La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Théâtre

Crimp et sentiments… Comme une critique du post-humanisme ambiant

"La Ville", Théâtre La Colline, Paris

L'intrigue de la pièce de Martin Crimp "La Ville" - mise en scène par Rémy Barché - traite de la crise du couple de jeunes urbains contemporains, mais pas seulement… Cette comédie délicieusement labyrinthique… sait, à la manière anglaise, passer de l'anodin au fantasme inquiétant, fait des incursions dans le fantastique, conduit tout son petit monde à l'orée du drame et finit par un dénouement apaisé et rationnel.



© Élisabeth Carecchio.
© Élisabeth Carecchio.
Habile, le texte présente au spectateur, comme un puzzle… de moments théâtraux clos sur eux-mêmes, autant d'instantanés à l'intensité dramatique grandissante. Plein de finesse et de malice, il assume le trait de caricature et d'ironie et semble jouer de la vie de ses personnages. Traversés par les petites et grandes informations du monde qui les entoure, ceux-ci sont réduits à une banalité confondante. Comme si il était question entre eux, au fil du temps, d'une impossibilité à dire, à être, à agir, à nouer. Ils sont absents à eux-mêmes, ils ne font pas couple, ils ne sont pas couple.

Assurément, l'auteur et le metteur en scène et les comédiens ont plaisir à travailler au corps ces personnages très précisément caractérisés par un presque rien, un détail qui les montrent excentrés sans être excentriques, des personnages qui semblent flotter entre réalité et imaginaire, en désir de violence. Ils sont traversés par le récit des autres, ceux des voisins et voisines (que ceux-ci soient présents ou éloignés), mais aussi les grandes et petites stratégies, les bruits de guerre et de licenciements. Informés, gavés, intoxiqués. Dans le cours de la représentation, leurs humeurs se modifient. Ils semblent pris dans un jeu de rôles, une partie de cache-cache qui leur en ferait presque venir aux mains. Duels complices plutôt que duos qui marquent l'évolution et les effets du temps. Ces personnages achoppent au monde.

© Élisabeth Carecchio.
© Élisabeth Carecchio.
Autant pour le spectateur d'occasions d'intrusions dans l‘intimité, autant de moments de plaisirs de pur théâtre. Et, sous le rire immédiat, c'est une énigme dont les indices sont donnés par l'auteur et portés par les comédiens sur le plateau, qu'il lui appartient de résoudre.

En contrepoint, dans l'interstice des noirs, entre les actes, comme une ritournelle, en leitmotiv, motif répété, virtuose et mélancolique, un moment musical de Schubert - le moment n°3 - clôt et ouvre les scènes. L'œuvre de Schubert est un élément exclu du dispositif visible. Mais elle est un tiers invisible, inclus dans une représentation rythmée où théâtre et musique sont l'un à l'autre intermède de l'un et de l'autre. Ce qui appelle une écoute liée et, de la part du spectateur, l'élaboration d'une intuition. Et s'il était question dans cette pièce d'une sensibilité perdue, d'un manque au sentiment, d'avatars, de personne, en quête d'existence comblé par la représentation elle-même ?

Le spectateur est bercé par le rythme, interloqué, dérouté, rasséréné. Déjà séduit, il suit le fil qui lui est tendu et resserre son filet à sens et à plaisir. Il comprend le miroir qui est tendu au public. In formés, trop in formés, ces êtres sont en quête de caractère, de caractère qui soit, à l'instar de Franz Schubert, un mélange de tendresse et de rudesse, de sensibilité et de naïveté, de civilité et de mélancolie...

Et du coup, la voisine infirmière stressée trash et joyeuse, l'enfant solitaire en poupée sanglante et déchirée, et au lointain les reflets des personnages pris au tain de Jeffkooniens miroirs déformants, sonnent étrangement actuel et présents… Comme une critique du post-humanisme qui sévit.

"La Ville"

© Élisabeth Carecchio.
© Élisabeth Carecchio.
Texte : Martin Crimp.
Traduction de l’anglais : Philippe Djian.
Mise en scène : Rémy Barché.
Dramaturgie : Adèle Chaniolleau.
Avec : Marion Barché, Myrtille Bordier, Louise Dupuis, Alexandre Pallu.
Scénographie et lumières : Nicolas Marie.
Costumes : Marie La Rocca.
Son : Michaël Schaller.
Durée : 1 h 50 environ.

Du 27 Novembre au 21 Décembre 2014.
Du mercredi au samedi à 21 h, le mardi à 19 h et le dimanche à 16 h.
Représentations supplémentaires les samedis 13 et 20 décembre.
La Colline Théâtre national, Petit Théâtre, Paris 20e, 01 44 62 52 52.
>> colline.fr

Du 7 au 10 janvier 2015 : TNT Théâtre national, Toulouse (31).

Jean Grapin
Lundi 8 Décembre 2014

Nouveau commentaire :

Théâtre | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | À l'affiche bis | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | Avignon 2017 | Avignon 2018 | Avignon 2019 | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives





    Aucun événement à cette date.



