La Revue du Spectacle, le magazine des arts de la scène et du spectacle vivant. Infos théâtre, chanson, café-théâtre, cirque, arts de la rue, agenda, CD, etc.



Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager
Avignon 2018

•Avignon Off 2018• Les amours de Simone de Beauvoir… Raconter la femme à travers trois amantes…

"Pour l'amour de Simone", Le Petit Louvre, Avignon

Simone de Beauvoir est l'une des plus grandes figures féminines françaises. Connue en tant que romancière et philosophe, elle milita tout au long de son existence pour ce en quoi elle croyait. Féministe, elle défendit la liberté et les droits de la femme. Elle partagea sa vie avec le philosophe et écrivain Jean-Paul Sartre... mais ils eurent chacun des aventures plus ou moins marquantes…



© Michel Slomka.
© Michel Slomka.
Tous deux ont un accord : leur amour est nécessaire mais ils doivent également vivre des amours contingentes. Ils se raconteront tout de ces liaisons parallèles. C'est "le pacte de poly-fidélité".

Anne-Marie Philipe propose de raconter ces liaisons à travers les correspondances de cet incroyable personnage. Sur la scène se trouve un secrétaire, pièce symbolique puisque l'on assiste aux échanges épistolaires de Simone de Beauvoir avec ses amants. Le tapis est un assemblage de pièces de divers motifs qui forment un ensemble cohérent et soudé. Quatre fauteuils, des verres, une bouteille de whisky. Le décor confère une atmosphère intimiste à la salle. Le public devient le confident de ces histoires d'amour.

Il est intéressant de mettre en scène les relations qu'entretenait Simone de Beauvoir avec les trois hommes tels que l'a envisagé Anne-Marie Philipe : un corps masculin unique incarnant tout à la fois Jean-Paul Sartre, Jacques-Laurent Bost et Nelson Algren, et trois comédiennes pour représenter chacune des aventures amoureuses.

© Michel Slomka.
© Michel Slomka.
La répartition des rôles devient cependant un peu gênante lorsque l'une des comédiennes interprète à la fois la femme mais également la narratrice. On ne comprend pas bien ce choix un peu déroutant, surtout que la fonction explicative ne semble pas nécessaire. Ses interventions sont brèves et ne sont pas utiles à la bonne compréhension des événements. À l'inverse, Alexandre Laval campe les trois personnages avec aisance et passe de l'un à l'autre grâce à un subtil jeu d'accessoires.

La pièce est parfois surinterprétée, tant au niveau du jeu que du texte. Les comédiens font trop de manières, se dandinant sur leurs fauteuils, minaudant de temps en temps à l'excès… Le corps exagère : trop de hochements de tête, de haussements de sourcils… Les mains s'agitent autant que les bouches récitent. Le texte est scandé, haché, morcelé ; le débit altéré ; les pauses injustifiées. L'on ne comprend pas toujours comment commence la phrase ni comment elle se termine.

Les lettres elles-mêmes, ainsi déclamées, semblent falsifiées. Le pathos envahit la romance. Les émotions ne sont pas appropriées. Les larmes coulent sur des anecdotes qui évoquent plus la gaieté et la légèreté que la douleur. L'on pourra me rétorquer que ce n'est qu'une question de point de vue, mais la pièce s'achève sur une déclaration de Simone de Beauvoir qui dit ne jamais avoir connu de personne plus douée pour le bonheur qu'elle ne l'est elle-même.

Rendre compte des relations amoureuses multiples de tels précurseurs n'est certes pas aisé et l'enjeu était probablement trop ambitieux. Pourtant, bien qu'elle ne soit pas vraiment justifiée, l'émotion des comédiens est sincère. Ils croient en la véracité des sentiments explicités. Ce n'est pas le jeu des acteurs qui est remis en cause, c'est sans doute, à mon sens bien sûr, l'interprétation qui a pu être faite des écrits échangés entre Simone de Beauvoir et les hommes de sa vie.

Pièce vue en octobre 2017 au Lucernaire à Paris. Il est bien évident que le spectacle a évolué et que certaines critiques ne sont peut-être plus justifiées, nous laissons le spectateur à même d'en juger la pertinence.

"Pour l'amour de Simone"

© Michel Slomka.
© Michel Slomka.
Textes : d'après "Lettres à Nelson Algren, un amour transatlantique" et "Lettres à Sartre" de Simone de Beauvoir, "Correspondances croisées (1937-1940)" de Simone de Beauvoir et Jacques-Laurent Bost, "Lettres au Castor et à quelques autres" de Jean-Paul Sartre (Éditions Gallimard).
Mise en scène et scénographie : Anne-Marie Philipe.
Avec : Anne-Marie Philipe, Camille Lockhart, Aurélie Noblesse et Alexandre Laval.
Bande son : Clément Garcin.
Lumière : Fouad Souaker.
Durée : 1 h 10.

•Avignon Off 2018•
Du 6 au 29 juillet 2018.
Tous les jours à 18 h 50, relâche le mercredi.
Le Petit Louvre, Salle Van Gogh,
23, rue Saint-Agricol, Avignon.
Tél. : 04 32 76 02 79.
>> theatre-petit-louvre.fr

Ludivine Picot
Lundi 9 Juillet 2018

Nouveau commentaire :

Théâtre | Avignon 2018 | Avignon 2017 | Danse | Concerts & Lyrique | À l'affiche | Cirque & Rue | Humour | Festivals | Pitchouns | Paroles & Musique | CédéDévédé | Trib'Une | RV du Jour | Pièce du boucher | Coulisses & Cie | Coin de l’œil | Archives



Brèves & Com


Numéros Papier

Anciens Numéros de La Revue du Spectacle (10)

Vente des numéros "Collectors" de La Revue du Spectacle.
10 euros l'exemplaire, frais de port compris.


