant tout le talent dont elle fait preuve sur scène.

Roukiata Ouedraogo intègre avec une facilité déconcertante les facettes de l'art du comédien et du clown
Roukiata Ouedraogo est pour ainsi dire une princesse qui, ayant découvert le secret des griots et leur art de raconter, donne corps et parole à tous les personnages qui ont marqué sa vie. Elle fait ainsi cadeau de l'humour africain et le fait savoir dans la joie de jouer.

Allant bien au-delà d'un soliloque moqueur ou sarcastique, Roukiata fait œuvre picaresque. En faisant vivre toutes ses ombres, en partant du village, quittant son enfance, sa famille : partant à la conquête du monde. Le public l'accompagne dans le rire.

Les récitations ânonnées à l'école communale, les conseils du grand frère, son arrivée en France, son grand-père ancien de la guerre, sa hantise du froid, son premier appart au dernier étage avec vue sur les chéneaux. De la bureaucrate de l'état civil aux femmes du salon de coiffure à Château-rouge, des métiers de gardienne d'enfants à celui de comédienne, tout fait conte, conte moderne, conte initiatique.

Jean Grapin
08/02/2019