À découvrir

"Sabordage" Comme une synthèse de la modernité… une implosion écologique à venir, avenir sombre de notre monde…

Elle fut riche et belle, plaisante et paradisiaque, pays de cocagne… puis devint consommatrice et opulente, industrieuse, minière et calamité écologique, pour finir mendiante et désespérée, à l'avenir destructif d'une future terre qui coule à pic… C'est la "belle" histoire de l'île de Nauru*, miroir de notre prochain anéantissement - au délicat (!) mais définitif intitulé "6e extinction de masse" -, qui nous est contée par le talentueux Collectif Mensuel.

Narration aux allures de débats, de commentaires, d'échanges réalistes… Scénographie en une forme d'actions documentaires, visible au lointain par report vidéo "en direct", en rappel de notre monde de l'image, expression ironique de nos chaînes d'infos en continu pour une structure créative d'un théâtre pédagogique, d'un reportage théâtralisé… Car ici tout est vrai, le drame, les horreurs économiques, le dézingage des ressources et de l'environnement… le sabordage de l'île a vraiment eu lieu, sans parler des perspectives radieuses d'une fin en version sous-marine !

Le récit - dans un préambule exposant un éden de rêve aux allures de paradis touristique, sis à quelques encablures de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (près de 2 700 km quand même !) - se construit sur un montage cinématographique et télévisuel où le collectif puise dans les séries et films des années soixantes-dix quatre-vingt, tous célèbres et ancrées dans nos imaginaires collectifs…

Gil Chauveau
11/10/2019
Spectacle à la Une

FAB 2019 "Concours européen de la chanson philosophique" La philosophie mise en musique dans un dispositif à faire kiffer "l'euro-vision"

Massimo Furlan, performer suisse mâtiné d'Italien, était dans ses jeunes années fan de l'Eurovision, de ses paillettes éblouissantes et de ses bluettes sentimentales réunissant joyeusement sa famille autour du petit écran. Près d'un demi-siècle plus tard, c'est la grande avant-scène du Carré qui le projette sous les sunlights en splendide ordonnateur - flanqué d'une superbe créature en robe lamé - de deux soirées "enchantées" dédiées à une vision de notre Monde. Comme quoi divertissement populaire et réflexion de pointe peuvent rimer ensemble…

FAB 2019
Reconstituant somptueusement le décorum kitsch du concours de l'Eurovision ayant à jamais impressionné ses premières émotions artistiques, le performer semble jubiler en détournant "sérieusement" le répertoire d'origine pour proposer un récital de onze chansons dont l'écriture a été confiée par ses soins à des philosophes, sociologues et autres chercheurs sachant penser le monde. L'interprétation de ces textes métaphoriques revient à des artistes costumés de manière délirante, projetés en direct par un vidéaste décuplant leur truculente présence scénique sur les notes d'un orchestre en live.

Quant au Jury réuni sur une singulière estrade roulante dénotant avec sa "notabilité", il est composé d'éminents professeurs d'université et sommités intellectuelles se prêtant avec grâce et bonheur au jeu de leur interprétation avant d'attribuer leur note. Le public - le genre l'impose - est sollicité en permanence afin de faire entendre également "sa voix" captée par un "votaton" chargé d'enregistrer le volume d'applaudissements attribué à chaque candidat.

Yves Kafka
15/10/2019
Sortie à la Une

"Fake"… Un "Peer Gynt" pour explorer le monde de l'info et de l'intox

"Fake - Tout est faux, tout est fou", Gare de l'Est, Paris

L'homme vagabonde sous les toits ferroviaires, au carrefour des âmes voyageuses… il est conteur. Peer Gynt partit aussi à l'aventure, cheminant entre rêve et réalité. Le narrateur s'en inspire pour démêler le vrai du faux… de notre réalité… Extraire le fake à l'ère des news…

Spectacle déambulatoire, performance de rues (ici intérieure), Fake convoque un conteur, un concepteur compositeur, des musiciens, pour une exploration d'un nouveau type où le spectateur, équipé d'un casque audio, se laisse emmener, au sens littéral comme virtuel dans une promenade découverte entre vraies et fausses informations.

Dans ce périple artistique, ce dernier garde toute liberté d'action, plus précisément de mouvements, déambulant dans l'espace proposé au fil de ses envies, de ses inspirations ou guidé par l'histoire, narration sonore, vocale et musicale, composée en direct et diffusée dans le casque et/ou influencé par la vue, le cheminement de l'acteur, Abbi Patrix, interprétant à sa façon Peer Gynt, exprimant son ressenti du lieu, posant des questions sur la véracité du réel ou interrogeant le badaud passant.

Les éléments sonores audibles dans le casque sont superposés, sans apparente cohérence mais peuvent stimuler ou orienter la perception du spectateur qui fait le choix d'être actif ou passif, ponctuellement ou de manière permanente, redevenant alors un simple observateur.

Gil Chauveau
10/10/2019