PUB


    Aucun événement à cette date.
Publicité



À découvrir

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…

La chronique d'Isa-belle L

Reprise ! "Un commerce d’hommes ! Grand Dieu ! Et la nature ne frémit pas ? S’ils sont des animaux, ne le sommes-nous pas comme eux ?" Olympe de Gouges. Réflexions sur les hommes nègres, 1788 (France).
"Des commerces ouverts le dimanche et les hommes laissent faire cela ? Gagner plus en travaillant le dimanche… le plus simple ne serait-il pas d’augmenter le Smic ?" Isabelle Lauriou. Réflexions sur les salaires, 2012 (France).

Olympe de Gouges… La femme naît libre et doit être égale à l’homme en droits…
J’ai pris du retard Olympe. J’ai troqué ta plume contre un clavier et me suis endormie sur ta biographie. Tel est le monde d’aujourd’hui. Tout ce que tu veux savoir sur quelqu’un, tu le trouves en deux temps trois mouvements. J’ai tapé sur mon "ordi" : "Olympe de Gouges", après avoir applaudi la prestation d’une troupe aux multiples talents et, "portée par ta fougue, je me suis emportée au loin mais le son de ta voix m’est revenu ce matin car cette chronique, je te la dois bien".

Olympe de Gouges n’a pas manqué d’enthousiasme. Je lui ressemble un peu. En revanche, je préférerais ne pas finir comme elle. Bien qu’encore à notre époque, tout ne soit pas simple pour les langues bien "pendues". Les femmes préférant ouvrir leurs bouches que dégrafer leurs soutiens gorges sont rangées illico dans la catégorie "caractérielles" ou deviennent : "black listées" - nouvelle expression de l’année. Très en vogue dans le milieu du spectacle.

Olympe, je ne suis pas certaine que ce monde d’aujourd’hui, "moderne" comme on dit, te plairait tant que cela si tu y trainais ta robe en taffetas. L’électricité a remplacé les chandelles, le clavier : la plume et les encriers, la langue française s’anglicise à la moindre contrariété, les laissés pour compte se comptent par millions, l’égalité homme femme n’a guère progressé et pourtant, en matière d’égalité, tu n’as pas lésiné avec ta déclaration des "droits de la femme et de la citoyenne". (1791)

Isabelle Lauriou
05/09/2018
Spectacle à la Une

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018

Depuis la fin août et jusqu'en octobre, le Festival 2018 de Royaumont nous invite à partager moments forts et riches émotions avec 40 concerts et spectacles dans le superbe cadre de l'abbaye royale et de ses jardins, au cœur du Parc naturel régional de l'Oise.

Les Muses s'amusent et nous invitent au Festival de Royaumont 2018
Avec ses bâtiments restaurés et les trois jardins ornant son sublime parc, l'abbaye cistercienne de Royaumont, édifiée au XIIIe siècle par le futur Saint-Louis et sa mère Blanche de Castille, est un des sites les plus exceptionnels d'Île-de-France. Lieu remarquable par sa beauté, Royaumont abrite un festival renommé dont la 74e édition offre un riche parcours du Moyen-Âge à la création contemporaine. Après deux week-ends dédiés aux "Artistes au jardin" et aux "Entre-Actes/Chorégraphiques opus 2", l'accent sera mis les 8 et 9 septembre sur les "Voix nouvelles" que portent les compositeurs d'aujourd'hui, issus de tous les continents.

Le public est invité à une académie (où se presseront compositeurs et interprètes) avec les Ensembles Exaudi et Meitar dirigés par James Weeks (15 h 30, Salle des Charpente, entrée libre sur réservation), un concert "Vertiges" mettant à l'honneur Philippe Leroux, Mauro Lanza ou Philippe Hurel et la création mondiale d'une pièce de Hakki Cengiz Eren par l'Ensemble Meitar dirigé par Pierre-André Valade (20 h 45). Sans oublier le compositeur Francesco Filidei à l'orgue pour un concert "Orgue & Toys" dans le Réfectoire des Moines (17 h 45).

Christine Ducq
04/09/2018
Sortie à la Une

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news

"Le Maître et Marguerite", Tournée 2018/2019

"Le Maître et Marguerite" de Mikhaïl Boulgakov, c'est Dostoïevski, Gogol et Tchekhov réunis. Un roman qui est un désir de théâtre. Désir qu'Igor Mendjinsky exauce avec talent dans l'adaptation qu'il propose.

Une forme de miroir contemporain avec ses diaboliques bobards… façon fake news
C'est une nuit de pleine lune, une nuit de plein été, et dans Moscou, certains, nombreux, rencontrent des chats qui parlent. Un homme meurt décapité par un tramway, une jeune femme meurt à l'autre bout de la ville. Un écrivain voit son œuvre raillée et censurée. Une jeune femme à la tête romanesque quitte son mari et son ennui à la recherche d'un maître. Un dramaturge qui a écrit une pièce sur Jésus et Ponce Pilate, témoin de tout cela, se trouve enfermé chez les fous. Une sorcière chevauche un balai.

Les récits se choquent, cahotent et s'amplifient jusqu'à l'absurde, jusqu'à l'inquiétude.

C'est que c'est le diable qui mène la danse, sème le désordre, installe une autre réalité, la Sienne, qui dissout toutes les autres. Le Surnaturel s'impose. Ce qui est des plus réjouissant.

Et dans cette nuit de pleine lune, l'ombre d'un pouvoir s'étend sur la ville. Comprenne qui pourra.

Jean Grapin
21/05/2018